Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:33

Ce texte est un trip-report datant de mai 2009, que nous mettons en ligne à l'occasion de notre participation à la soirée Squeeze Stupéfiante (cf. Vidéoprojection graffiquement hallucinante, soirée Stupéfiante Squeeze)

 

notre pote le champote      

 

À la base, nous devions bouger pour une teuf techno dans la garrigue du côté de Pézenas (la cité de Molière), à plus de 70 km de Montpellier. N’ayant toujours pas l’infoline à 2h, cela paraissait compromis. Heureusement, des potes de potes étaient sur place et nous ont donné l’info : ni une ni deux nous avons voté pour y aller quand même, malgré l’heure tardive et la route à faire !

 

Arrivés sur place, une voiture de la gendarmerie bloquait le chemin d’accès unique à la soirée dans les bois. 100 m plus loin, une série de voitures garées en warning attendaient les infos pour savoir quoi faire. Résultat des courses : la gendarmerie bloquait tous les accès, même à pied, et commençait à virer les teufeurs (sûrement déjà bien trop perchés pour prendre la route mais bref !). Nous tâtant sur un itinéraire bis, la sanction tomba, sans appel : la rnoucherie nationale venait de faire couper le son (chose relativement « rare » quand un grand nombre de teufeurs sont sur place, mais ça dépend des périodes de répression ou d’acceptation d’un phénomène de « jeunesse ») !

Après trois heures d’attente de l’info et une heure de route, l’esprit n’était pas à rentrer brequouille mais plutôt à trouver un plan B. Évidemment les sound systems allaient débrancher le matos et recâbler un peu plus loin, mais cela allait prendre des plombes et rien n’était moins sûr (les camions des tribeux seraient forcément suivis par les pandores pour éviter de déplacer « le problème »).

 

Toujours est-il que, prenant le temps que ça monte (45 mn/1h) pendant les derniers kilomètres en voiture avant d’arriver sur place, je venais de prendre un bon gros champote bien frais (1,4 g de Psilocybes Cubensis Mexicains récoltés de la barquette hollandaise le même jour). Étant le seul sur la rampe de lancement vers l’espace intergalactique, je poussais à la roue pour faire quelque chose. Et cela tombait bien puisque quelques jours plus tôt nous évoquions le fait que nous n’avions que très (trop) rarement expérimenté les champis dans un cadre tranquille en plein air (la plupart du temps plutôt dans des soirées ou festoches alors que le champote est plus un prod de communication sociale que de perche sur le son, quoique … !).

Après tergiversations (car tous trop blasés de pas aller en free) et vote du groupe (4 personnes dans la voiture), nous sommes partis sur une petite route de campagne à la recherche d’un bon spot.

Roquessels

Que nous avons trouvé en le village de Roquessels (Population : 123 habitants ; Superficie : 9 km²) et de son château du XIè siècle ! Nous avons donc posé la voiture sur une place tranquille à côté du château d’eau et du cimetière et avons « dégusté » la récolte du matin sur fond de hard-tek qui allait bien (histoire de quand même écouter du très bon gros son, Narkotek pour ceux qui connaissent).

 

 

 

Alors que nous arrivions très bien à danser à côté de la voiture (plan B de quelques soirées annulées), une des personnes n’était pas du tout dans ce mouv’. Ainsi, plutôt que de rester statiques, nous décidâmes de profiter du temps clément (même si il y avait un peu de vent, le ciel était super clair, les étoiles et la lune bien visibles) pour visiter les environs. Toujours à la recherche de mon château, j’entrais dans le cimetière et vit une masse sombre s’apparentant à une tour. Toutefois, le vent faisant bouger les cyprès dans ce lieu non pas lugubre mais « oppressant », je décidais de retourner à la voiture et de trouver un autre chemin pour tenter de trouver le château.

C’est ainsi que nous partîmes tous ensembles par monts et par vaux sur un petit chemin caillouteux, éclairés à la seule lumière de la demi-lune. Les deux filles avec nous n’étaient pas rassurées quant à la présence de bébêtes sauvages mais nous les hommes les avons rassurés grâce à notre protection (très) rapprochée (elles nous tenaient par le col ou par la bandoulière du sac) : c’était l’occasion de vaincre ce genre de peurs et elles y ont très bien réussi. Il faut dire que les sensations étaient vraiment bizarres, tant par le manque de lumière que par le fait que nous soyons cernés par les fourrés. Nous avions vraiment l’impression de marcher dans un labyrinthe végétal en 2D, tout n’étant que nuance de gris où la branche de ronce ne devient vraiment perceptible en 3D que lorsqu’elle vous fouette le visage ! Nous avancions avec difficulté sur ces sentiers pentus, régulièrement en cul-de-sac par des broussailles nous obligeant à rebrousser chemin.

Après avoir longés un couloir de granit de 5m de haut sur 30m, après une énorme croix faite en poutres d’acier avec un Jésus rouillé, nous arrivâmes finalement dans une « clairière », qui n’était autre que la partie aménagée d’un magnifique belvédère donnant sur toute la plaine. Les lumières de la ville scintillaient magnifiquement après cette expédition dans les buissons si gris. En outre, j’étais aux anges : nous avions enfin trouvé le château. chateau RoquesselsEn fait, accolée aux ruines du XIè siècle, se trouvait une chapelle du XIIè siècle, elle-même ouvrant sur la tour de guet. Nous entrâmes alors dans la chapelle, forte heureusement ouverte à tous les vents (d’ailleurs en parlant de cela, il commençait à souffler par bourrasques, mais ça allait encore). Là, à la mince lumière d’un portable, des ombres angoissantes se dessinaient sur les murs (les destructions et rajouts successifs de structures murales projetaient des formes chelous) et, toujours sur le pas de la porte, nous « entendions des ultrasons » (enfin, on entendait des sons très aigus, puisque par définition les vrais ultrasons ne nous sont pas accessibles auditivement). Apeurées (et mon pote et moi pas trop rassurés non plus), les filles ressentaient des mouvements (les champotes nous transforment en humain qui valait 3 milliards) et des frôlements : pour cause, nous venions de réveiller une colonie de chauve-souris qui logeait dans le plafond, leurs sentinelles s’empressant de tester les intrus ! Rassurées sur notre présence pacifique, les « vampires » se rendormirent. Voulant y voir plus clair après mettre aperçu qu’il y avait non loin du fond baptismal un boîtier électrique, je remontais le disjoncteur mais je ne trouvais pas d’interrupteur dans la chapelle. À la recherche de lumière et à présent rassurés sur la tranquillité des habitants nocturnes du lieu, nous avançâmes dans la chapelle. Cette ambiance quelque peu gothique fut accentuée par la présence, sur l’autel situé dans la nef, d’une gerbe de fleurs encore fraîches : dans notre délire, nous avons fantasmé (et bien rigolé, histoire de conjurer le – « mauvais » – sort) sur l’idée d’esprits hantant les lieux ou de pratiques magico-païennes dans cette chapelle chrétienne. Ce sentiment fut encore renforcé quand nous découvrîmes qu’il y avait un passage bas et étroit sur le côté droit de l’abside [partie qui termine le chœur d'une église, ici par un hémicycle comportant une piscine : équipement lié au rituel de purification, il est aussi nommé lavabo (issu du verbe latin de l'expression Lavabo inter innocentes manus meas – « Je me laverai les mains parmi les innocents ») ; il est inclus dans l'épaisseur d'un mur intérieur, non loin du chœur, trouvant sa place dans l'agencement de la maçonnerie, en creux comme une niche]. Après avoir pris ce petit passage, à moitié courbés, nous arrivâmes dans une petite pièce avec pour seule ouverture une petite lucarne, une meurtrière. On aurait dit une oubliette où il était impossible de faire les cents pas vu la taille de la geôle. En réalité (après recherches en étant rentré), la sensation bizarre était due au fait qu’il s’agissait d’un enfeu : une tombe encastrée dans l'épaisseur du mur d'un édifice religieux, généralement réservée aux nobles ! Toujours est-il que, plus tard au lever du soleil, la mini-vue qu’offrait la meurtrière sur le paysage était magnifique, avec de splendides couleurs ! Voyant sur le plan de l’édifice qu’il y avait un accès à la tour de guet (haute de 10 m environ et surplombant le village, perchée sur sa colline), je cherchais le moyen d’y accéder. Voyant un panneau « site dangereux », cela signifiait que cela devenait intéressant. À fond de champignons, j’entrepris de grimper le mur pour accéder à une ouverture (située à 3 mètres du sol) ouvrant sur la tour. Malheureusement, le site devant être très dangereux, une porte métallique bloquait l’accès à la tour ! Dommage, d’autant plus qu’un escalier récent en bois avait été aménagé pour pénétrer dans la tour et sûrement pouvoir monter sur les créneaux. Ayant fait le tour (oui, mais pas la tour, la partie la plus intéressante !), nous sortîmes alors de la chapelle. Comme quoi on est loin de faire n’importe quoi sous champotes (quand c’est bien pris par des gens « sains » et surtout sereins), je remettais les choses comme elles étaient à notre arrivée, c’est-à-dire que je coupai le disjoncteur puisque nous n’avions pas trouvé les lumières. Et pour cause (explication du lendemain matin, en phase plus claire) : le tableau électrique gérait en réalité les spot-lights qui illuminaient le château (éteint à notre arrivée). Heureusement, personne du village ne s’est rendu compte à 4h du matin que le château brillait de mille feux (pendant 45 mn environ).

Descendant le long de la tour carrée puis de la partie ronde de la chapelle fermant l’édifice, nous arrivâmes devant une porte menant à la partie ancienne du cimetière. Les filles n’étaient pas du tout partantes pour ce genre de délire gothique, le respect des morts étant une valeur on ne peut plus forte, même au sein d’une jeunesse qualifiée à tort de désabusée et de sans foi ni loi ! Toujours est-il que l’intention était plutôt de braver ses peurs et de ressentir l’atmosphère « surnaturelle » de ce genre de lieu, rempli d’Histoire comme d’histoires !!! Mon pote et moi les motivions pour tenter l’expérience, pas si effrayante en groupe sous la protection lumineuse d’une lune entre loup et chacal (l’un prédateur, l’autre conducteur des morts) car demi-lune en phase montante (première moitié de lune avant la pleine lune une semaine plus tard). Après s’être laissées embarquées dans le labyrinthe végétal (nettement plus « flippant » avec ses effets visuels de semi perception des reliefs, volumes et couleurs) et après avoir demandé symboliquement aux morts l’autorisation de pénétrer leur lieu de vie / de repos, les filles nous suivirent finalement. Déambulant comme des âmes en joie euphorique ayant bravées la peur instinctive de la Faucheuse qui rôde, nous étions plus que sereins au milieu des tombes légèrement éclairées par la demi-lune. Nous devisâmes alors sur ce mini village des « damnés » où les tombes reflètent la vie sociale des défunts : riches avec de grands caveaux et pauvres avec de simple stèles ou un « berceau » métallique rouillé surmonté d’un cœur (tendance du début du XXè siècle). Finalement, le plus triste dans tout ça était les tombes fracassées par le temps qui passe et le manque d’attention qui leur était porté : notre mère la terre étant active (pluie, mouvements de terrain, etc.…), un certain nombre de vieilles stèles étaient cassées et des morceaux épars sortaient du sol, à semi ensevelis (donc d’autres à semi déterrés, puisque le sol travaille dans les deux sens). Nous avions osé franchir la porte du cimetière, nous en étions ravis, mais nous ne voulions pas non plus nous y éterniser (ça, nous verrions plus tard, le plus tard possible !).

Dans l’esprit de découverte qui nous animait, nous reprîmes alors la « route », plutôt le chemin dallé originel descendant du château haut au bas-village. Nous fîmes ainsi plusieurs déambulations dans le village endormi, découvrant de nouvelles voies d’accès au milieu des étroites ruelles médiévales, slalomant entre les maisons en pierre et nous ébahissant devant de magnifiques parterres de fleurs (notamment ce qui semblait être de l’absinthe, mais plutôt un membre du même genre Artemisia, les armoises, avec des feuilles duveteuses de velours, d’un blanc éclatant).

Finalement, vers 7h du matin, n’ayant trouvé qu’une inscription d’un café fermé depuis bien longtemps, mais aucune boulangerie ou personne (heureusement que nous n’avons croisé aucun habitant chasseur/viticulteur, sinon c’est eux qui auraient halluciné de voir quatre jeunes teufeurs aux yeux quasi sans iris coloré mais avec la pupille noire très dilatée errer dans un si petit village à pas d’heure du gromanche), nous avons repris la voiture après un voyage sur place de 4 heures. Après avoir pris des viennoiseries dans le village d’à côté (la boulangère a due halluciner en voyant justement nos yeux), nous nous sommes rentrés, les seuls vaillants veillant encore étant le conducteur et moi-même, bref les anciens ! Pfff, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était, la nouvelle génération ne tient pas grand-chose !!!

Pour conclure, après un repos bien mérité, chacun s’est réveillé comme une fleur, sans gueule de bois ni autre trouble post-perchique, ni même un seul bleu après toutes nos pérégrinations en varappe dans les ruines et les chemins de travers (même si nous étions plus de travers que les chemins !).

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 17:24

FlySqueeze3RectoVerso

 

Pour célébrer le n°3 de Squeeze, revue littéraire en français, gratuite et sans pub, une soirée SQUEEZE PARTY STUPÉFIANTE est organisée le samedi 8 octobre au Chai du Terral (cf. dossier de presse pour Montpellier, sachant qu'une autre soirée sera également organisée sur la planète Mars.) !

 

En parallèle d'avoir écrit une Contribution pour l'appel à texte de la revue Squeeze sur "DROGUE(S) ET USAGE[R](S) DE DROGUE(S)"  (ainsi qu'un trip-report avec nos potes les champotes, cf. Récit du trip de la « Half-moon / full shrooms » party au bled de Roquessels), le staff graffique du Collectif des 12 Singes (cf. le blog des Photograffeurs des 12 Singes) y fera une vidéoprojection de graffitis hallucinants, dont voici la vidéo complète :

 

{notez également que le lendemain de cette soirée, notre staff (photo)graff organisera une 6è balade photograffique dans les rues de l'Ecusson de Montpellier, cf. http://photograffeurs.over-blog.net/article-6e-balade-photograffique-hallucinante-85287095.html}

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 14:03
  • Je ne ressens ni douleur ni douceur
  • Subliminal car libidinal
  • Mon corps est en cage et de là mon désir/plaisir s’en évade
  • J’aime pas me coucher et j’aime pas me lever
  • Tu t’en passe bien ? Je me rends pas compte quand il est là
  • Faire des compromis dans la compromission on n’y arrive même pas car il y a tout le temps des chamailleries
  • Comme un obèse diététicien
  • Je préfère passer pour un dingue que devenir fou
  • On est au sphincter du bout de la terre … le trou du cul du monde quoi
  • Jésus doit se retourner dans sa tombe
  • Donner de l’énergie à la matière c’est lui donner de l’émotion
  • On ne peut trahir la confiance que de ceux qui nous la donnent
  • Soif d’ambition et d’anéantir la tentation d’hégémonie des ennemis
  • Le savoir est la clé du pouvoir
  • Je bois pas beaucoup/trop, j’ai juste souvent soif
  • Qu’est-ce qu’il y a ma chérie ? Rien, c’est bien ça le problème : y a plus rien
  • Tire-toi ou je te quitte
  • Je ne suis jamais allé à x, ça m’a évité l’énergie d’en partir
  • J’ai rien mais j’ai tout car je t’ai toi
  • On ne réussit que vis-à-vis de soi-même
  • Caractère de cochon avec cœur d’or
  • Seul le pouvoir de séduction peut contrer le pouvoir de décision
  • Divertissement est une aide à l’existence
  • Déception immédiatement relayée par la violence du désespoir
  • Devenir adulte c’est passer du rêve à la réalité
  • Le pays est ma patrie, le monde mon avenir
  • Une minute de silence pour moi-même
  • Je pars pour que x reste
  • Le temps se venge toujours de celui qui l’oublie
  • Arrête de sourire, ça devient malsain
  • Depuis que j’ai décidé de tout placer entre ses mains, mes placements n’ont jamais été aussi intéressants
  • J’ai pas envie de voir du monde today ! C’est pour moi que tu dis ça ? Beh, tu fais partie du monde non ???
  • Je te demande pas grand-chose ! Si tu ne me demandais rien ce serait encore mieux
  • S’il faut manger, boire, faire x pour être sain, je préfère encore être malsain
  • Sois gentil, fais ce que je te dis
  • T’as fini de me prendre pour une bille pauvre fille ?
  • Je suis moins con que ce que je n’en ai pas l’air
  • À force de tourner en rond on finit par mal tourner
  • Respecté et respectable, ce qui ne va pas de soi
  • L’émoi passe, le souvenir trépasse
  • Il doit tout et demande rien
  • Je serai plus gêné de te gêner que de partir
  • Triste de te quitter, heureux de t’avoir été agréable
  • Mourir avant d’être dans un mouroir
  • Je vais m’éteindre comme une bougie à petite mèche
  • Y a des silences qui sont éloquents, qui en disent plus que de longs discours
  • Deux couples c’est carré comme la partie @house
  • Comme un manchot sans elle
  • J’ai pas encore touché le fond, je peux tomber bien plus bas encore
  • Roturier parmi la noblesse de l’entre-soi
  • Libéré de la vie dans un suicide assisté
  • Chacun fait chez soi ses choix
  • Je me la taille en biseau
  • Il (o)sait pas demander alors j’ai proposé
  • Je l’ai eue sur un mâle entendu
  • Ma douleur est si forte, mes amours sont mortes
  • Onkalo (« la cachette » en finlandais) : première installation de stockage de déchets nucléaires capable de tenir 100 000 ans, fait l’objet d’un documentaire d’une extraordinaire qualité : « Into Eternity »
  • Tu parles comme un livre
  • Le rêve d’une star c’est détester d’être célèbre
  • Mon enlacement était-il un harcèlement ou un consentement
  • J’oublierai ce que tu viens de dire/faire pour essayer de me rappeler comme tu étais avant
  • Tout était très bien mais j’ai détesté ! Je pense le contraire
  • Souffle d’air frais là où on cherche à changer d’ère
  • J’aime pas jouer le rôle de la limace dans la salade
  • Ils veulent se servir de moi, je vais me servir d’eux
  • Son sourire me fait croire que tout va bien même si je sais que ce n’est pas vrai
  • Seul le marché est un endroit de brassage ethnique car les uns vendent et les autres achètent
  • Concurrence monopolistique
  • L’énergie est la monnaie du XXIè siècle
  • Se diriger d’un pas léger vers là où on aurait jamais dû aller
  • Se souvenir d’oublier ce qu’on sait, ce qu’on sait qu’on ignore, ce qu’on ne sait pas encore qu’on ignore
  • Tout ira bien si tu n’approches/touches à rien
  • Pire que des piranhas
  • Du soleil comme s’il en pleuvait
  • Soyez respectueux ; vous serez respectés
  • Le peu que tu peux faire, le très peu que tu peux faire, fais-le, pour l’honneur, mais sans illusion (Théodore Monod)
  • Depuis le temps que je suis célibataire, je fais la lessive à la main
  • J'ai la foi mais pas de religions
  • Être unique vous permettra de triompher dans la vie." Madonna
  • Perdre mon âme en elle
  • Tu es ravissante, ou en tous cas tu lui ressembles
  • J’ai déjà égaré un fils du droit chemin, je ne veux/peux pas perdre une fille sur la mauvaise route
  • Tu es le sosie de la fille de mes rêves
  • J’ai pris mes distances, je me suis éloigné de mon milieu
  • belle mise en abîme d'un vide si faussement calme avant la tempête
  • je t’ai jamais entendu le prononcer en disant … euh dix ans
  • quand tu ouvres une porte faut entrer, sinon tu te la prends dans la gueule quand elle se referme
  • la transe en danse
  • bien sûr que tu as des raisons de te l’a péter, mais c’est pas une excuse pour le faire
  • la nature humaine est mal faite
  • ce que je consomme me consume
  • hélas il faut bien reprendre la vie là où on l'a laissée
  • maintenant, tant qu’il est temps, forcément
  • Si vous aimez quelqu'un pour sa beauté, ce n'est pas de l'amour c'est du désir !!- Si vous aimez quelqu'un pour son intelligence, ce n'est pas de l'amour c'est de l'admiration !!!- Si vous aimez quelqu'un parce qu'il est riche, ce n'est pas de l'amour c'est de l'intérêt !!!- Si vous aimez quelqu'un et que vous ne savez pas pourquoi... ça c'est de l'amour
  • L’instant présent est de loin plus précieux que l’instant passé
  • Si tu n’es pas aveugle, aide ceux qui ont perdu la vue
  • Consommation est comme une drogue : ça fait du bien au début et puis ça tue
  • Chacun de nous est la somme de ce qu'il n'a pas calculé. [Tom Wolfe]
  • Le coccyx latin (autant l’os que l’oiseau) a donné le cocu car le coucou pond ses œufs dans le nid d’un autre oiseau
  • La nuit me fait venir et le jour partir
  • C’est la différence entre beaucoup et trop
  • Bête de somme qui refuse son joug
  • Le boomerang est le frisbee du solitaire
  • Il n’y a pas que les criminels qui ont droit à une seconde chance, les marié(e)s aussi
  • Ça me choque mais ne m’étonne pas tant que ça
  • Conflit d’intérêt : quand l’intérêt perso prend le pas sur l’intérêt général
  • Les premiers couteaux laissent leurs armes au vestiaire
  • J’aime tellement la vie que j’arrive pas à mourir
  • Lui fera flop, mais sa suite sera au top
  • Espace dangereusement peuplé d’incertitudes
  • Loi d’Elzéar : c’est après qu’on se soit coupé les ongles qu’on s’aperçoit qu’on en avait besoin
  • Le communisme est la plus grande espérance et la plus trahie de l’Histoire
  • Les curés et les homos sont les derniers à tenir au mariage
  • Syncope à cause des seins : corset avec buste qui appuie sur les poumons (barre d’acier sur le plexus solaire)
  • Pour se suicider faut déjà se sentir quelqu’un, sinon c’est une simple éradication
  • Comme dans ET, je vais te ressusciter avec mon doigt
  • La belle et le jobard
  • Les puces (se font) dépucèlent/(-er)
  • Meilleure nuit de ma vie
  • Il faut en revenir à hier pour comprendre aujourd’hui
  • On signe tout de suite pour demain
  • Crois en ce que tu as créé
  • Visible partout, présent nulle part
  • Qu’est-ce qu’il t’arrive, c’est pleine lune ou bien ? Peu importe, profite du moment, pas besoin d’explication
  • J’aime les situations risquées, mais pas ici
  • Tu me dois un fantasme, l’heure de l’addition a sonné ! C’est cher payé pour une petite galipette dans les bois, par -5°C et pas discret
  • Parité donnant-donnant, gagnant-gagnant
  • Palpitant à 100 à l’heure, neurones en ébullition, progestérone au bord des lèvres
  • Tu vas (dé)faillir car t’as jamais su me résister
  • Tu me rends fou, et le pire c’est que ça me plaît
  • Yeux vides, aucune lueur d’intelligence et donc d’espoir de le/la sauver
  • À trop côtoyer les x, ont commence/fini par leur ressembler et même à (dé)raisonner comme eux
  • Politique : on ne pense pas ce qu’on dit et on ne dit jamais ce qu’on pense
  • Pieds plats dans équipe de bras cassés
  • Couchée il n’était pas encore là, levée il était déjà parti
  • Je sais qu’il n’est pas rentré, dis-moi si tu l’as vu sortir
  • Question d’honneur et de dignité
  • récepteur des phéromones mammaliennes : c'est l'organe voméronasal, ou organe de Jacobson. Et il ne se trouve pas dans les régions dédiées à l'olfaction. Chez de nombreux Mammifères (félins, équidés, chiens... par exemple), une paire de ces organes est installée derrière les incisives, ce qui explique un comportement particulier, le flehmen, quand l'animal retrousse les babines ou cache ses orifices nasaux avec sa langue tout en ouvrant la bouche et en aspirant pour sentir la réceptivité ; quand un mâle commence à faire ça il est viré du groupe par le dominant.
  • Lions mâles nomades : charognards "chassent", puis un surveille quand les autres mangent. Attendre 3 ans avant d’être assez fort pour chasser un vieux mâle et que les femelles chassent pour le nouveau roi du clan et des animaux
  • Une semaine à copuler toutes les 20 mn à l’écart des autres, 1/5 chance que ça marche
  • Rapport sexuel douloureux car pénis du lion érigé d’épines
  • Colère devient rage pour la Liberté
  • Je fais ce que je veux avec ma bite, sauf que c’est elle qui décide
  • J’ai jeté la photo mais gardé le cadre
  • Aucun bâillon ne peut étouffer les mensonges qui sortent de ta bouche
  • Orgueil du puma
  • Sorti de l’obscurité on est aveuglé par la lumière
  • Le dîner, heure bénite entre la fin du boulot et le début de la soirée
  • On se voit juste pour le meilleur, jamais pour le pire
  • Dans une histoire d’amour, y a pas de prescription pour se déculpabiliser
  • Tueurs partagent leur peine carcérale, victimes partagent leur peine sentimentale
  • Bête et lâche, ça fait beaucoup pour un salaud
  • C’est pas que j’ai pas le temps, juste pas l’envie
  • Quand on sait qui on est on n’a plus rien à prouver
  • Au début je t’aimais pas beaucoup, mais plus le temps passe et moins je peux te saquer
  • Tu vas payer, prendre cher ! Ah, c’est moi qui régale !!!
  • Si ça ne me dérange pas je n’y vois pas d’inconvénient
  • Tu sais pas dire non toi ! Non !
  • Je suis une tribu, la mienne
  • Faut savoir raison garder ! Toi tu vas déjà ta gueule fermer !!!
  • Tu devrais être content qu’elle t’ait quitté, je pouvais pas la blairer
  • On s’habitue à l’autre puis on se voit plus, de toute façon on meurt seul
  • Adieu monde cruel, bonjour ironie du sort
  • Ce qu’on possède est un bout de soi
  • Une demande de x peut-être, une exigence de y sûrement
  • Les souvenirs s’estompent, sa réputation s’améliore
  • Ne m’enfermez pas, ne me contraignez pas, ne m’utilisez pas
  • J’aime bien quand tu prends mes choses en main
  • Liberté c’est apprendre et savoir dire non
  • Chevauchée/cavalcade pour évacuer la frustration des nombreux étalons écartés par les femelles et mâles dominants
  • Ce qu’on désire vraiment on peut l’obtenir pleinement
  • [Tu m’excites] ! J’ai pas compris, mais ça devait sûrement être romantique !!!
  • On a tous besoin d’un brin de folie dans nos vies
  • Excusez ma curiosité indépendante de ma volonté
  • On a chacun ses problèmes avec soi-même
  • Je l’aime tellement, j’en suis … elle me détruit, me consume par ce feu intérieur
  • Un bon complot ne peut se prouver
  • Un de ces moments où l’espoir est absent
  • Ceci mettra mes sentiments dans ta bouche
  • Je t’aime aussi ! T’aurais pu/dû le dire plus tôt !!!
  • Tu et tout de toi me manque
  • On se serait cru dans un film de Shakespeare
  • Il n’y avait pas rien mais une feuille blanche vierge
  • Coup d’état permanent contre lequel il faut accumuler coup de force et de sympathie
  • Toute politique est un choix
  • On ne sait jamais, sur une question de chance elle peut toujours tomber amoureuse
  • Accepter la rupture, la méthode passe ensuite
  • J’ai toujours aimé des gens qui m’appréciaient
  • Mobilité, migration, colonisation : on lorgne chez l’autre par manque de visibilité chez soi ou pense meilleur ailleurs
  • C’est ma meilleure amie car je n’avais pas mieux sous la main
  • On ne peut pas me faire changer d’avis, tout comme mes parents ne pouvaient pas me faire manger de légume
  • Tu voulais un meilleur oiseau pour moi, mais il m’a chié dessus de tout son envol/altitude
  • Médecins te disent que tu vas crever puis vont jouer au golf
  • Lors d'une guerre, une stratégie d'attrition est une stratégie dans laquelle l'objectif est d'user les forces combattantes et les réserves ennemies, plutôt que la progression en terrain ennemi ou la destruction/occupation d'objectifs ennemis.
  • T’aurai pu me le dire au lieu de me faire passer pour une hystérique alors que je n’ai besoin de personne pour ça
  • Désolée, j’ai gueulé comme une conne ! C’est rien, t’inquéquette donc pas, j’ai la bite rude
  • C’est le 2è mariage mais c’est pas les soldes
  • Viens avec quelqu’un, enfin quelqu’une ce serait mieux
  • Ma vie est séparée en compartiments étanches, comme un zoo avec espèces différentes sinon elles se bouffent
  • Pourquoi t’es là ?, c’est pas le week-end ! J’ai aussi envie qu’on se voit les jours où on n’est pas censé se voir !!!
  • Je cherche à fuir plutôt qu’à faire
  • Autant que cela te concernait, cela ne te concerne plus
  • On ne dit jamais la vérité quand les gens meurent ! Ce n’est pas le moment !! Si, ils n’en souffriront plus
  • T’aurais mieux fait de la flinguer plutôt que de l’épouser, là tu serais déjà libre, sorti de prison
  • C’est toujours du sérieux, reste juste à savoir combien de temps
  • Je ne provoque pas, je dis ce que je pense
  • C’est pas ma petite copine, on s’est pas rencontré à un goûter, on baise ensemble
  • C’est pas ce que j’ai dit ! Non, mais ce que tu pensais !!!
  • Tu as bu ? Oui, mais des petite bouteilles
  • Ça en fiche un coup de se rendre compte qu’on est fou
  • Faire semblant de ne pas être fou est un signe de folie
  • Y a quelque chose dans ma tête qui est plus fort que le fond de moi
  • C’est pas pour de rire, je vais mourir de chagrin
  • T’es con ou t’es con ?
  • Il dort comme s’il était mort
  • On se marie pas parce qu’on a versé des ares
  • Aimer n’est pas un sacrifice mais un choix
  • J’avais peur de sacrifier ma petite liberté, j’ai tout foiré
  • J’ai réglé mon problème ! Lequel ???
  • Un peu de détachement bouddhique et des drogues
  • Qu’est-ce que t’as fait à tes cheveux ? Moi je trouve ça très bien ! Que ça te plaise c’est déjà ça, et c’est même le principal !!!
  • Il n’y a personne pour voir qu’il n’y a plus de trace à effacer
  • Ni attentive ni attentionnée
  • Trop coincé pour être raide
  • Au bout du chemin y a toujours la Mort : on le sait mais on met la tête dans le sable
  • Rien n’est immortel : ne ratez rien !
  • "Le désir de l'homme trouve son sens dans le désir de l'autre". Jacques Lacan
  • C’est déjà ça, même si ça fait pas tout
  • Comment veux-tu que je te donne ma vertu si tu connais même pas mes vices, et vice et versa d’ailleurs
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 16:17

 

Nouveau blog dédié au street-Art de Montpellier : http://streetart-montpell.over-blog.net


 

 

 

 

Al Sticking photograffeurAl Sticking


 

Nous vous prions de bien vouloir nous excuser, la 6è balade photograffique n’a pu avoir lieu ni le dimanche des journées du Patrimoine pour cause de pluie, ni le dimanche d’après car le guide a eu un accident de moto en s’y rendant !

 

Cette 6è balade photograffique est donc repoussée au dimanche 9 octobre, le lendemain de la soirée Stupéfiante SQUEEZE, voir http://photograffeurs.over-blog.net/article-6e-balade-photograffique-hallucinante-85287095.html

 

 

 

Passionnés de street-Art et de graffiti au sens large, administrateurs de la page (consultable même sans compte facebook), le staff graff du Collectif des 12 Singes (Photograffeurs des 12 Singes, Photograffeurs de Pierres Philosophales) cherche à faire partager son goût pour l'Art mural (cf. " Défense du street-Art, à Montpellier comme ailleurs ", avec une présentation  vidéo et un fascicule téléchargeable pour promouvoir le street-Art local, ainsi que les résultats photograffiques de nos précédentes balades).

 

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 16:37
  • La Nature donne l’espoir de découvrir ce que nous ne connaissons pas
  • T’aimer n’est pas facile, mais ta copine elle l’est
  • la musique est du bruit qui pense (Victor Hugo)
  • ce qui était perçu comme folie et provocation se mue en génie et avant-gardisme
  • il ne faut pas reprocher à la réalité de fracasser nos rêves
  • la vraie foi se passe de la loi
  • classé plus bas que l’échec
  • " Qu'est ce qu'il y a de pire : l'ignorance ou l'indifférence ? Je n'en sais rien et ça m'est égal ".
  • Il n'y a pas d'œuvre dangereuse, il n'y a que des publics sans défense. Joffre Dumazedier
  • celui qui n'est plus ton ami ne l'a jamais été
  • ça va finir en West Side Story, d’un côté les Sharks de l’autre les Jets et guerre des gangs
  • quand ce n’est pas facile à dire, autant le dire de suite alors crache ta Valda
  • n’essaye même pas de me dire ce que je pense ou pas faire
  • et si je ne voulais pas me souvenir
  • tu reviendras, je l’ai compris quand t’as dit que tu partirais
  • sais-tu ce qui a changé dernièrement cet homme ? Rien !
  • j’ai fait ça sérieusement, mais pour rire
  • je ne te dis pas au revoir mais adieu et bonne chance sur ta route sinueuse/si noueuse
  • ce fut un honneur ! ce fut une horreur pour moi !!!
  • si je savais ce que tu faisais/pensais ! Si je le savais pareillement moi-même
  • chaque fois elle me glisse entre les doigts
  • j’aurai dû lui briser le cou pour qu’il avoue
  • tu te souviens ? Oui, je ne peux pas penser à autre chose
  • qu’est-ce que tu veux ? Même chose que toi mais pas sous la même forme ni au même moment
  • c’est pas impossible, juste inévitable
  • Oh non ! Eh si !!!
  • tu charges, je tire
  • j’ai passé l’âge de jouer les dieux du stade
  • tu te l’as joue en vers contre tous
  • vas te trouver un autre étalon/une autre pouliche ! Eh oh, un peu de modestie hein !!!
  • attention les yeux, tu vas en prendre plein les mirettes
  • j’ai pas fait tout ce chemin pour rien ! Eh bin si, le retour c’est comme l’allée, dans l’autre sens !!!
  • si tu dis que ça marchera, je te crois ! Ça marchera car on n’a pas le choix.
  • Je ne peux pas t’accompagner plus loin ! Ça ne fait rien, tu es déjà allé trop loin à mon goût !!!
  • Tu m’avais déjà fait revenir une fois, pour presque rien, cette fois je ne reviens pas
  • J’ai retrouvé les mots pour dire ce que je ressentais, te dire ce que je voulais vraiment te dire : taisons-nous et embrassons-nous, utilisons notre langue à bon escient
  • C’est ma vie qui m’a appris le but de toute vie, à savoir de finir
  • Pourquoi se relever, se battre pour la Liberté ou même l’Amour peut-être, mais tu vas perdre, à quoi bon continuer de combattre ? Parce que j’en ai fait le choix !
  • Dire que j’ai rêvé ce moment depuis si longtemps, et maintenant il se transforme en cauchemar
  • Tout changement est dangereux, mais tout immobilisme est encore pire
  • Pour qui tu me prends ?, un humain ???
  • On le reverra ? J’espère bien, un jour … ou l’autre prochain !
  • Tu as toujours su ? Non, mais j’avais la foi !
  • T’es un bras-cassé du suicide
  • Je n’en attendais pas moins, même si j’en attendais quand même plus
  • Manipulation comme si c’était égal à une relation
  • Une orgie entre filles
  • En savoir beaucoup/trop est rarement une bonne chose
  • Quitter un monde trop terre-à-terre pour trouver un monde meilleur
  • Je te garantis rien mais je peux te brancher
  • Le x avril je serai libre … et aussi le y, z … tout le temps et par tous temps en fait
  • Il y a guère de chance qu’il le pense
  • Ce n’était pas que à cause de toi, même si beaucoup quand même
  • Je n’ai ni les capacités d’un grand-père ni la volonté d’un père
  • J’avais tort de vouloir avoir raison
  • Colère se transforme en rage
  • Je suis surpris de ta non-surprise
  • J’ai été assez idiot pour croire que les autres n’étaient pas si intelligents que ça
  • L’immobilisme mène à l’instabilité
  • Étincelle devient symbole d’une Cause qui la dépasse et met le feu à la plaine
  • À la hauteur de l’heure historique
  • C’est pas les idées qui manquent mais la conviction de devoir les réaliser
  • On ne peut pas l’accuser, ni l’innocenter non plus
  • Tu as mis de la musique dans ma vie, sans pour autant la régler comme une carte perforée d’orgue de Barbarie
  • Je vois la vie comme un éternel levé de soleil : chaque aube apporte un nouveau jour
  • Je ne suis pas dingue, juste malheureux … nuance !
  • L’intelligence est une plaie car on sait tout à l’avance : y a plus de suspense
  • Le paradis a un prix, bien plus cher que l’enfer
  • Je ne regarde pas la télé mais elle me regarde
  • L’état vole légalement l’argent du Peuple
  • De tomber amoureux je suis tombé en morceau
  • On y puise sans l’épuiser
  • Sache ce que tu veux et sers-toi
  • Je ne sais plus quoi faire, je suis tout le temps dans le noir le plus obscur
  • Je suis un Titanic qui attend son iceberg (ou l’inverse)
  • En théorie une femme en vaut une autre
  • Principe de base en amour : se faire désirer, mais à force là ça laisse/lasse à désirer
  • Un amour aveugle est l’éternité dans l’instant
  • Une épine dans le pied et un trou dans le cœur
  • Amour est un désir qu’on a dans le cœur et qu’on est le seul à (re)connaître
  • Quand j'y reviens, j'en repars aussitôt
  • C’est mieux d’être trop sensible que pas assez, alors que sinon c’est toujours mieux pas assez que trop car on peut toujours en rajouter mais jamais en enlever
  • Pucelle du matin chagrin, pucelle du soir espoir
  • Normalement je ne suis pas fou, sauf là … de toi
  • Vivre = agir comme si c’était la chose la plus importante qu’on n’ait jamais faite
  • J’ai eu les yeux/œufs plus gros que le bas-ventre
  • À vous deux vous êtes l’homme idéal
  • Tu as mieux faire que d’avoir mal
  • Plutôt que de dire il faudrait que j’arrête x à vie, je le fais
  • Par tranche de 24h
  • Ce qui m’émeut est ce qui me meut
  • Regard torve (« qui regarde de travers, menaçant ») et vide
  • Du tir lait au tir larmes
  • Recherche du frisson dans l’insécurité
  • Chef permet de faire vivre le village et préserver les intérêts des habitants
  • Le mensonge vaut un aveu
  • Est-ce que ça me déçoit ? : oui ; est-ce que ça m’étonne ? : non !
  • Même les x ? Surtout les x, ce sont les pires !
  • Il faut miser pour pouvoir participer
  • J’en crois ni mes yeux ni mes oreilles
  • Je veux et peux tourner le dos à ma destinée
  • Si on ne leur dit rien ils n’en sauront rien
  • Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même, mais vous en subirez tous les conséquences
  • Pas perdu, juste momentanément égaré
  • Impudence (manque de pudeur, effronterie) dans l’imprudence
  • Je ne suis pas lui, je me "contente" d’être moi … ce qui est déjà pas mal et énorme même tellement ce n’est pas facile
  • Chaud à l’extérieur, froid à l’intérieur
  • Avec un pif pareil tu devrais chercher des truffes
  • On espace comment ? On espace carrément !
  • Instinct me guide vers mon destin
  • Trop d’amour peut tuer l’érection
  • L’usure du temps et des cœurs/corps tue l’amour
  • Seule la peur insuffle à l’humain un peu de décence
  • Muse qui inspire et aspire le créateur
  • Dieu est un boulet qui nous fait boiter
  • Je lui parlais encore mais elle ne m’écoutait déjà plus
  • Tu as le pardon quand je n’ai que les regrets
  • Folle expérience qu’est l’existence
  • On est tous niqués alors autant tous niquer
  • Pour être de bonne foi, je ne suis pas croyant
  • Si on officialise, t’auras ton côté du lit nuptial et moi le mien
  • Un accueil sans écueil
  • Minorité à l’extérieur, majorité à l’intérieur
  • Les convictions des politiques sont fonction des évènements
  • Besoin d’un choc salutaire pour lancer les grands travaux, du sol au plafond en passant par les murs
  • Si on coupe la tête, le corps bouge encore puis s’écroule
  • Le plus important est de ne pas agir vite, mais d’être prêt
  • Quand on pisse dans son froc on n’a pas chaud très longtemps
  • Quand on épouse un singe, faut pas s’étonner qu’il mange des bananes
  • Dilemme de la courgette : petite courge ou grande cagette
  • Je suis pas sûr de te suivre
  • Marre de ce cauchemar
  • Dans un meurtre, vaut mieux être coupable que victime
  • Ni 1er ni 2nd rôle, juste figurant dans le film de ma vie
  • Faut pas contrôler ses émotions, les mettre sous cloche
  • Le petit poucet mit à l’index par les grands majeur
  • Grande gueule sensible
  • Grand con malade
  • Aider les autres c’est s’aider soi-même
  • Sans franchir la petite ligne invisible qui sépare de l’addiction/l’affliction
  • Alcool : addiction la plus difficile à traiter (18 mois, 50% de rechute)
  • Ancien consommateur reste à vie un dépendant
  • La rechute peut être salvatrice si on n’est pas mûr pour l’abstinence
  • Dépendance : maladie progressive, incurable puis mortelle
  • Le produit est plus fort que lui : s’il commence un paquet de bonbon ou d’alcool il ne s’arrête que quand finit (le produit ou lui)
  • Une assuétude dans la solitude [dépendance, accoutumance à une drogue]
  • L’orgueil à pour corollaire l’arrogance
  • D’aller mieux je vois aller bien … bien mieux même
  • Avant elle m’aimait beaucoup, maintenant elle m’aime bien
  • Ça ne peut empêcher, juste empirer
  • Quel ennui le paradis
  • Ne vas pas au paradis, t’y connais personne
  • Il faut pas confondre paillettes et poudre d’or
  • La fête c’est la recherche de soi en trouvant les autres
  • Communautarisme casse la folie magique du mélange
  • Tu regretteras encore longtemps ces paroles alors que je les aurai oubliées
  • Plus tu déments plus tu te mens
  • J’ai mis plus de courage à mourir qu’à me battre
  • Entre chien et loup [date du XIIIe siècle, désigne la période de fin de journée où la clarté est telle qu'on a du mal à distinguer un chien d'un loup] : enfants rentrés de l’école alors que parents encore au boulot
  • Le lâche meurt à plusieurs reprises avant de rendre l’âme à gauche, le juste râle et expire dans un unique dernier souffle de vie
  • Ocytocine permet d’utiliser la sociabilité d’autrui pour réduire son stress
  • L’homme est le complément et surtout le compliment de la femme
  • Sexe plus sentiment c’est l’idéal, mais sinon vaut mieux du sexe sans sentiment que des sentiments sans sexe, même si le deuxième dure plus longtemps que le premier
  • Pulsion sexuelle pour plusieurs/différents partenaires : besoin de faire l’amour pour concentrer l’énergie de reproduction, parallèlement à l’attachement dans un couple uni le temps de l’éducation des enfants
  • Amour romantique est une obligation mais il survit même quand il semble éteint, faut juste savoir attiser les braises pour raviver la flamme/femme
  • Pas abréger la vie mais abroger la mort
  • Tout chemin a une fin : même si on n’en peut plus, on aura toujours de la ressource jusqu’au but final
  • Personne ne l’a voulu, tous en sont victimes
  • Attrait du danger est au fond de toute passion
  • Je ne donnerai pas de leçon de x car je suis incompétent
  • Je vais là où on me laisse aller
  • Moins on l’attend, plus vite ça arrive
  • Il y a autant de type d’effet que d’individus, tout dépend du contexte et de l’état d’esprit
  • Calme de l’espoir avant tempête de la défaite
  • Ma seule faiblesse est que je suis faible, mais au moins j’en suis conscient
  • "Le sage ne dit pas ce qu'il sait et le sot ne sait pas ce qu'il dit"
  • Avec les enfants, on récolte ce qu’on a sem(enc)é
  • Je suis moins froid qu’avant mais pas encore chaud bouillant, on va dire tiédasse
  • Coopérative : membre et propriétaire à la fois
  • C'est son caractère qui fait à chacun sa destinée
  • Tic-tac bada-boum, tagada tsouin-tsouin
  • "Étrange époque où il est plus facile de désintégrer l'atome que de vaincre un préjugé" Albert Einstein
  • "les femmes sont faites pour être aimées, pas pour être comprises" Oscar Wilde
  • Être dans le vent c’est avoir un destin de feuille morte (Jean Guitton)
  • Aime-toi après tout autre (Shakespeare)
  • "C'est pas dans les bons jours qu'on se distingue, mais plutôt dans les mauvais."
  • Qu’est-ce que la vie sinon une suite d’illusions et de déceptions
  • Tu es la mèche et je suis la bombe
  • Parfois il est sage de boire pour n'être pas noyé
  • Cow-boy : si Abraham Lincoln a rendu les humains libres, Samuel Colt les a rendus égaux
  • Le graffiti n’est pas du vandalisme, mais un délit magnifique
  • pour quelqu'un qui n'avait rien à dire, t'es bien bavard
  • "La réalité c'est l'illusion créée par l'absence de drogues." [Richard Desjardins]
  • "Y'a que les souvenirs qui tiennent debout."
  • "Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon vous n'en sortirez pas vivant." Bernard Fontenelle
  • j'aime l'instinct et à partir en permanence dans l'auto-analyse, on intellectualise beaucoup et on en perd le coté brut : on essaye de mettre des mots sur des sensations qui pourraient s'en passer
  • le suicide est la seule chose que je pourrais enfin réussir dans ma vie
  • maffre : poisse
  • le coût de la vie est hors de prix
  • Les uns picolent et les autres dégustent
  • Celui qui dit qu’une chose n’est pas réalisable ne doit pas interrompre celui qui la réalise
  • Comme quoi ! Comme quoi quoi ???
  • on dirait que tu as des soucis avec tes problèmes
  • Moi, moi, moi je veux : le roi dit nous voulons
  • On peut tout faire par petits pas mesurés, mais il faut parfois avoir le courage de faire un grand saut : un abîme ne se franchit pas en deux petits bonds. (David Loyd George)
  • Un homme n’est pas un homme s’il n’accepte pas sa part de féminité
  • Rien ne se passe comme prévu, c’est la seule chose que nous enseigne le futur en devant du passé
  • J’osais pas demander, mais maintenant que tu proposes j’accepte avec grand plaisir
  • Transformer l’Apollon en Ogre, comme beaucoup d’alcooliques qui compensent solitude par nourriture
  • L’élégance c’est ressembler à ce qu’on est
  • La réalité est la folie de tous ; le rêve est la raison d'un seul
  • Tous les matins du monde sont sans retour
  • L’ambition est moins une question d’argent et de gloire qu’un énorme besoin d’amour
  • « "Étudiez", disait Mandela, à sa libération, aux jeunes qui réclamaient des armes. Pas pour réussir, au sens capitaliste du terme, mais pour apprendre à penser par soi-même. L’ignorance est la plus dangereuse des bastilles. L’acte le plus révolutionnaire est de donner à chacun les moyens de s’inventer son 14 juillet, de devenir responsable et maître de son existence. »
  • Les mots sont des munitions pour se défendre (Montaigne)
  • Contester c’est constater (Victor Hugo)
  • Le but c’est le chemin
  • Avoir le courage de modifier ce qu’on peut changer, avoir la force d’admettre ce qu’on ne peut rien changer et avoir la sagesse de distinguer les deux
  • On ne peut pas vivre comme un homme et travailler comme une bête (Marx)
  • Amoureux de l’amour que je suscite
Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 16:11
  • "Si vous fermez la porte à toutes les erreurs, la vérité restera dehors." Rabindranath TAGORE
  • Différence entre pute et banquier : les deux vous pompent mais avec le banquier ça fait mal aux couilles et au cul
  • Je suis plus passionné qu’intéressé
  • "L'Homme est une prison où l'âme reste libre" Victor Hugo
  • des lois dont nous ne maitrisons pas les codes
  • J'ai jamais eu l'impression de t'avoir manqué, et je crois qu'à force t'as arrêté de me manquer aussi !
  • Je savais que le sexe servait à la reproduction mais pas que c’était agréable et apportait tant de plaisir
  • Et on fait quoi tous les 3 ? Vous je sais pas mais je vous laisse tous les 2
  • Le hasard a merdé sur ce coup-là
  • Critique du hasard, pas de ma réaction
  • Au hasard je préfère le fair-play {conduite honnête dans un jeu, puis dans toutes circonstances. Utilisé couramment dans le monde du sport, ce terme recouvre à la fois le respect de l'adversaire, des règles, des décisions de l'arbitre, du public et de l'esprit du jeu, mais aussi la loyauté, la maîtrise de soi et la dignité dans la victoire comme dans la défaite. Le terme fair play est une expression anglaise composée de fair (« clair, franc, honnête, sans tricherie ») et de play (« jeu »)}.
  • Dans le cornichon je mange que le nichon, le cor je te le laisse
  • C’était pas ma question ! C’était quand même ma réponse
  • Libère-moi et après tu fais ce que tu veux
  • Je suis pas énervé mais ça va quoi, merde
  • Tu étais un peu sec, tu m’as froissé
  • L’argent ne se compte pas, pas comme les amis
  • Elle a des ressources/talents caché(e)s, peu de gens le savent, t’imagines même pas tellement c’est énorme
  • Le temps passe vite en bonne compagnie … je parle de la musique là
  • C’est marrant, toi ça te fait rire, moi ça me fait pas rigoler
  • T’inquiète, j’attendrai qu’on soit rentré pour que tu te fasses engueuler
  • À une carte près j’avais une paire de 3
  • En sexe comme dans la vie, des fois t’es devant, des fois t’es derrière
  • Ce que je n’ai pas en taille je le compense en étant odieux
  • Maintenant que j’ai x, y va tomber comme un domino
  • Presque pleine même si à moitié vide
  • Reine des princesses qui court sur ton corps
  • Pas assez de ture dans ma culture
  • Je suis un homme qui n’aime pas les hommes qui n’aiment pas les hommes qui aiment les hommes (anti-homophobe quoi)
  • À l’intelligence, car la santé on l’a
  • Le boudin, y a que ça de bien
  • Sans vin, c’est moins bien
  • Sans préchauffage y a claquage
  • Elle parle beaucoup et moi je dis rien
  • Monique au pique-nique, pas de panique, y a pas de hic, 2 qui la tiennent 3 qui la niquent mais je préfère la tenir et m’abstenir, je laisse ma place aux copains qui passent
  • l'utopie comme une belle éjaculation de millions de solutions
  • pourvu que le faux-pas ne devienne pas une rechute
  • j’ai bien compris que t’avais compris, mais t’as compris quoi exactement ?
  • toucher le fond de l’abjection
  • je préfère le vin d'ici que l'eau de là
  • ce que je vois d’elle flatte son allure, mais ce que je ne vois pas d’elle alimente mon obsession
  • je craignais de savoir d’où venait cet argent louche, mais tant qu’il continuait de couler à flot je préférais ne pas savoir
  • aujourd’hui, demain et à jamais
  • artiste : artilleur-artificier d’artificiel
  • créacteur : créateur pour l'angoisse de qui créé (cf. film de Dupontel) et acteur pour la participation active et avant tout orientée vers le don de soi et de l' "œuvre" au public et l'engagement dans la vie intellectuelle/émotionnelle de la société ! créacteur >> enjeux humains/enjeux de territoire >> plus largement, enjeux de société >> recréer la société en reliant les choses aux êtres ou les êtres entre eux et en eux
  • Je me désigne moi-même en tant que juge, jury et bourreau
  • Cœur d’enfant dans corps d’homme
  • lâcher un poisson rouge dans un bocal de piranhas
  • dur est un mot faible dans ce cas
  • commence pas l’intro si tu sais pas faire la suite
  • les femmes veulent changer l’homme mais non, les hommes veulent garder les femmes pareilles mais elles changent
  • t’as les surpiqûres du pont Levis qui pètent
  • les coïncidences se produisent d’autant plus qu’on y prête attention
  • ce n’est pas le manche qui n’est pas accroché, c’est toi qui n’es pas accordé
  • gratter la vie, sucer le moment
  • tu subodores mes sentiments en l’instant
  • la vie est une vaste plaisanterie : un voyage trop solitaire et mélancolique pour être pris au sérieux
  • Ris et tout le monde rira avec toi, pleure et tu seras le seul à pleurer
  • « J'ai tellement besoin de temps pour ne rien faire, qu'il ne m'en reste plus assez pour travailler » [Pierre Reverdy]
  • Pistes d’aujourd’hui sont les sentiers d’hier et routes de demain
  • L’eau et la terre délimite les pays et les communautés
  • L’eau qui stagne finit par croupir
  • accroche-cœur : petite mèche de cheveux en forme de boucle, collée sur la tempe
  • jamais surpris jamais déçu
  • l’union fait plus souvent la farce que la force
  • les vacances, on devrait en faire une profession
  • une baleine produit 11 m3 d’huile et Hubble fonctionne grâce à elle
  • "On n'est pas artiste sans qu'un grand malheur s'en soit mêlé ". Jean Genet ; on peut s'emmêler dans les malheurs sans devenir artiste. Jean Genet a pour moi raison, mais condition nécessaire et pas forcément suffisante
  • Tu seras aimé lorsque tu pourras montrer ta faiblesse sans que l’autre s’en serve pour montrer sa force. Adorno
  • aussi confit qu’une cerise dans une bouteille d’eau-de-vie
  • "La vérité de demain se nourrit de l'erreur d'hier..." Antoine de Saint-Exupéry
  • on veut tous la mort du travail mais c'est lui qui nous tue
  • L'égo, un Je de construction
  • "Les femmes préfèrent être belles, plutôt qu'intelligentes parce que, chez les hommes, il y a plus d'idiots que d'aveugles."
  • Le refus d'assumer n'est pas toujours du côté où on l'attend (contrairement à l'hypocrisie)
  • l’apogée est déjà le début d’une chute.
  • une inquiétude bien plus forte que la déception
  • L'alcool comme seul médicament trouvé pour éteindre quelque chose qui brûle en soi, un liquide inflammable qui, au bout du compte, continue de le consumer
  • "Le péché est la seule note de couleur vive qui subsiste dans le monde moderne (terne)" Oscar Wilde
  • moqueries des uns vite balayées par les encouragements des autres
  • tiraillé entre mes intérêts et mes convictions
  • si tu veux la prendre faut s’attendre à quelques tourments au tournant
  • ma frite envoie toujours la sauce blanche dans la salade de son kebave
  • c’est excessivement énervant
  • chaude du cul mais pas sexperte
  • on peut être bon parce que c’est le cas ou parce qu’on a un esprit critique limité
  • il est tout saoul tout fou
  • il n’y a pas d’imposition dans les positions
  • quand tu te fous à poil d’entrée de jeu c’est que t’as rien d’autre à montrer
  • vous chantiez, et bien gogo-dansez à présent
  • j’entends les beaux parleurs alors qu’il n’y a pas de hauts parleurs
  • les paroles nous portent, suffit d’écouter plutôt que de se contenter d’entendre
  • soirée coke au vin
  • souvent les lentilles desservent le contact
  • dolce folia in la vida
  • ce qu’on ne sait pas par soi-même on ne le sait pas
  • bois un coup avant de lui mettre un coup
  • bon cul, bon coup, bon plan
  • tant que t’es dans le même état d’esprit y a pas de souci
  • beaucoup de gens savent, mais encore plus oublient
  • y a pas plus triste que ça mais c’est la vie
  • contrairement aux femmes, quand j’ai mal à la tête j’aime qu’on me suce : l’orgasme fait passer la douleur
  • qu’est-ce que je peux lui apporter à part mes 22 cm ? Euh non, 17, j’ai vérifié, mais ce que tu lui apportes c’est juste toi
  • le sexe avec elle c’est d’abord Disneyland, puis Space Mountain et finalement Waterworld
  • comme nous tous je suis fou, mais moi j’hallucine pas sur la réalité
  • de l’affection avant l’affliction
  • plus t’es amoureux moins tu kiffes
  • la vérité c’est quand tu jouis et après tu te demandes ce qu’elle fout là
  • elle me fait profondément frétiller
  • elle est hyper ouverte sur tous les autres que moi
  • nomadisme sexuel
  • couple = monopole du propre corps de l’autre
  • il n’y a pas de plaisir sans désir, sauf avec la drogue
  • on ne peut pas assortir des balles de ping-pong avec des boules de pétanque ; on ne peut pas jouer à la pétanque avec une raquette de ping-pong
  • poker : il tire sa dame du jeu
  • il n’a pas eu beaucoup de trèfle dans sa vie : faut dire qu’il a du cœur mais surtout du pique et se tient rarement à carreau
  • comme au poker et dans la vie : je ne suis pas
  • tout dans la gueule, rien entre les mains
  • tu peux pas gagner plus que tu ne mises/devises
  • qu’est-ce qui se passe ?, ça ne passe pas, je ne suis pas dans la place
  • elle a pris un coup de chaud en plein hiver
  • qué calor dans mon corps senior
  • pas de pion, ni roi ni reine, que des fous qui avancent en diagonale jusqu’au Math’
  • c’est quand tu es au plus profond de la mélancolie que tu (te) touches le plus [à] toi-même
  • après le gros rouge et le pétard, c’est le champagne et la c
  • le héros désabusé est rentré dans le moule, il est tombé amoureux ce con
  • ricochet d’énergie sur la mare de la vie : grosses vibes puis encéphalogramme calme plat
  • chat : c’est toujours intéressant d’avoir une boule de poil à caresser à défaut d’un humain
  • aérer le smog du smoke
  • tout ce qui est liquide, comme les enfants malléables, si tu ne mets pas de barrage ça se répand tout partout
  • si je puis me permettre pour ne pas me faire mettre
  • trop de sorcières pas assez de fées, trop de surréalisme et pas assez de magie
  • cet état-là, tu vois c’était ça
  • je croyais que tu m’aimais assez pour accepter que je t’aide
  • belle à regarder, dangereuse à fréquenter
  • les contraintes que l’on se fixe sont plus faciles à supporter, même si elles sont imposées par des influences extérieures
  • moins t’as d’espace plus tu entasses
  • la jaquette se finit en queue de pie
  • je suis pas loin de l’avoir, si je positionne bien mes doigts
  • y a pas de vague dans leur couple mais beaucoup de roulis puis des déferlantes
  • je veux bien un verre vide, pour mieux le remplir
  • ça part en couille, je relève le des filles
  • ça s’enflamme et ça déclame
  • je lui ai tout donné alors qu’elle n’avait rien
  • tel mépris qui croyait prendre
  • si t’es un homo refoulé, soit défoulé et ça ira mieux
  • y en a qui changent de paradis, d’autres de paradigmes
  • un nostalgique du futur est quelqu’un plein d’espoir
  • j’en ai embrassé des princes, mais que qui crapotent
  • ils se sont connus à 300€ par mois
  • c’est comme les cerises, je ne partage pas
  • intrusif chez les autres, exclusif chez lui
  • j’ai perdu la tête quand elle m’a fait une sucette, j’ai perdu la raison chaque fois que j’ai vu son fion
  • je la suis partout, pire qu’un toutou à sa mémère
  • tout ça après, tout ça à près
  • un soir de fondue tu me raconteras tout ça
  • je suis bourré mais faut pas déconner avec moué
  • des fois, vaut mieux le vomi
  • si t’as pas connu l’Anfer, t’as encore rien vu/entendu
  • mets-nous du silence
  • je ne sais plus où donner de la tête du nœud, je suis au bout du bout
  • non, un tant soit peu, rien du tout, ça dépend
  • L'atrazine est l'un des herbicides les plus largement diffusé aux États-Unis, avec 76 millions de livres répandues chaque année[13]. C'est probablement l’herbicide le plus répandu dans le monde. Il a été démontré dans certaines expériences par le biologiste Tyrone Hayes de l’Université de Berkeley que l'atrazine était une substance tératogène, et que, même à des concentrations très faibles de l’ordre de 0,1 partie par milliard, elle pouvait féminiser les grenouilles mâles en induisant la production d’œufs par leurs gonades, ce qui transformait effectivement les mâles en hermaphrodites[14]. Hayes a également constaté que l'atrazine pouvait faire baisser le taux de testostérone des grenouilles mâles à des niveaux inférieurs à celui des femelles[12].
  • Distance ano-génitale deux fois plus grande chez l’homme que chez la femme
  • la question n’est plus « quelle Terre allons-nous laisser à nos enfants ? », mais « quels enfants allons-nous laisser à cette Terre »
  • l’avantage de l’autodérision est que tu casses toi-même ton image, ça fait moins mal au final que si les autres le font
  • elle se dérobe quand je la dé-robe
  • si tout le monde est couché, c’est toi qui prends
  • c’est forcément malgré toi que t’es un tricheur
  • fait durer le suspense dans la montée en puissance
  • avec elle, c’est soit moi soit elle
  • emballé c’est pesé, couché c’est gagné
  • c’est dur … et c’est bon comme ça
  • je te suis autant que je peux
  • c’est vrai ou c’est pas vrai ? C’est pas faux !
  • même pas étonné, ahuri
  • éteindre la femme qui nous habite
  • femme-homme : après un moment faut pas que recevoir, faut aussi se donner
  • faut en faire assez sans en faire trop
  • le bonheur va vers les gens qui savent rire/jouir
  • autant plein d’amour que de colère
  • pour ne pas te faire le déshonneur de dénigrer/railler tes dires, on n’écoutait pas
  • quand on est à l’aise avec l’autre, pas besoin de faire style on est normal, on peut rester naturel, soi-même
  • j’ai pas bouffé de Schtroumpf en gélatine, j’ai sucé des Bleus
  • elle est non seulement hautaine mais en plus teigne
  • c’est dommage que ce prince charmant soit avec la sorcière Carabosse
  • j’en avais une vague idée, j’en ai confirmation
  • oublie ce que je viens de dire ! J’ai pas entendu !! Oublie ce que t’as pas entendu !!!
  • ne demande pas, je ne répondrai pas car je ne sais pas, j’ai oublié
  • on aimerait bien mais l’alcool n’excuse pas tout
  • la carte n’est pas le territoire
  • profiter des bonnes résolutions d’autrui
  • je suis le premier à dire que la drogue n’est pas un médicament, mais je ne suis pas le dernier à le faire
  • la transition doit être de courte durée pour ne pas écœurer
  • jeu du chat et de la souris … plus le chien
  • libre mais pas forcément disponible
  • bouge seulement et je t’en roule une
  • assume ce que tu ressens dans ton cœur
  • j’annonce la couleur du string avant le strike
  • je me demande si je ne suis pas homo, ou au minimum bi
  • tout le monde prend, personne ne donne
  • du pochon pour les ex-pochetrons
  • je ne veux pas une femme, juste une meuf
  • soit tu l’abordes puis tu la bordes, soit tu te sabordes
  • t’en vendras moins, t’en prendras plus
  • voici un tir à faire pâlir d’envie la Nasa
  • faut que je me lave la bite et change de slip
  • raveuse rêveuse ravageuse
  • tu n’as pas vu le jour, vois au moins la nuit
  • même si je suis fou, je m’en fous
  • cueillir la pomme du péché, bien mûre, juste tombée de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, ni trop verte ni flétrie, encore moins toute pourrite
  • je ne fais rien et je me repose de mon inactivité intense
  • le jour où tu ôteras ma bite de ta tête, quand je la sortirais de mon slip ça ira encore mieux
  • je n’ai rien dit ni fait, j’y ai même pas pensé
  • depuis le temps que je la pratique, je la connais un peu
  • je ne la reconnais pas, je ne la connais plus
  • ah ça, pour ça il envoie le bois
  • le pâté est pas top
  • je suis tombé amoureux, mais mal tombé
  • des millions de grains de sable minuscules ne sont jamais que l’érosion d’un bloc de pierre massif et dur
  • sourires entendus entre nous mais sourds aux autres
  • n’ayez pas peur du bonheur
  • les paradoxes ont la vie dure
  • ride the fire
  • disette de nourriture affective : moi j’étais un crève la dalle mais elle n’avait pas faim de mon buffet en acier
  • j’ai même pas le temps de me trouver une femme pour me reprocher mon emploi du temps trop chargé
  • vas t’en vite si tu veux bien
  • je suis vivant, je ne le sais que trop bien
  • qui a bu fumeras, qui a fumé boira, c’est le mouvement perpétuel des drogués
  • je finis toujours mon verre avant de le renverser
  • ça fait un peu mal au cœur, mais encore plus au cul
  • j’avais une meilleure main mais je n’avais pas confiance en elle
  • c’est à toi de parler, mais t’es tout seul, tout le monde s’est couché
  • bon allé, je paye sans conviction, juste pour voir
  • c’est mon ass qui me sauve
  • la bise, avec la langue, puis la turlutte
  • il est aussi profond que sa dépression
  • la personnalité est comme un diamant, multi-facette et quand une moitié est à la lumière, l’autre est dans l’ombre ! Un diamant que l’on taille puis poli pour perdre un peu en carat mais gagner beaucoup en éclat
  • attirances et dépendances de la vie
  • il faut une théorie pour voir le monde (Cyrulnik)
  • peut importe l’exemple, l’argument est là
  • le clip est meilleur que la musique
  • c’est quoi ce que tu notes ? Si seulement je m’en rappelais !
  • les drogués sont des pyromanes du cerveau cramé, des têtes brûlées
  • intégrité dans l’intégralité
  • in extenso, ex nihilo
  • c’est ce que je voulais dire ! Oui, mais tu ne l’as pas dit !!!
  • petit moineau deviendra grand corbeau
  • la légèreté ne fait pas la licence
  • tu prendras bien un coup sain
  • la conception est bonne, c’est la finition qui est mauvaise
  • sans dire de mal, mais quand même pas bizef, nib, peau d’zob, makach walou, de bien
  • pour moi c’est navrant, pour toi c’est dégradant
  • On le vante beaucoup pour peu de chose
Partager cet article
Repost0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 17:36

photograffeur

(graff de http://janaundjs.com)

 

 

Après les nombreuses chroniques élogieuses concernant "Photograffi(ti)es d’Expressions Murales : Pierres Philosophales" (cf. le Communiqué Presse Photograffi(ti)es Communiqué Presse Photograffi(ti)es et plus largement Buzz me I’m famous (enfin, ça commence à viendre, on y travaille), depuis quelques temps déjà la Gazette de Montpellier annonçait nos balades photograffiques !

 

Ravi de sa promenade street-Artistique du 14 juillet, l’un des baladeurs également intéressé par la démarche et les projets du Collectif des 12 Singes nous avait fait l’honneur d’une interview qui paraîtra bientôt sur son site !

Parallèlement à cela, nous avons été surpris de trouver un article consacré à notre page "Street Art mad’in Montpellier" qui collecte les photograffies de ce que les murs locaux nous montrent afin d’en garder une trace une fois la police murale passée !

 

Dans la foulée, lors de son passage sur Montpellier, c’est radio Nova qui a interrogé notre rédac’ "chef" Al LU-SINON sur nos balades photograffiques.

 

 

Depuis les choses s’enchaînent à vitesse grand V :

 

  • dans la semaine, la grande photographe Miss Buffet Froid a interviewé par mail notre rédac’ "chef" Al LU-SINON sur sa personnalité, son rôle au sein du Collectif des 12 Singes, nos projets et notre point de vue sur le street-Art local et global
  • samedi 13 août nous avons rendez-vous avec un journaliste du Midi Libre pour parler de la reconnaissance du street-Art sur Montpellier
  • dimanche 14 août nous irons rencontrer deux grands Anciens du street-Art local, Koralie et Supakitch (très actifs au début des années 2000 et à présent internationalement reconnus et œuvrant depuis Brooklyn), lors de leur expo-vente avec cocktail et son les pieds dans l’eau (cf. http://www.facebook.com/event.php?eid=257975597547982)
  • lundi 15 août (jour férié) ce sera notre 5è balade photograffique (la 6è en comptant celle de la planète Mars dans le cadre du sympatoche festoche "Quand l’Art urbain s’incruste")

 

 

En complément de tout ça, nous pouvons d’ores et déjà vous annoncer que nous ferons des vidéoprojections street-Artistiques (chose déjà faites pour l'apéro-colage Stick In au Baloard organisé par Buzz Arts puis pour le festival Impressions Visuelles et Sonores) à l’occasion de :

 

 

 

Pour avoir un point de vue complet sur nos actions en matière de street-Art, consultez Défense du street-Art, à Montpellier comme ailleurs (avec vidéo et fascicule téléchargeable)

 

Si vous souhaitez participer à nos récoltes photograffiques et partager avec la Communauté, viendez voir :

 

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 13:42

 

Nouveau blog dédié au street-Art de Montpellier : http://streetart-montpell.over-blog.net


 

 

Cet article a été mis à jour suite à la balade photograffique pour y présenter la récolte graffique

 

 

Ppoppins

 

{Notre rédac' "chef" Al LU-SINON a présenté cette 5è balade sur Nova dans le cadre de leur Grande Tournée qui s'est posée à Montpellier mardi 2 août ! Viendez voir http://photograffeurs.over-blog.net/article-photograffeur-al-lu-sinon-presente-sur-nova-notre-5e-balade-photograffique-dans-montpellier-80743247.html pour écouter son intervention et avoir les liens de street-Artistes qu'il a cités}

 

 

Passionnés de street-Art et de graffiti au sens large, administrateurs de la page (consultable même sans compte facebook), le staff graff du Collectif des 12 Singes (Photograffeurs des 12 Singes, Photograffeurs de Pierres Philosophales) cherche à faire partager son goût pour l'Art mural (cf. " Défense du street-Art, à Montpellier comme ailleurs ", avec une présentation  vidéo et un fascicule téléchargeable pour promouvoir le street-Art local).

 

 


 

 

Photo018

 

Après s'être échauffés comme d'habitude avec le Collectif des Cerveaux-Lents (nous n'avons pas mis ici les oeuvres déjà croisées, voir l'album photos),

 

la balade a commencé avec ce Berzerk d'Ummo (découpé dans de l'adhésif qui réfléchit la lumière),

 

 

 

 

Photo027

 

 

 

 

 

 

s'est poursuivie avec des Space Invaders (ici l'un d'eux accompagné d'escargots bleu-blanc-rouge)

 

 

 

 

 

 

 

 

puis nous sommes tombés sur de nombreux "géolectro" (des dessins combinants des formes géomètriques à ce qui ressemble à des circuits électroniques)

 

géolectroPhoto021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo035-copie-1Photo036

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo024Photo029

 

 

 

 

{les collages sont ici identiques, mais leur contextualisation spécifique à son intérêt}

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo063-copie-1

 

 

 

 

 

ainsi que sur des Plugz !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo004

 

 

 

 

 

 

Après avoir croisé le funambule d'Al Sticking au Rebuffy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

abject sprayPhoto019-copie-1

 

 

 

 

 

 

nous sommes passés en mode spray (même si ici Abject One est en sticker)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

avec les "attentats" graffiques de Jonnystyle

Photo034-copie-1

 

 

jonny show-room

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo049 (2)-copie-1

 

 

Photo025 (2)

 

 

 

alors que XVI ® (Seizer) et Double H posaient avec leur fiche d'identification de gav pendant qu'un pochoiriste plaidait pour stopper le contrôle (également sur l'herberie) !

 

 

 

 

Photo026

 

 

 

 

 

Un peu plus loin, certains continuaient à bomber le système

 

 

 

 

 

 

Photo038 (2)

 

 

 

 

 

 

pour éviter d'aller directement en prison sans s'amuser ni lire Licence H du Collectif des Cerveaux-Lents,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo043-copie-1

 

Photo048-copie-1

 

 

 

tandis que d'autres optaient pour une solution plus expéditive

 

 

 

 

 

 

 

 

car ne supportant plus d'être gentils dans un monde pourri !!!

 

tu es peut-être quelqu'un de gentil, le monde est pourri

 

 


 

 

Photo029 (2)anPhoto014 (2)

 

 

 

 

 

 

 

Heureusement, grâce à Al Sticking

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo024 (2)

 

 

 

 

 

et à Gum, nous avons gagné en légèreté et retrouvé nos good vibes

 

 

 

 

 

 

Photo067-copie-1

 

 

 

 

 

 

en faisant les singes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo066-copie-1

Photo065-copie-1

 

 

 

 

 

 

et en mangeant un bon BN !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo064-copie-1

Photo060

 

 

 

 

 

 

Rejoints par des bojos de Polar,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo028 (2)

 

 

 

 

 

 

un des personnages de m

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo014

 

 

 

 

 

 

 

et un smiley nouveau venu,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Obscene Puppet a conclu la balade en criant "Place à l'Art !", alors shootez de tous les côtés et Partagez avec la Communauté sur facebook comme sur flickr !

 

Photo071

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 20:01
  • On circonscrit la menace, on l’isole et enfin on la neutralise
  • C’est pas que je crois pas, c’est juste que je sais que non
  • L’enfer c’est quand y a plus de bière, le paradis c’est quand y a open-bar gratuit
  • Faut pas s’en faire, y a toujours de la bière en enfer
  • La perversion humaine est plus forte que les préceptes religieux
  • Entre passion et raison, mon cœur balance
  • Il faut un nouveau plan, pas une modification/réévaluation de l’ancien
  • La rémission fait partie de notre mission
  • C’est la clé de la réussite pour forcer les serrures du succès
  • On peut pas faire ça ! C’est déjà fait, autant faire avec maintenant
  • C’est pas du joli-joli mais on l’a bien fait
  • L’enfer est pour ceux qui n’ont pas le courage de vivre selon leurs convictions
  • Lui attribuer ça serait lui faire trop d’honneur
  • Parce que t’as pas l’esprit d’équipe, t’as jamais eu d’ami, juste des relations professionnelles/personnelles
  • Cette tragédie nous rappellera sans cesse que nous sommes sur terre pour faire le bien
  • Aujourd’hui commence la seconde partie de notre vie
  • T’as les couilles qui pendouillent, un nœud à la queue, les fesses qui s’affaissent
  • Tu dois maîtriser tes réflexes conditionnés par ton passé
  • L’Amour y gagne à tous els coups (de bite/rein)
  • Je suis un phare dans la nuit, je reste allumé pour t’éclairer dans l’obscurité
  • Il serait temps que tu apprennes à tirer la chasse d’eau tout seul comme un grand
  • Les rêves de la nuit se réalisent au jour le jour
  • Il y a différentes perceptions de la réalité, imaginée, rêvée, vécue
  • Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? On picole et on augmente les doses
  • Les saltimbanques sont les amis de tout le monde
  • T’écouter est une torture pire que la torture
  • Faire de mon problème un atout
  • Tu te sens mal d’avoir le Mal/mâle ? Et toi, tu te sens bien d’avoir le bien ???
  • Tu n’as jamais aimé x comme moi ! Tu ne m’as jamais aimé comme x !!!
  • Petit moment entre femmes ! J’ai seulement six ans !!! Oui, mais ça ne durera pas
  • Base 20 (langues celtiques et basque) : système vicésimal (ou vigésimal)
  • Chaque jour est un défi, s’engager pour la vie est un combat
  • Une suite de petites volontés fait un gros résultat. Charles Baudelaire
  • L’Amour est un cadeau qui n’a pas de garanti, ni satisfait ni remboursé
  • Quand une relation commence mal, elle s’arrange rarement avec le temps
  • Tu ne sais dire que non ! Non, c’est pas vrai !!!
  • Je ne sais pas, je n’ai jamais fait ça avec x ! Moi non plus mais j’adore ça !! Moi aussi !!!
  • La vie est un cirque que l’on monte, où l’on fait son tour de piste (avec un peu de chance, aux étoiles), puis que l’on démonte pour d’autres lieux de représentation
  • Le retard du retour
  • D’abord ça en veut pas, et puis après c’est « encore, rajoute-en encore »
  • Le pain ne se garde/gagne pas sur le dos d’autrui
  • Il a eu mon aversion plutôt que ma version
  • Arrête ta parano, tu souffres pas, c’est juste ton ego qui a pris un coup
  • J’endosse une part de responsabilité, même si tout est entièrement de ta faute et porte ta marque de fabrique
  • Nos enfants auraient peut-être une chance si t’étais pas aussi irresponsable et moi autant enragé
  • Entre dictature de la tristesse et tyrannie du rire, faîtes vos jeux, rien ne va plus
  • Quand on n’a rien d’autre à donner, accepter quelqu’un près de soi est une faveur, une marque de l’estime qu’on lui porte
  • Si je fais ça on dirait que c’est calculé, ce qui est le cas mais il ne faut pas que ça se voit
  • Top pine en bourre
  • À la longue je me suis senti mené à la longe
  • Leurs chansons d’ivrognes gâchent la St Patrick, je suis vert qu’ils aient pris tant de verres
  • Un discours de niveau Century 22
  • On l’adulait mais il est aussi minable que nous
  • Je bizoute ma biloute, et elle ma biroute
  • Don’t cheat avec le shit
  • Je sais reconnaître une belle femme, et encore plus une femme bonne
  • Tu as une grande cave pour ces petits vins
  • Une journée de bonheur, une vie de galère
  • Les scientifiques sont le sous-cadrariat
  • Stricto-sangsue
  • Je ne peux vivre tout seul, mais pas non plus toute ma vie chez mes parents
  • Souvent la Vérité sort juste avant la mort
  • Bêtises concentrées deviennent des vérités
  • Pas de la science-fiction, de la fiction vraie
  • Tu vas maudire le jour où ta mère t’a mis au monde
  • Je suis d’accord avec toi, faut juste remplacer formidable par effroyable
  • Ce n’est pas eux qui m’ont demandé, c’est moi qui ai proposé
  • J’ai rêvé ce moment depuis si longtemps ! Continue de rêver alors
  • Je ne comprends pas pourquoi elle m’en veut d’avoir toujours raison, moi je ne lui reproche jamais d’avoir tout le temps tort
  • Une mort juste et appropriée pour une vie inutile et nuisible
  • Qui a le droit de me juger ?, moi … et encore
  • Le traitement est pire que la maladie
  • Possible je ne sais pas, pas impossible ça c’est sûr
  • Infliger la mort pour se sentir vivant
  • Si je ne te pardonne pas c’est qu’on ne se mérite pas
  • M’engueule pas, je picole comme ça t’es sûre de dormir tranquille
  • L’attente est les préliminaires du plaisir dans la montée du désir
  • 3 ans ensemble, 6 moi séparés, 2 ans de nouveau ensemble, une histoire à deux balles quoi ! Moi j’appelle ça une histoire d’Amour !! Au moins c’est une histoire, d’ego ou de dépit va savoir
  • Les douceurs du cœur
  • J’ai une bonne et mauvaise nouvelle : la bonne je ne m’en rappelle plus et ça c’est la mauvaise nouvelle
  • Y a que toi qui croit devoir faire semblant en pensant que personne ne sait/n’a vu/s’est aperçu de x
  • Autant en emporte les sentiments, au fil du vent sur les ailes du désir qui flétri
  • péronnelle : du nom de Péronnelle, personnage d’une chanson populaire française du XVe siècle : jeune femme sotte et bavarde
  • la colère a cédé la place au désespoir
  • l’alcool préserve tout … sauf du ridicule
  • le temps de me promener prendre l’air, de comater une heure sur la cuvette, de vomir, de remarquer qu’ils étaient déjà partis, soirée finie j’ai pas compris
  • pour réussir il faut être opportuniste
  • j’ai ramé mais rien ramené
  • je pensais donner un second souffle mais plutôt essoufflement
  • mont Kailash (Himalaya : cristal en hindî. Les Tibétains le nomment Ghang Rimpoche ou Khang Ripoche, ce qui signifie le précieux joyau des neiges et les jaïns Ashtapada. Il est aussi appelé Tise ou Meru) : axe du monde et source de quatre des plus grands fleuves d'Asie, le Gange, le Brahmapoutre, l'Indus et le Sutlej vers Nord, Ouest, Sud, Est. Le sommet du Kailâsa est considéré comme la demeure de Shiva et de sa shakti Pârvatî – littéralement fille de la montagne –, ce qui explique son caractère sacré pour les hindous qui le voient aussi comme un lingam (pierre dressée, souvent d'apparence phallique, représentation classique de Shiva) accompagné du yoni [(sanskrit « lieu »), dans l'hindouisme, désigne les organes génitaux féminins (matrice ou vulve). Ceux-ci sont rarement représentés seuls. On les représente le plus fréquemment sous la forme d'un triangle dont la pointe est en bas (triangle pubien)] symbolisé par le lac Manasarovar.
  • Funérailles par décarnisation : nourrir les oiseaux pour une vie prochaine plus légère
  • Je suis à moitié cuit, une cuisse dans l’auge
  • Toute histoire comporte deux versions et la nôtre n’est pas encore écrite
  • Persuasion d’un côté, raison de l’autre
  • L’Histoire est écrite par des personnes d’exception qui suivent/bousculent leur destin quel que soit le prix (conséquences et résultats)
  • Il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent jamais
  • Sur le nombre de batailles, souvent les petites armées ont gagné
  • Ce n’est pas une tocade [de « toc » (dans le sens de « un peu dérangé sur le plan mental, fou ») avec le suffixe -ade. : engouement, manie, singularité] pour une toquarde (dépourvue de capacités physiques ou intellectuelles, de charme, de savoir-faire)
  • Être jeune c’est se frotter aux aînés pour essayer de les dépasser
  • Qui aurait dit qu’un monstre comme toi aurait une douceur comme toi à lui un jour
  • Tu te fais obstacle à toi-même
  • Mon « ils vécurent ensemble heureux pour toujours » à moi, ce mien ne doit pas être rien et faisons vite il vient
  • Quand on est/naît bien dans ses racines, il n’y a pas de problème avec l’Autre et les autres
  • Dans un univers éloigné l’Art et la Vie ne feront qu’un, sans être dos à dos
  • C’est très malin mais ni bien ni bénin
  • T’as plus de sang-froid qu’un serpent
  • Il n’y a rien de pire quand on est dans un trou que de continuer à creuser
  • on est toujours responsable de ses gosses, mais la société l'est aussi
  • la seule chose qui récupère l’humanité est la coopération
  • comment ça on ? Comment ça « comment ça on ? » ???
  • n'alimente pas la haine dans un monde en manque de paix
  • toutes ces choses qui nous font peur quand elles ne nous font plus rire
  • l’or corrompt la sagesse et n’a jamais fait le bonheur
  • tu n’es pas un monstre, c’est ton acte qui l’est
  • La connerie c'est un peu comme la mort : le mort ne se rend pas compte qu'il est mort, et tout le monde est triste pour lui... Le con c'est pareil !
  • Je veux savoir pourquoi tu veux savoir
  • C’est comme si on chopait un alcoolique et qu’on lui faisait un shoot à l’héroïne
  • D’origine très diverse, mais on se complète, on s’enrichit de nos différences même
  • Les deux scénarios sont possibles mais aucun n’est probable
  • à l'ouest rien de nous vaut le détour
  • je t’aime pour ce que tu es … et pourrais être
  • la table était dressée mais où étaient les gens biens sensés s’y attabler ?
  • l’Amour c’est être à tout moment honnête avec soi-même et avec l’autre, sans chercher à changer soi-même ou l’autre de manière fondamentale
  • Les conneries c'est comme les impôts, on finit toujours par les payer. [Michel Audiard]
  • Mieux vaut se faire trahir par un ami que de lui refuser sa confiance
  • Y a ce dont on se souvient et ce que les autres nous rappellent
  • C’est pas une histoire de compréhension, juste histoire de cul, tu peux pas comprendre
  • Met tes mains dans la terre avant de récolter : seul le jardinier connaît les raisons du bonheur car il faut planter les graines avant d’obtenir de belles fleurs
  • Le chemin est comme à l’allée, mais au retour
  • ‎Les rumeurs, comme les infos, ne servent que lorsque l’on en a besoin
  • Plutôt ton corps sera beau, moins ton âme aura envie de le quitter
  • On ne se nourrit bien qu’après une bonne mise à mort
  • Le roi, fainéant, des animaux de la savane n’est jamais que le fils d’une reine
  • C’est pas parce que t’as jamais vu un lion chasser (ce sont les femelles qui le font) qu’il est végétarien (une fois la proie morte il mange en premier)
  • Société idéale : les mères règnent sans se prendre pour des mâles
  • Manureva : en tahitien, oiseau du voyage : point culminant de l'île Rurutu en Polynésie française
  • De l’exigence à l’abus, il n’y a qu’un pas
  • Tout commence en religion et tout finit en politique
  • C’est pas les idées à la con qui manquent, c’est la conviction à les réaliser
  • C’est pas grand-chose mais c’est déjà quelque chose
  • Les expériences artistiques les plus ridicules sont celles qui vieillissent le mieux
  • L’insouciance est la condition d’un bon trip
  • Je ne fais que passer pour voir dans quel état je suis
  • Pied au plancher, j’ai dérapé, je me suis planté
  • Je te suis, mais de très loin
  • Joue avec le monde comme le chat avec une souris
  • Quand on nie tout, à force on finit par vous croire
  • Elle est un canon, lui un boulet
  • Elle a une très forte paire-sonnalité
  • Célibataire, je suis très Libre
  • Les survivants avaient à peine la force d’enterrer les morts
  • Je suis comme Sharon et les roulants, stone
  • Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent
  • On est plus près du cœur quand la poitrine est plate (Châteaubriant)
  • Comme le chien, j’ai le sourire dans ma queue (Victor Hugo)
  • Il faut donner du temps au temps (Cervantès)
  • Tu es un exemple pour les « sois belle et tais-toi »
  • Tu peux mettre la langue, elle sent plus rien là
  • Elle est omnichiante
  • À ma décharge … publique
  • C’est ni bien ni mal, c’est comme ça c’est tout
  • C’est comme un film d’horreur sans fin
  • Je peux changer ta vie, pas effacer ton passé
  • Les humains ne changeant jamais, ils ne font rien d’autre que devenir eux-mêmes
  • Un code/mot de passe ne doit avoir aucun rapport avec sa vie
  • En "2000 ans" de civilisation (chrétienne en tout cas), 13 années de guerre pour un an de paix
  • On se bat pour une si grande cause qu’on l’a tous oubliée
  • Mon intérêt est que tu prennes tous les risques et qu’on partage les profits et la gloire
  • La vie est un jeu dangereux
  • Les boîtes de nuit imposent une dictature à l’entrée pour offrir la démocratie à l’intérieur
  • Continuité dans la rupture
  • La sodomie c’est se casser le cul à rentrer pour se faire chier dessus
  • Tellement la belle des champs que tu laboures/l’a bourres
  • Ceux qui en parlent le mieux sont ceux qui n’y ont pas accès
  • Quand t’es dans la vague de la tendance, faut surfer sur le meilleur au risque d’être submergé
  • Trouver l’émotion que tu n’as pas mise dedans
  • Crame ta vie aux courses … de supermarché
  • si vous pouviez Respecter x nous ne vous détesterions qu'un peu moins fort
  • les cadres te forment puis t’enferment
  • un peu plus ce serait trop
  • un mensonge digne de vérité
  • sorry, j’ai encore pas réfléchi avant de parler mais après, quand c’était trop tard pour se raviser
  • c’est soit la baby-sitter soit le congélateur
  • il reste de x … ah beh non, suis-je bête, question idiote, t’as sûrement déjà tout vidé
  • y a plus rien, j’ai tout jeté mes bouteilles de vin, en vain, à la mer par les toilettes
  • quand ils disent « à consommer avec modération » ce n’est pas qu’à cause du poison, mais aussi pour plus d’appréciation
  • j’apprécie l’instant présent car après je ne m’en rappelle plus
  • pas tous, ça veut quand même dire quelques-uns
  • sans excès tout est bon, même le sexe
  • faut encore plus se méfier des "civilisés" propres sur eux
  • c’est bon, elle a de l’imagination
  • je viens te sucer ta substantifique moelle en te collant au cul l’usb de mon disque dur externe
  • prix à rallonge, affiche publicitaire n’est pas assez grande et faudra payer avec une brouette
  • comment ça y a un code ?, et 666 en plus ?!
  • d’où tu sais ça toi ? Qui qui te l’a dit ???
  • ah beh non, t’étais pas là, c’était pas toi ! Bah ouais, je sais
  • fais-le pas : just don’t do it
  • la rythmique c’est le nerf de la guerre, le fil conducteur
  • il nous l’a dit mais nous a dit de ne pas le dire
  • arrête les drogues avant qu’elles ne t’arrêtent
  • elle voudrait bien (plus) mais y a plus rien
  • le temps que je me dise qu’il faudrait peut-être en laisser aux autres il y en avait déjà plus
  • ce n’est pas instructif à expliquer, c’est juste beau à contempler
  • c’est joli à entendre
  • il est super bien : tu le poses dans un coin, il ne bouge plus ! Bonne description !!!
  • eux vont aux puces, nous aux putes, voir les dames à Hamster dames (elles qui gardent tout dans leurs abats-joues)
  • pas en kilomètres, en heures, car ça tourne et monte
  • eux sont chez eux, toi t’es pas chez toi
  • dur le matin et le soir, comme le lundi
  • écouter avec les yeux, regarder avec les oreilles
  • c’est parce que normalement j’aime bien que là je trouve ça moyen moins
  • si là tu n’es pas mal à l’aise c’est que tu es m’en-foutiste
  • le principal ennemi est le frère/la sœur ou le voisin
  • à trop vouloir séduire, certains oublient la vigilance
  • je suis comme un poisson rouge qui a sauté de son bocal/aquarium et s’est retrouvé dans les égouts
  • il y a la bonne façon, la mauvaise façon, et ma façon
  • toutes les femmes sont assez bien pour moi
  • le réveillon chez x était la pire soirée de ma vie car personne n’avait l’heure
  • t’as pété ?, ça sent la weed/l’herbe fraîchement coupée
  • on ne va pas en reparler mais je voulais juste dire/rajouter que
  • la critique est aisée, mais l'art est difficile
  • gouverner c’est prévoir
  • tomber en pâmoison (évanouissement, syncope)
  • un petit bémol dans un concert de louanges
  • un éloge panégyrique : discours d'apparat prononcé devant le peuple lors des grandes fêtes religieuses, exaltant la gloire nationale et vantant les avantages de telle ou telle entreprise ou voie politique
  • parvenu "m'as-tu-vu"
  • proverbe italien "se non è vero è bene trovato" : si ce n'est pas vrai, c'est bien trouvé
Partager cet article
Repost0
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 17:06
  • Le monde est moche mais la terre reste belle
  • La naissance n’est que le début de la Mort
  • La conclusion est l'endroit à partir duquel vous en avez eu assez de penser. "Arthur Block"
  • ne pas avoir de projet c'est programmer sa propre défaite
  • "Les humains ne veulent pas ce qu'ils font, mais ce en vue de quoi ils font ce qu'ils font." Platon
  • Je ne suis pas fainéant, c’est juste que mon état d’esprit me prémunit de travailler trop dur
  • La parole dort car le silence est d'argent
  • Le devoir d’une éternelle fidélité est de créer de l’infidélité (Rousseau)
  • Seuls les chiens sont fidèles
  • J’attends la mort comme une délivrance de cette vie rance
  • Faire du train-train quotidien quelque chose d’inattendu
  • La mémoire se transmet, l’espoir se donne
  • C’est malheureux de s’égarer, mais il y a pire que de perdre son chemin, c’est perdre sa raison d’avancer
  • On ne sait pas qui j’existe
  • Ne me laissez pas m’éteindre, je m’incendie, je me consume à petit feu
  • Je regarde loin à l’horizon puis je regarde le chemin pour ne pas me prendre les pieds dans le tapis de la vie
  • L’humain est très habile pour casser ses rêves en cauchemar, comme un gamin capricieux qui démoli son jouet préféré
  • Je suis une montagne qui surplombe et regarde de haut les vallons des plaines
  • Seul l’horizon lointain, inatteignable, t’attend
  • Je vois que t’as l’œil ! Beh, c’est juste qu’on voit que ça
  • À peine levé je me dis vivement qu’on se couche
  • Épuisé, on l’a ramassé à la petite cuillère tellement il était à la ramasse
  • Je suis une porte sans poignée ni serrure
  • Souffrant d’insomnie, j’échangerai matelas de plume contre sommeil de plomb (Pierre Dac)
  • Grève de la fin
  • Y a que quand tu parles que t’es beau
  • Les humains amassent les erreurs/horreurs de leurs vies et créent un monstre : le destin (John Hobbes)
  • Dans le terreau de mes peurs, au plus profond de mes cauchemars, se cache la matrice des monstres enfouis en chacun de nous, un Léviathan d’ombres, un golem de violence
  • Hier c’était l’Histoire, demain sera un mystère, aujourd’hui est un instant de vie, un présent à savourer
  • La Nature est la plus grande avorteuse
  • La mort est la règle, la vie un accident
  • Tu es le soleil de ma vie, l’ange de mes nuits que tu éclaires avec ta lune pleine
  • Les bobos sont passés du noir Révolutionnaire le poing levé au rouge évolution avec le petit doigt en l’air
  • Je vis mes nuits au jour le jour
  • Le big-bang est comme un mix entre un big-band jazzy en impro organisée et un gang-bang organisé qui part en impro
  • Comme beaucoup sans doute, je cherche un équilibre et je me fais l'effet d'être un campeur qui dort sur un terrain qui penche, d'où un certain malaise
  • J’étais aveugle et grâce à toi la lumière fut
  • Je suis un (nain) pro … visateur
  • La musique adoucit les mœurs et les humeurs autant qu’elle nourrit son Homme et son âme
  • Je suis bourrée, j’ai bien envie de découcher me faire débourrer {assouplir un cheval, le rendre propre aux usages auxquels on le destine ; faire s'ouvrir les bourgeons} avant d’aller me coucher
  • On compte les mois autant que les émois
  • Ça exacerbe mes désirs, même si ça exaspère mes passions qui espèrent
  • Bientôt je serai trop fatigué pour me lever du canapé pour aller me coucher puis me réveiller le lendemain
  • Cosmos intergalactique : matrice des matrices
  • You can’t fear my live, you can’t feel/fall my life
  • À 100% je suis pas sûr
  • Je suis rattrapé par mes fuites
  • Même dans l’accouplement on était découplé (des couples hé)
  • Fais semblant même si c’est un faux-semblant
  • Il gagne à être connu, et c’est comme ça qu’il gagnera sa conne nue
  • Les larmes ont laissé une trace collante sur la joie
  • Il est jamais trop tard pour mâle faire
  • Y a eu confusion lors de la fusion du con
  • La langue si prête s’y prête
  • La galanterie est l’hypocrisie du mâle
  • Dire que les femmes sont supérieures juste pour dire qu’elles ne sont pas nos égales/ego {Sacha Guitry}
  • Les oh et les bah
  • Nous ne sommes pas une époque mais un mouvement
  • Ça pue l’ego, remontée des mauvais goûts
  • Ne rien dire est pire que mentir
  • C’est quoi ce jour/nuit qui se lève/couche en pleine nuit/jour
  • Une floraison de florilège
  • Je vais vous laisser souffler ! Mouais, c’est surtout que t’as envie de t’essouffler ailleurs
  • Arrête de boire, j’ai déjà assez repêché de bars qui faisaient de la natation dans le caniveau
  • Y a que la culture qui se doit d’être pauvre
  • Compagnon de route de personne, à peine de mon ombre
  • Tu n’as d’égal à ta bêtise que ton incompétence
  • Les hommes s’emmerdent sans les femmes mais les femmes emmerdent les hommes
  • C’est un cadeau autant qu’un fardeau
  • Chéper haut/ô/au(x) possible(s)
  • Sur ce, je sursois à la conversation
  • Que ne suis-je ce que j’ai (jamais) été
  • Y a pas eu des chaudes fourrées
  • J’ai la tête dans le cul, ça aide pas à avoir les idées éclaires
  • Aux gens trop enthousiastes je dis « calme ta joie » tu me fatigues et y a pas de quoi éructer comme ça
  • L’étroit de cœur
  • Le plus difficile est de savoir vanter son incompétence
  • Fatiguée tu auras les yeux au milieu de la figure
  • Excuse-moi, c’est la joie, je m’emporte ! Ouais beh vas-y mollo sur la joie, rabat-la
  • La place d’une jolie femme est aux bras d’un aveugle qu’elle guide dans ses pas
  • T’es le plus adorable looser que la Terre ait porté
  • Ne jamais se dévoiler devant quelqu’un qui n’a pas besoin de savoir
  • On m’apporte que les problèmes, jamais les solutions
  • Tu as les yeux tristes
  • Je te demande un conseil, c’est un ordre
  • Jai perdu mon enfance, ma jeunesse, ma vie d’adulte, mais j’ai réussi ma mort
  • Cette émotion n’est pas mort-née, elle partie après une minute de vie, juste le temps de lui donner un nom
  • Ça ne serait pas perdre ton temps mais mon temps, et j’en ai pas tant
  • Le monde est bien plus intéressant quand tu es là, bien présente et que tu m’y guides
  • Après avoir offert un câlin, elle donne son corps et paye de sa personne en vendant ses charmes
  • T’arrête pas j’arrive … enfin si j’y arrive
  • C’est triste, lamentable, mais ça va beaucoup mieux
  • On va tous pourrir, certains même en étant encore en vie
  • J’ai dû être reine dans une vie antérieure pour être Cendrillon dans ce cauchemar
  • Je vais ramer mais je vais la ramener
  • Je te connais par cœur : en long, en large, en travers, en profondeur
  • Pauvre sot, tu n’es digne que de mon indifférence
  • Méfie-toi de la ruse de la femelle veuve noire en rut majeur, malgré ses bruissements, va droit au but – entre les perches – sans tomber dans les fils de la toile qu’elle t’aura tendu/tissé pour te piéger
  • Cette new wave déferlante est une lame de fond qui écorche le corail telle une scélérate qui décape
  • Redonne un sens à ta vie en y mettant de l’Amour et de la poésie
  • Ce qui est une bonne chose car dans la vie il n’y a pas que de bonnes choses
  • Le rire est un déploiement subi, incontrôlé et souvent coloré de nos cordes vocales euphorisées
  • La vulgarité est au comique ce que le slip sale est au gentleman
  • J’étais (é)talonneur et à l’époque c’était du sport, j’hésitais pas à monter au filet
  • T’es dans la lune et t’as vu une martienne
  • L’essentiel n’est pas que ça finisse bien, mais que ça commence puis dure bien
  • L’imbécile regarde le doigt quand celui-ci pointe la lune
  • La peur nourrit/pourrit le cœur
  • Si tu sens qu’il y a une ouverture, rentre dans la brèche et tu t’y prends comme tu veux, pas comme un manche, enfin …
  • Et plus si affinité et emphase/en phase
  • Ça te fait vibrer la corde sensible du string
  • L’absolu est une porte grande ouverte sur le néant
  • Tellement il me toise j’en reste pantoise
  • Je dépense tous mes pourboires pour boire ailleurs et arrêter de penser
  • Je me sens las ! Tu veux qu’on s’enlace ? Merci mais non merci, tu sens l’ass
  • Face à tout ce qui porte culotte je décalotte
  • C’est un jour comme aucun autre jour
  • Contrairement au dauphin (qui en a besoin pour penser à respirer), si l’humain ne rêve plus il meurt
  • Ta vie sera passionnante si tu es passionné
  • Je suis la lune, de miel comme de fiel [liquide amer, verdâtre, contenu dans la vésicule biliaire]
  • Oui je sais, je suis bien d’accord, mais voilà c’est comme ça, y a pas à épiloguer
  • C’est pour ton bien ! Ouais bin, t’occupe pas de mon bien-être, il m’appartient en propre
  • Je suis mon seul partenaire, au moins je suis sûr d’être le seul responsable de mes bêtises
  • Bonjour et merci … désolé je sais pas faire long mais j’espère que ce discours vous a plu
  • Je ne bois que pour oublier la lie de ma vie alalie {impossibilité de parler} qui va à vau-l’eau {au fil de l’eau, sans maîtrise}
  • En accord avec mon corps je dis encore
  • Volontiers réfractaire ou volontiers volontaire ?
  • Avoir tant perdu et vouloir perdre encore
  • Écrire nous apprend à rester vivants
  • Montrer que tout va bien pour ne pas faire entrer la peur dans le foyer, la femme faisant semblant de nous croire
  • On veut bien mourir mais pas obéir à n’importe qui/quoi
  • Se montrer qu’on a du courage, enfin, je me comprends, surfer sur le courage des autres
  • Pas de morts parmi nous, que des héros martyrs
  • Le nid des baisers
  • Le gagnant sera celui qui ne veut pas perdre
  • Obéir à sa nature puisque rien ne dure
  • À la der des ders on se bat d’autant plus que c’est la dernière des guerres
  • Quand la Mort rôde, on ne rit plus du curé
  • En finir vite en se sacrifiant plutôt que de souffrir encore longtemps
  • Anéantir soulage la haine
  • Liberté du sacrifice {pas sûrs de cette partie}, Égalité dans la souffrance, Fraternité dans l’épreuve
  • Choix entre défaite évitée et victoire inutile
  • Tout ira plus mal avant d’aller plus mieux
  • Ça ne sert à rien de la fermer après, fallait ne pas l’ouvrir avant
  • Tu es came isolé pour te protéger de toi-même
  • Parmi nous certains semblent ne pas être ce qu’ils prétendent/s’imaginent être
  • La seule chose à faire est de ne rien faire, se précipiter à attendre
  • Chaque cellule est un être indépendant qui se bat pour sa survie et sa reproduction
  • La tactique du tactile
  • L’attente est la mort de la motivation
  • Il ne faut pas se droguer plus vite que la musique
  • Tous les trucs de ma vie je ne les fais jamais mais je le fais bien
  • En périphérie principale
  • Haine car désir primitif des hommes et jalousies maladives des femmes
  • Écoute le texte qui comme les Rice Krispies te parle à l’oreille
  • Fais-moi connaître ce que je n’imagine même pas ! Ah oui, en voilà une super idée qu’elle est bonne
  • Ils ne disent pas que des conneries, mais faut trier dans le tas des conneries qu’ils disent
  • Tu as l’air d’un ange dans les nuages
  • Tu me fais parler de moi pour ne pas (s)avoir [à] parler de toi
  • Les femmes ont du mal à se laisser aller ! Non, elles ont juste peur d’elles-mêmes, rien à voir avec l’autre
  • Pour montrer à quel point il est inoffensif, il arbore un sourire charmant … mais trompeur
  • Les femmes veulent toujours payer leur part, sinon c’est comme si elles étaient redevables  et devaient passer à la casserole pour rembourser le repas
  • En confiance, je l’invite à prendre un dernier rire
  • On se fait signe prochainement, plus tard, ce soir, demain ou après-demain … ou un de ces quatre matins
  • Lui fais-je/dis-je avec pragmatisme
  • Je lui concocte une infu pour qu’elle épouse le silence de la nuit
  • Personnalités à la carte : chapeau l’artiste
  • Se baigner dans son reflet, pas comme Narcisse qui s’y est noyé
  • Se multiplier à l’infini, tel un mutant moléculaire
  • On n’est pas obligé de revêtir les habits d’un autre (voire même d’un moine) pour obtenir ce qu’on veut
  • C’est dingue qu’il croie que dans sa course folle à la gloire il puisse imaginer un instant que je représente un obstacle
  • La vie m’a appris la vie autant que la Mort m’apprendra la mort
  • En vase clos, en voisinage collé-serré, tout le monde sait tout ce que tu n’as pas envie qu’ils sachent
  • Confondre les lumières d’une étoile et d’un réverbère
  • Je te fais une proposition indécente comme dans le film, sauf que je ne suis pas millionnaire pour un sou, ni même Robert Redford
  • Souvent on fait le clown auguste {celui au nez rouge = Arlequin : il est totalement impertinent, se lance dans toutes les bouffonneries. Il déstabilise le clown blanc dont il fait sans cesse échouer les entreprises, même s'il est plein de bonne volonté} pour ne pas montrer le triste sir du clown blanc en nous {vêtu d'un costume chatoyant et sérieux, est, en apparence, digne et autoritaire. Il porte le masque lunaire du Pierrot. Une mouche, référence certaine aux marquises, est posée sur le menton ou la joue. Le clown blanc est beau, élégant. Aérien, pétillant, malicieux, parfois autoritaire, il fait valoir l'auguste, le met en valeur}
  • Ta version pirate n’est pas à jour
  • Le ciel se couvre, fermant le dehors au reste du monde
  • Il ne faut faire confiance à personne, de même qu’on ne peut se fier à son propre jugement, qui n’a aucune valeur dans ce monde
  • Solitude et besoin de communication sont plus forts : il faut que je parle à un autre être humain
  • J’ai des cousines partout et pour tous
  • Fermer les paupières sur ses pensées
  • Je te croyais plus jeune que moi, du coup c’est moi qui aurais des choses à apprendre de toi
  • Mon erreur de jugement m’a ébranlé, je suis resté pensif toute la soirée
  • Je comprends que c’est dur et qu’il faut survivre, mais faut rester humain donc arrête de toujours chercher à profiter des gens
  • Faux-farceur qui joue sur ce que les gens veulent voir malgré la lourdeur apparente de son comportement
  • Jeu subtil avec les gens où ils sous-estiment mon côté x, se sentent flattés en même temps qu’ils ont le sentiment désagréable que je me moque d’eux
  • Je suis un humain libre mais très influençable
  • La peur provoque un éclair de dents, de blancs dans l’obscurité
  • Il part en zigzaguant comme un fou en plein délire cherchant à s’évader de lui-même
  • Seul signe extérieur de mes sentiments intérieurs
  • Quand j’embrasse les flammes de x, qui est-ce que le feu purifie à ma mort, moi ou l’autre ?
  • Nous construisons le chemin autant que le chemin nous construit
  • seule une personne Libre est responsable, et la responsabilité mène à la Liberté
  • regarder le monde devenir rose, puis rouge, et enfin noir
  • il ne me ferme pas les cicatrices mais ouvre de nouvelles blessures en moi
  • se marier avec une femme belle … mais à l’intérieur
  • quand t’es au chômage tu n’as aucun week-end, tu n’as que des week-ends et c’est horrible à force de ne rien foutre de la semaine
  • souvent réveillé par rien, un bruit, une pensée
  • on est jaloux de ce dont on n’a pas l’habitude
  • peut-on devenir indépendant du Net/de fb ? Non, car on devient de plus en plus dépendant
  • quand on n’a pas le choix (ou qu’un seul), y a qu’une solution
  • l’appétit vient en enfournant
  • du 95D, claro que je vais pas laisser passer ça
  • normalement, je devrais garder une distance de sécurité, gérer un périmètre sans danger
  • cette femme est un volcan en sommeil que je vais réveiller par mes secousses sismiques
  • elle n’est pas qui elle croit être, pire elle se ment à elle-même
  • nous visons tous dans nos illusions plutôt que d’essayer de trouver notre place dans ce monde
  • on risque de ne pas crever en fin de compte
  • affinités électives
  • ma meilleure amie est une sœur qu’on a choisie
  • j’étais assez au sommet pour être assommé
  • mes travers me permettent de traverser
  • je me suis noyé avec elle dans un corps à corps dans le cours d’eau
  • quand le tabou se soulage, la sexualité se débride
  • que x, c’est une chose... que y, c’en est une autre qui ne devrait pas être
Partager cet article
Repost0