Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 18:31
  • La vie est une rose qui sent bon et est belle, mais qui peut aussi piquer au vif, jusqu’au sang.
  • Je suis comme le fruit de cette belle plante, j’ai mûri avant de pourrir sur pied et de tomber de bien haut de l’arbre à force de scier la branche sur laquelle j’étais assis
  • La musique comme la drogue te porte puis t’emporte
  • Ça commence bien mais ça va mal finir
  • Tu iras loin si tu ne te précipites pas dans les précipices du vice
  • La jeunesse est un défaut qui ne se corrige qu’avec le temps : il faut attendre et continuer d’apprendre
  • Tu es amoureux d’elle ? Non ! Tu es amoureux d’elle !!! Oui.
  • On ne peut pas être et avoir été
  • Celui qui veut tout et toujours gagner fera plus d’erreurs que celui qui sait perdre et se retirer
  • Gageons qu’une telle gageure (Action, opinion singulière étrange, et qui semble un défi au bon sens)
  • Pfff, c’est agréable, ça fait plaisir ! C’est pas fait pour !!! Je sais, j’étais ironique !
  • Ça se compte sur les doigts d’un manchot
  • À ton service, pour tout ce que tu jugeras utile/agréable
  • Les dauphins agressent les plongeuses en simulant un acte sexuel
  • C’est plus facile d’avoir un gros cul que d’avoir le ventre (en)gros(sé)
  • Je me rembourse sur la bête, toi
  • Je préfère faire les bébés à l’épuisette, pas à l’éprouvette
  • Je suis entré en elle comme un voleur de cœur, je n’en suis pas sorti indemne, prisonnier de ses baisers
  • Arrête de me mater comme ça, tu te fais du mal pour rien
  • Tu chauffes tout le monde en frottant ta fesse gauche contre ta fesse droite, c’est pas fait pour la discrétion
  • Le conard barbotte dans sa mare à merde
  • J’ai connu mieux, mais ça pourrait être pire aussi
  • Arrête de bosser, tu vas finir par payer des impôts
  • Faire tourner les sangs
  • Jamais deux sans toi : 2 devant, un derrière et à trois on tourne
  • Elle m’a ensorcelé : elle fait la sorcière et moi le manche à balais qu’elle enfourche
  • Une amie ce n’est jamais qu’une fille qu’on n’a pas envie de sauter
  • Quand on s’aime on n’est jamais ni moche ni gros, que des âmes troublées qui se troublent au contact de l’autre
  • Le monde est en noir & blanc, pas en couleur !
  • Le bonheur se mérite : c’est une question de bonne conduite et de priorité, mais certaines voies sont sans issue
  • On devient vieux quand on arrête de jouer/jouir
  • ·         Desdémone, incarnation de l'amour absolu et de l'innocence bafouée, est un personnage de la tragédie que Shakespeare a composée en 1604, Othello.
  • Il n’y a pas de phobie idiote, ou alors toutes les phobies sont ridicules
  • Parler c’est communiquer pour apprendre
  • Confier sur l’oreiller
  • Quand on vieilles dames commencent à apprendre le french cancan, ça finit toujours mal dans le bal des casse-pieds
  • Deux vieux messieurs face à une petite jeune : faut savoir abandonner pour pas finir comme l’ange bleu (film allemand de 1930 avec Marlène Dietrich/Lola-Lola : Le professeur Emmanuel Rath enseigne la littérature anglaise dans le lycée d'une petite ville. Il mène une existence routinière et conforme aux convenances de sa situation de professeur. Vieux célibataire endurci, il est aussi détesté par ses élèves, qui l'appellent professor Unrat ; unrat signifiant déchet en allemand. Celui-ci découvre que certains de ses élèves se rendent, le soir, dans un cabaret de mauvaise réputation, nommé l'Ange Bleu. Le professeur décide de se rendre sur place pour surprendre ses élèves et les ramener dans le droit chemin. Arrivé au cabaret, le professeur Rath tombe sous le charme d'une chanteuse en tenue légère : Lola-Lola. Amoureux fou, le professeur se marie avec elle, la femme fatale. Il est licencié de son poste au lycée de la ville et il commence une carrière de clown à travers le pays. Mais lorsqu'il doit retourner dans sa ville pour se donner en spectacle pour la première fois, il devient fou et jaloux de sa femme qui succombe aux charmes d'un beau Français. Pendant la nuit, il quitte le cabaret et retourne dans sa salle de classe qu'il avait laissée, et meurt, les mains crispées sur son bureau qu'il regrette tant.
  • On ne peut avoir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière
  • Profitons de ce moment heureux entre le mensonge et sa découverte
  • Le soupirant qui soupire (Homme qui aspire à l'amour, à la conquête d'une femme) en devient soupireur (Soupirant aux soupirs appuyés, aux airs langoureux, qui en devient un peu ridicule ou importun)
  • Elles reviennent toutes toujours, sauf elle que j’attendrai tous les jours
  • Un amoureux pardonne beaucoup, trop, souvent
  • Elle est foutrement bonne
  • Chère Ulla … Non, ma chair n’est pas chère !!!
  • Les hommes gardent leurs maîtresses pour les montrer le jour, la nuit est presque une corvée pour eux
  • Quel bonheur que de passer pour un con auprès d’un imbécile
  • L’anonymat dans la renommée/notoriété
  • Elle viendra le moment bien venu
  • Dans l’océan opaque du vide on a tôt fait de se perdre de vue
  • Charité bien ordonnée commence par soi-même
  • Comme de juste
  • Ce n’est ni le lieu ni le moment
  • Franc du collier
  • L’objet du désir/délire
  • Mener une vie de bâton de chaise (se référer aux chaises à porteurs, qui étaient munies de bâtons par lesquels les porteurs transportaient les hautes dignités : idée de déplacements désordonnés, d'agitation excessive)
  • Tohu-bohu (noms que les livres hébraïques donnent au chaos primitif, à l’état confus des éléments qui précédacréation du monde) la
  • Une beauté qui confère au sublime
  • Arrête de vouloir changer le monde ! Non, toi commence à essayer de le faire évoluer !!!
  • "pour apercevoir la lumière de la surface rien de tel qu'une bonne plongée dans les profondeurs... "
  • Poule aux yeux d’or
  • J’aime bien (en)durer le plaisir
  • Pour le meilleur et pour le p(lais)ir
  • À raison ou à surtout tort
  • Petit pigeon gris deviendra merle blanc (le pigeon royal pour un escroc)
  • Trancher le nœud gordien [problème inextricable, finalement résolu par une action brutale : Gordias, père de Midas, le fondateur du royaume de Phrygie. Le timon (longue pièce de bois fixée en avant d’une charrue et aux deux côtés de laquelle on attelle les chevaux, les bœufs) du char du roi Midas (le char a une signification symbolique : c’était le symbole de la royauté et la divinité chez les Perses, les Étrusques, les Germains et, aussi, les Illyriens) était lié par le fameux « nœud gordien », dont quiconque, selon la prophétie, parviendrait à le dénouer deviendrait le maître de l’Asie — exploit qu’accomplit Alexandre. En 333 av. J.-C., Alexandre le Grandcode religieux secret conservé par les prêtres de Gordion. Il pourrait symboliser le nom interdit de Dionysos codé dans un message, et qui aurait été transmis à travers les générations de prêtres et révélé uniquement aux rois phrygiens] tenta de défaire le nœud. Ne pouvant trouver une extrémité pour le défaire, il le trancha d'un coup d'épée (la « solution d'Alexandre »). La charrette de légumes de Gordias devint l'emblème du pouvoir et d'une armée toujours prête au combat. Le nœud pourrait en fait avoir été un
  • C’est dur de résister à ne pas se laisser piéger
  • À d’autres … tu feras ça, et là est le drame
  • C’est en voulant m’aider que tu ne m’aides pas
  • Tu me parles sur un autre ton jeune con
  • Sur ces entrefaites (Temps qui s’écoule entre deux actions, entre deux événements), il n’est point de bonne compagnie qui ne se quitte
  • Le changement dans la continuité
  • Je préfère tes fesses à ta face
  • Je les baise en brochette, à la queue leu leu (latin "lupus" qui donna au XIe siècle les noms "leu" et "lou" d’où loup. "A la queue leu leu" renvoie donc aux loups qui, se déplaçant bien souvent en meutes, se suivent et marchent dans les pas les uns des autres)
  • Je la gave comme une oie « blanche », elle en bave la brave bête
  • Un porc ab(r)ité, bon au mouillage
  • Trempe ma pine pour faire une mouillette
  • les naines c’est top car elles n’ont pas besoin d'être à tes pieds pour ne piper mot
  • dans la cochonne tout est bon
    • d'habitude je roule mais j'ai la flemme, donc une blonde ! moi je tourne à la machine à tube, c vraiment royal !!! ouais j'ai essayé mais les clopes sont trop grosses, j'aime bien les fines...et pas trop longues ! je rentre ds tes critères alors ;-) oui puis roulé à la main c'est mieux, et le coup de salive pour coller l'ocb est le plus important !
    • Mazophallation : Action de l'insertion du pénis entre les seins. Aussi appelé "mammagymnophilie" (excitation due à la poitrine féminine). Cette action porte également les noms imagés de "balcon fleuri" ou "cravate de notaire" en France et de "Pearl necklace" (collier de perles) aux États-Unis à cause du chatoiement nacré du sperme sur la poitrine ou le cou de notre partenaire féminin.
  •  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

laportebleue 19/08/2009 18:42

on s'en lasse pas...