Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

21 janvier 2005 5 21 /01 /janvier /2005 20:46

10 - AN 01 comment ça marche ? Et bien c'est très simple !
Télécharger le fichier : 10-AN 01 comment ça marche


• Esperanta : Concrètement, après le Grand Soir, comment avez-vous défini puis construit Utopia ?

• Moa : Tiens, tu sais ce qu’on peut faire pour que je sois à jour de mon quota d’heures, et donc qu’on puisse continuer de passer du temps ensemble, tranquillou bilou ?

• E : Non, dis moi !

• M : On peut discourir sur la définition des nouvelles bases du système Utopien. On le proposera ensuite au comité de l’Education, et si c’est validé parce qu’on ne dit pas trop de conneries, mes heures seront décomptées. Qu’est ce que tu en penses ?

• E : Euh, tu peux Participer comme ça ? Juste en faisant un enregistrement d’une conversation ?

• M : Oui, mais c’est pas n’importe laquelle, puisqu’on va parler de trucs sérieux ! Et il n’y a pas que les scientifiques ou les gens qui savent qui ont le droit de s’exprimer ! C’est intéressant aussi pour la qualité du débat qu’un tout à chacun développe ses points de vue pour faire avancer la compréhension de la complexité humaine.

• E : C’est sûr, mais faut juste quand même faire gaffe que les arguments ne soient pas du simple ressenti, mais que ça s’appuie sur une réalité concrète et non présupposée !

• M : Je suis bien d’accord avec toi, et ce sera toujours intéressant pour les Utopiens d’avoir le point de vue d’une proto-Emancipée qui ne s’est pas encore culturellement reniée (à présent on appelle ça faire son coming-out civilisationnel) !

• E : Très juste. Tu m’as convaincu ! Allons débattre joyeusement !

• M : Ok, mais sérieusement quand même !!! Faut que ça puisse être utile aux autres !

• E : Bien sûr, tant qu’à faire. Vas-y, je suis toute ouïe !!

• M : Attention, j’appuie sur Rec ! Débat d’Esperanta, une proto-Emancipée fraîchement débarquée à Utopia, et de Moa, Citoyen Utopien. Thématique : Les définitions Emancipatrices d’après Grand Soir et d’avant pleinement Utopia, la théorie de l’An 01 !

• E : Concrètement, après le Grand Soir, comment avez-vous défini puis construit Utopia ?

• M : En fait, on s'est laissé un an pour expérimenter nombres de solutions et ensuite on en a tiré les enseignements.

• E : Et par la suite, à la fin de cette année d'essai, des évolutions par rapport au lendemain du Grand Soir furent adoptées ?

• M : Oui, tout plein !

• E : Ah bon, tant que ça ?

• M : Oui, durant cette année d'expérimentations, de débats, les Citoyens se rendirent compte qu'ils avaient levés un lapin : cette Participation à l'organisation et à la gestion de la vie de tous les jours était une très bonne chose, mais ayant goûtés à l'Autonomie et à l'Autogestion, les Citoyens voulurent aller plus loin en ne se contentant pas de profondes réformes. Ils décidèrent, devant l'enthousiasme des autres Européens et de nombreuses populations, de définir de nouveaux concepts de vie en société. En effet, depuis 1789 et le passage d'une autorité monarchique à celle de la république (1792 pour être précis car au départ le Peuple ne voulait pas changer de régime, mais juste faire en sorte d'être enfin écouté, mais comme toujours on ne l'écoute jamais et ça pète en se demandant bien comment ces gens en sont arrivés là !) puis par la suite des 17 systèmes politiques essayés, les Français semblaient toujours insatisfaits à moyen / long terme de leur représentativité et des réponses apportées aux problèmes fondamentaux tels que la Question Sociale et son ascenseur, les Libertés Individuelles et Collectives ainsi que leur avatar la Sûreté Générale, l'économie, la propriété privée, l'Education et moult encore.

• E : Ah ça, la politique en France (et partout ailleurs) ça a toujours été une lutte entre les Libertés Collectives (voire souvent sa morale) assurées par la protection supradominante (voire liberticide) de l'état et de ses institutions (Rousseau, la Gauche), et les Libertés Individuelles (et sa jungle sauvage) protégées de la dictature de la majorité et de l'oppression des institutions (Nietzsche, la droite et l'Anarchie).

• M : Bien résumé ! C'est en cela que la France était perdue depuis 1789 : avant c'était simple, le Peuple était soumit au roi, point final. Mais après la Révolution, qui doit décider du Bien Commun : les gens eux-mêmes avec les risques de partialité et d'extrémisme, ou la représentation professionnelle de la masse avec ses tendances à tout lisser jusqu'à insatisfaire tout le monde (les pros car c'est pas assez, les antis car c'est trop) ?

• E : Cruel dilemme en effet ! Mais apparemment, vu ce que je vois d'Utopia aujourd'hui, vous avez l'air d'avoir trouvé un bon compromis.

• M : Plutôt oui, on y est allés à tâtons, mais avec l'expérience et les erreurs, maintenant c'est rôdé.

• E : Eh beh, qu'est ce que tu attends nigaud pour me dire comment vous avez fait ?

• M : C'est demandé si gentiment !

• E : Je plaisante bien évidemment mon loulou, c'est juste que je suis très curieuse et avide de connaissance, à un point où j'en suis des fois impatiente. Autant pour moi [gros kiss bien mouillé] !

• M : Bon, alors je reprends pour celle du fond. En fait au cours des débats, et les médias (repris en main par le Peuple dès le Grand Soir) faisant enfin leur travail en diffusant des informations critiques sur la France et la politique dans l'Histoire et dans l'actualité sociale, ainsi que sur les mécanismes sociaux/sociétaux, les Citoyens (de la vieille garde Résistante d'avant guerre aux jeunes loups de la Contestation Altermondialiste en passant par les post soixante-huitards) évoquèrent fréquemment les points qui les rassemblaient au-delà de ceux qui les opposaient. Du coup, il paraissait clair que l'on pouvait définir un cadre commun de vie en société, en laissant toute Liberté s'exprimer.

• E : Et comment ? Donc … ?

• M : Il était notamment évident qu'il y avait une certaine culture (pour ne pas dire morale) française composée des nombreuses et différentes vagues ethno-cultuelles que connu le pays (situé au carrefour européen et méditerranéen des axes de communication), tout autant qu'il y avait de fortes spécificités régionales et même locales. Ainsi la solution pour la gestion « idéologique » et pratique du pays, les deux formant un nouveau projet de civilisation, fut toute trouvée. Il s'agissait d'un mixe entre les girondins Fédéralistes de 1789 (accusés à tort de vouloir démanteler le pays), des Humanistes idéalistes sociaux de 1830 et 1848, des Libertaires socialistes et patriotiques de la Commune de 1871, des Progressistes réformateurs de 1936, des producteurs et intellectuels Emancipateurs/Anarchistes de 1968, et enfin des Libérateurs de cette prison sans chaînes de 2007.

• E : Et quelle forme ça a pris, tu vas me le dire à la fin oui ou merde ?

• M : Si tu le prends comme ça, merde bien sûr !

• E : Mais non, mais t'es chiant à la longue, t'accouches jamais !!

• M : C'est juste pour bien t'expliquer le cheminement de pensée, sinon tu vas croire que c'est venu comme ça, comme par enchantement, ou pire, par soufflement de quelques uns !

• E : Je ne crois rien moi, je t'écoute c'est tout ! Allé, fais risette et sois mignon en reprenant, mon grand gourou.

• M : Pfff, toi je te jure … Bon, donc je vais droit au but.

• E : Oui please.

• M : Donc en bref, les Citoyens ont opté pour une gestion locale directe par les habitants par le biais d'une Assemblée Communale et de vote des décisions les plus importantes à une très forte majorité (sans dénigrer pour autant la minorité insatisfaite, en expérimentant puis en en rediscutant avec pragmatisme). Même pour les grandes villes, tous les choix (ou plutôt orientations) se feraient désormais par l'ensemble des Citoyens, à charge pour des mandatés révocables et responsables de la mise en application concrète et pratique. Ainsi tout le monde pouvait s'exprimer, les non spécialistes soulevant souvent des questions naïves qui révèlent de vrais débats, les absents non motivés ayant torts car ils avaient enfin la parole et ils seraient écoutés. Les départements furent abolis au profit des Collectivités de Communes et des Régions pour avoir des structures plus locales tout en étant plus globales (notamment au niveau européen). Celles-ci se redéfinissent alors selon les territoires culturels et non plus administratifs. Les décisions par les résidents furent ainsi d'autant plus efficaces et faciles à prendre que tous les partenaires locaux ou régionaux étaient à une même table pour débattre. Toutes les Communes furent déclarées Autonomes entres elles et créèrent des Alliances locales et supra spatiales (régions, territoires éloignés, aires de pays étrangers) basées sur un Contrat Moral Librement accepté. La république une et indivisible avait montré toutes ses faiblesses, voire dangers (actions Autonomistes corses, basques, bretonnes, polynésiennes), donc le système choisi pour la cohérence « nationale » (disons plutôt francophone) fut celui, depuis longtemps exprimé mais jamais assouvi, du Fédéralisme. Les entités locales (et donc directement les Citoyens) qui voulaient profiter des avantages, des droits de la Fédération Démocratique et Sociale des Français Européens, devaient alors s'engager à Respecter les Résolutions Collectives tenant lieu de Constitution auprès des Citoyens-Adhérents et une Charte de l'Ethique en Société Libertaire, Egalitaire et Fraternelle avec les devoirs qui en découlent.

• E : C'est trop fort, c'est vrai qu'à vue de nez ça parait plutôt pas mal. Et ça consiste justement en quoi ta Constitution ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif des 12 Singes - dans Lendemain du Grand Soir
commenter cet article

commentaires