Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 17:11

•       Je te refais la même, mais en mieux

•       Enfiler des perles des Antilles avec des boules de Geisha

•       Du but au blanc

•       Elle me saute sur le râble

•       Tu rampes puis rentres la queue entre les jambes

•       Club Bed, le bonheur à deux … si je veux

•       37,2 cm le matin

•       Je m’enflamme quand je sens cent femmes

•       À l’orée du bois

•       Tu me mets la pute à l’oreille

•       On est bien d’accord : on n’est pas d’accord

•       Rentrer aux berk aïes

•       (Poker) : une paire d’ass en embuscade ; j’aurai bien aimé toucher une dame ou mieux un ass ; le petit ass qui change la donne ; à forcer de donner, elle a le poignet chaud

•       Suce mon cul, t’auras du jus

•       Si le ramage se rapporte au plumage …

•       Sortez els gourdasses que j’étanche ma soif

•       Est-ce bien raisonnable ? Soyons déraisonnés au possible !

•       La police polisse les mœurs

•       Je n’ai rien contre, je suis plutôt pour, bien au contraire

•       Détrompe-toi mais ne te détrempe pas

•       J’adore lui bouffer son oignon blanc qui croque sous la dent / craque en même temps que ses cornichons

•       Petits cornichons deviendront grands

•       J’hulule que je finis l’acte pour que l’humain pullule, autant, voire moins, que quand je l’encule

•       Encule Poirot

•       Cracher au bassinet

•       Aller au contact, au corps à corps

•       Digression, jérémiades, exulter, nœurologue, tintamarre, chamade, ire (irée), dépravé, boudoir

•       Tu fais mal le mâle malin

•       Un mignon trop trognon

•       Et ça c’est cadeau, pour le « petit » personnel, juste pour le plaisir d’offrir à jouir

•       Un trou sale, des trous sots

•       Cheap chibre shit dealer

•       Pas bezef = pas Byzance ?

•       Honnête/chanceux aux jeux, heureuse à l’amour ?

•       Jouer dans la cour des grands glands

•       Écorché vif, Rebelle à vie, à jamais

•       Sa bouche ne peut pas passer entre mes gouttes de sperme

•       Dis oui, c’est oui ? Hein, oui ?!?!?!

•       Je vais la fumer derrière le cyprès

•       12 coups de minuit : l’heure des cimes

•       C’est du long, c’est du bon

•       Hot couture

•       Un amant, c’est beaucoup de tourment pour que ça ne se sache pas

•       On m’envisage, on me dévisage comme un gars que je ne suis pas

•       Plus on grimpe haut, plus on montre aux autres son trou du cul

•       Grand tisonnier lui ramone la cheminée

•       Mon arc-en-7èciel dans son obscur de lune/dark side of the fool moon

•       Ce que j’ai perdu à la course physique, je l’ai gagné à la marche intellectuelle

•       Franchir le rubis des cons

•       Si les nénés de Cléopâtre avaient été plus gros ça en aurait changé la fesse du monde

•       Apocalypse : Marie en soleil avec serpent et lune à ses pieds et couronne de 12 étoiles

•       Échangiste (selon Marx) : qui échange marché et capital pour fascination/fétichisme envers l’argent qui commence avec la bête 666

•       Chaos est dû au pouvoir humain de l’alpha

•       Poison de la Colchide (dans les prés) est inodore/incolore : herbe à ours (ou de lune ?)

•       Faculté de refuser le destin pour faire advenir le meilleur contre le pire qui menace toujours : voir la peur pour définir les limites à mieux dépasser demain

•       Mains sales conscience propre Vs mains propres conscience sale

•       Aller cahin-caha

•       Mesurer au trébuchet

•       Bâton de maréchal déguisé en hochet

•       Maladie génétique Klinefelter (Heaulme) : homme presque femme, adolescent mal sexué

•       Donner la mort est un palliatif à offrir l’amour

•       Je ne suis pas un homme de paille mais de baobab, pas dans la main mais dans le slip

•       Fieffé bonimenteur [Du francique fehu (« bétail »), Domaine noble : Qui porte au suprême degré un défaut, un vice] (En magie et prestidigitation, le boniment est le discours qui accompagne l'exécution du tour : personne qui utilise la parole en affirmant des qualités qui séduisent, accentuant certaines pour tromper le public, généralement pour vendre des produits ou des services, des choses ou des idées. Il donne à des illusions un caractère authentique et contourne les possibilités de clarification en usant de supercherie).

•       De port en port, je les prends toutes de part en part, au corps à corps

•       Je suis trop gay car je suis drogué

•       Je suis ce que je fui : un amoureux transi d’effroi

•       Ne partons pas fâchés, tu n’en vaux pas la peine

•       J’adore les siens de seins

•       Se tuer à l’attache sentimentale

•       « J’aime sans sentiments, confidence pour confidence, c’est moi que j m’aime à travers toi »

•       L’amour c’est comme un pét : plus tu tires plus ça se consume et fait tourner la tête, jusqu’à en faire des trous de boulettes et en arriver au cul de la vieille, écœurant

•       Jolie poupée, comme tu me fais rêver, ne me fais pas désenchanter

•       Je l’enfourche à calif-fourchon

•       J’aimerai bien ne pas avoir que des critiques qui me viennent à la bouche mais avoir l’O à la bouche

•       Bousculer n’est pas violer, juste forcer un peu la serrure

•       D’abord tu joues avec mes nerfs, à présent avec mes neurones

•       Tu es tel un fantôme qui disparaît en fumée quand tu tentes de l’attraper

•       J’aimerai croire, et déjà comprendre, ce que tu viens de dire

•       Mon désespoir est un océan de larme sur lequel tu embarques pour ton voyage vers une nouvelle vie

•       Un nain de jardin dans un monde de lutins malins

•       Mes rouges boules lui donnent des ailes

•       Le daron et sa bourgeoise

•       Ne me regarde pas avec tes yeux de cocker, tu me rabats les oreilles

•       De petites différences au départ peuvent donner de grands écarts à l’arrivée

•       Texte-shop, obsédé textuel

•       On s’est quitté d’un commun accord : elle m’a dit « je te quitte », j’ai dit « d’accord ! »

•       Il faut bien préchauffer le four avant d’enfourner la grosse dinde

•       Je ne joue pas au pénis avec une raquette de ping-pong

•       Notre histoire touche à sa fin, je touche à mon cul donc

•       Femme qui rit à moitié dans ton lit, femme qui rêve fait monter la sève

•       Cette vierge aime le verbe, la verve et encore plus la verge

•       Tu es prêt ? oui, je suis près

•       Sacrée virée à l’aigre allègre

•       Pourquoi avoir peur, au pire je meurs donc il n’y aura plus de douleur/malheur

•       Pourquoi remettre à deux mains ce qu’on peut faire avec une pendant que l’autre s’attèle à une autre tâche

•       La nuit porte jarretelles

•       Il t’en cuira ! Je n’en ai cure !!!

•       Les founes sont comme les Mens aiment, pas la même couleur mais le même goût

•       À voile et à vapeur = bisexualité

•       Partenaire de baise, copine de pine

•       Copains qui partagent le pain, copines qui partagent la pine

•       Je ne fais pas de cauchemar, j’en suis un

•       Le mal c’est le rappel, le bien c’est l’entracte et moi le one-man-chaud

•       Un loup ennami se cachait sous cette toison d’agneau broutard

•       La Nature est brutale, injuste, autant qu’impitoyable

•       Tu prends tous les risques et les coups/coûts, mais on en partage les bénéfices : c’est le contraire de la mafia (pizzo pour être protégé des autres malfrats) qui gère elle-même le risque avec la police et les guerres de gangs

•       On ne change pas, on ne fait rien qu’à devenir soi-même, voire Soi M’Aime

•       Tant qu’elles nous raillent mais ne nous rayent pas le casque ; si les hommes raillent, les femmes rayent

•       L’apogée de la vie, son apothéose sexuelle, entame son déclin pour faire de la place à la nouvelle génération

•       Les canidés (tels les loups) sont sociaux, ce qui est rare chez les carnivores (quasi jamais chez les félins, sauf un peu les lions – car un seul mâle adulte, le chef)

•       Je suis dans la place, tout baigne et toutes vierges saignent

•       Sans soutien-gorge c’est plus sexy pour chercher à voir, mais lors du déshabillement c’est mieux d’avoir un soutien-gorge pour imaginer et éviter que la réalité fasse trop vite chuter le désir, l’excitation

•       Comme un gamin tout fou devant un paquet emballé puis déçu par le cadeau révélé

•       La souffrance n’est pas le pire car la haine/l’opprobre/le déshonneur tuent plus vite

•       Je hais-me l’effet qu’elle me fait

•       La partie est loin d’être finie ! Oh que si, même que c’est moi qui ai gagné au cas où tu ne l’aurais pas remarqué !!!

•       Fauché comme les blés

•       Y avait du punch dans ce rhum ?

•       Ne t’enfui pas, ou avec moi alors

•       Tire sur la bobinette fait choir la bambinette

•       On s’est aimé toute la nuit et bien plus encore, ce n’était que le début

•       Tu lèches, pèches et prêches, une con vaincu

•       Défriser la chicorée

•       Si tu m’abandonne c’est pour moi que le glas sonne

•       C’est bien parce qu’on n’aime pas ses amant(e)s qu’on les baise

•       No way/moy’ ! Si, y a moy’, way !!!

•       Les femmes adorent les homes qui les haïssent, mais moi je hais ceux qui haïssent

•       Une femme qui (se) fait plaisir car est pleine de désir est toujours belle

•       On ne bâillonne pas la lumière de la Vérité

•       Je n’ai choisi ni de vivre ni de mourir, il faut juste faire de son mieux avec

•       Jacasser en s’en tracasser car en avoir plus qu’assez

•       Je ne peux vivre ni avec ni sans toi

•       Le maître-chiennes que je suis veut que ça marche à la laisse, qu’elles soient fidèles et obéissantes, couchées à leur niche sur ordre

•       Je rentre dans le détail ! Dis donc, l’origine du monde n’est pas un point de détail de l’Histoire

•       Dire du mal me fait du bien

•       D’abord elle s’épanche avec moi, ensuite je la penche sur moi

•       Tout le temps fourré en elle, comme cul et chemise de nuit

•       Pourquoi le prix d’ami est toujours aux dépends du même ami, le vendeur

•       Loin des yeux, près du cœur : Proximité trop loin du cœur, engendre promiscuité des deux

•       Si t’es heureux comme ça c’est encore pire, tu n’as aucune ambition

•       Le canon ne tonne plus avec ma daronne

•       Même si « qui va piano va sano », si tu me prends de courte jupe, ça va venir vite

•       To go or not to go ? : va-t-il la rejoindre ou va-t-elle revenir sur son « pas » (tu veux de moi ou pas ?), that’s the question!

•       Tu es top en topless, tu me scies ! Nn, c’est toi qui me scies en deux à me limer comme ça

•       Une petite saignée et hop ça resarce

•       Billard à trois (qui) bandent

•       Faire des chichis avec son quiqui

•       Je ne suis pas impatient mais insatisfait permanent

•       Méiotique de Socrate

•       Je pensais Nous, elle disait Non

•       Fébrile, je brille de mille feux

•       Tu me dis quand t’es prête à bouger, on bougera en rythme, sans blues

•       J’ai un gros coup de barre, viens on va se coucher, se serait dommage de gâcher une si belle érection

•       Six belles érections

•       Chasse à cœur, mais chasseur qui se fait voir restera sur sa faim

•       C’est pas l’odeur, c’est l’arrière goût qui m’indispose

•       C’est quand le bonheur ?

•       Je ressens toujours quelque chose pour toi ! pareil, je ressens toujours du dégoût pour toi

•       La violence conjugale donne une femme morte tous les deux jours, un homme mort tous les quatorze jours

•       Délits sexuels des ados en augmentation selon le Figaro

•       Tirer la couverture vers soi

•       Les dés sont pipés, j’aimerai en dire autant pour moi

•       Tir ami : bienfait ou hommage collatéral

•       Clopin clopant

•       Elle me tient par le cordon de mes bourses

•       La guerre c’est quand le meurtre n’est plus un crime individuel mais un devoir collectif, quand des gens qui ne se connaissent pas se tuent pour le compte de gens qui se connaissent mais ne se tuent pas. La guerre sans loi/code/règle est un meurtre

•       Faire le Zouave (1870 : soldats du Maghreb)

•       Passer par les (l)armes

•       Monter à l’ass haut au lasso

•       Je vis un enfer sur terre ! Autant te laisser faire pour découvrir le paradis au 7è ciel

•       De jurer comme un charretier à un langage châtié

•       Fusion=violence car l’individu se perd dans l’Autre, jamais assez bien. Un bébé vient séparer le couple fusionnel et est donc un obstacle que la mère doit protéger le temps du sevrage et même jusqu’à l’autonomie adolescente/adulescente

•       J’ai tout donner/offert, elle n’a rien su prendre

•       Estienne : si jeunesse savait y faire, si vieillesse pouvait encore y faire

•       MMS : au début c’est Matin-Midi-Soir, ensuite c’est Mardi-Mercredi-Samedi, puis Mars-Mai-Novembre, enfin c’est Mes Meilleurs Souvenirs

•       En acceptant un verre, elle m’autorise à imaginer qu’elle ne serait pas hostile à une tentative d’abordage même si elle garde le contrôle dans le sabordage

•       Ce qui n’est pas inenvisageable n’est pas forcément envisageable, ça reste non-inenvisageable, point !

•       Je n’envisage pas sérieusement de coucher avec elle, c’est juste pour le fun et l’entretien des outils

•       Je ne la désire pas elle en particulier mais les femmes en général

•       Tu ne veux pas répondre, j’ai donc ma réponse car qui ne dit mot consent

•       Tu fais tout pour ne pas venir avec moi là où je veux en venir

•       Effet de manche, et quel manche de poêle à jouir

•       Tous les jours je t’attends sans ne m’attendre à rien car tu es toujours inattendue

•       La punition de s’être aimé un jour est de s’aimer à jamais, seuls contre tous

•       Je te baise avec science et candeur

•       Ce n’est pas parce que je n’ai pas eu d’occasion que je suis toujours avec toi, c’est parce que je suis toujours avec toi qu’il n’y a pas eu d’occasions

•       Sauter sur l’occasion du lion, sur X

•       Continuer un entretien professionnel en rendez-vous personnel

•       Le pire ce sont les petits regrets qui se transforment en grandes rancunes, voire rancœurs

•       Le lit est le lieu de réunion des fantasmes, persécutés par notre autocensure

•       L’épreuve n’a été ni passée ni surmontée car tu t’es dérobée : j’affronte mais toi tu te détournes

•       Faire mouche dans sa bouche

•       Échapper aux poncifs de la situation

•       « grand jeu » (= les miches à l’air), a été galvaudé

•       Je suis libre de ne pas être libre, d’être soumis à cette mauvaise volonté

•       Le confort de l’Amour se transforme en amour du confort

•       T’imagine la sale nuit que j’ai passée en pensant à la belle nuit que tu passais ?

•       Hier soir il fallait me retenir, ce matin il faut me laisser partir. La seule chance de te convaincre de rester c’est de ne pas te laisser partir

•       Tu te crois professeur de désir, aventurier de l’Amour, mais tu n’es qu’un rentier du baiser, un petit épargnant des sentiments

•       Tu as joué petit pour ne pas perdre gros mais t’as perdu toute ta (pro)mise

•       Quand je te regarde, je n’arrive pas à t’écouter

•       Un cul à dévergonder et à mettre debout tous les damnés de la terre

•       Si tu continues comme ça, on ira loin tous les deux

•       Vive les cons (que) j’ai payés

•       Priapisme=chant du cygne : énorme érection puis plus rien pendant x temps

•       Des yeux au bout des doigts, ou plutôt l’inverse pour pouvoir toucher avec les yeux

•       Pleins de gens rêvent de le faire mais rien, d’autres l’ont fait et certains regrettent d’en avoir rêvé car ça c’est transformé en cauchemar

•       Je ne sais même pas si je le sais, mais je le sens

•       J’adore être à trois à l’étroit, dans ton détroit où ma bosse fore

•       J’hurle de plaisir grâce à toi et à ton/ta (op)position « silencieuse », en sourdine, tes lèvres serrées

•       Plus j’en sais, moins je veux déballer

•       J’adore cul sec !

•       Tu n’as jamais eu envie de prendre le large, de ne faire des folies que par goût du vice ? Non, x est ma vertu car, si il y a pomme de discorde, le ver tue !

•       Gérer ça de main de maître, de doigt de rêve, au pied levé

•       On a une certaine quantité d’espoir et de courage dans la vie, mais quand il n’y en a plus tout est foutu

•       Je suis tout à toi

•       Une fille comme elle, c’est dix de perdues et peut-être une à peu près comme elle de gagnée

•       On en sait qui était la femme de sa vie que sur son lit de mort car on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve

•       Je ne suis pas forcément sûr que le bonheur d’être heureux soit l’essentiel

•       La cyprine est l’essence (du 7è) ciel

•       L’essentiel est invisible aux yeux, pas au cœur

•       Il n’y a pas beaucoup d’écart entre s(t)imulation dans l’émulation

•       Les chiens ne font pas des chats, mais les chattes font le chien (et même les chiennes, des fois)

•       À 8 ans notre père sait tout, à 10 ans presque tout, à 15 ans il nous fait chier, à 20 ans c’est un idiot qui ne connait rien à la vie, à 25 ans on se dit qu’il avait raison, à 30 ans on se dit « si seulement je l’avais écouté »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

La Porte Bleue - Danièle Antoniotti 04/08/2009 22:08

hello,je suis fan vraiment...concernant  notation de carnet de conversations 7, j'aurais voulu savoir (je vous découvre donc...) c'est des phrases notées comme ça et capturées par ci par là ? de la pure invention ? comment ça se passe exactement toute  votre tambouille ?? en tous cas continuez...Laportebleue

Collectif des 12 Singes 05/08/2009 13:01


Merci bien pr ce commentaire motivateur ! En fait, on note des associations d'idées liées à tt ce qu'on entend ds les soirées entre amis (et le grammage aide en celà à débrider la créativité),
autant que les expressions qui nous chatouillent les oreilles en regardant la télé (ns sommes télé -philes/phages/vores) ds des films, des pièces de théâtre ou autres. Pr sûr qu'on va continuer !
tt de bon également de ton côté, un vrai plaisir de te lire