Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 19:15
  • La boue est faite de nos pleurs quand nous sommes atterrés, plus bas que terre
  • Tu comprends rien, t’iras pas loin
  • Si tu l’aimais, laisse-la partir
  • Recherche sœur d’âme désespérément
  • Lutter contre sa haine (et non ça aime) de l’Autre
  • Le mariage de la carpe et du lapin : Union de deux êtres qui ne devraient/pourraient pas s'unir. On compare l'expression au mariage de l'eau et du feu, éléments contraires par excellence.
  • Tu es mon cauchemar, il ne se passera jamais rien entre nous sauf dans tes rêves les plus fous
  • Les larmes ajoutent un charme au visage comme le fleuve au paysage (à partir de Baudelaire)
  • J’adore qu’un plan se déroule sans accroc
  • Liaison parfaitement honnête et respectable avec elle
  • Ton regard de braise a disparu, perdu à jamais il ne reviendra
  • Dans l’amour, conserver l’amitié est essentiel
  • C’est important le dialogue dans un couple, surtout pendant l’amour
  • Ce n’était pas (que) sexuel entre nous, et c’était bien ça le problème
  • Le rire et le jouir sont essentiel en amour
  • Le vivant (comme l’amour) perdu, le (la) mort reste au moins tout à nous
  • La mort fait méditer sur la vie et donc penser au sexe
  • On est bien peu de cendres
  • Pas de bruit, il y a un mort qui dort
  • Mort, le corps appartient aux vivants et nourrit le vivant, la Nature
  • Fête d’enterrement : santé pour ceux qui restent, sachant que les meilleurs partent les premiers
  • Les amours contrariés font plus de dégâts que la mort
  • La mort est un phénomène répandu qui, s’il n’est pas grave, ne grandi personne et n’efface pas les fautes/tâches
  • Ô raison funeste, funèbre
  • Renâcler à la tâche
  • On trouve tout beau quand c’est cher
  • raout d’honneur : un raout est une fête, une soirée qui se déroule dans un cercle d’amis faisant partie d’un même réseau. Ces soirées se déroulaient alternativement chez les parents de l' un ou l' autres de mes ami(e)s.  Cela permet de rester de se créer des relations dans une même catégorie sociale et évite ainsi les " mauvaises fréquentations ".
  • Je méprise l’indifférence
  • J’aime bien regarder les gens habiles de leurs mains
  • Tant pis, dommage pour toi, tu ne sais pas ce que tu perds
  • Un corps sain ceint de seins mouais (c’est pas la taille qui compte, mais quand elle est plate comme une limande et qu’on a du mal à distinguer l’avant de l’arrière c’est pas évident), un esprit bien c’est moins sûr
  • Cette va-nu-pieds va seins-nus
  • Je n’ai pas menti, juste rien dit
  • Quand le présent nous plaît avec quelqu’un, on se demande/s’imagine de quoi le futur/le lendemain sera fait
  • J’agace quand je jacasse ([En parlant de la pie] Pousser son cri. Synon. Jaser) : Parler beaucoup, d'une voix fatigante, criarde; tenir des propos futiles
  • Galoche : Chaussure à dessus de cuir et semelle de bois qui se porte par dessus des chaussons ou des souliers pour les protéger et  qui protège aussi du froid et de l'humidité
  • Asticoter : Agacer, irriter physiquement ou moralement un homme ou un animal par des taquineries ou des tracasseries insignifiantes mais fréquentes, S'agacer, se harceler mutuellement sans raisons ni conséquences graves, se chamailler ; Tripoter sans cesse : Altération du m. fr. dasticoter « parler allemand », empr. à l'all. Dass dich Gott... « Que Dieu te... » premiers mots de jurons all. prob. introduits par les lansquenets all.
  • Cabotin : ceux qui jouent l'amour, la sincérité, la conviction
  • Elle lui chope le mât de cocagne (mât glissant car huilé au-dessus duquel sont suspendus des objets qu'il faut essayer d'attraper) pour en déguster le pompon (Boule de laine en haut d’un bonnet).
  • Plus profond que le fond du tréfonds à double fond (tréfonds : le fonds qui est sous le sol et qu’on possèdelui-même, les profondeurs d'une chose, d'un être). comme le sol
  • Solstice hiver quand le soleil quitte le monde vers le Sud : correspond aux Saturnales
  • Le Père-Soleil doit apparaître théâtralement grâce aux astronomes qui ont prédéterminés sa venue en termes de temps et d’espace au solstice d’hiver
  • Chaque matin du monde, le soleil transforme des phénomènes banaux en extraordinaires si on les regarde avec un œil éduqué
  • Je peux t’embrasser ? Si y a que ça pour te faire plaisir
  • Ça me brûle les doigts, je préfère me brûler la langue
  • Bikini et sari doivent passer dans le trou d’une bague d’alliance
  • Buffet à volonté ? j’ai de la volonté à revendre, gavage !
  • Fournir les verges pour se faire battre
  • Elle est un bon coup pour ce coût
  • Langue pendante derrière ton cul
  • Il s’excuse mais il s’enfonce en moi
  • Je déteste te savoir partir, mais j’adore te regarder t’en aller avec ce joli fessier qui roule du cul même si la route est droite
  • Je ne suis pas soupe-au-lait, juste une faisselle démoulée trop tôt/chaude
  • Mon talent c’est d’être un étalon
  • J’ai pas mal roulé ma bosse forte, y a des heures de vol
  • Shocking chaud-king
  • Le secret du sexe pour les nuls c’est s’entraîner à fond les ballons
  • Fais-moi rêver, je connais ton pedigree, pas pâle, qui a du chien
  • Fais mariner la bécasse (Femme sans esprit)
  • Just a little bite ? baby I haven’t got it, je vais te donner du lourd
  • Heureux les bisexuels qui peuvent regarder toute l'humanité avec les yeux de l'amour...(Philippe Bouvard )
  • Les nanas se tirent la bourre entre elles, se défrisent, se décoincent
  • L’amour entre goudous rend fou, cons à fond
  • Il me semble qu'on pourrait dire que la débauche est l'aristocratie du vice, et le libertinage en est la démocratie. Charles Joseph de Ligne
  • Les fantasmes ne commandent pas la vie sexuelle, ils en sont la nourriture.
  • Un homme qui pense, non à une femme comme complément d'un sexe, mais au sexe comme complément d'une femme, est mûr pour le plaisir suprême.
  • fais comme bouddha et moi, l'abstinence [même subit(e)] est mieux que la tentation et l'envie qui engendrent la frustration (au moins jusqu'à trouvé le/la bon/bonne qui fera plus de bien que de mal)
  • embrouilles de slip/string à hockey chorale
  • femmes déchettes rient : rien ne se perd, tout se récupère, ça dépend le quand et le comment du besoin
  • te prends plus la tête, la nuit porte conseil ou au minimum sommeil réparateur
  • quand il y a contact, le courant passe entre nous
  • coup de cœur coup de queue, coup de foudre coup de foutre
  • sadique de propriété
  • coincée de partout, cette bourge ne bouge rien, ne lèche rien autant qu’elle ne fait rien lâcher
  • Vénus et ses blanches colombes voire ses pigeons gris ou pire ses corbeaux noirs
  • Quand on aime pas trop, on aime pas assez...
  • Il a décelé mes faiblesses, connait bien mes fesses, et manipule les deux avec adresse
  • "Moi je ne fais confiance qu'à mon manche et à ma parole, l'une est ferme, l'autre est d'acier" Tony Montana
  • "Il y a une question dans "Je t'aime" qui demande "Et m'aimes-tu, toi?"
  • mise en "(ob)scène" parfaite
  • hot pression de cette bouche à incendie
  • merci bon coup
  • devenons ami-amie bitch
  • bit-man : chauve (à col roulé rose) sourit
  • tu n’as pas changé, toujours le même obsédé
  • j’ai jamais vu ça, autant mater pour en profiter
  • sympa à comparer : moins bien, plus mieux, c’était comment ?
  • le rouge agité excite les torts hauts
  • travelo : pute de/pour femmes pour hom(m)e définition
  • c’est coton de lui tirer des conclusions autant que bon quand je l’attire puis la tire
  • encore plus déchainée qu'avant mais je vais arrêter la Vitamine C ;-) Non,ne change rien,les gens "tièdes" sont ennuyeux! et bien je préfère être chaude sans vitamine moi
  • J'ose affirmer qu'il n'y a pas d'érotisme authentique sans art de l'ambiguïté; plus l'ambiguïté est puissante, plus vive est l'excitation.
  • Des gens qui n'ont jamais de moments de folie. Quelle horreur que leur vie !
  • On a toujours tort d'avoir raison trop tôt
  • Tricard : jouer aux triques « jouer avec un gros bâton, gourdin » ; sec comme un coup de trique « volée de coups de bâton appliquée à titre de correction, de châtiment » : Var. de estrique « bâton que l'on passe sur une mesure pour faire tomber le grain qui est en trop »
  • Poltron : « paresseux, oisif, coquin », qui est excessivement peureux : dér. de poltro « poulain non dompté »
  • Tout le monde lui tombe dessus
  • Sois distancée, mais pas de langage distancié entre nous (les attendus de l'école maternelle consistent à passer du langage de l'immédiateté du quotidien à un langage distancié, réflexif)
  • Inventaire à la Prévert
  • L’étroite petite cochonne
  • Je veux mourir malheureux pour ne rien regretter (Balavoine)
  • Dans le trompage, changement d’herbage réjouit les taureaux
  • C’est quand même pas une fée qui va prendre son prince charmant à sa sorcière
  • Quand je fais l’amour avec toi je pense à elle, quand je fais l’amour avec elle je ne pense plus à toi
  • Engoncer : Faire paraître le cou, comme enfoncé dans les épaules, de manière inélégante; p. ext. donner au buste, au corps, une apparence massive et raide. compar. iron. entre une personne engoncée jusqu'au cou dans un vêtement et un pivot enfoncé dans un gond.
  • Pin-up : « jeune fille punaisée au mur » : femme provocante sans être vulgaire qui donne la pine-up
  • les Naïades (« couler »), étaient les nymphes qui présidaient aux fontaines, aux rivières et aux fleuves. Elles étaient l'objet d'une vénération et d'un culte particulier. Elles passaient pour les filles de Zeus, et sont parfois comptées au nombre des prêtresses de Dionysos. Quelques auteurs en font les mères des satyres. On leur offrait en sacrifice des chèvres et des agneaux. On les peint jeunes, jolies, assez ordinairement les jambes et les bras nus, appuyées sur une urne qui verse de l'eau, ou tenant à la main un coquillage et des perles dont l'éclat relève la simplicité de leur parure ; une couronne de roseau orne leur chevelure argentée qui flotte sur leurs épaules. Près d'elles est un serpent qui se dresse comme pour les enlacer dans ses replis.
  • Cette poupée, jamais elle ne se dégonfle
  • Je vais te donner du plaisir avec ma langue
  • J’ai besoin d’échanger mes sécrétions avec les Autres
  •  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

laportebleue 11/08/2009 12:29

Salut,Et celle-ci elle rentre dans le trou de vos bons mots ?"Le pauvre il a perdu la capacité de péter en silence" pour définir un homme bien âgé.. (réplique de Fred)ou alors : "elle est habillée comme la chienne à Jacques" (quelqu'un de mal sâpé) mais ça c'est plutôt québécois... (réplique de Mimi copine de Zaza)ciao

Collectif des 12 Singes 11/08/2009 14:40


on prend, après c juste une question d'intégration dans les écrits