Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 13:49
Comme le stipule l’avis avant le début de chaque épisode, le contenu de ce programme est d’une parfaite vulgarité, et pour cette raison il devrait être interdit à tout public.

Autant le dire tout de suite, il est évident que la série de "dessins" collés et "mal" animés South Park, du nom d’une petite bourgade de beaufs du Colorado, est des plus :

 

  • Grossière, vulgaire, voyeuriste, obscène, blasphématrice : "un peu de tenue" -ment incorrecte ;
  • Plus qu’immorale (contre) en étant amorale (sans), anticonformiste : moralement incorrecte ;
  • Offensante, insultante, dénigrante : politiquement incorrecte.

 

Ceci étant posé, pouvons-nous regarder de l’autre côté du miroir des apparences et des préjugés vite faits et trompeurs, et discuter sereinement du fond plutôt que de la forme ?

Nous savons bien que cela n’est pas chose aisée étant donné le caractère volontairement outrageant de ces naughty boys (vilains garnements) de Matt Stone et Trey Parker, mais nous pensons que cela en vaut largement la lourde peine.


Il était une fois…

South Park est une série télévisée américaine, dont le style d’animation est inspiré par les cartoons en papier faits par Terry Gilliam pour Monty Python’s Flying Circus, créée, écrite et doublée par Trey Parker et Matt Stone, diffusée sur le réseau Comedy Central, chaîne du réseau MTV Networks.

En France, la série est diffusée depuis le 17 juillet 1998 sur Canal+, depuis 2002 sur Comédie !, depuis 2003 sur Canal Jimmy, depuis 2006 sur Game One et depuis 2009 sur NRJ 12. Depuis sa première diffusion, 195 épisodes ont été produits au cours de treize saisons. South Park connaît depuis sa création un large succès dans les pays où il est diffusé. Les épisodes de la saison 10 ont réuni à chaque diffusion 3 000 000 de téléspectateurs aux États-Unis en moyenne.

South Park a débuté en 1992 lorsque Trey Parker et Matt Stone, étudiants à l’Université du Colorado, se rencontrèrent lors d’un cours de cinéma et créèrent un court métrage d’animation appelé Jésus vs. Frosty. En 1995, après avoir vu le film, le producteur exécutif de la FOX, Brian Graden, demanda à Parker et à Stone de créer un deuxième court métrage pour l’envoyer à ses amis comme carte de Noël. Intitulé The Spirit of Christmas, il ressemble beaucoup plus au style de la future série, et met en scène un combat d’arts martiaux puis une discussion entre Jésus et le Père Noël sur le véritable sens de Noël. Cette vidéo fut très populaire et très diffusée sur Internet. Ce succès amena les créateurs à s’entretenir afin de créer une série, d’abord avec la FOX, puis avec Comedy Central, où le premier épisode fut diffusé le 13 août 1997.

 

Cette série met en scène les aventures de quatre enfants, âgés de huit ans, vivant à South Park, une petite ville du Colorado, accompagnés de leurs familles, du personnel de l’école, des autres élèves, et du reste des habitants de la ville et du pays (bref, la vie d’un univers à part – c’est le moins qu’on puisse dire – entière).

Des phénomènes surnaturels ou des événements politiques motivent un grand nombre de leurs aventures, qui constituent souvent une peinture critique et satirique de la société américaine et "moderne" au sens large, la majorité des épisodes se terminant par une morale introduite par la phrase : « J’ai appris quelque chose aujourd’hui » ou proche.

Dans la droite lignée de l’humour anglo-saxon grinçant, à l’humeur massacrante, South Park ajoute sa touche outrageante et décalée à la série des productions outre-Atlantique "anti-américaines". En effet, à l’instar des Simpson, toute une kyrielle de feuilletons (animés ou non) est venue remuer dans les brancards l’american way of life triomphant d’après chute du mur et du contre-modèle communiste : American Dad, Malcolm, Scrubs, Son of the beach, Les décalés du cosmos, Futurama, Daria, les Griffin, et tant d’autres…

Si ces séries ont rencontré de tels succès, tant aux USA qu’en Europe et ailleurs, c’est bien que la jeunesse (et pas qu’elle d’ailleurs) éprouve un besoin irrésistible de rire de son propre ré-enfermement dans des valeurs réactionnaires balayées par ses parents lors de l’époque hippie ou 68-hard et remises au goût du jour avec le déclin puis la fin de l’empire stalinien et les invasions barbares terroristes. Les djeuns se cherchent, ne sachant plus trop vers quel sein se tourner : les enfants de la crise, issus de la génération blasée, ont besoin d’exutoires de ce type pour pouvoir supporter l’absence de contre-modèle et d’espoir en un monde meilleur ! Quand il n’y a pas grand-chose à attendre des lendemains qui déchantent, autant rire de ses travers et de ceux de la société pour mieux se rendre compte qu’ils existent et tenter des pistes de réflexion aussi alternatives que réalistes et pragmatiques (enfin, du moins autant que faire se peut) ! Ce que la bien-pensance hait par-dessus tout, c’est bien le développement du sens critique par le biais de satires inconvenantes (comme le fit Molière en son temps).

Ce qui est justement appréciable dans South Park, c’est bien qu’il n’y a rien de dogmatique : toutes les manières de concevoir les choses sont exposées, la plupart du temps dans leurs orientations extrêmes, ce qui développe le sens critique.

 

Pour bien comprendre de quoi il retourne, nous allons t’emmener avec nous dans l’univers (espérons) pas possible de la petite ville de South Park, Colorado, USA, où la "conscience" inconsistante des adultes rivalise en négatif avec la candeur pragmatique des petits d’Hommes.

À travers des synthèses et des analyses des dires, faits et gestes des "drôles" de personnages de ce programme, tu pourras réellement te permettre de juger en toute connaissance de cause autant la teneur de cette série que les idées qu’elle exprime.

 

 

 

À toi ami vidéospectateur de voir les choses, les gens, les idées, sous un autre angle de vue.

Tout n’est pas bon dans South Park, mais rien n’est à jeter, car il en va de nos Libertés de penser et de faire n’importe quoi, du moment que ça puisse servir à faire réfléchir !!!

!!! Dis-toi bien que tant que nous ne serons pas conscients, les états et les tenants des pouvoirs savent que nous ne nous Rebellerons pas ou en tout cas pas assez fortement pour mettre fin à notre servitude et à notre obéissance aveugle volontaires et enfin faire vaciller le vieux monde décadent !!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires