Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

21 janvier 2005 5 21 /01 /janvier /2005 19:46

 

05 - Ressouvenances et Grand Soir
Télécharger le fichier : 05-Ressouvenances et Grand Soir.pdf


• Esperanta : C'est excellent ça comme idée, les gens qui habitent ici ont fait un mini jardin à la place du dallage du trottoir. C'est cool de pouvoir grignoter une tomate cerise cueillie comme ça dans la rue.

• Moa : Tu en veux une ? Bien évidemment c'est à la disposition de tous !

• E : Ah oui ? … Bien sûr, suis-je bête ! ….

• M : Il ne manque qu'un « cacahouètier » et une tireuse à bière.

• E : Mais personne n'abuse de ce genre de situation ? Il ne doit plus leur rester beaucoup de fruits à récolter à la fin.

• M : C'est un choix de mettre ça à disposition des autres, sinon, tu fais ton jardin à l'écart. Mais tu sais, ici les gens ne feront jamais à autrui ce qu'ils ne souhaiteraient pas qu'on leur fasse, ce serait même plutôt l'inverse. Donc, par exemple, personne ne prendra les derniers fruits, afin d'en laisser un minimum à ceux qui ont mis leur végétation en partage. A Utopia nous préférons faire à autrui (si consentant) ce que l'on souhaiterait que l'on nous fasse : quelqu'un a eu la bonne initiative de faire un jardin-trottoir et plutôt que de garder ça pour soi, il l'a mis à disposition d'autrui pour que cette idée germe et soit semée ailleurs.

• E : Ils sont vraiment bien ces Utopiens !

• M : A qui le dis-tu ! Absolument rien à voir avec les proto-Emancipés !!

• E : Nous sommes tous victime de notre époque et de notre culture. C'est hallucinant en tout cas comme façon de vivre, on se croirait dans un festival underground sur-vitaminé par la créativité, les expériences pratiques et culturelles… mais avec un public nettement plus large et investi (dynamiquement partie prenante), qui plus est au niveau global d'une Cité.

• M : Comme à Kristiana.

• E : Pardon ?

• M : Kristiana : ancienne caserne militaire au cœur de Copenhague (capitale du Danemark). Le site, énorme mais jugé vétuste, ayant été déserté par l'armée (héhé) en 1972, des artistes et des jeunes vinrent investir les lieux. Ils ne l'ont pas seulement investi, ils y ont crée une microsociété de leurs rêves : une pure FAZ [Free Autonomic Zone : Libre et Autonome dans tous les sens du terme – Autogérée (pas de gouvernement extérieur imposant sa loi, ni de chef intérieur), Liberté de chaque individu générant la vraie Paix et Harmonie Sociale, Participation plutôt que travail, heures de production (im)matérielles par opposition à l'argent]. Et là où ce n'est pas seulement un quartier, c'est que le gouvernement l'a reconnu en tant que communauté à part entière.

• E : Trop de la balle, ça claque grave ça ! C'est ééénnoooomme d'avoir un Eden comme ça avec pleins de gens, en plein cœur urbain. C'est enfin le Paradis sur Terre !

• M : Au moins ils ont assuré celui-là, car pour le céleste nul ne sait si il existe vraiment, sauf les morts qui ne peuvent, par définition, plus témoigner. Selon les mêmes idéaux, plusieurs générations fondèrent des communautés, plus ou moins heureuses : les beatniks après l'horreur absolu de la seconde guerre mondiale et la déception du « rêve américain » (fuite de la dure réalité via les drogues), les hippies – leurs petits frères – par réaction à la guerre du Vietnam et la consommation de masse (communautés de contre-culture), les punks (les petits frères devenus grands et très remontés contre la société : la force haineuse du cadet après la créativité pacifique de l'aîné ; après les « rêveries », place à l'action), les métalleux du hard-rock, les rappeurs des années fric / 80 puis les technoïdes des années 90. Chacun recréait un monde à part, à sa convenance, et surtout très éloigné voire aux antipodes de la dure réalité de leurs sociétés dites modernes et civilisées mais tellement inharmonieuses et traumatisantes au quotidien, quoi qu'on en pensait, ainsi que fondamentalement injustes.

• E : Sympa comme grande famille : ils sont révoltés et créatifs de pères en fils !

• M : ATTENTION !!! Si la masse, et encore plus les moteurs de demain, déjà bien Révoltés de par leur condition de jeun's, a bu au Graal de l'Autogestion Libertaire Egalitaire et Fraternelle (personne ne se connaît mais tout le monde partage les mêmes valeurs, sans bien sûr pour autant avoir des approches et conceptions identiques), alors ce nectar a posé sur ses lèvres un parfum envoûtant, voire obsédant, de Grand Soir. Par transmission de ce savoir « occulte » par les Anarchistes et Libertaires de tout crin [les communistes aussi, mais pour devenir chef à la place du chef : « contrôler l'autonomie » (la base de l'incohérence coco) du Peuple et de chaque Citoyen à la place de l'état], le 21è siècle agrandit la brèche avec les TAZ : (Temporary Autonomic Zone : tout pareil que la FAZ mais en moins bien, … temporaire, mais plus répandue). Les forces de l' « ordre » (pas n'importe qui : les CRS, la gendarmerie mobile avec moult cars : les participants étaient bien protégés / surveillés, il ne manquait plus que les chars de l'armée, car il y avait déjà les hélicos) acceptèrent devant le fait établi et surtout la masse (foule nombreuse aux raves sauvages à l'arrache dans la forêt, festivaux [soyons logique : un cheval, des chevaux donc festival ça devrait être pareil, non ???] bien roots / underground, rassemblements divers et très variés) de rendre aux gens leur responsabilité et Liberté et autorisèrent ces adulescents (pas tous très adulte justement) à s'Autogérer !

• E : Tout ce que tu me dis là est captivant, j'imagine carrément bien ce que ça pouvait être … trop bien d'ailleurs pour que ce ne soit que mon imagination. Cause toujours, tu m'intéresses !

• M : Après 1989 et la chute du communisme (autoritaire), les technoïdes électronifiés (blasés de cette dure réalité sous contrôle économico-politique, du choix entre chômage ou travail à la con) élaborèrent différentes formes de collectivités TAZées (merci de ni voir aucune allusion, non, ils n'étaient pas tous des drogués, moins radicaux – pour la plupart – que ne pouvaient l'être les hippies ou fans de rock comme les Rolling Stones – comme son nom l'indique [les stones qui roulent] – ou les Beatles – poètes lyriques ayant pour muse le LSD, cf Lucy in the Sky with Diamonds). Puisque le marxisme des aïeux n'avait pas aussi bien marché que prévu (c'est le moins qu'on puisse dire), autant essayer son frère ennemi (même si le gentil c'est lui :-), le proudhonisme : l'Anarchie Autogérée de la Collectivité (on n'est jamais mieux servi que par soi-même). Les Communautés (moule standardisant) étaient mortes, que vivent les Collectivités (bouillon de cultures dans un cadre Librement accepté) !

• E : FLASH : j'ai en visu des scènes technoïdes avec du pur son qui claque, des gens tout happy et qui aiment la Terre entière, une ambiance d'Harmonie parfaite entre individus et de communion avec le son, … et des Robocop derrière, mais ils sont cools [ils ne font « que » (?) protéger les personnes et les biens (voire l'inverse selon les « priorités ») des risques inhérents à toute foule] et je crois même que je discute avec quelques-uns. Ils ont l'air hébété de voir autant de jeunes tourner à l'eau, mais pour autant, ils ne font que jeter par terre les produits stupéfiants que les gens allaient se mettre dans les neurones (de toute façon ils ne pouvaient pas arrêter tout le monde, au risque de créer une émeute). Pince moi, Moa, je dois rêver, c'est pas possible autrement. Aïe !! Pas si fort, t'es un grand malade toi !

• M : Désolé, ma douce, haha. T'es sûr que tu te sens ready pour prendre des champis ? Tu sais ce que je t'ai dit concernant le danger psychique si tu n'es pas prête et bien dans ta tête ! Il n'y a que toi qui connaisse tes prédispositions et tes limites et donc peut juger sereinement si y a bon ou pas moy' (moy'en, langage jeun's) !

• E : Oui, c'est bon, tu vas pas me refaire la morale, j'ai compris. Franchement ça va super bien, je suis toute turbo-boostée. J'ai d'autant plus envie maintenant d'essayer les champis, en espérant que ça marche tes girolles pour voyager dans mes consciences !

• M : Bon, si tu le dis. Voici justement Soma, le smart-shop de mon pote indien Uttanka.

• E : Ça c'est de la vitrine psychédélique !

       

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif des 12 Singes - dans Lendemain du Grand Soir
commenter cet article

commentaires