Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

21 janvier 2005 5 21 /01 /janvier /2005 20:06

Le Matin du Grand Soir
Télécharger le fichier : 08-Les matins du Grand Soir.pdf


• M : Justement, trop c'était trop ! Non seulement la droite avait fait passé durant la fin de son mandat de nouvelles lois scélérates (souvent en catimini qui plus est), mais en plus la gauche restait toujours atone ! Après les résultats ambiguës sortis des urnes, le Peuple en était tout déboussolé, ne sachant plus à quels sains d'esprits se vouer. D'autant que les médias restaient pantois face à ce qui ressemblait de plus en plus à un profond désarroi Démocratique : après cette année de campagne et de battage médiatique, nul n'était serein dans ses convictions. Pour éviter le chaos électoral, ceux qui savent pour les Citoyens avaient retourné les cerveaux Citoyens, si bien que personne ne savait quoi faire face à ce match nul où aucun candidat ne sortait vraiment du lot.

• E : Pour sûr, tous ces potentiels « responsables et dirigeants » nous avaient tellement matraqués les esprits et dénigrés leurs adversaires, que nous ne savions que faire pour choisir après tous ces enfantillages et querelles de cours d'école (nationale de l'administration). En plus, les questionnements ne s'arrêtaient pas à la porte du travail, au contraire ils y étaient alimentés par les nombreux débats improvisés.

• M : Oui enfin, même si le début de semaine fut marqué par quelques Grèves sporadiques, pour la plupart des « spécialistes », cela devait en rester là, du moins au niveau économique.

• E : Tu m'étonnes, beaucoup de gens, avec le chômage qu'il y avait, avaient peur de manifester leur mécontentement et de ne plus retrouver leur place après le défilé ! Mais là, nous avions atteint le point de non retour : c'est bien parce que la Révolution paraissait improbable, qu'elle eut lieu !

• M : Exactement, il faut toujours se méfier de l'eau qui dort, d'autant plus avec ces frondeurs de Français ! Après que le mardi des affiches appelant à la Démobilisation Générale soit placardées un peu partout, que Chirac intervienne à la télé pour appeler au bon sens Citoyen et à la reprise de l'activité, les gens se posaient beaucoup de question et en discutaient, comme pour la Constitution européenne, à la pause café et lors des repas.

• E : Surtout que le lendemain du sermon cathodique, c'était le jour des enfants, et la journée du patrimoine. Pleins de gens, en voyant les affiches de Démobilisation Générale, ce sont arrêtés devant elles et plusieurs mouvements de Grèves spontanés se sont lancés. Les Citoyens s'invitèrent dans les institutions qu'ils payaient mais où ils ne pouvaient jamais pénétrer. Les préfectures, casernes et autres, faisaient partie de leur patrimoine en tant que Citoyens contribuables-financeurs des fastes républicains, et ils avaient ainsi le droit de contempler les richesses mobilières de l'état qu'ils incarnaient (ou du moins qu'ils finançaient sans y être représentés). Il s'organisa de nombreuses manifestations festives, auto-organisées et sans autorisation, où des familles profitèrent du jour des enfants et de la Grève pour pique-niquer dans les jardins institutionnels !

• M : Je me rappelle avoir vu des images, c'était incroyable cette liesse. Même si il y avait certaines forces de l'ordre qui étaient intervenues (rares car les casernes était bien gardées, par les Citoyens), tous les Citoyens se mobilisèrent et prirent la défense des Contestataires qui étaient venu en famille et ne faisaient rien de mal. On ne pouvait même pas les virer des institutions car l'état c'était eux et ils débattaient Pacifiquement. La loi ne pouvait rien contre cette Liberté d'expression autant que de ton, et les Citoyens se sentaient Libres de débattre de choses sérieuses alors que leurs politiques ne faisaient rien ou alors se combattaient verbalement pour être calife à la place du calife !

• E : Maintenant que les Citoyens s'étaient pausés et en profitaient pour discuter sereinement sans langue de bois des sérieux problèmes qui agitaient le pays, il était évident pour tous que personne ne pouvait en rester là ! Comme dans mon rêve, les Citoyens prirent conscience que pour faire évoluer cet état de (dé)fait(e), l'élection au second tour n'était pas une solution, mais pire, un piège à cons ! Le choix était vite fait : il fallait désobéir civiquement et faire la Grève des urnes, histoire de ne choisir aucun des prétendants au trône et de laisser au Peuple toute latitude dans ses (R)évolutions à venir !!! Le Grand Soir, chose impensable peu de temps auparavant, était non seulement rêvé par beaucoup, mais surtout il approchait à grand pas, puisque ce fut le soir même que l'état fut déposé et démissionné. Le Peuple, dans toutes ses composantes variées, était en marche Unie : plus rien ne pouvait l'arrêter !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif des 12 Singes - dans Lendemain du Grand Soir
commenter cet article

commentaires