Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 17:30

La référence au sexuel est d'abord une référence au caractère fondamental et déterminant qu'est le couple plaisir/déplaisir dans la manière où il appréhende le monde et le signifie.

C'est le premier jugement d'attribution : "cela est bon, je veux le mettre en moi", ou "cela est mauvais (déplaisant) et je veux le rejeter de moi ou l'interdire de rentrer en moi".

Il faut alors trouver un moyen de rendre ce qui provoque d'emblée plutôt du déplaisir suffisamment plaisant pour pouvoir l'accepter et l'intégrer.

 

les théories à partir desquelles l'enfant "signifie" son expérience du monde et de lui-même sont des "théories sexuelles infantiles" : elles sont des théories du plaisir et du déplaisir, des théories de ce qui provoque le plaisir, des théories de ce qui fait souffrir, de ce qui soulage, de ce qui soigne, des théories du traitement de la pulsion (et traitement par la pulsion) et des grandes énigmes qu'elle produit dans la vie psychique.

Caractère sexuel du sens, des premières formes de mise en sens de l'expérience subjective.

Le terme de sexualité réfère à un comportement, à la mise en acte d'un certain nombre de désirs, c'est-à-dire à une certaine forme de réalisation, de tentative de réalisations des désirs, de mise en œuvre de ceux-ci dans la relation à l'Autre ou la relation à soi-même.

Le terme de sexuel réfère quant à lui à un éprouvé subjectif, que celui-ci s'accompagne ou pas d'une mise en acte. Bien sûr, le sexuel n'est pas sans rapport avec la sexualité, qui est une importante source de plaisir. Mais il se réfère surtout à la vie pulsionnelle interne, à la place des pulsions dans le processus psychique (intérioration ou externalisation des contenus psychiques), processus d'appropriation subjective par lesquels le sujet "introjecte" et intègre sa vie affective ainsi que les désirs que celle-ci comporte. Le sexuel donne le modèle de notre rapport subjectif interne à l'Autre et à soi-même. Il met en scène comment les choses "rentrent" en soi, comment "ça rentre", comment "ça sort", dans le corps, dans la psyché. Ainsi, le sexuel définit des modalités intrapsychiques, que celles-ci s'accompagnent ou pas de manifestations dans le comportement sexuel, dans la sexualité du sujet.

 

La pulsion est ce qui met en mouvement, en branle, le processus psychique, ce qui provoque le travail psychique.

Les forces, les pulsions, qui animent la vie psychique ne sont pas toutes en harmonie. Elles peuvent rentrer en conflit, luttes et oppositions les unes avec les autres, ou avec d'autres formations psychiques, le moi, le surmoi (qui représente la partie de la psyché contenant les règles de fonctionnement auxquelles le moi doit se soumettre), ou certains pans de ceux-ci.

Le "ça" est le réservoir des pulsions, le fond de la psyché à partir duquel les autres parties vont devoir se différencier.

La pulsion est ce qui donne le sens, la direction du processus psychique, son vecteur.

Expérience subjective comporte la pulsion, l'excitation, la contrainte que la pulsion exerce sur la psyché, de l'exigence de travail psychique qu'elle impose.

La perception et la réalité extérieure doivent être "pulsionnalisées", investis par la pulsion pour prendre sens.

L’excitation désigne un état de la pulsion peu organisé, peu représenté dans son but, son objet. L'excitation est diffuse, la direction n'est pas précise, mais il y a néanmoins l'idée d'une tension à évacuer d'une manière ou d'une autre.

La pulsion désigne un état de l'excitation organisée vers un but, qui possède une poussée directionnelle.

La motion pulsionnelle est la manière dont la pulsion se manifeste.

Le désir désigne une poussée pulsionnelle, une motion pulsionnelle appropriée par un sujet, reprise à son compte par le sujet.

On peut en effet accepter la poussée pulsionnelle (on se sent alors porteur d'un désir), ou au contraire en refuser la teneur, la représentation ou la force, et la pulsion peut produire une crainte, une menace, une effraction potentielle pour la psyché.

Position que prennent la psyché à l'égard de la poussée pulsionnelle, la position subjective qu'elle adopte.

 

La problématique de l'analité et de la castration s'inscrit dans celle, plus vaste, du pouvoir et de la sexualité.

Le pouvoir et la sexualité sont deux réalités intimement liées : en effet, comment le pouvoir pourrait-il se reproduire, si ce n'est sexuellement ?

Là où il y a production et reproduction est le sexe, fût-il imaginaire.

Mais le pouvoir est aussi un lieu de plaisir et la sexualité le domaine du pouvoir sur l'autre et sur soi-même. En matière d'autorité et de sexualité, il y a ceux qui "en ont" et ceux qui "n'en ont pas".

L'autorité est mâle : elle est un attribut, aussi ne faut-il pas dépasser ses attributions, ne pas vouloir en faire plus que son père (on tomberait malade).

La femme n'a pas d'autorité spécifique : elle ne détient que celle considérée par le mâle dès lors qu'il exerce son pouvoir sexuel. Pour "en avoir", la femelle peut choisir la réussite professionnelle (notamment sexuelle : la prostitution) ou encore ne jamais exercer son pouvoir sexuel (la virginité, notamment dans une vie spirituelle/religieuse).

De manière générale, la société ne lui reconnaît d'autorité qu'en tant que mère. La femme ne participe qu'au pouvoir et à la puissance ; elle disposerait d'une grande puissance de séduction et d'un pouvoir sexuel restreint, une sorte de sexualité animale.

En réalité, le mâle n'en finit pas de vouloir être un et de se croire unique, comme si la possession du phallus lui conférait l'existence même : "je l'ai, donc je (le) suis".

Sa quête amoureuse, incessante, ne signifie ni plus ni moins que la nostalgie d'une unité perdue : elle passe par le sexe (le sien) et la possession de la femme : faire l'amour c'est ne faire qu'un.

Pour la femme, son sentiment d'existence n'est pas aussi tributaire d'un seul organe, mais de la totalité du corps.

Cette moindre localisation de la jouissance permet à la femme de mieux dissocier érotisme et le sexe, et explique une plus grande aptitude à l'amour.

Son ouverture à l'altérité lui donne la chance d'accéder à l'Un, qui ne peut provenir que de l'Autre.

Ainsi, quand on aime, il ne s'agit pas de sexe.

Moins que l'homme, la femme ne sera dupée par la prétendue unité du rapport sexuel. C'est bien en relation avec le par-être que nous devons articuler ce qui supplée au rapport sexuel en tant qu'inexistant. Il est clair que, dans tout ce qui s'en approche, le langage ne se manifeste que de son insuffisance. Ce qui supplée au rapport sexuel, c'est précisément l'amour.

 

Analité et érotisme anal : première phase, en lien avec l'évacuation, est caractérisée par la pulsion sadique de destruction; la seconde, liée à la rétention, se manifeste par la pulsion sadique de possession.

Cette double symbolique du don et du refus, dans l'activité de défécation, montre que l'intérêt pour l'argent, dans la mesure où il est de nature libidinale, se rapporte au plaisir excrémentiel.

Les marchés sont plus des lieux d'échange de la parole que de l'argent.

Assimilation du corps à l'analité (trou du cul, tas de merde, fumier).

Sans argent, l'homme ne vaut rien. Le pouvoir politique lui-même n'a d'intérêt que pour l'argent qu'il procure et la jouissance qui en découle.

 

La hantise de la castration l'amène à rejeter cette castration, comme si l'humain ne voulait rien savoir de cette angoisse, au profit d'un "commerce par l'anus". Par ce repli, il refuse la réalisation génitale de la sexualité, tout en entretenant une attitude ambivalente à l'égard du père, castrateur, objet des désirs de mort et par là source de culpabilité.

 

Castration :

Relation entre la fixation anale et la castration, et relation entre le complexe de castration et le complexe d'Oedipe.

En attribuant un pénis à tous, l'enfant ne peut expliquer la différence entre les sexes que par la castration. Ainsi, le garçon craint la perte de son pénis alors que la fille ressent son absence comme un manque.

Le complexe de castration garde son unité sous des formes symboliques extrêmement variées (phobies, actes manqués, accidents, maladies, etc.) et on retrouve aussi ses effets dans des phénomènes tels que l'impuissance, la frénésie sexuelle, l'envie exacerbée du pouvoir et de l'appropriation des êtres et des choses.

Le complexe se fonde sur les expériences traumatisantes de perte, de séparation avec un objet : la perte du sein maternel, le sevrage et la défécation

L’envie du pénis constitue un élément déterminant de la sexualité féminine, notion élargie au champ du désir par pénis (pouvoir)=enfant=argent, donc un retour à l'analité.

L’envie est inhérente à la phase orale, le sein maternel est son premier objet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif des 12 Singes - dans Infos brutes de décoffrage
commenter cet article

commentaires