Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 16:09
  • http://expositions.bnf.fr/mai68/icono/index.htm

    Mutation lave plus blanc que révolution ou réformes
    Censier
  • Mur baignant infiniment dans sa propre gloire
    Nanterre, Hall A
  • Les murs ont des oreilles. Vos oreilles ont des murs
    Condorcet
  • N'admettez plus d'être / immatriculés / fichés / opprimés / réquisitionnés / prêchés / recensés / traqués /
    Odéon, escalier foyer
  • La nature n'a fait ni serviteurs ni maîtres, je ne veux donner ni recevoir de lois
    Hall, Sciences Po.
  • Ne changeons pas d'employeurs, changeons l'emploi de la vie
    Sorbonne
  • Ne consommons pas Marx
    Censier
  • Ne dites plus : Monsieur le Professeur, dites : crève salope !
    Rue Cujas
  • Ne dites plus : urbanisme, dites : police préventive
    Beaux-Arts
  • Ne me libère pas, je m'en charge
    Nanterre, bâtiment GH, ascenseur
  • Ne nous attardons pas au spectacle de la contestation, mais passons à la contestation du spectacle.
  • Ne nous laissons pas bouffer par les politicards et leur démagogie boueuse.  Ne comptons que sur nous-mêmes.  Le socialisme sans la liberté, c'est la caserne.
  • Ne prenez plus l'ascenseur, prenez le pouvoir
    107, avenue de Choisy
  • Ne travaillez jamais !
    Nanterre et/ou Sorbonne
  • Ne vous emmerdez pas, merdifiez
    Censier
  • Ne vous emmerdez plus, emmerdez les autres
    Nanterre, Hall C. Rz.
  • Le n'importe quoi érigé en système
    Nanterre
  • Le nihilisme doit commencer par soi-même
    Censier
  • Ni maître, ni Dieu.  Dieu, c'est moi
    Censier
  • Ni robot, ni esclave
    Censier
  • Non à la révolution en cravate.
  • Notre espoir ne peut venir que des sans-espoir
    Hall Sc. Po.
  • Nous avons une gauche préhistorique
  • Hall Sc. Po.
  • Nous n'avons fait que la 1ère insurrection de notre révolution
    "Or, les vraies vacances, c'était le jour où nous pouvions regarder une parade gratuitement, où nous pouvions allumer un feu géant au milieu de la rue sans que les flics nous en empêchent." Harpo Marx (Harpo speaks)
    Sorbonne
  • Nous ne voulons pas d'un monde où la certitude de ne pas mourir de faim s'échange contre le risque de mourir d'ennui.
    Sorbonne (une autre source mentionne "garantie" au lieu de "certitude")
  • Nous refusons d'être H.L.M.isés, diplômés, recencés, endoctrinés, sarcellisés, sermonés, matraqués, télémanipulés, gazés, fichés.
  • Nous sommes des rats (peut-être) et nous mordons. Les enragés
    Sorbonne
  • Nous sommes rassurés : 2 + 2 ne font plus 4
    Censier
  • Nous sommes tous des "indésirables".
  • Nous sommes tous des juifs allemands
    Gare de Lyon
  • Nous voulons : les structures au service de l'homme et non pas l'homme au service des structures. Avoir le plaisir de vivre et non plus le mal de vivre
    Odéon
  • Nous voulons une musique sauvage et éphémère.  Nous proposons une régénération fondamentale : grève de concerts, des meetings sonores : séances d'investigation collectives, suppression du droit d'auteur, les structures sonores appartiennent à chacun.
  • Nous voulons vivre.
  • La nouveauté est révolutionnaire, la vérité aussi
    Censier
  • Nul n'arrive à comprendre s'il ne respecte, conservant lui-même sa propre nature, la libre nature d'autrui
    Censier
  • L'obéissance commence par la conscience et la conscience par la désobéissance
    Censier
  • Occupation des usines.
  • O gentils messieurs de la politique, vous abritez derrière vos regards vitreux un monde en voie de destruction. Criez, criez, on ne saura jamais que vous avez été castrés.
    Sorbonne, galeries Lettres
  • On achète ton bonheur, vole-le !
    Sorbonne, hall Richelieu
  • On n'a... pas le temps d'écrire !!!
  • On n'efface pas la vérité (ni d'ailleurs le mensonge)
    Nanterre, salle C20
  • On ne revendique rien, on prend
    Faculté de médecine
  • On ne revendiquera rien, on ne demandera rien, on prendra, on occupera
    Sorbonne, hall grand amphi.
  • L'orthografe est une mandarine
    Sorbonne
  • Ôsons
    Nanterre
  • "Ôsons !  Ce mot renferme toute la politique de cette heure." (Saint-Just)
  • Oubliez tout ce que vous avez appris.  Commencez par rêver
    Sorbonne
  • Ou vous vous emparez des usines, des bureaux, des banques, de tous les moyens de distribution, ou vous disparaîtrez sans laisser de traces ! La révolution a besoin d'argent et vous, aussi; les banques sont là pour nous en fournir ! Une organisation, oui ! Une autorité ou un parti, NON ! (Bonnot and Clyde)
    Rue de l'Estrapade
  • Ouvrez les fenêtres de votre coeur
    Censier
  • Ouvrons les portes des asiles, des prisons et autres facultés
    Nanterre, amphi. Musique
  • La paresse est maintenant un crime, oui, mais en même temps un droit
    Censier
  • Parlez à vos voisins (et à vos voisines, bordel !)
    Rue Racine et/ou Censier
  • Participez au balayage. Il n'y a pas de bonnes ici
    Beaux-Arts
  • Pas de liberté aux ennemis de la liberté.
  • Pas de replâtrage, la structure est pourrie.
  • "La passion de la destruction est une joie créatrice." (Bakounine)
  • Le patron a besoin de toi, tu n'as pas besoin de lui.
  • Au pays de Descartes les conneries se foutent en cartes
    Lycée Condorcet
  • La pègre, c'est nous
    Rue Moufetard
  • Une pensée qui stagne est une pensée qui pourrit
    Rue des Fossés-Saint-Jacques et/ou Sorbonne
  • Penser ensemble, non. Pousser ensemble, oui
    Assas, faculté de droit
  • La perspective de jouir demain ne me consolera jamais de l'ennui d'aujourd'hui
    Nanterre, escalier C, 1er étage
  • Plébicite : qu'on dise oui qu'on dise non, il fait de nous des cons.
  • Pluie. Pluie et vent et carnage ne nous dispersent pas mais nous soudent (Comité d'agitation culturelle)
    Sorbonne
  • La plus belle sculpture, c'est le pavé que l'on jette sur la gueule des flics.
  • Plus jamais Claudel
    Nanterre, Hall E
  • Plus je fais l'amour, plus j'ai envie de faire la révolution. Plus je fais la révolution, plus j'ai envie de faire l'amour
    Sorbonne
  • La poésie est dans la rue
    Odéon, rue Rotrou
  • La politique se passe dans la rue.
  • Pour mettre en question la société où l'on "vit", il faut d'abord être capable de se mettre en question soi-même.
  • Pourvu qu'ils nous laissent le temps...
  • Le pouvoir avait les universités, les étudiants les ont prises.  Le pouvoir avait les usines, les travailleurs les ont prises.  Le pouvoir avait l'O.R.T.F., les journalistes lui ont pris.  Le pouvoir a le pouvoir, prenez-le lui !
    Sc. Po., hall d'entrée
  • Le pouvoir est au bout du fusil (est-ce que le fusil est au bout du pouvoir ?)
    Nanterre, hall C Rz
  • Le pouvoir sur ta vie tu le tiens de toi-même
    Rue Dauphine et/ou Odéon, rue Rotrou
  • Prenons la révolution au sérieux, mais ne nous prenons pas au sérieux
    Odéon
  • Professeurs, vous êtes aussi vieux que votre culture, votre modernisme n'est que la modernisation de la police, la culture est en miette (les enragés)
    Sorbonne
  • Professeurs, vous nous faites vieillir
    Rue Soufflot
  • Quand l'assemblée nationale devient un théâtre bourgeois, tous les théâtres bourgeois doivent devenir des assemblées nationales
    Odéon
  • Quand le dernier des sociologues aura été étranglé avec les tripes du dernier bureaucrate, aurons-nous encore des "problèmes" ?
    Sorbonne, hall GD amphi.
  • Quand le doigt montre la lune, l'imbécile regarde le doigt (proverbe chinois)
    Conservatoire de musique
  • Quand les gens s'aperçoivent qu'ils s'ennuient, ils cessent de s'ennuyer.
  • Que c'est triste d'aimer le fric.
  • Qu'est-ce qu'un maître, un dieu ?  L'un et l'autre sont une image du père et remplissent une fonction oppressive par définition
    Médecine
  • Qui parle de l'amour détruit l'amour.
  • Le reflet de la vie n'est que la transparence du vécu
    Sorbonne, hall Grand amphi.
  • Réforme mon cul.
  • Regarde-toi : nous t'attendons !
    Odéon
  • Regarde ton travail, le néant et la torture y participent
    Sorbonne, hall grand amphi.
  • Regardez en face !!!
  • Les réserves imposées au plaisir excitent le plaisir de vivre sans réserve.
  • Le respect se perd, n'allez pas le rechercher
    Condorcet
  • Le rêve est réalité
    Censier
  • La révolution cesse dès l'instant qu'il faut se sacrifier pour elle.
  • La révolution, c'est une INITIATIVE.
  • La Révolution doit cesser d'être pour exister
    Nanterre, hall A1
  • La révolution doit se faire dans les hommes avant de se faire dans les choses
    Beaux-Arts
  • La révolution est incroyable parce que vraie
    Censier
  • Révolution, je t'aime.
  • Un révolutionnaire est un danseur de cordes
    Nouvelle faculté de médecine
  • La révolution n'est pas seulement celle des comités mais avant tout la vôtre.
  • Une révolution qui demande que l'on se sacrifie pour elle est une révolution à la papa
    Médecine
  • Un rien peut être un tout, il faut savoir le voir et parfois s'en contenter
    Nanterre, amphi. musique
  • Le rouge pour naître à Barcelone, le noir pour mourir (non, Ducon, pour vivre à Paris)
    Boulevard Saint-Michel
  • Le sacré, voilà l'ennemi
    Nanterre, hall B
  • Savez-vous qu'il existait encore des chrétiens ?
    Sorbonne
  • Scrutin putain
    Censier
  • Seule la vérité est révolutionnaire.
  • Un seul week-end non révolutionnaire est infiniment plus sanglant qu'un mois de révolution permanente
    Institut des langues orientales
  • SEXE : c'est bien, a dit Mao, mais pas trop souvent.
  • Si besoin était de recourir à la force, ne restez pas au milieu
    Rue Champolion
  • Si tu rencontres un flic, casse-lui la gueule
    Gare Saint-Lazare
  • Si tu veux être heureux, pends ton propriétaire.
  • Si vous continuez à faire chier le monde, le monde va répliquer énergiquement
    Nanterre, salle des prof. RC
  • Si vous pensez pour les autres, les autres penseront pour vous
    Nanterre, salle C24
  • La société est une fleur carnivore
    ?
  • La société nouvelle doit être fondée sur l'absence de tout égoïsme, de tout égolatrie.  Notre chemin deviendra une longue marche de la fraternité.
    Sorbonne, hall bibliothèque
  • Sous les pavés la plage
    Rue Sommerard
  • Soyez réalistes, demandez l'impossible
    Censier
  • Soyez salés, pas sucrés !
    Lycée Louis-le-Grand et/ou Odéon
  • Soyons cruels
    Rue des Écoles
  • Staliniens vos fils sont avec nous
    Place Denfert-Rochereau
  • Les syndicats sont des bordels
    Rue Lafayette
  • Toi, mon camarade, toi que j'ignorais derrière les turbulences, toi jugulé, apeuré, asphyxié, viens, parle à nous.
  • Tout acte de soumission à la force qui m'est extérieure me pourrit tout debout, mort avant que d'être enterré par les légitimes fossoyeurs de l'ordre.
    Hall Nouvelle fac. médecine
  • Tout ce qui est discutable est à discuter
    Nanterre
  • Tout enseignant est enseigné.  Tout enseigné est enseignant.
    Sc. Po., hall bibliothèque
  • Tout est Dada
    Odéon, foyer
  • "Toute vue des choses qui n'est pas étrange est fausse." (Valéry)
  • Tout le pouvoir aux conseils ouvriers (un enragé).
  • Tout le pouvoir aux conseils enragés (un ouvrier).
  • Tout pouvoir abuse.  Le pouvoir absolu abuse absolument.
    Nanterre, escalier C, 2è étage
  • Tout réformisme se caractérise par l'utopiste de sa stratégie et l'opportunisme de sa tactique
    Sorbonne, Grand Hall
  • Travailleur : tu as 25 ans mais ton syndicat est de l'autre siècle.
  • Le vent se lève.  Il faut tenter de vivre
    Nanterre, salle C20
  • Vibration permanente et culturelle.
  • La vie est ailleurs
    Sorbonne
  • La vieille taupe de l'histoire semble bel et bien ronger la Sorbonne.  Télégramme de Marx, 13 mai 1968.
  • Vigilance ! Les récupérateurs sont parmi nous ! "Anéantissez donc à jamais tout ce qui peut détruire un jour votre ouvrage." (Sade)
    Sorbonne
  • Violez votre Alma Mater.
  • Vite !
    Collège de France
  • Vive le pouvoir des conseils ouvriers étendu à tous les aspects de la vie
    Nanterre
  • Vive les enragés qui bâtissent des aventures.
    Sorbonne, hall Grand Amphi.
  • Vive les mômes et les voyous
    Nanterre, hall C. Rz.
  • Vivre au présent.
  • Voir Nanterre et vivre.  Allez mourir à Naples avec le Club Méditerranée.
  • Vous aussi, vous pouvez voler
    Sorbonne
  • Vous êtes creux.
  • Vous êtes en face d'une force. Prenez garde de déclencher la guerre civile par votre résistance.
    Nanterre
  • Vous finirez tous par crever du confort
    Nanterre, hall grand amphi.
  • Zelda, je t'aime !  À bas le travail ! 

Dans la même ligne, mais après 68

  • Je te bonheur
    Paris, mur du métro, 1970 environ
  • Les grandes femmes meurent jeunes, c'est pour ça qu'il ne reste plus que des petites vieilles
    Paris, mur de soutènement, trou des Halles
  • Unitaires de tous les pays, prolétez-vous
    Ascenseur de la Policlinique de Médecine, Genève, 1969

Les sources

J'ai glâné une première provision de slogans dans les livres suivants :

  • Interdit d'interdire.  Les murs de mai 68, par les Enragés anonymes (introduction de Michel Lévy), L'Esprit frappeur, n° 16, 1998, 64 pages, ISBN 2-84405-032-8.
    Ce livre ne contient que des slogans.
  • Mai 68 à l'usage des moins de 20 ans, préface de Jean-Franklin Narodetzki, Babel, série Révolutions, n° 323, 1998, 201 pages, ISBN 2-7427-1652-1.
    Ce livre reproduit également quelques tracts.
  • Paroles de mai, textes rassemblés par Michel Piquemal, préface de Jacques Le Glou, Albin Michel, 1998, 64 pages, ISBN 2-7028-1828-5.
    Ce livre contient des slogans, des tracts et quelques photos.

J'ai également pillé la collection de slogans que l'on trouve à la page  http://www.bopsecrets.org/French/graffiti.htm, dont les sources sont les suivantes :

  • L’imagination au pouvoir de Walter Lewino, Losfeld, 1968.
  • Les murs ont la parole de Julien Besançon, Tchou, 1968.
  • Paris ’68 de Marc Rohan, Impact, 1968.
  • Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations de René Viénet, Gallimard, 1968.
  • Mai 1968 : brûlante nostalgie de Gérard Lambert, Pied de nez, 1988.

À propos de Mai 68 en général, j'ai aussi consulté

  • Mai 68.  Histoire des événements de Laurent Joffrin, Seuil, coll. Points Politique Po133, 1998, 376 pages, ISBN 2-02-010163-7.
  • Les mouvements de 1968 de Marie-Claire Lavabre et Henri Rey, Casterman - Guinti, 1998, 127 pages, ISBN 2-203-61030-1.
  • Génération de Hervé Hamon et Patrick Rotman, Seuil
    • 1. Les années de rêve, 1987, 619 pages, ISBN 2-02-009549-1
    • 2. Les années de poudre, 1988, 697 pages, ISBN 2-02-009864-4 (2-02-009550-5 pour les deux volumes).

Mai 68 sur le Web

Voici quelques sites consacrés à Mai 68.

Merci de m'envoyer d'autres références si vous en trouvez.

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif des 12 Singes - dans Infos brutes de décoffrage
commenter cet article

commentaires