Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

20 janvier 2005 4 20 /01 /janvier /2005 21:32

01 - L'Eveil

Télécharger le fichier : 01 - L'Eveil


CLING ! La dormeuse doit se réveiller !

Mes yeux essayent de s'ouvrir mais la lumière est aveuglante. J'émerge tout doucement, je sors de ma léthargie. J'ai mal à la tête, je suis encore dans les vaps. Je me relève. Mais qu'est-ce que je fais dans cette boîte ?!

Je mets le pied à terre. Je souffre le martyr, mes jambes sont lourdes. Elles ne peuvent me supporter, je tombe comme une masse. Il semblerait que je sois dans un local technique. Il y a pas mal de matériel autour de la boîte : des tubes qui en sortent et rentrent, un générateur, une console centrale ; mais c'est quoi ce délire !?!

On a vite fait le tour de la pièce ! Faut que j'aille voir dehors ce qu'il se passe, peut-être que ça m'aidera à comprendre ce qui m'arrive. J'ouvre prudemment la porte du cagibi, on ne sait jamais dans quoi je m'aventure. Bah ma foi, rien de spécial à signaler à première vue.
Je m'avance doucement vers la rue. Des gens se promènent, les gamins jouent, il fait beau, les oiseaux chantent : que du bonheur !
Mais où suis-je ? Dans quel état j'erre ? Où cours-je ?

Ça ressemble pas mal au Paradis ici !
Ah non ! C'est l'enfer plutôt !!! Tout est écrit en français et anglais : fucking shit, nous sommes tous devenus américains. Ils ont même poussé la communication encore plus loin avec du marketing sonore. Il y a de la musique partout, en fond. Tant pis, allons voir ailleurs comment ça se passe !

Un bus arrive à fond les gamelles, sans pour autant faire le moindre bruit. « Mais il est malade ce conducteur ! », je lui fais signe de s'arrêter, à cette allure là il va me passer sous le nez ou il risque fort de faire un accident.
Hein ! A comprend pas là. Sans même faire le moindre freinage d'urgence, la navette s'est stoppée comme une fleur.
Direction Père-Lachaise, …Père-Lachaise. Je ne sais pas pourquoi mais ce nom me dit quelque chose. Bon, je ne sais pas où je suis, mais il faut que je suive mon instinct.

« Un billet pour le Père-Lachaise, s'il vous plaît. » Le chauffeur me regarde bizarrement puis me rétorque en pensant que je ne dois pas être du coin : « C'est gratuit pour le bus et les autres moyens de transports aussi ». Ah bon ? Pour une nouvelle, c'est une bonne nouvelle !
Je m'assois et je boucle ma ceinture. Forcément avec les arrêts brutaux que fait cette navette, vaut mieux s'attacher.
Qu'est-ce qu'il y a ? Je ressemble à rien ? Les gens ne me calculent même pas. Non, c'est bizarre, j'ai mes plus belles fringues en plus. Je m'en fous de toute façon, chacun pense ce qu'il veut.
Ah, voilà déjà le Père-Lachaise. C'est quoi ce délire ? Le seul truc que je sois capable de me rappeler c'est d'un cimetière. Ouah, je vais pas bien là, il y a un souci.

• Euh. Bonjour. Excusez moi Monsieur. Qu'est-ce qu'il y a de spécial dans ce cimetière ?

• Bonjour. Déjà, merci de me tutoyer, le vous n'est là que pour le groupe ou pour un individu soit que l'on Respecte soit avec qui on veut mettre de la distance. Nous avons récupéré l'idée de l'anglais et d'autres langues qui fonctionnent ainsi. De plus, on ne dit pas monsieur, mais sieur, car je ne suis pas Ton sieur. Pour répondre à ta question, c'est là que sont enterrés de nombreux personnages historiques et qu'il y a bien sûr le fameux Mur des Fédérés.

• Pardon ? Je ne me rappelle plus très bien, de quoi s'agit-il de nouveau ?

• C'est ici que le 28 mai 1871 (fin de la Semaine Sanglante), après plus de deux mois de combats acharnés avec l'armée, que s'est finie dans le sang la Commune de Paris et qu'a commencé une répression féroce pour faire passer définitivement l'envie de faire la Révolution. C'est un haut lieu de mémoire pour nous, c'est le glorieux début de notre épopée vers la concrétisation de notre bonheur.

• Comment ça ? Les gens n'étaient pas heureux avant ?

• Je ne veux plus trop savoir, là-bas ça ne nous intéresse pas. C'est les temps décadents pour nous, avec tout son cortège d'obscurantismes.

• Mais dis-moi, tu ne trouves pas que là en ce moment les hommes ont l'air coupé des autres, un peu comme dans un état second ?

• Tu parles des gonzes ?

• Oui, enfin les "gonzesses" aussi.

• Alors, autre précision, on ne dit plus les Hommes (si déjà avec un grand H pour marquer le coup) mais les humains, car les femmes ne sont pas des hommes, même si les hommes sont en partie des femmes comme les autres (génétiquement et même hormonalement parlant, ceci marchant pour les deux sexes). Biologiquement nous avons tous deux un gland (ou clitoris), un prépuce (ou capuchon), un frein et des corps caverneux/spongieux, car ce n'est qu'à la huitième semaine de grossesse que le chromosome paternel Y décide de s'exprimer (tout le monde a un X, féminin, mais seuls les hommes ont un Y) et de développer soit une verge soit une vulve et tout ce qui va avec (testicules et ovaires, même combat pour créer de la vie). Nous sommes tous hermaphrodite (ou vénusomartien) puisque les femmes produisent de la testostérone (hormone mâle) et que les hommes fabriquent de l'oestrogène (hormone femelle) ! Cela étant dit, pour répondre à ta question, chacun s'emploie à son propre bonheur tout en vivant en Harmonie avec les autres et en étant disponible pour eux.

• Oui mais, je ne sais pas, j'ai l'impression que l'on m'ignore ; même si dans mon rêve il me semble que ce n'était pas toujours fait par philanthropie que les gens se parlaient. C'est comme si maintenant je n'intéressais plus personne.

• Ne dis pas ça voyons, c'est juste que l'époque où les mecs se la jouaient et harcelaient les charmantes jeunes filles comme toi est bien révolue. Aujourd'hui les femmes ont retrouvé complètement leur dignité et les hommes se sont remis en question. Vous êtes concrètement au même niveau que nous, vous avez les mêmes droits que nous, et nous avons les mêmes devoirs que vous. Les hommes et les femmes sont des humains à part entière après tout.

• Et bien, si on m'avait dit qu'un jour je verrai cela de mes yeux. Merci beaucoup en tout cas pour toutes ces précieuses informations.

• Je t'en prie. Je m'appelle Moa, et toi ?

• Moa ? En voilà un prénom original. Si on te demande qui tu es, tu peux dire : « Je suis Moa », c'est sympathique. Mais, euh, pourquoi ce choix ?

• J'ai choisi ce pseudo à mon arrivée ici. C'est la contraction de Moïse-Œdipe-Akhenaton, un concept Révolutionnaire très engagé repris sous des noms différents dans trois civilisations très avancées (hébraïque, grecque et égyptienne). Akhenaton était un pharaon égyptien qui instaura de nouveaux rapports humains en court-circuitant la théocratie et en prônant le monothéisme aux environs de 1300 ans avant l'autre ère. Il disparut mystérieusement des écrits, son œuvre d'Emancipation religieuse, politique et artistique fut rayée des mémoires (interdiction de prononcer son nom, de toute façon son Peuple ne l'avait pas suivi dans sa Révolution) et on ne retrouva jamais sa tombe (car il dut probablement s'exiler). Environ à la même époque, Moïse (Juif avec un nom égyptien), élevé par la fille d'un pharaon, tua un soldat égyptien qui frappait un ouvrier hébreu. Rejeté par les siens qui l'accusaient de vouloir devenir leur chef en les exhortant à ne plus se faire mal traiter, recherché par la police de l'époque (tueur de flic : c'est pas bon pour sa peau !), il dut également s'exiler. Après son retour en Egypte puis son come-back vers Israël, sans entraîner à sa suite une foule immense (puisqu'on n'a retrouvé aucune trace de 40 ans d'errance dans le désert), il fut assassiné par ses disciples (peu croyants et pratiquants, refusant son autorité et sa discipline de fer) sur la montagne en face de la terre tant promise (et à trop de monde à la fois). On enterra son corps sans sépulture et il fut interdit de prononcer son nom par Respect pour lui (car entre temps il était devenu un roi, le dieu lui-même quasiment).
En fait, ces deux fondateurs incompris inventèrent la responsabilité personnelle face à un seul dieu (plutôt que pleins que l'on achète avec des offrandes), lui-même émanation de la Conscience Collective, donc en somme une certaine forme de Liberté Individuelle dans des Rapports Sociaux Communs (plutôt qu'une délégation des choix et fautes sur différents dieux corruptibles). Des despotes éclairés si l'on peut dire, c'est pour ça qu'ils ont mal fini ! Quant à Œdipe (qui régicida son père sans savoir que c'était lui – l'erreur est humaine et pas forcément évitable ; qui délivra Thèbes du sphinx – par sa compréhension de l'évolution et de l'inéluctable finitude de l'humain), il se creva les yeux pour ne pas voir sa laideur d'âme après avoir couché avec sa mère (toujours sans le savoir : fatalité, quand tu nous tiens !) et s'exila (encore un) avec sa fille Antigone. Il passe pour avoir instruis Thésée (roi d'Athènes, ville fondée par un roi égyptien, Cécrops) sur les enseignements de la tragédie de sa vie (alors qu'il avait tout pour aller loin ce bon petit gars).
Il est à noter que Moïse était assimilé à Musée, poète des origines grecques, disciple grand et roux d'Orphée, qu'Œdipe aurait également fréquenté. Moïse est reconnu comme un grand législateur ayant inspiré toute la philosophie grecque.

• Ouah, que d'idées exprimées dans un si simple pseudo.

• Oui, je trouvais que ça résumait bien le chaos de la vie, les rapports sociaux et humains toujours complexes, parfois délicats, et aussi le processus d'Emancipation rejeté pour être finalement volontairement accepté et surtout apprécié. Le Yin et le Yang de la vie humaine en somme : tout est question d'équilibre, et donc les deux forces opposées sont complémentaires. Bref ! Et sinon toi, ton prénom c'est ?

• Je m'appelle … euh … j'ai un gouffre de mémoire. Misère, je ne sais même plus comment je m'appelle. Je suis dans de beaux draps.

• C'est pas si embêtant que ça : les Indiens d'Amérique (comme dans nombre de civilisations) adoptent un surnom à leur maturité pour marquer leur personnalité. Tu n'auras qu'à faire pareil, comme moi. Et si ton amnésie persiste, tu pourras t'inventer une nouvelle Toi comme tu voudrais avoir été.

• Euh, ouais c'est sûr que ça peut être sympa de tout recommencer mais je crois que j'aimais bien mon ancienne personnalité, du moins il faudrait que je m'en rappelle pour choisir mon Moi ou en recréer un de toute pièce ; à voir !

• On va quand même te trouver un pseudo, au moins en attendant que tu te souviennes de ton prénom. Tu as une idée ?

• Comme ça, de but en blanc, je vois pas trop !

• (Tilt dans la tête de Moa) Qu'est ce que tu penses d'Esperanta ? Ça te dit quelque chose ?

• E : Ça me dit (héhé) !!!… je sais pas pourquoi mais ce pseudo me plaît bien, pour l'instant en tout cas.

• M : En plus, ça porte la notion d'espère en toi, et c'est en rapport avec l'Espéranto qui fut inventé en 1887 pour que tous les humains puissent communiquer entre eux grâce à une langue unique, la plus facilement compréhensible par le plus grand nombre. Depuis, l'Esperanto (anglais) est devenue la langue internationale où tous les Peuples peuvent se comprendre !

• E : Parfait ! Bon, et bien sur ce, j'ai été ravie de faire ta connaissance mais il n'est point de bonne compagnie qui ne se quitte. Je vais faire un tour dans les environs : j'ai l'impression que sous des aspects habituels, comme dans mon rêve, la réalité des choses est complètement différente.

• M : Si tu veux, j'habite dans le coin. Je peux t'emmener faire un tour en voiture et t'expliquer ce que tu voudras.

• E : Euh, oui, je ne sais pas trop. (Ma raison me dit de ne pas le suivre, on ne sait jamais. Il me dit que les hommes sont devenus plus fréquentables, ça reste à voir. Pour autant, mon instinct me pousse à avoir confiance en lui. Qu'est-ce que je fais ? De toute façon, il y a des trucs bizarres, si il peut m'expliquer, ce sera toujours ça de gagné). Ok, allons-y alors ! Mais juste pour info, c'est quoi cette musique diffusée dans la rue et presque partout ?

• M : Ça c'est The Freestylers !

• E : Ok, mais comment ça se fait ? Y a une animation commerciale d'une radio aujourd'hui ?

• M : Non, on passe de la musique, en fond sonore, diffusée pour adoucir les mœurs et égayer l'ambiance !

• E : Cool Raoul ! Bon, allé, on est tipar !!

• M : Kitt ! {acronyme de Knight Industries Two Thousand: Industries du Chevalier 2000}

Là, une voiture débarque de nulle part. Je monte, à moitié rassurée. Je n'avais pas remarquée dans le bus, mais les vitesses qu'atteignent ces véhicules sont impressionnantes.
« Ici c'est l'emplacement de la fameuse prison de la Bastille, qui fut détruite le 14 juillet 1789 », dit Moa en se retournant vers moi et en me montrant la colonne de Juillet. « Au sommet, tu peux voir le Génie de la Liberté. Il représente la Liberté qui s'envole en brisant ses fers et semant la Lumière. La main gauche soutient les chaînes brisées du despotisme, alors que sa main droite brandit le flambeau de la Civilisation ». Ce monument fut érigé en commémoration des Trois glorieuses du mois de juillet 1830, où la bourgeoisie parisienne dama le pion aux républicains désorganisés et faibles, notamment à cause du souvenir de la Terreur qui était encore trop présent dans l'opinion publique.

Toute émerveillée par le symbolisme de cette colonne et la voix émue de Moa, je me rendais à peine compte que cet inconscient en voulant m'expliquer les choses, ne regardait plus du tout la route. Mais bizarrement, la voiture tournait en rond depuis quelques minutes.
Puis nous reprenons notre trajet normal.
« Assemblée à 30 secondes, veuillez reprendre les commandes » nous dit la voiture. Moa se repositionne face à la route et sélectionne une place, où la voiture se gare d'elle même.

• Esperanta : Ouah, elle est efficace en tout cas ta voiture. On a visité tout Paris en pas longtemps. Tu as conçu toi-même le système d'autopilote ?

• Moa : Non, c'est un modèle de série qui a deux ans. Tout le monde a ce système.

• E : Ah bon ? J'avais entendu parler d'une expérience comme ça aux Etats-Unis mais je ne savais pas que c'était déjà standardisé en Europe.

• M : Bien sûr que si. C'est même les européens qui l'ont généralisé en premier.

• E : Ah d'accord. Comment fonctionne-t-elle alors ?

• M : Elle suit les bandes blanches au sol. Du coup, on peut faire ce qu'on veut durant le voyage puisque la voiture gère aussi la circulation avec les autres véhicules, les panneaux et les interactions avec les piétons. La fluidité des transports en commun avec la souplesse du véhicule personnel.

• E : Elle roule à quoi car elle fait pas de bruit ?

• M : A l'hydrogène évidemment, en complément de cellules photovoltaïques incrustées dans la carrosserie. Avec quelle énergie sinon ? Le pétrole, ça fait longtemps qu'on fait sans !

• E : … ??? !!!

• M : Et donc là tu as l'Assemblée Fédérale.

• E : La quoi ?

• M : L'Assemblée Fédérale, là où sont gérés les rapports entres Régions et où l'on définit la vision de l'Europe que souhaitent les Citoyens.

• E : Attend Moa, je t'arrête. J'ai un flash-back. Dans mon rêve, notre assemblée était nationale, et pas Fédérale !

• M : Euh, tu as fais un rêve très bizarre. Tu es sûr que tu vas bien ?

• E : Bien sûr que oui, … enfin, je crois. Je ne suis pas folle quand même, la France était une nation, et pas une Fédération ! Non ?

• M : Oui, enfin ça date ça quand même, ne remonte pas non plus à la préhistoire.

• E : Je suis perdue ! Mon rêve paraissait tellement vrai.

• M : Beh écoutes, je ne comprends pas trop ce qui t'arrives. C'est comme ça depuis que l'état n'est plus.

• E : De ? Quoi ? Pardon ? Je n'ai pas bien compris. Tu dis que l'Etat a été renversé ?

• M : Eh oui, le Grand Soir est finalement arrivé. Tout vient à point pour qui sait attendre.

• E : Et c'était quoi au juste cet Etat ?

• M : Euh, j'avoue que je ne me rappelle plus trop de mes cours d'archéo-politique. Tout ce que je sais c'est que c'était une structure équivalente pour les Peuples à l'ogre pour les enfants : si les classes sociales (enfin surtout les Contestataires) n'étaient pas sages, elles étaient mangées par l'état (disons « neutralisées » avec plus ou moins de violence).

• E : Mais comment vous êtes vous débarrassés de cette bête immonde ?

• M : En fait c'est relativement simple. Selon les sources historiques que nous avons, il semble que l'ancienne société se soit égarée comme Babylone en son temps. Cela a généré des frustrations chez le Peuple d'être privé de son pouvoir de décision et d'action, la planète était fortement dégradée et la pérennité même des civilisations de l'autre monde était compromise. Il fallait une prise de conscience immédiate et forte pour changer radicalement les modes de vies pour survivre. Et ils ont réussi puisque la planète est sauvée et que nous vivons tous en Harmonie, sans pour autant renier notre bonheur personnel.

• E : Tu ne te moquais pas de moi alors.

• M : Bien sûr que non, pourquoi le ferai-je ? Qu'est ce qui te fait dire ça ?

• E : Je sais pas. C'est vraiment bizarre. Dans mon rêve, les choses sont quasi identiques à ici, mais il y a des gens qui vivent dans la rue, les hommes sont intrusifs envers les femmes, les voitures font un bruit pas possible et le ciel est rempli de nuages de fumées nauséabondes,… . Il y a des embouteillages monstres et les gens s'énervent. Alors que là, tout paraît serein, on se déplace sans bruit et en toute sécurité, les personnes – comme toi et je t'en remercie – sont serviables et sans aucune arrière-pensée, bref, ça me fait penser au meilleur des mondes !

• M : Et bien dis-moi, ton rêve est bien glauque. Mais tout n'est pas rose non plus ici. Nous avons pas mal de problèmes à régler, mais cela se fait par la discussion, tous ensemble et à niveau Egal. Ça prend du temps pour trouver un accord commun, mais vu que les décisions sont Collectives, elles sont d'autant mieux acceptées puis mises en œuvre rapidement et efficacement.

• E : C'est vrai que votre système à l'air de bien fonctionner, et sans oublier personne.

• M : Oui, c'est certain. Sauf que ce n'est pas un système comme on pourrait l'entendre, sous forme de doctrine dogmatique, mais plutôt une certaine conception de la vie en société et de la Liberté des individus. Tiens justement, maintenant que j'y pense. Hasard du calendrier, j'ai ma piqûre annuelle de rappel de vinaigre aujourd'hui. On pourrait y aller ensemble, tu apprendrais pleins de choses et moi ça me remettra à niveau.

• E : Euh, oui, je veux bien te suivre, mais c'est quoi ta « piqûre annuelle de rappel de vinaigre » ?

• M : Tous les ans, afin de mieux apprécier et Respecter le miel de la vie quotidienne de nos jours, les Citoyens assistent à des cours pédagogiques sur le vinaigre des décadences d'avant Libération du Grand Soir.

• E : Décadences ? Carrément ?

• M : Malheureusement le mot n'est pas trop fort : les proto-Affranchis (les gens de l'autre monde qui avaient déjà acquis certains Droits mais n'en étaient qu'au début de leur Emancipation totale) ont failli faire sombrer l'Humanité vers des fonds abyssaux.

• E : Ah bon ? Dans mon rêve je voyais bien qu'il y avait des problèmes mais qui n'étaient pas insolubles quand même.

• M : Certes, mais dans ton illusion les gens déléguaient toute leur confiance à une « élite » pour trouver des solutions. Et ces « responsables » n'avaient pas le courage de faire les changements radicaux, qui s'imposaient pourtant. Forcément, l'état, représentant plutôt les puissants et sa propre entité, pouvait difficilement rogner sur leurs (ses) intérêts et privilèges. Mais lorsque l'Humanité fut au bord du gouffre, il fallut bien trouver des alternatives si elle voulait continuer de vivre sur Terre (et non migrer vers Mars, planète de seconde main).

• E : D'accord. Du coup, je crois bien que la compréhension de mon rêve pourra me permettre de mieux appréhender ce monde merveilleux. Je suis bien curieuse d'assister à ta « piqûre annuelle de rappel de vinaigre », elle me donnera peut-être des pistes pour enfin pouvoir interpréter mon rêve et savoir ce que je fais ici.

• M : Allez, on est parti alors ! Prêts à redécouvrir notre monde.

Moa appelle sa voiture à la façon K2000. Elle est immédiatement là, à notre disposition. Nous partons pour l'Hôtel de Commune où se déroule la séance de rappel.

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif des 12 Singes - dans Lendemain du Grand Soir
commenter cet article

commentaires