Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

21 janvier 2005 5 21 /01 /janvier /2005 21:03

De l'Instruction, autant que de l'Education
Télécharger le fichier : 12-Les Lendemains du Grand Soir.pdf


• M : Et ce qu’il faut surtout noter, c’est que sans véritable Education Personnelle et Citoyenne, tout ceci n’aurait pas été aussi pérenne. Bien sûr, juste après le Grand Soir, tout le monde n’est pas devenu comme par magie un Citoyen Responsable. Au départ, il a fallu montrer que nous n’étions pas des « sauvages » qui allions brûler l’ancienne société pour mieux reconstruire sur ses cendres fumantes. Il y aurait bien évidemment des changements radicaux, mais sans esprit de vengeance de classe : Utopia devait se construire sur les enseignements des expériences du passé, en Révolutionnant de fond en comble les infra et superstructures, mais en préservant les forces vives de la nation.

• E : C’est vrai que depuis plus de dix millénaires (depuis l’avènement de l’agriculture) que les Peuples étaient soumis aux dogmes de l’état et de l’argent, il fallait élaborer de nouveaux schémas de pensée, non plus basés sur la supériorité hiérarchique ou financière, mais sur le Respect des Différences de l’Autre dans l’Egalité des Droits et Devoirs.

• M : Certes, mais finalement cela s’est fait sans trop de difficultés car les Citoyens n’aspiraient qu’à ça : la Reconnaissance et le Respect dans la Liberté, l’Egalité et la Fraternité. Ce que l’état leur promettait depuis la soi-disant « grande » Révolution de 1789 et qu’il n’arrivait (ou ne voulait) pas à concrétiser (depuis plus de 200 ans, et ce malgré les évolutions économico-sociales), l’Anarchie l’a fait en deux trois coups de cuillère à pot.

• E : Mais concrètement, comment et qu’est ce que vous avez fait ?

• M : La première chose fut d’analyser le contenu des débats des Ateliers de Discussion du lendemain du Grand Soir, puis d’en faire une synthèse. Celle-ci servit à la population pour lancer de nouveaux débats de réflexion, mais surtout aussi à comprendre les attentes et les mentalités des autres Citoyens. Ceci permit à toute la France de mieux cerner les différentes tendances qui l’a compose, et de se positionner par rapport à celles-ci (sans pour autant vouloir rentrer dans des cases prédéfinies, mais plutôt pour voir ce qui se dit ailleurs et ce que l’on en pense ici).

• E : Et après ?

• M : Ensuite, on a organisé des actions de sensibilisation pour faire évoluer les mentalités et transmettre toutes les valeurs humanistes de la primo Constitution. Les universités organisèrent des journées réflexives sur comment s’Emanciper moralement : par de la philosophie individualiste pas trop perchée, de la sociologie pour comprendre les phénomènes de civilisation et des collectivités, de l’éthique et du droit appliqués pour préparer la Justice Populaire en respectant les valeurs des autres (ni meilleures, ni pires : Différentes). Et ensuite, les gens jouèrent comme des gamins, s’exprimant artistiquement (après avoir refait le monde ça fait du bien) et se (re) découvrant des talents d’expression corporelle ou culturelle.

• E : Cool !

• M : Mais tu sais, de toute façon, à part quelques rafraîchissements mémoriels concernant l’Education Civique (la nouvelle, basée sur la Démocratie Participative), les gens savaient exactement quoi faire et comment. C’est en cela que le communisme était une traîtrise absolue, car Marx estimait que les gens étaient cons (ce qui pouvait être éventuellement vrai en terme de politique, en tant que gestion de la Cité, mais pas en tant qu’idées sur l’avenir) et qu’il fallait donc leur imposer par la dictature du « Prolétariat » (plutôt des chefs, petits bourgeois pour beaucoup) l’avènement d’une société nouvelle. Certes, il faut toujours se méfier des réactions en chaîne de la masse (car ce que ferait 1000 fois 1 individu peut être très différent de ce que ferait 1 fois 1000 individus, phénomène de groupe oblige), mais il ne faut pas non plus y voir un ennemi (sinon c’est reconnaître que sans autorité point de salut, alors que dans de nombreux domaines cela fonctionne à merveille – et même que cela ne marcherait plus si il y avait un quelconque chef : du désordre naît l’ordre, alors que de l’ordre naît le désordre). Globalement, les Citoyens étaient responsables (tout comme ils l’étaient avant le Grand Soir, il n’y avait pas de raison que cela change), et dans les cas contraires, la médiation fit rapidement rentrer les choses dans l’ « ordre » (disons plutôt la sérénité).

• E : Mais j’imagine que ça n’a pas été facile de faire évoluer les vieux de la veille !

• M : C’est vrai que ça n’a pas toujours été ni évident ni une partie de plaisir. Mais beaucoup voyaient que les gens étaient plus heureux ainsi et de fait la vie quotidienne paraissait plus enthousiasmante même si on allait aussi loin qu’avant dans la gestion des tâches, mais le cœur léger. Pour ceux qui étaient trop dépassés et qu’on n’arriverait pas à updater, on a viré ces dirigeants et on les a remplacés par des jeunes stagiaires durant un mois pour inculquer une nouvelle dimension. Ils connaissaient aussi bien la théorie (voire même mieux car l’expérience vous fait oublier les bases pour vous concentrer sur la pratique intuitive), mais n’étaient ni sclérosés par le système précédemment en place, ni induits en erreur par des conceptions passéistes largement remises en question depuis.

• E : Vous avez utilisé la fine fleur de l’enseignement pour faire bouger les choses ! La jeunesse est clairement le moteur de l’évolution et de l’innovation, d’autant plus dans ce cadre post-Révolutionnaire !

• M : Oui, parce que souvent, en sortant de l’école, on voit que tout ce qu’on nous a appris à ne pas faire est largement répandu dans l’entreprise ou autre. Alors que ces petits jeunes avaient de très bonnes bases et avaient déjà fait assez de stages sous/non payés pour savoir comment fonctionne ce petit monde et encore plus comment l’améliorer pour qu’il tourne mieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif des 12 Singes - dans Lendemain du Grand Soir
commenter cet article

commentaires