Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

21 janvier 2005 5 21 /01 /janvier /2005 21:26

Retraite bien méritée
Télécharger le fichier : 13-Utopia, je crois que ça va être possible


• E : Et maintenant que notre Olympe se fait vieille, comment ça se passe pour elle ?

• M : On ne l’a met pas à l’écart comme dans l’autre monde ! Déjà, tout ce qu’elle a pu apprendre tout au long de sa vie, sera retransmis aux nouvelles générations. En fonction des compétences acquises et de ses expériences passées, différentes catégories de jeunes et moins jeunes bénéficieront de ses enseignements en termes de gestion de famille, de bonne Participation, de bonne entente Citoyenne !

• E : Tant qu’à faire, c’est sûr que c’est toujours mieux que le savoir circule !

• M : Exactement, non seulement c’est utile à la société, mais en plus, ça permet aux aînés de ne pas se sentir exclus, car tant que la personne est capable, elle fait intégralement partie du corps social !

• E : Et justement si elle n’est plus capable ?

• M : Alors, on ne fait pas d’acharnement, ni thérapeutique, ni vitale ! Quand le corps de l’individu fait défaillance, même si la personne se sent « bien », on fait tout pour préparer en douceur son départ vers les vers de terre, on ne fait pas en sorte de prolonger une vie si c’est pour que la personne reste piégée de son corps malade. Il faut bien comprendre qu’ici, la mort n’est plus subie, elle fait partie intégrante de la vie. Ce n’est pas parce que la médecine et la science ont nettement progressé, que l’humain doit croire qu’il peut être immortel. Bien sûr, c’est toujours aussi dur de voir partir ceux qu’on aime, mais du moment qu’ils ont eu une belle vie et qu’on les accompagne jusqu’à leur dernier souffle, on ne peut pas faire beaucoup mieux !

• E : Vous avez pas trouvé d’élixir de jouvence avec tous les progrès techniques que vous avez fait ?

• M : On aurait pu, mais ce n’est pas forcément le but du jeu de pouvoir vivre très longtemps. Déjà parce qu’il faut préserver une bonne santé, ce qui est loin d’être évident, ensuite parce que ce n’est pas nécessairement bénéfique pour l’humanité que de durer trop longtemps ! Ce n’est pas parce qu’on pourrait éventuellement le faire technologiquement, qu’humainement on doit le faire ! Utopia a choisi : tout à un début et une fin ! La seule vraie différence avec l’autre monde, c’est qu’ici chacun choisi (autant que possible et faire se peut) les conditions de sa mort.

• E : Enfin vous avez légalisé l’euthanasie ?!

• M : Bien sûr, je ne vois pas en quoi ça regarde l’état ce que nous faisons de notre corps et des conditions de notre départ vers l’infini des cycles de vie-mort-recyclage-vie !

• E : C’est clair, c’était vraiment un relent, un reste, des considérations judéo-chrétiennes que l’état c’était réattribué ! Si on pouvait choisir de donner la vie ou non, je ne vois pas pourquoi on ne pouvait décider du terme de son existence ! Interdire l’euthanasie, c’est comme interdire le suicide, c’est complètement con, inefficace et inhumain pardessus tout !

• M : A présent, on fait clairement le distinguo entre le corps (individu) et l’esprit (personne), même si les deux marchent ensemble. Par contre, quand l’esprit est défectueux ou n’est plus, on considère à juste titre que la personne que nous connaissions est morte, même si cliniquement son encéphalogramme n’est pas plat. Du coup, son corps est réellement vu comme une enveloppe, qui hébergea une personne aimée, mais une carapace vide qui n’a plus d’importance en tant que tel : ce n’est jamais qu’un amas de cellules, tout comme un embryon n’est pas un enfant !

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif des 12 Singes - dans Lendemain du Grand Soir
commenter cet article

commentaires