Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 19:49

•    Ce n’est pas possible, mais comment nier l’évidence présente sous nos yeux éberlués
•    Prolonger sa vie ne fait que mettre en péril la mienne
•    Je ne partage ma sagesse qu’avec ceux qui la recherchent
•    L’intelligence n’est pas un privilège mais un don à mettre à la disposition de tous
•    Ta façon de regarder ou d’éviter de regarder dit tout
•    On ne peut pas recommencer ce qui n’a pas commencé
•    Les cellules humaines contiennent 46 chromosomes (elles sont diploïdes, par paires), qui sont les porteurs des informations génétiques propres à chacun d’entre nous. Les gamètes font exception et n’en comptent que 23 (ce sont des cellules haploïdes). Ces définitions ne concernent que les organismes eucaryotes (Protistes, Animaux, Végétaux, Champignons), qui possèdent de vrais chromosomes. Elle exclut donc par exemple les bactéries qui n'ont pas de noyau et possèdent des chromosomes d'un type particulier. Les mousses au stade végétatif sont haploïdes. La reproduction sexuée qui implique un échange génétique met en jeu des mécanismes de réduction (méiose) et d'augmentation (fécondation) de la répétition des chromosomes (ploïdie). Le cycle de vie d'un organisme eucaryote comprend donc nécessairement une alternance de stades avec des niveaux de répétition chromosomique différents : on parle d'alternance de phase (voir cycle de vie). Chez les humains, et la plupart des animaux, la phase haploïde (n) est très réduite. Elle correspond à la formation des gamètes : spermatozoïde ou ovule. L'organisme (le corps) se développe en phase diploïde (2n): les cellules contiennent chacune les chromosomes en double exemplaire.
•    Cette chose/personne a fait de moi ce que je ne suis pas (ou que je me refuse à être)
•    Prendre les femmes pour ce qu’elles ne sont pas, les laisser pour ce qu’elles sont
•    Se voir, se revoir, s'émouvoir
•    Pour vivre heureux vivons couchés
•    L’identité sexuelle ne sert que pour le mariage et l’armée
•    J’ai mis le pied à l’étrier, même si je ne suis pas monté en selle de la jument
•    Les hommes veulent l’imiter là où les femmes veulent le changer
•    Les souvenirs peuvent être une souffrance comme l’oubli peut être une bénédiction
•    La seule chance qu’a encore notre histoire est la rupture
•    Faut p(r)endre le taureau par les cor(o)nes
•    Je ne dis jamais que j’aime, sauf pour me rassurer face à une histoire qui fout le camp
•    La vulgarité du cœur est la pire
•    Les feux de l’amour à côté de notre histoire c’est limpide
•    Accro à ton corps, retors à ton cœur
•    Une histoire qui n’avait pas la bonne fin, mais qu’on ne pouvait pas réécrire
•    Parfois, pour s’accomplir, faut abandonner ses rêves
•    Je suis moins doué pour résoudre les problèmes que pour les créer
•    Plus le temps passe plus je me dis que j’ai de moins en moins de temps
•    les conséquences de la colère sont beaucoup plus graves que ses causes (Marc Aurèle)
•    Suis ton propre chemin, peu importe où il te mène
•    Si la vie était belle ça se saurait
•    Debout les crabes, la mer monte
•    Le monde réel est pour ceux qui ne peuvent imaginer mieux
•    Je ne suis pas rassuré de ne pas être assuré
•    La fierté est à la ruine ce que la suffisance est à l’humiliation
•    On ne peut pas le débrancher, il est devenu autonome
•    Lointain et hautain, enfermé dans son fortin
•    Quitte à se distinguer, autant le faire avec distinction
•    Apprendre les uns avec les autres et les uns des autres
•    Gratis pro deo : expression latine du Moyen Âge signifiant gratuitement pour l'amour de Dieu, et qui s'emploie, ironiquement, avec le sens de gratuitement pour soi
•    Parce qu’il est sourd il croit que personne n’entend
•    Plusieurs c’est plus que quelques, et presque beaucoup
•    Il n’a pas été le héros que j’aurai voulu qu’il soit, d’ailleurs il a plutôt même été un zéro
•    Je n’ai pas à me plaindre, et même si je devais je ne le ferais jamais car il y a toujours pire ailleurs
•    Je prends le risque de la voir/l’avoir ou l’amour qui m’attend au tournant n’est qu’une illusion ?
•    Tu me casses les couilles alors qu’il y a mieux à faire avec
•    Je me sauve, j’aurai fini par te faire du mal
•    Les belles sont jamais libres et les libres sont rarement belles, mais moi je prends ce beau petit lot et lui libère les hormones par choc émotionnel intense
•    Je n’ai que des doutes, aide-moi à avoir des certitudes
•    Tu me raccompagnes ? Non, je te séquestre/sexestre
•    Boy friend Vs sex friend
•    Ah bon, c’est toi maintenant qui fais la loi, tu te prends pour Clint Eastwood dans l’Inspecteur Harry ?
•    Que je te demande de X, je ne demande pas si c’est possible, je veux que
•    Si tu veux te fondre parmi les moutons ne sois pas un chien mais un lapin, si tu veux manger avec les tigres ne sois pas un lion mais un chat
•    Le vermisseau s’est transformé en serpent
•    Plaisanterie de garçon de bain turc
•    On n’est jamais trop vieux pour gâcher la vie des jeunes
•    Quels que soient nos problèmes, on a toute la vie pour les résoudre
•    Tristesse et joie sont à la même mesure : immense
•    Ajouter des fautes aux erreurs après les maladresses
•    Je dois plaider, pas plaire
•    Laïcs, croyants, pratiquants, intégristes, sectaires
•    Une éclipse c’est comme un décolleté féminin : c’est beau et gratuit, t’en prends plein la vue, mais ça peut brûler les yeux si on regarde trop longtemps et sans protection adaptée
•    Ma raison dit non mais mon cœur supplie d’aller plus loin, quant à ma bite elle s’en foutre
•    S’il te plaît, fiche-moi la paix
•    Vas t’en, même si on a eu de bons moments
•    Quand elle ouvre sa bouche on voit sa culotte
•    Ah ma tête, sacrée fête, vite aspirine et RU486 (pilule du lendemain : Hormone stéroïde anti-progestative dérivée de la noréthindrone, elle se fixe spécifiquement sur le récepteur de la progestérone et inhibe son action, notamment sur l'utérus. La mifépristone va bloquer l'action progestative sur ses récepteurs muqueux et ainsi entraver le développement embryonnaire et entraîner le détachement puis l'élimination de la muqueuse utérine (dans un processus similaire à ce qui se passe pendant les règles). Il est fort probable que la mifépristone, grâce à son cycle aromatique extrêmement activé, soit capable de capturer les agents oxydants (peroxynitrites) permettant l'affaiblissement nécessaire du système immunitaire, affaiblissement qui permet normalement d'éviter le rejet de l'embryon. L'action de la mifépristone nécessite de prendre dans un deuxième temps (en général deux jours après la prise initiale de l'anti-progestatif) une prostaglandine (misoprostol en général) qui va provoquer des contractions utérines et favoriser l'élimination de la muqueuse et de l'embryon. L'expulsion se produit alors en général dans la demi-journée suivant la prise de prostaglandine)
•    Tu veux qu’on joue de la Monica comme Bill dans son bureau ovule … euh, ovale ? Non ! Ouf, tu me rasures !!!
•    J-anus à deux visages : boîte à caca et boîte à délices du vice
•    Éliminer tous les risques avant qu’ils ne deviennent une menace potentielle
•    Il faut que j’urine sur ce feu
•    Quand on gratte une plaie pendant X temps, elle ne se referme pas comme ça
•    Vas, temps, et ne reviens pas sur tes pas
•    Je suis parti si longtemps qu’à présent je préfère y rester
•    T’es triste à faire pleurer un oignon
•    Les humains ont allumé des feux pour couper la route aux proies, favoriser les fruits comestibles aux dépends des forêts, débroussailler les chemins
•    Chaque fois qu’elle me parle j’ai le cerveau qui se met en veille
•    Les choses changent mais toi non
•    Pourquoi et qu’est-ce qui me met dans cet état quand je suis seul avec toi ?
•    fariboles : propos ou choses frivoles, de peu d'importance. Propos sans consistance ou peu sérieux. Synon. baliverne, sornette
•    elle te choisit, elle te possède
•    Ne fais pas d’une personne ta priorité quand pour elle tu n’es qu’une option
•    Il n’est pas blanc-bleu : n’a pas une réputation intacte
•    Quand la déception fait suite à la haine, il veut tout détruire
•    Je me sens plus seul et abandonné qu’un corrompu à un rendez-vous avec la mafia
•    Je suis chaud comme une brioche qui sort du four
•    Je suis redevenu n’importe qui … et même personne
•    ce qu’il a construit est plus grand que lui
•    quand les gens d’arme rient, les gens d’âme pleurent et le Peuple grimace
•    La loi, cette pète-ass
•    Les échecs sont connus, les réussites ignorées
•    Petits secrets, grands mensonges
•    cuckoo = dingue mais aussi cocu (on peut distinguer les coucous de l'Ancien Monde (Cuculinae) des coucous du Nouveau Monde (Coccyzinae). Outre leurs différences morphologiques, les seconds se distinguent des premiers par le fait qu'ils construisent des nids fragiles et ne parasitent pas les nids d'autres oiseaux comme les coucous de l'Ancien Monde)
•    Une journée perdue que je ne retrouverai jamais
•    Ne fais pas ce que tu regretteras demain ! Ce soir, sur l’instant, ça va me faire du bien et me soulager
•    Comme le parfum : faut le sentir mais pas le boire
•    Tu dois faire des ravages chez la gente féminine ? Ça dépend des fois et des femmes
•    Préoccupez-vous davantage de votre caractère que de votre réputation, car votre caractère représente ce que vous êtes vraiment, tandis que votre réputation n'est que ce que les autres pensent de vous
•    Faîtes des trucs ensemble pendant que moi je fais sans vous
•    Je suis aux anges que mon fils soit fier de moi
•    Sans m’en vanter, je ne le renie pas pour autant
•    Du crottin de cheval dans un écrin de velours
•    Je regarde ton nez et je vois tes entrailles
•    "L'espérance est un aliment de notre âme, toujours mêlé du poison de la crainte." Voltaire
•    C’est la pierre pour écraser la mouche
•    L’alcool rend de plus en plus joyeux, puis en haut de la cloche, rend de plus en plus triste/coléreux
•    J’en ai toujours rêvé mais je n’ai jamais eu l’occasion de le concrétiser
•    Noyer son chagrin dans l’eau-de-vie, dans l’al-cool
•    AA, t’oses pas dire Alcoolique Anonyme ?
•    Grandir veut dire grandi ose
•    Ici, là-bas, ailleurs, partout, nulle part
•    Un héros si extra-ordinaire que le costume moulant est trop grand
•    Doux, dure, dingue
•    Quand je m’ausculte je me désole, quand je me compare je me console
•    T’as fini par devenir un petit garçon : l’homme que toute mère voudrait avoir est une femme
•    La Mort est le seul chemin/guide qui mène à la (Re)Naissance
•    Le mariage est un dîner qui commence par le dessert
•    Part avec moi, je ne veux pas crever tout seul
•    Vigilance et patience sont les deux maîtresses du chasseur.
•    Réglons les problèmes, ensuite je pourrai mourir tranquille
•    À présent que l’incroyable est fait, passons à l’impossible
•    Une bonne action reste à jamais impunie
•    C’est impoli de dire malpoli (terme familier)
•    Là où y a de la volonté il y a de l’avenir
•    Pleurer toutes les larmes de son cœur/corps
•    Je suis un funambule en équilibre sur un fil tendu entre la réalité et la fiction
•    Je sais ce que je veux, en rapport avec ce que je vaux
•    Avec la drogue on oublie ses problèmes, ensuite ils reviennent au centuple
•    On croit ce qu’on comprend
•    Y a pas de mot ni de larme pour exprimer ça
•    Quand tu te réveilleras, tu seras mort
•    Éteins-toi pauvre étincelle, tu n’es qu’une flamme chancelante qui luit peu dans l’ombre de la nuit
•    Profitons bien jusqu’à demain matin, après on verra bien
•    Quand on mouille plus, faut avoir du liquide
•    Je te répondrai quand j’aurai la réponse
•    Une proposition bateau, de basses-eaux
•    smegma est, de manière générale, la sécrétion d'une glande sébacée. Ce terme sert en particulier à désigner la substance blanchâtre et caséeuse, composée de débris de cellules épithéliales mortes et de sécrétions sébacées lubrifiantes, qui s'accumule souvent sous le prépuce ou dans la région vulvaire autour du clitoris. Le smegma est produit de manière naturelle chez la plupart des mammifères, mâles et femelles - y compris les humains - et sert à nettoyer et lubrifier les organes génitaux.
•    Son point faible est devenu son point fort
•    Heureux d’être content pour toi
•    Peu importe qui elle est, c’est un putain de problème
•    J’arriverai jamais à croire que j’ai pu vivre sans
•    Une longue descente aux enfers pour une courte ascension au paradis
•    Une nouvelle phase amoureuse : la flamme est un peu moins brillante mais dure plus longtemps
•    Elle a un mec, elle est maquée ? Non, enfin je ne crois pas, ou alors rien de sérieux
•    Ma seule faiblesse est que je sois faible
•    C’est en allant loin avec l’autre qu’on sait si on est proches
•    On n’a pas quitté l’âge de pierre parce qu’il n’y avait plus de pierre, pour le pétrole ça devrait être pareil
•    Cancaner (quand le canard crie : Empr. au lat. quamquam « quoique », conj. empl. dans les disputes d'école) : Bavarder, répandre des propos malveillants
•    Plaisir d’offrir, joie de recevoir
•    Tant qu’on aura des potes qui font n’importe quoi, relativement nous ce sera toujours mieux
•    Beaucoup en rêvent, nombreux sont ceux qui n’y croient pas, certains en sont persuadés
•    Plus on me tape sur la tête plus elle s’endurcit
•    Si les autres croient en moi, moi aussi je peux peut-être croire en les autres
•    Un peu mon neveu que je veux
•    Je suis fier comme un vaquère de ce que je suis/sais, et j’ai pas honte de le dire
•    Nous les faibles, nous ne sommes forts qu’en Collectif
•    Un coup de tonnerre dans un ciel de printemps
•    À partir de maintenant, tout le reste n’est que du bonus
•    Au plaisir de la découverte s’ajoute le poids de l’histoire
•    La plus belle victoire est celle sur son cœur
•    Aussi haut que le ciel et profond que l’enfer
•    Ocre + frais/sec/sombre/ventilé protège et assèche le corps comme pour embaumement
•    Je suis en-dessous de tout
•    La vie est un hasard contraire aux destinées
•    Parpaillot [de l’occitan parpaillo, parpalho(n), (lombard parpaya, piémontais parpayun, italien parpaglione), « papillon », peut-être par allusion à l’infidélité des protestants, butinant d’église en église] : Personne qui ne pratique pas sa religion ou qui n’a pas de religion.
•    Diable s’habille en nada de nana
•    Bouteillon (Marmite métallique aplatie et cintrée dont le couvercle peut servir d'assiette, utilisée par les soldats en campagne ou en manœuvre depuis la Première Guerre Mondiale, puis par les campeurs : du nom de Bouthéon, intendant militaire, inventeur de cet ustensile) : [P. réf. à la marmite dont le couvercle cache la médiocre réalité] Fausse nouvelle qui circulait dans les camps de prisonniers pendant la Seconde Guerre Mondiale, racontar
•    J’ai rien compris de ce que tu viens de me dire : ça m’angoisse et m’énerve
•    J’y vais ! Où tu vas ? Là-bas !!!
•    Je ne suis pas le seul à être fidèle à ma femme
•    Faut-il faire taire son/sa X ou sa culpabilité ?
•    Ta bouche sourit, mais tes yeux sont sérieux
•    Là-dessus c’est non ! Je ne demandais pas ta permission
•    On ne te demande pas ta permission mais un coup de main
•    Chaque jour est pire que le précédent
•    Plus qu’un passage obligé, une impasse
•    Faut bien quelque part, mais ailleurs c’est mieux, Not In My BackYard (NIMBY, pas dans mon jardin)
•    L’échangisme consiste à transformer la Liberté en plaisir
•    Quand les emmerdes dépassent le plaisir, arrête
•    Un(e) de perdu(e), dix années de recherche
•    Mon cœur est vacillant mais mon intellect est toujours autant trop vaillant
•    Si tu fais ça tu as fait ton choix ! Tu viens de choisir pour moi !!!
•    j’ai perdu tout ce qu’elle m’avait donné
•    au lieu de te protéger je t’ai fragilisée
•    si un auteur savait séduire les femmes, il ne serait pas auteur
•    une belle plante desséchée, que j’ai vivifiée par la rosée de mon Amour
•    la colère rentrée est la pierre angulaire d’un mariage durable
•    tu es le meilleur que j’ai pu avoir selon mes moyens restreints
•    la passion c’est pour les ados et les romans à l’eau de rose
•    sucette : il est dur à l’extérieur, mais sucé il révèle un cœur crémeux à l’intérieur
•    Tendres pensées, souvenirs inestimables
•    Lui est un ami qui a confiance en moi, j’aimerais que toi aussi tu aies confiance en moi
•    oui non t'inquiète, ça gère
•    comme si un camembert disait à un munster qu’il pue
•    chacun pour soi, tous contre tous
•    ne pas mourir, ou pas aujourd’hui, on verra ça demain ou un autre jour
•    encre encore fraîche sur diplôme de X
•    c’est mieux que tout car je n’y peux rien
•    j’ai touché le fond, le 36è dessous 20 000 lieux sous l’amer, mais bientôt je remonterai à la surface faire mon come-back
•    comment peux-tu dormir avec ça sur la conscience ? Je me drogue !
•    je suis prêt à tuer comme à mourir pour X
•    si la société a changé, la Nature est restée la même
•    quand on trouve une règle dans la Nature, elle change
•    la seule chose que je peux confirmer c’est qu’on ne peut rien affirmer à l’heure actuelle
•    le Grand Soir ne fait plus peur car il ne fait même plus rêver
•    Tes déficiences paraissent moins des évidences
•    Baise(rs) doi(ven)t finir ce que les caresses ont commencé
•    Trop jeune pour avoir (re)senti la chaleur d’un homme/d’une femme
•    Nous deux ça sonne faux déjà
•    Ça me touche ! Donc je peux te toucher moi aussi ?
•    Un duo qui vire au duel de deux (indivi)dualités
•    Faire coulisser la groupie dans la back-room derrière le back-stage
•    Si tu as plus de paradis, j’ai plus d’enfer
•    Sculpter cette argile imparfaite qu’est l’humain, à deux mains à la manière de Ghost
•    La Liberté n’est pas free, elle a le prix le plus élevé, celui du sang
•    Un début pour nous, des mouvements de fin pour eux
•    La folie se déclare quand les biens sont plus importants que les personnes
•    le talent sans travail n’est jamais qu’une mauvaise habitude
•    La raison s’égare pour laisse place à la dépression/dépréciation, puis celle-ci disparaît pour laisse place à la névrose (troubles psychiques sans lésion organique démontrable. Le sujet reste conscient de sa souffrance psychique et vit dans la réalité), voire le mental se désagrège et c’est la folie entre le réel et l’irréel
•    Nourri de certitudes tranquilles
•    Je m’en fous, je suis fou
•    Pas obsédé, juste trop curieux
•    Faut jamais briser les rêves d’un idéaliste, c’est comme réveiller un somnambule
•    Tu ne vaux même pas ton salut
•    Rien n’est neuf sauf ce qu’on a oublié
•    La dernière génération est déglinguée avant l’âge, elle est sans garantie de performance
•    La mort n’est pas si grave même si le final est fatal, faut juste se préparer au choc du départ
•    Je ne suis personne, mais toi t’es encore moins autrui
•    Beware : type ordinaire mais très colère (beware of the dog : attention, chien méchant)
•    Arrête de me frapper dans l’aine/l’haine
•    À bon entendeur, salut (celui qui entend/comprend bien, se sauvera)
•    Les potes savent pourquoi je dis ça
•    Sonnez hautbois, résonnez musettes, il est né l’enfant du divan
•    Il y a des secrets car les limites sont mouvantes
•    Je ne cache rien, je fais juste semblant d’oublier
•    La jouissance n’est pas dans le plaisir mais dans le désir, et le sensationnel est de lâcher ses freins
•    De la 1ère rencontre au mariage et au baptême, en passant par l’adultère et le divorce
•    Plus tu travailles moins t’as envie de travailler
•    La guerre est finie, le futur a gagné, le passé n’avait aucune chance
•    La conscience nous a fait phobique de la Liberté sexuelle encore plus de celle de la morale
•    Rien de mieux que le tabou du sexe pour tester la morale
•    Les secrets sur la sexualité indiquent le taux d’angoisse de toute la société
•    Vie intime qu’on garde privée, vie publique qu’on accepte de montrer, vie médiatique qu’on proclame
•    Les Karneia (en grec ancien τὰ Καρνεῖα) sont des festivités religieuses célébrées à Sparte en l'honneur d'Apollon Karneios, « protecteur du bétail ». Elles sont célébrées lors de la pleine lune du mois de karneion, soit généralement au mois d'août, et durent dix jours. Ce sont les plus importantes fêtes spartiates. Elles interrompent toutes les autres activités ; ainsi, ce sont les Karneia qui retardent l'arrivée des Spartiates à Marathon, ainsi que celle des renforts aux Thermopyles.
•    C’est la gitane maïs du cubi La Villageoise, la 33 Export en plastoc vert
•    Plic et Ploc : aventures en bd de deux enfants espiègles, José Parrondo en est l’auteur-illustrateur
•    Panade (1548 «soupe faite d'eau, de pain, et de beurre») : Bouillie, composée de pain, de beurre et d'eau longuement mitonnée, additionnée souvent de lait ou de crème et de jaune d'œuf. Préparation à base de pain, biscottes ou farine utilisée comme liaison, le plus souvent pour les farces. Personne molle, sans énergie. Chose mauvaise, de peu de valeur; femme de mauvaise tournure, laide, sale. Méli-mélo, mélange sans consistance. Être dans la misère, dans une situation inextricable. Qui est sans énergie, sans consistance (un gouvernement panade)

Repost 0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 20:13

demon des mots

 

 

MERCI à Paperblog de mettre en avant nos Notations de Carnets de Conversations, matières premières pour notre prochain livre "Des Démons des Mots font Démo sur Dix Maux". Vous pouvez déjà lire son introduction dans Introduction aux expressions directes (Démons des Mots font Démo sur Dix Maux)

 

 

  • Un de ces voyages qui commence en fin de piste
  • L’esprit trépasse là où la télé passe trop
  • Elle a bu ? Non, elle nous en sort/fait une comme ça par jour, et encore là elle est soft !
  • Quand je regarde X, je vois qu’on a peu ou plus de point commun
  • Il est mignon, dommage qu’il soit idéaliste
  • Seule différence : l’argent a remplacé les idéologies
  • Dans mon jardin secret les mauvaises fleurs ont toutes fanées
  • Pas peureux comme crevette, courageux comme crabe
  • Je ne suis pas tombé dans les pommes, mais j’étais aux fraises, au raz des pâquerettes en m’évanouissant dans le fruit de la passion
  • Il est mort avant même d’avoir eu le temps de devenir un légume
  • Quand t’es blessé, faut évoluer et/ou se renforcer pour continuer tout en étant soulagé
  • Mort tu seras plus utile que tout ce que tu aurais pu faire de toute ton existence
  • On tue et meurt pour des bouts de terrain
  • Que puis-je faire face à cet enfer qu’est la loi ?
  • Nouvelle recrue indocile mais excellente
  • Aussi obstiné qu’incontrôlable
  • C’est tendre toute cette tendresse attendrissante
  • Là où X était une fin, Y sera un nouveau commencement
  • N’attache jamais mes ailes car je m’envolerais de toute façon mais pour sûr je ne reviendrai plus sur mon perchoir
  • C’est normal qu’il y ait toujours quelques petits défauts
  • Il en faut peu pour te faire changer
  • Je m’incline devant la logique implacable de tes arguments
  • Si ce soir on discute, demain on aura des regrets
  • Est guérisseur celui qui a pu/su surmonter son propre handicap
  • Tombe de Caïn : œil qui regarde, bouche qui punit
  • Qui me jugera ? Moi, le seul brave !
  • Grand poisson dans une petite mare aux connards
  • Plutôt que big-brother il préfère être little-sister
  • Combien de Libertés individuelles sommes-nous prêts à sacrifier pour la sécurité collective ?
  • Gloomy Sunday : Szomorú Vasárnap (Sombre Dimanche) est un morceau de jazz écrit en 1933 par l'artiste hongrois Rezső Seress, en mémoire des êtres défunts aimés du compositeur. Ce morceau, très triste et mélancolique, est devenu célèbre, principalement parce qu'il a été interdit dans la plupart des établissements de Budapest qui craignaient de pousser leurs clients au suicide. La version de Billie Holliday a été interdite par la BBC en 1941, sans doute à cause du contexte de la seconde guerre mondiale où les censeurs avaient tendance à interdire les chansons considérées comme déprimantes[2]. L'ironie du sort veut que le compositeur se soit lui-même suicidé en 1968. Le morceau est devenu une musique de fond courante durant la fin des années 1930 aux États-Unis, pendant la grande Dépression.
  • Ça a fini par arriver, t’as perdu la boule
  • La page blanche est le seul espace où tout est possible
  • Je suis plus malin que je n’en ai pas l’air
  • Voilà voilà, je suis là
  • Ce n’est qu’une petite part qui reste du moi d’autrefois
  • Étrange combinaison de curiosité sans perversion
  • C’est arrivé qu’une seule fois mais je me prends quand même pour un salaud
  • Dormir près de toi et te Respecter suffit à mon bonheur
  • Baisse le capot, on voit le bonheur
  • Calme toi ! J’ai jamais été aussi calme
  • Je l’ai traité de vieux con … alors qu’il n’est pas si vieux que ça
  • Après moi, le foutoir
  • Le temps n’est jamais aussi long que quand on l’observe s’écouler
  • Tes rares cheveux gris sont signe d’une sagesse exquise
  • Ça va, je connais la personne, le personnage
  • Qui ne la connaît pas ?
  • Toujours sur les gros coups à ce que je vois ma belle ?
  • Greluche pour une femme, alors que greluchon est l’amant de cœur d'une femme entretenue par un autre homme (« saint fabuleux du Berry qui guérit la stérilité », cf. le dicton aller au pèlerinage à Saint-Greluchon pour avoir des enfants frisés. Le nom de ce saint de fantaisie est issu d'un calembour obscène sur greluchon et grelot (proprement « clochette » d'où « testicules » p. anal. de forme ; cf. ses autres dénominations : saint Génitour, saint Phallien en Berry)
  • Pistolet à délice sorti du holster
  • Je transforme les ah ! en oh !!!
  • Tu es séduisante, je suis un homme, on a le droit d’avoir des pulsions
  • J’aime tout ce que je suis, elle-même à l’air de l’aimer encore plus
  • Eh beh, tu parles d’un bonheur
  • Y en a qui le disent avec des fleurs, d’autres avec des gants, moi je suis cash-direct
  • Femme surprise à moitié prise
  • C’est pas trop court/provoquant ? Tu es déjà trop habillé à mon goût !
  • Tu as des yeux à faire tourner le manège avant de faire la bête
  • Tu peux m’ôter un doute pénible ?
  • Réponse courte oui avec si, réponse longue non avec mais
  • Tu dois être très riche ? Non, juste très dépensier !
  • Un chef a bien le droit de se laisser faire lécher le cul
  • Elle est pas belle la vie avec une carte de police ?
  • Excuse-moi de te demander pardon ! On dit « je vous prie de bien vouloir m’excuser … » !!!
  • Les cafards ça s’écrase
  • Dans un match gagnant Vs perdant, l’important est d’être gagnant
  • Sois con en silence
  • l’amitié est une sorte d’amour
  • Te garder près de moi, un ami pour la vie au risque de franchir l’irréparable un jour et te perdre ? Te vivre en moi au risque que les sentiments se ternissent un jour  et te perdre là aussi ?
  • Je n’ai rien à dire, tout à écrire
  • Je doute de tout et de tout le monde
  • Prises écouteurs : guys and dolls
  • Le temps est pour certains une catastrophe ; pour d'autres, comme toi, il est une apothéose
  • chercher des réponses alors que je ne me questionne pas encore
  • les mots sur les maux
  • mes yeux se seront fermés sur tes frasques et auront coulé devant toi
  • il ne faut pas… mais bourrés comme nous serons… nous ne serons pas aptes à réfléchir…alors nous ferons l’amour maladroitement, ça sera fort (à défaut d’être beau, n’oublions pas que nous serons ivres !)
  • Au petit matin, outre le fait d’avoir la gueule de bois, j’aurai un sentiment de malaise certain… parce que nous deux c’est autre chose, que je n’ai jamais envisagé un « nous »
  • alors je partirai sans bruit,  je t’éviterai quelques jours ou plus encore… incapable de savoir où j’en suis… je te reverrai mais il n’y aura plus les danses et les ballades la nuit… parce que je n’aurai plus confiance en nous
  • Si je fais de toi mon amour je te regarderai avec des yeux qui brillent, des yeux qui te veulent et des yeux qui te tueront … parfois
  • Je déploierai une énergie folle à faire en sorte que tes chutes soient les moins brutales possibles, même s’il faut morfler un peu au passage… çà sera le prix à payer pour ne pas te voir te perdre quand tu es tout en bas.
  • Tu ne sauras pas tout de moi, je te laisserai des morceaux du puzzle… il te restera la lourde tâche de les trouver et d’y mettre du sens… et à la longue un jour je te reprocherai de ne pas bien me connaître (en vraie fille que je suis)…
  • Tu auras le pouvoir de me briser d’un mot ou d’un regard.
  • Je t’aimerai au point de me laisser apprivoiser le cœur et le corps, m’abandonner à toi.
  • Je crèverai par tes absences tout en disant que je veux être libre, que je préfère la torture du manque plutôt que la lassitude de la routine, parce que nous valons mieux qu’une liste de courses en commun sur la porte du frigo.
  • Et si un jour nous nous perdons dans le quotidien, j’en oublierai pourquoi je suis là avec toi, je finirai par haïr tout ce que j’ai aimé chez toi, parce qu’il me sera plus facile d’en passer par la colère que d’admettre que je me suis perdue en chemin… Tu tomberas dans mes pièges et nous roulerons dans une vague de mépris… sans trop boire de tasses… je l’espère.
  • je ne crois pas une seconde en l’amitié garçon-fille, du moins je n’y crois plus… ou disons plutôt, pas l’amitié telle que je la conçois
  • Au mieux, faire parti de la bande de potes qui fait marrer, avec un simulacre de bons sentiments… avec beaucoup de « rien à secouer » dedans…parce que les potes çà sert à çà, s’attacher sans aimer.
  • je rêve de l’alter-égo qui me ferait croire en tout ce que j’ai toujours douté
  • Vivre c’est se mettre en danger, prendre le risque de se faire mal, de perdre… se perdre … la vie est courte… à chacun de choisir s’il faut la vivre ou la subir
  • il ne faut jamais regretter ses choix, si "mauvais" eussent-ils été
  • si on savait tout ce que l'avenir nous réserve on ne ferait plus grand-chose
  • y a rien de plus chiant que de suivre le cours du destin
  • Une faconde : grande facilité de parole
  • l’eau n’était pas bien profonde mais j’ai bu la tasse quand même
  • la liste des choses que je connais mal tiendrait sur un timbre
  • la curiosité est souvent plus forte que la prudence, et des fois tant mieux
  • Faut demander un tonneau pour avoir une bouteille
  • Gratter le passé pour y peindre l’avenir
  • Tout reconstruire à partir d’une base saine
  • « Tout le monde savait que c'était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas. Et il l'a fait » (Pagnol Vs Twain)
  • ça tu le sais après, ça peut être le nirvana comme la grosse cata
  • c'est pas tout ou rien, ça peut être moyen moins
  • je m’en tâte les tétons
  • morigéner : Former les mœurs de quelqu'un, instruire quelqu'un aux bonnes mœurs
  • trouve la star du X en toi
  • sans un minimum d’hypocrisie on ne pourrait pas se fréquenter
  • je te rembourse par mes bourses, en liquide, cash-direct
  • si je t’envoie sur les roses, ensuite j’en sucerais les épines une par une.
  • tu me suis ? Je te précède oui !
  • ne m’oblige pas à réduire les moyens de tes ambitions, ce serait dommage pour tous les deux
  • faire de toi ceci, en plus de moi, est une bonne raison pour plus de nous
  • tu crois qu’elle va me pardonner ? T’en as vraiment envie ???
  • je me sens tout étourdi, c’est la chaleur de sa moiteur/son humidificateur
  • j’ai souvent pensé à toi, mais un jour je t’oublierai pour recommencer à vivre
  • T’es méchant, tu n’aimes personne ? Comme qui ??? Ça c’est à toi de trouver !
  • Même si t’es mort de faim, n’attends rien et c’est là où tu seras servi
  • Tu me dois au moins la fureur de jouir
  • De deux choses l’une : soit nous ruminons notre échec, soit nous essayons de le comprendre, voire de clôturer l’affaire
  • C’est même pas de baise dont je te parle, ça je peux me débrouiller toute seule, mais d’Amour et sentiments
  • Tu regardes mais ne vois rien
  • Au son de sa voix … ouahou
  • Tu es plein de surprises ! Encore plus que ce que tu crois
  • Comment pensais-tu que j’étais ? Différent !
  • Je lui ai dit que c’était non ! Non, dis-lui que c’est oui !!!
  • J’avais vraiment besoin d’une bonne petite catin
  • Émouvante et éprouvante
  • Je préfère plus rien maintenant que trop peu après
  • Mon slip ne parle pas, il hurle
  • Je veux un grand lit double, le plein du minibar et un « Do not disturb »
  • D’abord on fait l’amour, ensuite on voit si on a bien fait … de le faire
  • J’ai une flasque dans ma poche ! C’est ça ? Non, mais continue de dévisser !!!
  • Tu te faisais passer pour meilleur que tu n’étais, t’es encore pire que ce que je n’imaginais même pas
  • Ne dis pas des choses qui seraient définitives
  • Je hais l’amour des autres couples
  • Il faut que je casse ce mariage tant que je suis encore jeune et beau
  • Je pleurais intérieurement tellement j’avais mal
  • "grâce" à toi, je me suis surpris à devenir égoïste
  • Je ne suis pas que ça, même si je suis beaucoup ça
  • Pas fâché, juste profondément déçu
  • Couple improbable mais conjoints complémentaires
  • Partagé entre crainte et curiosité, je pointe quand même le bout de mon nez
  • Dans sa quête de pouvoir, sur le piédestal de sa tour d’ivoire, il a perdu pied avec la réalité
  • Ma tâche est dure et pénible mais je dois l’exécuter
  • Toujours prêt à tout mais à jamais bon à rien
  • Qui ose, gagne
  • Je sais ce qui m’attend et pourtant je vais de l’avant
  • Les grands rêves s’atteignent par petits pas
  • Tu peux faire ça pour lui, c’est ton ami
  • Je préfère mourir que haïr
  • Devenir adulte c’est éprouver la solitude, notamment dans ses choix
  • Les cicatrices nous rappellent que le passé n’a pas été que "rêvé"
  • Ce trou, c’est là où je t’ai conçu
  • Jusqu’à la fin, si y en a une
  • Comme tous les joueurs imprudents, je sais quand arrêter : jamais
  • Foucade : Impulsion vive et passagère, comportement capricieux. Synon. caprice, coup-de-tête, lubie, toquade
  • Fanfaron : Qui affecte la bravoure; qui cherche à s'imposer par le verbe ou l'attitude en exagérant son mérite et son courage. (Quasi-)synon. bravache, hâbleur, vaniteux.
  • Juste avant de connaître le bonheur, une petite voix m’a dit que je ne le méritais pas, une autre voix m’a dit que c’était bien vrai
  • La vie change souvent de musique/mélodie/tempo, mais faut toujours continuer de danser/chanter
  • Les meilleurs conseils d’éducation viennent des poivrots sans enfant
  • Mon innocence est morte avec/dans les douleurs de la vie
  • Il n’a jamais franchi la ligne jaune même s’il a souvent attiré l’attention
  • Les nonnes ont les voies aussi impénétrables que celles du seigneur
  • Le hasard est pour les gens qui se croisent, nous on s’est rencontrés
  • Cette fille je l’aime, je ne te la prends pas, c’est elle qui te quitte
  • T’es peut-être pas celle/celui qu’il me faut, mais t’es celle/celui que j’attendais
  • C’est fou ce qu’on peut oublier quand on est amoureux
  • Pour te voir sourire, je te suivrais en enfer
  • Elle m’avait sauvé, mais je n’ai pas su la protéger de moi-même
  • Je vous salue bien las
  • La fleur au fusil et la capote au couteau
  • T’es à l’abri des tentations et moi des emmerdes
  • Je ne suis pas homo, juste bi yourself comme pas tout le monde
  • Ce n’est pas que les milieux de la haute qui sont les plus fermés, ceux de la hot aussi
  • Si belle, si fragile
  • Elle a des courbes aussi généreuses que celle de Lombard street à San Francisco
  • L’orgueil masculin plaide la mauvaise foi
  • Je vais entrer dans le guiness book des records comme l’homme le plus heureux du monde
  • Dans la vie il y a des choses qui méritent un plan de secours, mais l’amour n’en fait pas partie
  • On est sans censure et surtout on a des choses à dire
  • Le silence est le bruit que fait le temps en passant
  • L’ennui est le sang qui s’écoule de la blessure du temps
  • Quitter la pièce enfumée : suicide comme l’appelait les stoïciens
  • On vise le livre des records, pas la rubrique nécro
  • Le jour où t’as plus peur, tu meurs
  • Le seul intérêt de l’enfer c’est d’y retrouver ses amis
  • Il faut le vivre pour pouvoir raconter et ne rien trahir/travestir
  • Les pulsions humaines sont le plaisir et le désir, sans oublier la connaissance
  • Ressentir la dépendance avant l’effet
  • Un plan médian sur les médiums, les médias et les messages
  • Souvent on se rend compte trop tard de ses limites
  • Il y a plein de dangers dans les milieux extrêmes
  • On ne peut prendre un départ sans risque, mais on peut les calculer à la louche
  • La puissance du rêve m’a confirmé la dangerosité de la réalité
  • Nous vivons comme un volcan : quand nous respirons nous crachons du feu
  • On n’emmène pas des saucisses quand on va à Strasbourg
  • Ne rêve pas mon petit chat
  • Je suis piètre avocat de mes propres intérêts
  • Plus dangereux qu’utile
  • Faut pas plaisanter avec l’humour, des gens en sont morts … de rire
  • Voici que s’ouvre le grand livre du temps, avec ses pages blanches à noircir d’expériences de la vie
  • L’impossible s’est produit, et même reproduit
  • Dysnomie est une fille d'Éris (déesse de la Discorde) et la personnification de l'Anarchie. Elle est généralement accompagnée d'Adicie (l'Injustice), d'Até (la Fatalité) et d'Hybris (la Démesure). Son opposée est Eunomie (l'Ordre civil).
  • Si tu veux accéder au château, il faut franchir les douves, à pied par le pont-levis ou à la nage
  • Son carburant est nos rêves, son pouvoir est notre imagination
  • Espion : corbeau, pigeon et hirondelle (belle espionne)
  • Discipliné comme un militaire, incorruptible comme un banquier
  • On ne connaît que ce qui échoue
  • Je ne pouvais pas ne pas l’interdire, mais son rôle était du coup de désobéir afin de servir mon intérêt caché
  • Tant attendu par les uns, tant redouté par les autres
  • Branquignol (Dérivé de branque, « individu qui se laisse berner », sans doute de l'argot piémontais branci, « âne », avec suffixe plaisant -ignol ou selon Pierre Guiraud, croisement avec guignol) : Personne excentrique, qui se met dans des situations tragi-comiques ou se plait à les provoquer ; Homme qui n'inspire pas confiance, soit par manque de sérieux, soit par manque d'intelligence.
  • Punk =  souffre douleur en prison
  • Dad is dead
Repost 0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 20:10

j-aime-ce-monde-ou-nous-venons-pour-mourir.jpg

 

En ce jour de Toussaint, nous voulions autant rendre hommage aux morts, disparus trop tôt, que dédramatiser cette partie de la vie.

 

 

dead-like-me.jpg

 

 

 

 

En plus des citations/expressions sur ce thème, nous ne saurions que trop vous conseiller la très bonne série "Dead like me" (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Dead_Like_Me) et le film.

 

 

 

 

 

 

  • C’est la peur de la Mort qui mène les humains, c’est la source de tous nos malheurs
  • Domine ta peur et tu seras plus fort que la Mort
  • Dans le tourbillon de la chasse d’eau on finit tous par passer par le même trou.
  • Accepter sa Mort c’est s’en détacher
  • Partout la mort rode, guettant la moindre défaillance
  • Chaque seconde nous rapproche à grand coup de tic-tac de la dernière heure, le tout rythmé au tempo du pendule balancier de notre horloge vitale
  • Tout deuil est un boulet au bout d’une chaîne
  • La vie n’est qu’un jour, la mort qu’une nuit
  • ça coute cher de mourir
  • La vie est un tango (Le tango est une danse de bal qui se danse à deux. C'est une danse d'improvisation, au sens où les pas ne sont pas prévus à l'avance pour être répétés séquentiellement, mais où les deux partenaires marchent ensembles vers une direction impromptue à chaque instant. Un partenaire (traditionnellement l'homme) guide l'autre, qui suit en laissant aller naturellement son poids dans la marche, sans chercher à deviner les pas) et la mort un paso doble (Le Paso doble est l'une des danses les plus simples à apprendre au départ. Le pas de base est en effet un simple pas de marche (le danseur part du pied droit, la danseuse pied gauche en arrière). La tenue du couple est classique, mais il faut ensuite, pour adopter le style typique du paso, se souvenir que le danseur y joue le rôle du torero et la femme, celui de sa cape).
  • Vu le nombre de morts, ce serait à eux de nous offrir des fleurs
  • Comme il y a trop de monde sur Terre, on devrait avoir une médaille quand on meurt
  • Je préfère ne pas connaître la date de ma mort, celle de ma naissance me fout déjà assez le cafard
  • Si tu meurs électrocuté, tu revois toute ta vie défilé … en dessin animé
  • Ce qui serait bien c’est que quand on incinère les vieux ça serve à réchauffer les prématurés dans leur couveuse
  • Incinérer un noyé ça ne doit pas être facile ! Incinérer c’est trop, faudrait juste faire bouillir !!!
  • Qui prévient les vers de terre qu’il y a un nouveau cadavre ?
  • Poussière tu étais, poussière tu retourneras ; pour une femme de ménage, tu parles d’un avenir
  • Faut accompagner le mort, car il ne sait pas où est le cimetière et ne saurait y aller tout seul
  • À chaque anniversaire on se rapproche un peu plus de la mort !
  • Les gens que tu couches sur ton testament ne dorment que d’un œil. Armand Farrachi
  • Rien n’est éternel, même pas la pierre : massive montagne fixe deviendra minuscule grain de sable mobile par le simple fait du vent invisible, ce n’est qu’une question de temps, le seul élément immortel/immuable
  • L’immortalité serait une malédiction : à vie éternelle tourments sempiternels
  • Tutoyer la mort et la douleur pour se prouver qu’on est vivant et qu’on ressent
  • La mort des autres est une leçon de vie pour soi
  • Un arbre frappé par la foudre est déjà mort mais ne le sait pas encore
  • Il a vécu en homme brillant, il est mort en homme riant
  • Quand on se bat contre la Mort, chaque victoire compte, surtout contre ses propres doutes
  • J’ai décidé de ne pas dormir cette nuit... car chaque nuit peut être la dernière
  • La Mort est difficile à raconter et ses causes difficiles à comprendre
  • Pour mourir heureux, mourons cachés
  • L'humain meurt chaque jour de 24 heures
  • J’étais mieux mort que résurrecté
  • Dans la Mort, toutes les questions de la vie trouvent leur réponse
  • La Mort transforme la vie en destin
  • Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l’appelle renaissance.
  • La Mort ne nous facilite pas la vie, elle qui est la fin de notre entité biologique
  • Il faut atte(i)ndre la Mort pour se sentir vivant
  • Je ne veux pas être piqué comme un vieux chien chez le véto
  • On enterre les regrets et les secrets avec le corps
  • Il est mort avant même d’avoir eu le temps de devenir un légume (les Simpson)
  • La Mort est le seul chemin/guide qui mène à la (Re)Naissance
  • Quand tu te réveilleras, tu seras mort
  • La mort n’est pas si grave même si le final est fatal, faut juste se préparer au choc du départ
  • Plus peur de la souffrance que de la Mort
  • Jamais senti aussi vivant qu’en tutoyant la Mort
  • Ma dernière volonté est de ne pas ressusciter
  • Le vieillissement est une maladie mortelle à 100%
  • Toute ma vie j’ai attendu ce moment où on ne pense plus à rien
  • Nous sommes tous des condamnés à mort en sursis
  • Notre Mère la Mort t’as donné la vie en sa caverne, puis elle te rappelle en son sein pour refinir dans le Néant bouillonnant de son ventre
  • Au bout du chemin y a toujours la Mort : on le sait mais on met la tête dans le sable
  • Pas abroger la vie (supprimer radicalement) mais abréger la mort (raccourcir)
  • Le lâche meurt à plusieurs reprises avant de rendre l’âme à gauche, le juste râle et expire dans un unique dernier souffle de vie
  • C’est ma vie qui m’a appris le but de toute vie, à savoir de finir
  • Elle est morte, à vie
  • le croque-mort est un service après-vie
  • La naissance n’est que le début de la Mort
  • Un nouveau-né est un futur mort (Voltaire)
  • Un nouveau-né est un futur-décédé, un mort vivant quelques temps
  • Berceau, Boutons, Bordel, Boulot, Borniol (Henri de Borniol, également connue sous le nom de Maison Borniol, est une entreprise de pompes funèbres française. Cette entreprise a organisé plusieurs funérailles de personnages célèbres. Son nom est à l'origine de plusieurs expressions argotiques comme « va te faire voir chez Borniol » pour « va au diable » ou « l'antichambre de Borniol » pour parler d'une mort proche).
  • On découvrira peut-être le sens de notre vie à notre mort
  • Le jeu comme la jouissance sont des moyens de vaincre la mort
  • il mourra un jour de vieillesse ou de maladie à force d'accumuler les anniversaires
  • La Mort est un chemin tortueux vers le Néant, sans savoir ce qu’il y a derrière
  • La cérémonie funèbre c’est mettre au centre de la vie des personnes qui n’en font plus partie
  • Le cimetière est un jardin où l'on vient apporter des fleurs une fois par an
  • Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables, qui ont tous été remplacés. Georges Clemenceau
  • "Lorsque tu vins au monde, tout le monde était content et toi tu pleurais. Vis de telle sorte que lorsque tu mourras, tous pleureront et tu seras heureux."
  • Philosopher c’est apprendre à vivre pleinement pour mourir tranquillement
  • Enterré comme un chien, qui déterre les os
  • La Mort n’est pas la fin du monde : on est né et préparé à ça
  • Par rapport aux morts d’antan/dans (le) temps, nous sommes des survivants du contemporain
  • Plutôt que de retenir le mort, le rite funéraire est là pour couper les liens avec le mort et réarranger les rapports entre les vivants
  • On naît dans la douleur de la mère, et on meurt dans la douleur de ceux qui nous aiment
  • Les souvenirs s’estompent, sa réputation s’améliore
  • La vie m’a appris la vie autant que la Mort m’apprendra la mort
  • Souvent la Vérité sort juste avant la mort
  • On ne dit jamais la vérité quand les gens meurent ! Ce n’est pas le moment !! Si, ils n’en souffriront plus
  • il faut du vieux marc de café brûlé contre l’odeur de la Mort
  • sexe + Mort = aphrodisiaque
  • La Mort viendra aujourd’hui, demain, ou un autre jour alors savoure
  • La mort est un excellent nouveau départ pour une nouvelle vie
  • Le vivant est éphémère, le mort dure un peu plus longtemps dans le temps
  • Ni le soleil ni la Mort ne peuvent se regarder en face
  • Les légendes n'acceptent pas la banalité. Même dans la mort. Surtout dans la mort.
  • " Notre vrai tombeau n'est pas dans la terre, mais dans le cœur des hommes. " Proverbe Persan
  • Vie ordinaire, mort extra-
  • Comment savoir de la Mort quand c’est/cette inconnu(e) ?
  • Il va bien ? Euh oui, enfin non ! Il est malade … et même mort ! Mes condoléances !! Oh ça va, il croyait en une vie éternelle donc là il sera servi
  • La vie c’est la mort à reculons
  • La Mort débarrasse le grand buffet de la vie, vaut mieux donc s’y être régalé à s’en éclater la panse
  • "et si la mort n'était pas peine et souffrance, mais la délivrance et la récompense du sage ?"
  • La mort met sur la voie de l’extase de la vie recommencée
  • Je suis mort à X ans, depuis je survis dans les limbes purgatoires
  • Je ne veux pas qu’on vote ma mort
  • La vie fonce comme une flèche vers la cible, le centre noir vers tout converge et rapporte un max, la Mort
  • Plénitude de la vie avant finitude de la Mort
  • La Mort c’est se préparer toute sa vie à ce qu’on ne vivra qu’une seule fois
  • Quand nous sommes vivants nous luttons contre la mort, après nous luttons contre l’oubli.
  • Quand on veut construire l’avenir, l’idée de la mort est insupportable.
  • La vie c’est la mort en sursis.
  • "L'affirmation de la vie ne va pas sans la pensée de la mort, sans l'attention la plus vigilante, responsable, voire assiégée, obsédée de cette fin qui n'arrive pas à arriver.
  • Les morts galopent vite
  • On meurt quand la haine a fini d’accomplir son œuvre
  • La vie ne vaut la peine d’être vécue que si elle ne l’est pas comme un rêve dont la mort serait le réveil
  • Malgré les prédateurs, l’hippopotame curieux va toucher le mort, idem avec le cadavre d’une autre espèce
  • Mon personnage s’est fait tuer, bah, ainsi va la vie, même en numérique
  • On nait plusieurs fois mais on ne meurt qu'une fois. Il faut le savoir dès la deuxième naissance.
  • L'humain meurt chaque jour de 24 heures
  • Nous mourrons un peu à chaque instant, à chaque moment de la vie, à chaque respiration
  • Les détails varient selon la vie, mais en gros à la fin du film tu meurs
  • Un jour tu ris, un jour tu pleures, Un jour tu vis, un jour tu meurs..."
  • La mort n’est ni une malchance, ni un hasard, ni une coïncidence, mais il n’y a pas d’échappatoire.
  • On sait qu’on va mourir mais on n’y croit pas : ça n’arrive qu’aux autres.
  • Depuis que je sais que je ne suis ni le premier ni ne serai le dernier, je n’ai plus peur de la mort (Serrault).
  • si la vie est un banquet, la mort en est le dessert
  • c'qui est con c'est que j'ai toujours envie de manger le dessert avant le plat de résistance... mais la vie à l'envers... c'est l'envers du décor de la mort ?
  • les cimetières sont remplient d'indispensables
  • vivre dans la peur de la mort, c'est mourir de nombreuses fois.
  • celui qui croit mourir plusieurs fois se sent au final vivre
  • Si les vivants vivent en paix, les morts reposent en Révolte.
  • La mort est un long sommeil sans rêve.
  • Mort, le corps appartient aux vivants et nourrit le vivant, la Nature
  • Fête d’enterrement : santé pour ceux qui restent, sachant que les meilleurs partent les premiers
  • Le deuil est une perte de temps ! Si on fait ça, c’est plus pour les gosses !!!
  • Je préférerais mourir que d’aller à l’hospice ! Tu feras les deux !!!
  • chaque seconde de vie en plus est une seconde de plus à mourir
  • On tarde à grandir, on ne tarde pas à mourir.
  • "Personne n'est trop jeune pour mourir puisqu'il s'agit du passage d'une réalité à une autre"(Jésus Christ)
  • Je ne peux pas mourir, je n’ai pas le temps et j’ai encore tellement à faire sur Terre
  • Bon courage ! Ça va m’empêcher de crever ?? Non !!!
  • Médecins te disent que tu vas crever puis vont jouer au golf
  • J’aime tellement la vie que j’arrive pas à mourir
  • La mort est un phénomène répandu qui, s’il n’est pas grave, ne grandi personne et n’efface pas les fautes/tâches
  • Ô raison funeste, funèbre
  • Pour la naissance comme pour la mort, on se bat pour aller dans un endroit (chaud/froid, lumière/ténèbres) très différent de ce qu’on pensait trouver
  • Born to be alive ? La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible (Woody Allen)

 

  • Comportement ordalique : (du vieil anglais ordal (qui a donné ordeal, l’épreuve, et du germanique urthel, « jugement » qui donne « jugement de Dieu ») est un comportement à haut risque, motivé par un besoin de jouer avec la mort ou de revitaliser son existence[1]. En psychologie, on parle d’une « appétence traumatophilique », qui est un fort désir de valider son existence en la risquant, comme dans le cas des sports dits « de l’extrême » ou des conduites à risque. On parle également en psychologie d’« ordalisme », néologisme ayant le même sens que comportement ordalique ou encore conduite à risque. L’ordalisme évoque Dionysos et son culte orgiaque. C’est vivre à cent à l’heure, jouer à la roulette russe avec sa vie. Ce qui compte, c’est la recherche de l’intensité de la vie, du plaisir sans frein et non une vie économe qui dure longtemps, ascétique et apollinienne.
  • La seule façon de se prouver qu’on est vivant est de tutoyer la Mort
  • Pourquoi avoir peur, au pire je meurs donc il n’y aura plus de douleur/malheur

 

Repost 0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 18:24
  • Pas tout changer, mais améliorer ce qu’on fait bien et corriger ce qu’on fait mal
  • Est-on Libre de son addiction ?
  • Quand je ne sais pas quoi penser, je préfère ne pas y penser
  • La St Valentin est un b(a)ise-ness fructueux
  • J’ai déjà cru au Père Noël et à la Fée des dents, mais t’aimer autant jamais
  • Le divorce ? Je ne peux pas me le permettre et c’est trop compliqué ! Ah … c’est beau l’Amour
  • J’y croirais quand tu penseras à moi
  • Passons vite du monologue interne au dialogue externe
  • Je lui ai menti car c’était le plus simple pour faire ce que j’avais envie de faire
  • Le divorce n’a pas le joli visage que j’avais envisagé
  • Je ne l’espérais pas mais je l’attendais quand même
  • J’étais son pays conquis puis elle est partie, elle a envahie un autre country
  • Les lâches qui trahissent la Cause sont nos ennemis
  • Une guerre ne se gagne pas en défilant : les mots ne suffisent plus, place à l’action et aux morts
  • Les combats désespérés ne servent et ne mènent à rien
  • Arrogance petite bourgeoise maquillée en discours Révolutionnaire
  • C’est ça ton but ?, briller pour la Cause pour être applaudi ???
  • Avancer la reconnaissance de la gloire silencieuse
  • Courageux et intelligent, mais manque discipline et prudence
  • Ce n’est plus de l’indignation mais de la Révolution
  • Je croyais que X nous sauverait mais ça n’a fait qu’empirer
  • Je ne peux plus agir, mais au moins soutenir la Cause
  • T’as de quoi être flatté vu comme il est avare de compliment
  • Je ne suis pas en guerre, je n’ai donc d’ordre à recevoir de personne
  • C’est injustifiable mais je l’explique quand même
  • Je préfère l’échec à la honte
  • Je fais mes choix selon ce que je sais, pas ce que j’ignore
  • Fantôme : celui qui a été/existé, mais n’est plus que l’ombre de lui-même
  • Je suis nul par manque de confiance
  • Même dans un cercueil je serai moins zombi qu’ici
  • Le malheur fait un malheur partout ailleurs qu’en ma demeure
  • Je ne sais pas, c’est bien pour ça que je cherche à comprendre
  • Je suis mort à X ans / ma vie s’est arrêtée il y a Y années
  • Je fais quoi ? Comme si de rien n’était !
  • D’habitude c’est moi qui pose les questions
  • Me mettre à table et trinquer avec les flics c’est pas mon truc
  • J’ai appelé les flics, ils envoient des types
  • Je n’aime pas la publicité inutile, mais je ne suis pas indifférent à l’argent
  • Il est maîtrisé et méprisé
  • Je ne te l’ai pas dit car si tu avais su tu aurais voulu le faire
  • Éteignons la lumière, allumons les étoiles
  • J’ai tiré un trait épais sur mon passé, tu ferais bien de faire pareil
  • On s’y fait à la longue ! Ah non, pas vraiment, ou alors parle que pour toi !!!
  • Talisman : diamant qui se porte au doigt gauche, comme l’anneau de mariage
  • Qu’elle parte vite, et loin … et surtout revienne tard, c’est le meilleur remède contre cette peste brune
  • Je n’engage pas les gens à faire ça, mais à au moins faire quelque chose
  • Agir en trouvant les moyens de ne pas se faire p(r)endre
  • Desseinateur
  • Les mots ont toujours tué
  • Les coupables rassurent la bonne société de son innocence (par comparaison)
  • Rien ne t’oblige … surtout pas moi
  • Marié, une liaison : aucune histoire
  • Je te dérange ? Euh, oui un peu quand même !
  • Ne fais pas semblant de t’intéresser, c’est plus la peine
  • J’avais un doute, autant dire que je me suis trompé
  • T’es sûr de toi ? Presque ! C’est rassurant !!!
  • L’amour elle s’en balance, elle a déjà trop penché
  • T’es amoureux ? Ca je sais pas, mais je me rappelle que j’étais bourré quand je l’ai bourrée
  • T’as pas de temps à perdre ?, ça tombe bien moi non plus alors allons-y franco, brut de décoffrage
  • Si elle a un peu d’humour elle le prendra bien, sinon elle ne le prendra pas du tout
  • Tu as tout compris … pour une fois
  • Il n’avait pas pu et maintenant ne peux plus rien faire
  • Pas la meilleure, juste la moins pire
  • Candaulisme : ma femme est tellement parfaite que pour en saisir toute la portée il faut l’essayer
  • Moins de bla-bla, plus de crac-crac
  • Tu ne le regretteras pas ! Je le regrette déjà !!!
  • Je ne sais même pas ce que c’est alors que je vais dire oui
  • Ça a bien changé, mais pas spécialement en bien
  • J’ai répondu à tout avec franchise et honnêteté, je ne répondrai plus à rien
  • Ignore tout ce qui t’entoure et n’écoute que mes critiques
  • Plus on désire et plus ça devient réel ! J’aurais aimé de dire oui mais non, ce n’est pas le cas !!!
  • T’as un cul comme un Courbet
  • Je me suis intéressé aux postérieurs postérieurement à mon dépucelage
  • Oh toi mon beau souci ! Euh, oui, et toi, ma belle chérie !!!
  • Jeune mâle efflanqué (maigre des flancs)
  • Son regard s’est éteint quand elle a compris ce qu’il se passait
  • Oui c’est moi, enfin presque
  • Avec un peu de chance … Je ne crois guère plus en la chance depuis qu’elle a tourné et m’a abandonné à mon triste sort/sir
  • Comment tu te sens ? Je suis debout, c’est l’essentiel !
  • Être faible, moralement et dans les bras
  • Nous sommes tous des condamnés à mort en sursis
  • Mon personnage est plus grand que nature
  • Ne pas se contenter de survivre, encore moins de sous-vivre (au risque de chavirer)
  • Pas d’ennemi connu car pas d’ami connu
  • Ce n’est pas tant que je n’ai rien à perdre que je m’en fiche de perdre
  • C’est leur sort … et il s’accomplit
  • L’état doit aider, pas que contrôler ! Il doit aussi prévenir et pas que guérir !!!
  • Y a eu une couille dans le pâté et on assiste à son effet retour
  • Words on fire : mots en feu
  • Je peux être ton meilleur ami comme ton pire ennemi, tout dépend de toi
  • Comme des brebis égarées au milieu de loups affamés
  • Dans un tort partagé, c’est pas glorieux d’avoir raison avec les autres
  • L’âme est une part divine volée par le serpent, qui mène à la Chute
  • Planter puis allumer la bougie sur le gâteau
  • Camarilla (empr. à l'esp. camarilla, dér. de camara pris spéc. au sens de « pièce du palais royal où avaient accès les gentilshommes, les ambassadeurs et les familiers ») : Entourage d'un souverain exerçant sur celui-ci une influence occulte et souvent néfaste. Le règne des camarillas commença quand celui des cortès [en Espagne et au Portugal, assemblée législative] finit (CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe). Groupe d'individus agissant sur le pouvoir ou l'autorité par l'intrigue et la cabale (intrigue secrète ourdie contre quelqu'un, pour l'atteindre dans sa réputation, ses actions ou ses œuvres)
  • T’inquiète pas, y a rien … ou pas de quoi … s’inquiéter
  • Soyons adultes : faisons des folies responsables … même si coupables
  • Sans compassion, j’ai moins de haine envers elle que pour X
  • Le contact humain, l’ultime frontière
  • Je ne suis pas amoureux comme l’amoureuse qui me poursuit de ses acides nuitées
  • Faut être hors-la-loi pour changer la loi
  • Si beaucoup échouent, on a plus de chance de réussir
  • C’est en vivant en marge de la société que je l’ai comprise
  • L’éthique est le problème de ceux qui ne sont pas concernés
  • Sans alcool je me rappelle au combien je te hais
  • L’un dans l’autre on est rien, les deux ensembles tout nous est possible
  • Comme le dit la boussole à l’aimant : « je suis désorientée, j’ai perdu le Nord, je suis complètement à l’Ouest, sachant qu’à l’Est y a rien de nouveau (du moins jusqu’à demain matin, au lever du soleil) »
  • Soyez heureux, faites cesser le feu
  • Tu ne vis que de ressentiments, comme la veuve d’un ancien combattant
  • Russ Meyer, le roi des nichons, connu pour ses réalisations de films de sexploitation (généralement projetés dans des cinémas de films d'exploitation, les précurseurs des cinémas des années 1970 et 1980 qui proposèrent un contenu pornographique. Les nudies (films mettant en scène des corps nus dans le but d'exciter le voyeurisme du spectateur) ont eu un certain succès
  • Quand j’entends le loup, je lâche un renard et une poulette
  • Même si je vais en prison, j’aurais une meilleure bouffe et plus de tendresse et d’attention
  • Je ne te demande rien, je ne désire rien : soyons Amis
  • J’ai peur, ne m’en dis pas plus, rassure-moi plutôt
  • Dis-moi d’abord ce que tu es et ensuite qui tu es
  • Sein : organe phallique qui pointe chez la femme
  • Je te rends ta Liberté, chérie ! J’ai jamais cherché à la reprendre !! En parole non, mais en changeant ta personnalité ainsi que ton approche de la vie (à deux en plus), en renonçant à tout ce qui m’avait bouleversifié en toi, si !!!
  • Si on avait pas été engagés, tu voudrais toujours ma main ?
  • Le moins de travail et de consommation possible pour le plus d’amusement
  • Le don n’est pas plus facile à porter que la dette
  • Ce n'est pas parce que l'ophtalmo vous soigne à l'œil que c'est gratuit
  • L’ignorance et la misère sont le fruit de la civilisation
  • Indifférence réfléchie à la vie et à la Mort
  • Nous sommes tous venus au monde avec des projets et des objectifs qui nous dépassent
  • La vie est une suite d’ennuis et de rififis (dispute violente, bagarre : formé sur rif « zone de combats, front ») qui ne se finissent qu’à sa nuit
  • La nuit fout les chocottes, le jour est top
  • Les murs qui protègent du danger isolent du savoir
  • Je doute de mes sens car la moindre illusion peut les affecter
  • Je tire le boulet de ma vie avec la chaîne d’existence dont j’ai forgé chaque maillon
  • Ni trêve ni repos
  • Tu crains trop la vie et le monde, qui à ta décharge ne te veulent pas que du bien
  • Tu ne vis tout que par intérêt
  • Je suis la principale victime de cet être mâle-faisant qu’est moi-même
  • Ça suffit maintenant, j’aimerais bien me réveiller là !
  • Pourquoi être joyeux/triste si pauvre/riche tu es ?
  • "engraisser" c’est amener les paresseux à s’en réjouir de l’être
  • T’es le Clark Kent de Superman : là où y a de l’action on est sûr de pas te trouver
  • Savoir ce n'est pas comprendre, et c'est de là que nait toute la réflexion !
  • Tu le souhaiterais ? Je souhaiterais surtout ne pas en être sûr !
  • Tu en est certain ? Je souhaiterais en être incertain au contraire !
  • Notre Mère la Mort t’as donné la vie en sa caverne, puis elle te rappelle en son sein pour refinir dans le Néant bouillonnant de son ventre
  • Je n’ai de cesse que le temps fasse son œuvre
  • Je viens de m'inscrire à un concours de circonstances
  • Si tu entends que je suis levé de bon matin, c’est sûrement que je ne me suis pas couché
  • Caron [chez les Grecs, Charon ou Caron, le « nocher des Enfers » (le nocher est celui qui conduit une embarcation), était le fils d'Érèbe (les Ténèbres) et de Nyx (la Nuit). Il avait pour rôle de faire passer sur sa barque, moyennant un péage, les ombres errantes des défunts à travers le fleuve Achéron (ou selon d'autres sources, le Styx) vers le séjour des morts] : venait finir le travail à la massue quand un gladiateur agonisait et n’était pas correctement mis à mort par son adversaire
  • À fleuret moucheté
  • La musique donne une âme à nos cœurs, des ailes à la pensée, un essor à l'imagination (Platon)
  • Printemps est une période où on s’épuise pour nourrir la génération suivante
  • Elle ovule donc y a pas une goutte à perdre
  • Légère comme une danseuse, espiègle comme une enfant
  • La sextime de soi diminue comme les seins et la bite s’affaissent
  • C’est fellinien : grand et gros (sein)
  • "L'amour n'est qu'un prétexte à avoir des sentiments"
  • Mélange détonnant de stupeur et colère
  • Argousin : dérivation de l'arabo-espagnol alguazil : Agent de police qui remplissait à la fois les fonctions d'huissier, de sergent de ville et de gendarme en Espagne
  • Lui a laissé ce système se mettre en place, l’autre ni touche pas
  • "Shiva", (soleil) dans la trinité hindoue, "créateur, préservateur, destructeur"
  • J’ai eu raison trop tôt, même si j’aurais préféré me tromper
  • À bras raccourcis
  • "Les mots manquent aux émotions." Victor Hugo
  • Dans chaque enfant il y a un artiste. Le problème est de savoir comment rester un artiste en grandissant." Pablo Picasso
  • "Il est beaucoup plus facile pour un philosophe d'expliquer un nouveau concept à un autre philosophe qu'à un enfant. Pourquoi ? Parce que l'enfant pose les vraies questions." Jean-Paul Sartre
  • "la solitude n'est rien, c'est l'absence qui tue"
  • Exister c’est s’affirmer
  • "Dès l'arrivée, le départ se profile." Ylipe
  • "Je ne sais pas ce que le passé me réserve" (Sagan)
  • On devient vieux quand on n’a plus envie de danser
  • Notre personnalité nous est inconnue, on passe sa vie à tourner autour
  • Vie de patachon (conducteur de patache : Bâtiment léger servant à divers usages ; mauvaise diligence à deux roues, mal suspendue, et dans laquelle on voyageait à peu de frais) : Mener une vie instable, mouvementée et dissolue
  • Nomade, si tu poses un pied en ville tu es tenté, si tu y poses deux pieds tu es perdu
  • Ceux qui savent ne disent pas, ceux qui disent ne savent pas
  • Je me sens très optimiste quant à l'avenir du pessimisme. Jean Rostand
  • Plagiat ou hommage, c’est pas la même
  • Lost in transgression
  • Avoir le cœur au bord des lèvres : envie de vomir
  • Ce n’est pas parce que tu ne veux pas entendre ce que je dis que ça n’existe pas
  • Le je vaut-il le chant d’elle
  • Tant qu'il y aura des yeux reflétant les yeux qui les regardent; tant qu'une lèvre répondra en soupirant à la lèvre qui soupire; tant que deux âmes pourront se confondre dans un baiser, il y aura de la poésie ! (Gustavo Adolfo Bécquer)
  • Je suis le plus stupide des imbéciles
  • On s’inquiète des problèmes lorsqu’ils arrivent puis on oublie
  • Y a un 2è service et du rab’ au grand buffet de la vie
  • La jeunesse commence à la vieillesse car sa vie est derrière soi et qu’on n’a plus rien à prouver
  • Fais tout pour être le meilleur que tu puisses être
  • Plonger et nager ou sauter et couler
  • Fourmi en hiver, cigale en été
  • Inventer son job est mieux que de trouver un job
  • Payer pour du sexe, tuer pour le plaisir, boire à plus soif, se torcher le cul sont des spécificités humaines dans le règne animal (même s’il existe des formes de prostitution chez certains, tout comme d’autres organisent des expéditions punitives pouvant conduire à la mort d’un congénère mais ce n’est jamais gratuit)
  • Don’t try to be credible, just be incredible
  • Je ne suis pas dans la compassion mais plutôt dans la compréhension
  • Tu mérites vaguement que je t’accorde mon attention
  • Je n’aime pas tout le monde mais je ne déteste personne
  • Ce n’est pas un petit plat qui se mange froid : c’est à consommer sans délai ni modération
  • Je suis sonné, assommé mais pas abattu
  • Je te dis volontiers que telle n’était pas ma volonté
  • On devrait juste rester amis ! Des amis j’en veux pas !! C’était juste pour être poli que je proposais ça, je n’en ai aucune envie non plus
  • On ignore tout de ce que c’est, pourrait être ou sera
  • Les rôles sont renversés … comme toi
  • Je te plaque une bonne fois pour toutes
  • Tu n’es pas un salaud, même si tu fais beaucoup d’efforts pour l’être
  • Il est irrésistible, et comme je n’aime pas trop résister … ça tombe bien
  • Je l’ai vu venir même si j’espérais que ça ne se produirait jamais
  • Il veut tout savoir, moi je ne veux rien dire, il faut tout inventer
  • En sabotant ce début, je voulais éviter que cette histoire soit juste de l’amitié : je préfère rien que pas grand-chose
  • Mettre fin à mes jours pour qu’elle porte le poids de sa culpabilité jusqu’à la fin de ses jours
  • Et ce(ux-)ci, à minima avec moi
  • Tu veux découvrir là où toi tu t’arrêtes et où moi je commence !
  • Je ne suis pas la personne que tu crois … ni celle que je crois non plus d’ailleurs mais ça c’est un autre débat (avec moi-même, note pour plus tard)
  • Une intrigue qui m’inspire
  • Une bonne pêche c’est soit beaucoup de petits poissons soit quelques grands
  • Copié par ses fidèles, imité par ses opposants
  • Tout ce qu’on a fait, on l’a fait ensemble
  • Les petits détails font les révélations de taille
  • Les experts se ravissent d’un futur radieux mais ils oublient leur propre ignorance
  • Laisse-le dire, la vérité est si rare
  • Prendre l’initiative avant la disgrâce
  • Répandre autour de moi des larmes d’innocents ou retrouver la paix
  • Dans mon monde à moi, il n'y aurait que des divagations
  • C’est notre mémoire et ses frontières sensorielles qui nous emmènent jusqu’où on peut s’amener
  • Quand j’ai des angoisses, je sombre dans le sommeil et/ou les hallucinations
  • Ce n’est ni du subconscient, ni des hallucinations ni même des rêves
  • La réalité n’est pas que celle qui apparaît dans le cadre de la caméra
  • Ce n’est plus de l’optimisme raisonné, c’est du rêve halluciné
  • À quoi bon vivre heureux si c’est pour être caché ?
  • Je mourrai sans regret
  • Ce que je suis quand même, au-delà de ce que je voudrais être
Repost 0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 19:34
  • On aurait dû s'attendre à ce que tout finisse par s'effondrer. Puisque tout est question d'équilibre et que le monde ne fait que basculer
  • Rodomontades : Propos fanfarons, attitude prétentieuse et ridicule; comportement d'un rodomont (De l'ital. Rodomonte, n. d'un roi d'Alger courageux mais fier et insolent, personnage de l'Orlando innamorato de Boiardo, poème épique écrit de 1476 à 1492)
  • Désolé que tu l’aies appris comme ça, enfin appris, enfin d’avoir fait ça quoi !
  • Je te casse la bouche avec ma matraque, mon gourdin
  • Je vais pas te quitter, ni te demander de partir
  • Le divorce c’est bien quand t’es jeune, quand t’es vieux c’est ridicule
  • Je ne promets jamais car je ne suis sûr de rien, sur l’instant comme après
  • Je ne sais pas comment/pourquoi ça s’est passé, mais ça s’est passé comme ça
  • Jouer l’un avec l’autre en même temps que l’un contre l’autre
  • Ils se ressemblent trop pour ce qu’ils ont de différences
  • Plutôt dos à dos que face à face
  • Attrait de la chair quand le soleil stimule la sécrétion d’hormones et la chaleur dévêt les corps
  • Compte autant de tristes nuits que de jours heureux
  • La capote c’est comme manger un bonbon avec le papier autour
  • Je suis loin d’être parfait, mais les autres le sont encore moins que moi
  • Éviter les mauvaises surprises c’est être sûr de louper les bonnes
  • Comprendre c’est ne plus juger
  • Je sais d’où je viens mais pas où je vais, et toi c’est l’inverse
  • Elle était bleue et moi rouge, ensemble on essayait de faire du violet
  • Je ne m’envoie pas bien haut en l’air ces temps-ci
  • On ne fait qu’en parler, mais la nuit est à nous
  • Quand je suis déprimé l’alcool fait qu’aggraver les choses ! Oui, mais faut boire assez pour dépasser ce stade, c’est pas un sprint mais un marathon
  • La vie est brève et le désir sans fin
  • Toute religion n'est qu'un système imaginé pour concilier des contradictions à l'aide des mystères. [Baron d'Holbach]
  • T’as pas envie de moi, t’as juste envie de baiser
  • je t’ai déjà dit pourquoi je ne pouvais pas te dire pourquoi
  • La politique, fille de la diplomatie et de l'escroquerie courtoise. [Jacques Sternberg]
  • Loterie est la plus belle invention du monde faite par les préleveurs d’impôts
  • Coelum, non animum mutant qui trans mare currunt : Courir au-delà des mers, c'est changer de climat, mais non changer de cœur (HORACE, liv. I, épit. XI, v. 27)
  • D’ici là il gèlera à pierre fendre en enfer
  • Redouter de douter
  • tant que je ne souris pas, j'ai l'air d'un jeune homme
  • "Les pas ne conduisent pas seulement vers le but ; chaque pas est un but." [Alain]
  • On remplace ce qu’on ignore par ce qu’on imagine
  • "J'ai fait des erreurs et je vous garantis que j'en ferai d'autres" (Barack Obama)
  • Je sais que je ne sais pas grand-chose
  • Suer le burneau
  • On peut être seul mais pas solitaire
  • Le temps est un grand maître, le malheur c'est qu'il tue ses élèves
  • "Si je n'écrivais pas, la vie serait morte" SAGAN
  • Après de sales histoires, dorénavant je n'aurai plus qu'un seul amour, indéfectible, sincère et fidèle : ce sera l'amour propre
  • Je suis comme tu me veux
  • Je l’ai inséminée lors d’un séminaire
  • pas des "pd", ce sont des "suce-tendre"
  • écarte tes roseaux que je pêche au large
  • Le vertige du néant
  • L’extase est l’envol des pieux au 7è ciel, les restants étant sous-vivants
  • Dieu nous aime, il nous tuera tous à l’Apocalypse
  • Si je t’ai appelé c’est bien que je suis désespéré
  • Chaque jour obligés de lutter contre notre haine
  • Tu ne pourrais même pas prédire 12h à 11h30
  • Comment tu sais tout ça ? Ça n’a plus d’importance !
  • Dans un monde de fous, seul un dingue est vraiment fou et exprime clairement sa folie
  • On ne peut obliger tout le monde à penser la même chose, et c’est bien dommage
  • Pire que des Cananéens (marchands phéniciens, Dieu ordonna aux Israélites de chasser les Cananéens pour prendre possession de leur pays ; “Les temples de Baal et d’Aschtoreth étaient généralement associés. Les prêtresses et les sodomites étaient des prostitués sacrés. Le culte de Baal, d’Aschtoreth et d’autres dieux cananéens consistait en des orgies sans nom; leurs temples étaient des centres de dépravation.” “Dans les ruines d’un de ces “hauts lieux” de la civilisation cananéenne, les archéologues “ont trouvé de nombreuses urnes contenant les restes d’enfants sacrifiés à Baal. Tout le périmètre alentour était un cimetière de nouveau-nés”. On a également mis au jour un “grand nombre incalculable de sculptures et de plaques gravées représentant Aschtoreth dotée d’organes génitaux hypertrophiés de façon obscène, tous objets destinés à exacerber la sensualité), des Madianites (dont les femmes avaient séduit les enfants d'Israël et fait adopter le culte des idoles)
  • Renoncer à cette fantaisie hippileuse
  • Je ne peux pas imaginer que je puisse songer à l’envisager
  • Je connais comme tout le monde la peur, c’est juste que j’ai appris non à la dominer mais au moins à la domestiquer
  • Contre rien ni pour tout
  • Solution mi-chèvre mi-chou
  • Je suis quelqu’un d’important, tu ne peux pas me tuer ! Combien tu paries que je peux et vais ?
  • En prison, le pointeur viole un autre détenu pour prouver qu’il n’est pas pd
  • Citoyens heureux de se laisser chloroformer
  • Les politiques jettent l’opprobre sur les fonctionnaires concernant l’échec de leur propre démagogie
  • Viens, approche-toi, n’ais pas peur, je ne vais pas te faire de mal, que du bien tu verras
  • Pourquoi ? Et pourquoi pas d’abord ???
  • Le temps du grand chagrin prenait enfin fin
  • On ne renaît pas tous les jours
  • Quand c’est sa fête faut être ponctuel
  • Un coup de peinture n’efface pas la saleté des années, faut décaper
  • Donner de faux-espoirs est pire que le désespoir
  • Seulement quand je pleure dans l’océan que mes larmes paraissent petites
  • Pas besoin de demander l’avis des femmes pour savoir ce qu’elles pensent
  • Tu ne le regretteras peut-être pas aujourd’hui ou demain, mais sûrement toute ta vie
  • Traiter les criminels c’est gérer les problèmes de la société
  • Donner un cadre à ceux prêts à outrepasser les limites
  • Comprendre le monde c’est pouvoir le transformer
  • Gardien de la paix ou putain de la république ?
  • Flic, un métier de chien, qui fait ce que ses maîtres lui demandent
  • Les commis de l’état se sont compromis
  • Zagury : l’énigme des tueurs en série
  • Toupet : Petite touffe de poils ; Assurance, aplomb mêlé d'effronterie
  • Besoin autant de chance que de courage qui ne manque jamais lui
  • Tant que je respirerai, rien ne sera terminé
  • Tant qu’on ne choisit pas, tout reste possible
  • Comme on ne peut pas revenir en arrière, le choix est difficile
  • Si je dis rien c’est bien qu’on est d’accords
  • Je te propose pas de monter boire un dernier verre ! Bah, si si, vas-y, j’ai envie
  • On se fait du souci quand on aime
  • Toi aussi tu rencontreras quelqu’une de bien : pas trop exigeante et qui n’aura pas d’autre choix
  • Il est gentil mais faut pas qu’il s’énerve
  • Fais pas le malin si t’as pas les cartes qui vont bien en main
  • Je ne sais pas quelle est l’idée derrière, mais c’est pas une bonne idée
  • Tout n’est que mensonge, la preuve ton nez s’allonge
  • Après l’effort/les forts, le réconfort
  • Abandonne tout espoir toi qui entre en mon antre
  • Que ce soit clair, c’est officiellement de ta faute
  • Tant pis, je tiens plus
  • Ce lover est un looser
  • Je me rends pas bien compte, t’as tout entendu ?
  • La nuit je m’ennuie dans mon lit
  • La nuit est mon royaume, j’y suis sous vérin
  • Je regrette celle qui ne me regrette pas
  • J’ai cauchemardé de toi
  • Ce qui a fait ton malheur est c’est que je croyais/voulais faire ton bonheur
  • À quel moment as-tu perdu la raison ? Lors de ta rencontre, qui fut fatal à mon raisonnement !!!
  • On n’est pas censés parler de ses sentiments, mais je préfère que tu sois clair pour que ça m’éclaire
  • La règle numéro 2 permet de transgresser  la règle numéro 1 si ça concerne une femelle
  • Surveille tes arrières alors que moi c’est devant le matos à protéger
  • Viens vite mon gros, je crois que ça y est presque
  • C’est bon, t’es tout nu, je peux passer ?
  • Un papillon est une chenille qui a fait son coming-out de sa chrysalide
  • Plus peur de la souffrance que de la Mort
  • Jamais senti aussi vivant qu’en tutoyant la Mort
  • On vivait en parallèle d’un autre monde possible et on le savait même pas
  • Les garçons, on a besoin de se serrer les couilles en pareil moment
  • L’enjeu est plus gros que toi et moi réunis
  • Sauvé par le gong d’une éternité d’enfer
  • Laisse-moi le temps d’y réfléchir ! Yesss !! Bon beh c’est non !!!
  • Comment te montrer que je suis fort et sensible, drôle et sérieux ? En étant toi, égal à toi-même
  • Une infime infirme intime partie de moi le savait
  • Je lui ai dit que je l’aimais, pas que j’étais amoureux d’elle
  • Plus ça va et moins y a de choses que j’ai le droit de faire
  • Ma dernière volonté est de ne pas ressusciter
  • Voguer avec célérité car le temps m’est compter
  • Je suis heureux, et très en colère
  • Je ne suis plus en état d’ébriété mais d’ivresse avancée juste avant de dégobiller
  • Quand j’avais ton âge c’était le futur car je suis plus jeune que toi
  • Il est où ? T’inquiète, il est bien là où il est
  • Les découvertes qui en ont découlé
  • Difficile, dangereux et dispendieux
  • Se hausser du bec : Se gober (du gaulois *gobbo (« bec » → voir gwp, « tête d'oiseau » en gallois, gob, « bouche » en irlandais), s’en faire accroire, s’exagérer son importance et ses mérites
  • Les vieux vivent plus grâce aux organes des jeunes qu’ils écrasent en voiture
  • Au moins dans la virtualité j’ai plein d’amis, même si pas forcément plus de contacts
  • Droit comme un Z (-ig, voire -ag)
  • J’ai eu honte, j’ai souffert, mais j’ai survécu
  • J’ai le droit de faire tout ce que je veux car j’ai mérité leur confiance
  • Les choses ont changé ! Mais je veux pas moi qu’elles changent
  • On vous dira comme c’était bien
  • Je te ressers, ton verre est à moitié vide ? Oui, même si moi je suis déjà à moitié plein !
  • Fait de la même matière que les rêves
  • Sans toi, je suis égaré comme un puceron sur une vie rosse
  • Faire amende honorable : Le mot "amende" vient du verbe "amender". Dès le XIIIe siècle, il désignait une peine, une punition correspondant à la réparation d'un tort, souvent grave, avant, bien plus tard, de se spécialiser dans la réparation pécuniaire, comme l'amende que nous versons aujourd'hui à l'État. L'amende honorable, qui imposait une demande de pardon en public, était une peine infamante qui se traduisait entre autres par une privation d'honneur (honorable = relative à l'honneur) et était opposée à l'amende profitable, celle-ci consistant en un paiement de sommes d'argent, la seule qui nous est restée.
  • La France n’a plus dans le monde le visage des droits de l’humain, Liberté Égalité Fraternité, culture, elle est défigurée
  • Oui, ça a augmenté, mais c’est égal au niveau de l’inflation, donc ça n’a que peu bougé
  • Un Abel qui n’a pas besoin de Caïn
  • Je bois jamais, mais là je sens que je vais trinquer et prendre cher
  • Ton préféré des Beatles ? Juice !
  • Je déteste déjà demain
  • Tu es vivant ! Je préfèrerais ne pas l’être !!!
  • Enfin quelqu’un qui m’écoute, je comprends mieux ce que ressens une radio, avec toujours l’impression de parler dans le vide
  • Je savais pas que c’était une telle responsabilité, d’ailleurs je croyais que c’était une irresponsabilité
  • Un regard à te faire fondre comme neige au soleil
  • Tu ne brouteras pas le gazon de ta voisine dit dièse
  • Je ne juge pas la laine sur la couleur mais sur la façon de gratter
  • Les nuages sont des atchoums de dieu
  • Non, je crois que oh eh hein bon !
  • Tu en es sûr ? En tout cas je crois bien !
  • Oui, non, pas pour l’instant, je réfléchis et saurai plus tard, je ne peux pas te dire pour le moment
  • Si tu veux qu’on apprenne à mieux se connaître, suffit de baiser
  • Il ne croit pas en l’amour alors qu’elle est folle amour
  • Rien n’est fini car rien n’a commencé
  • La prochaine fois y aura pas de prochaine fois
  • Si d’aventure y aurait d’autres aventures qui virent en mésaventure, qui tournent en déconfiture
  • Plus je vieillis et plus j’apprécie le goût sucré-amer de la vie
  • Partage entre la marge et le glamour
  • Réaliser des idées jamais entendues avant
  • Je crois bien que je ne sais rien
  • Vie très marginale, voire plus : dissolue
  • Le vieillissement est une maladie mortelle à 100%
  • Renoncer ou transiger est se compromettre
  • Les grandes terreurs sont muettes
  • Toute ma vie j’ai attendu ce moment où on ne pense plus à rien
  • Survie comme espèce, bien-être comme individu
  • Dès que je suis né j’ai crié « laissez-moi partir »
  • Je dis ça comme si … ! Bah ouais, des fois c’est comme ça !!!
  • On va chercher, même et surtout au fin fond du grenier
  • Elle te construit à sa manière pour mieux démolir ta propre matière
  • M’a propulsé vers un nouvel autre monde merveilleux, avec le danger qui en découle
  • Se tuer à l’attache-cœur
  • Nos croisements de regards révèlent qu’elle a perdu le contrôle
  • J’ai envie de te dire à tout de suite
  • Le but n’est pas de faire des accords, mais d’être sur la même longueur d’onde, de faire une belle mélodie/note/mélopée
  • Si toi t’es pas un chaud lapin, moi je suis chaude de la pine
  • Les nu(it)s les plus osé(e)s du monde
  • Si tu veux la séduire, laisse-toi faire
  • Tu finiras par te marier, même contre ton gré
  • Quel que soit le plan, tu n’en fais pas parti
  • C’est ce que dis ta bouche, mais mes oreilles sont trop bouchées pour entendre
  • C’est parfois plus facile d’être cruel que de dire ce qu’on pense
  • Tu fais l’amour comme un homme qui sort de prison
  • Ça n’a jamais marché avec quelqu’un, mais si ça marchait ouahou
  • Elle se défendait en disant « non non » mais ses yeux disaient « oui oui »
  • Il est revenu ? Il est jamais parti !
  • Je rêvais d’elle avant même de ne jamais la rencontrer
  • Quoi que tu fasses, ne sois pas toi-même
  • L’Amour peut surgir de nulle part et partout en même temps
  • T’en sais rien ! Si je le sais, et toi-même tu le sais aussi
  • Une boule de feu trop chaude pour moi
  • Ton regard m’a incité à penser que j’étais ton obligé
  • L'érotomanie est une maladie du groupe des psychoses, construite autour de la conviction délirante que l'on est aimé par une personne. Elle est aussi appelée syndrome de Clérambault
  • Jeunes et accortes (aimables et enjoués) gentes damoiselles
  • La bécasse est timide, simple d'allure comme d'atours. Elle est accorte cependant, rondelette et bien en chair. Rien qu'à la voir se couler sous les fougères, souple et dodue, on la devine savoureuse
  • Pas ce qu’était, ce que sera
  • J’improvise ma vie comme si c’était un film, mais pas celui d’un autre réalisateur/scénariste
  • Si je suivais mon instinct, je me tuerais
  • Je voudrais être mort ! Au moins t’as un projet de vie !
  • Quand on se suicide on le regrette toute sa vie
  • Y a pas de suicidé heureux
  • Bander pour et de la vie
  • Ils tuent, je baise : c’est ma seule Révolte
  • J’ai combattu la loi et la loi a gagné
  • Tout va bien tant que rien ne vient perturber cet équilibre instable
  • La beauté de X est une Rébellion sans cause ni but donc est possible
  • Beaucoup de travail, un peu de talent
  • Pas peur de la douleur mais du malheur
  • La vie est un hasard contraire aux destinées
  • Quitter ce monde comme j’y suis entré : crade, en hurlant, arraché des bras de la femme que j’aime
  • En toute affaire, recule d’un pas et tu auras l’avantage
  • Si tu sens/calcules que tu vas arriver en retard, pars en avance
  • Enfermé là où il se sait/croit en sécurité
  • Loi de Murphy : toute solution crée de nouveaux problèmes et tout ce qui commence mal finit pire
  • Carnaval obscure d’âmes perdues
  • Prognoïde : quelqu'un qui est persuadé que tout le monde l'aime malgré toutes les preuves flagrantes du contraire
  • Comme un enfant, tu fais du bruit et ne sais rien
  • Colifichet : Petit objet de fantaisie, de peu de valeur et de mauvais goût, sans utilité réelle, utilisé pour la parure ou la décoration
  • C’est toi qui sais
  • J’ai arrêté/changé tout ça, c’était pas mon histoire
  • C’est ton anniv’ ? Bah oui, comme tous les 3 avril que chaque année fait
  • Quelle journée … enfin, on verra ça demain !
  • Bonheur décroît quand l’intelligence croît
  • X perdu dans la vie/le film d’Y
  • C’est à son coup de crayon qu’on reconnaît l’artiste
  • Je me languis du passé même si je me précipite vers l’avenir
  • On ne les voit pas, ou alors on les ignore
  • dans la vie il faut au moins essayer le mieux plutôt que le confort du pire
  • un homme au ventre plein a l'esprit beaucoup plus serein
  • Essayer encore, rater encore, rater mieux. Samuel Beckett
  • Toutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants. Mais peu d'entre elles s'en souviennent ! Antoine de St-Exupéry
  • Vous ne pouvez pas me détester puisque je suis supérieur à vous
  • Je ne suis sûrement pas un modèle, ou alors à ne pas suivre
  • Toc-toc ! Qu’est-ce que t’as à tambouriner comme ça, tu veux casser ma porte à taper comme un flic ?
  • Tout doux là, baisse d’un ton, m’enfin, ça va aller oui ?!
  • T’avise plus d’étaler ta science ici
  • il y aura toujours des gens qui jugeront, mais essayer de faire des choses c'est prendre des risques et çà c'est admirable... alors l'avis de ceux qui ne tentent rien importe peu
  • Ajouter l’insulte à l’injure
  • Tu ne sortiras pas grandi par cette attitude enfantine
  • Je trouverai la sortie tout seul, te dérange pas
  • Usé jusqu’à la corde (à linge sale, à pendre)
  • Tel délice qu’il faille de peu que le novice défaillisse/s’évanouisse
  • je vais pas t’attendre 107 ans les jambes croisées
  • j’aime la bite, mais pas la tienne
  • Vaincre la violence et l’oppression sans utiliser ni la violence ni l’oppression
  • J’ai perdu mon boulot alors que j’en avais besoin pour travailler
  • Du pognon à foison
  • Quand j'ai commencé à chercher du travail on a regardé si j'avais de l'expérience. Comme je ne suis pas né avec, j'en cherche toujours
Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 14:03
  • Je ne ressens ni douleur ni douceur
  • Subliminal car libidinal
  • Mon corps est en cage et de là mon désir/plaisir s’en évade
  • J’aime pas me coucher et j’aime pas me lever
  • Tu t’en passe bien ? Je me rends pas compte quand il est là
  • Faire des compromis dans la compromission on n’y arrive même pas car il y a tout le temps des chamailleries
  • Comme un obèse diététicien
  • Je préfère passer pour un dingue que devenir fou
  • On est au sphincter du bout de la terre … le trou du cul du monde quoi
  • Jésus doit se retourner dans sa tombe
  • Donner de l’énergie à la matière c’est lui donner de l’émotion
  • On ne peut trahir la confiance que de ceux qui nous la donnent
  • Soif d’ambition et d’anéantir la tentation d’hégémonie des ennemis
  • Le savoir est la clé du pouvoir
  • Je bois pas beaucoup/trop, j’ai juste souvent soif
  • Qu’est-ce qu’il y a ma chérie ? Rien, c’est bien ça le problème : y a plus rien
  • Tire-toi ou je te quitte
  • Je ne suis jamais allé à x, ça m’a évité l’énergie d’en partir
  • J’ai rien mais j’ai tout car je t’ai toi
  • On ne réussit que vis-à-vis de soi-même
  • Caractère de cochon avec cœur d’or
  • Seul le pouvoir de séduction peut contrer le pouvoir de décision
  • Divertissement est une aide à l’existence
  • Déception immédiatement relayée par la violence du désespoir
  • Devenir adulte c’est passer du rêve à la réalité
  • Le pays est ma patrie, le monde mon avenir
  • Une minute de silence pour moi-même
  • Je pars pour que x reste
  • Le temps se venge toujours de celui qui l’oublie
  • Arrête de sourire, ça devient malsain
  • Depuis que j’ai décidé de tout placer entre ses mains, mes placements n’ont jamais été aussi intéressants
  • J’ai pas envie de voir du monde today ! C’est pour moi que tu dis ça ? Beh, tu fais partie du monde non ???
  • Je te demande pas grand-chose ! Si tu ne me demandais rien ce serait encore mieux
  • S’il faut manger, boire, faire x pour être sain, je préfère encore être malsain
  • Sois gentil, fais ce que je te dis
  • T’as fini de me prendre pour une bille pauvre fille ?
  • Je suis moins con que ce que je n’en ai pas l’air
  • À force de tourner en rond on finit par mal tourner
  • Respecté et respectable, ce qui ne va pas de soi
  • L’émoi passe, le souvenir trépasse
  • Il doit tout et demande rien
  • Je serai plus gêné de te gêner que de partir
  • Triste de te quitter, heureux de t’avoir été agréable
  • Mourir avant d’être dans un mouroir
  • Je vais m’éteindre comme une bougie à petite mèche
  • Y a des silences qui sont éloquents, qui en disent plus que de longs discours
  • Deux couples c’est carré comme la partie @house
  • Comme un manchot sans elle
  • J’ai pas encore touché le fond, je peux tomber bien plus bas encore
  • Roturier parmi la noblesse de l’entre-soi
  • Libéré de la vie dans un suicide assisté
  • Chacun fait chez soi ses choix
  • Je me la taille en biseau
  • Il (o)sait pas demander alors j’ai proposé
  • Je l’ai eue sur un mâle entendu
  • Ma douleur est si forte, mes amours sont mortes
  • Onkalo (« la cachette » en finlandais) : première installation de stockage de déchets nucléaires capable de tenir 100 000 ans, fait l’objet d’un documentaire d’une extraordinaire qualité : « Into Eternity »
  • Tu parles comme un livre
  • Le rêve d’une star c’est détester d’être célèbre
  • Mon enlacement était-il un harcèlement ou un consentement
  • J’oublierai ce que tu viens de dire/faire pour essayer de me rappeler comme tu étais avant
  • Tout était très bien mais j’ai détesté ! Je pense le contraire
  • Souffle d’air frais là où on cherche à changer d’ère
  • J’aime pas jouer le rôle de la limace dans la salade
  • Ils veulent se servir de moi, je vais me servir d’eux
  • Son sourire me fait croire que tout va bien même si je sais que ce n’est pas vrai
  • Seul le marché est un endroit de brassage ethnique car les uns vendent et les autres achètent
  • Concurrence monopolistique
  • L’énergie est la monnaie du XXIè siècle
  • Se diriger d’un pas léger vers là où on aurait jamais dû aller
  • Se souvenir d’oublier ce qu’on sait, ce qu’on sait qu’on ignore, ce qu’on ne sait pas encore qu’on ignore
  • Tout ira bien si tu n’approches/touches à rien
  • Pire que des piranhas
  • Du soleil comme s’il en pleuvait
  • Soyez respectueux ; vous serez respectés
  • Le peu que tu peux faire, le très peu que tu peux faire, fais-le, pour l’honneur, mais sans illusion (Théodore Monod)
  • Depuis le temps que je suis célibataire, je fais la lessive à la main
  • J'ai la foi mais pas de religions
  • Être unique vous permettra de triompher dans la vie." Madonna
  • Perdre mon âme en elle
  • Tu es ravissante, ou en tous cas tu lui ressembles
  • J’ai déjà égaré un fils du droit chemin, je ne veux/peux pas perdre une fille sur la mauvaise route
  • Tu es le sosie de la fille de mes rêves
  • J’ai pris mes distances, je me suis éloigné de mon milieu
  • belle mise en abîme d'un vide si faussement calme avant la tempête
  • je t’ai jamais entendu le prononcer en disant … euh dix ans
  • quand tu ouvres une porte faut entrer, sinon tu te la prends dans la gueule quand elle se referme
  • la transe en danse
  • bien sûr que tu as des raisons de te l’a péter, mais c’est pas une excuse pour le faire
  • la nature humaine est mal faite
  • ce que je consomme me consume
  • hélas il faut bien reprendre la vie là où on l'a laissée
  • maintenant, tant qu’il est temps, forcément
  • Si vous aimez quelqu'un pour sa beauté, ce n'est pas de l'amour c'est du désir !!- Si vous aimez quelqu'un pour son intelligence, ce n'est pas de l'amour c'est de l'admiration !!!- Si vous aimez quelqu'un parce qu'il est riche, ce n'est pas de l'amour c'est de l'intérêt !!!- Si vous aimez quelqu'un et que vous ne savez pas pourquoi... ça c'est de l'amour
  • L’instant présent est de loin plus précieux que l’instant passé
  • Si tu n’es pas aveugle, aide ceux qui ont perdu la vue
  • Consommation est comme une drogue : ça fait du bien au début et puis ça tue
  • Chacun de nous est la somme de ce qu'il n'a pas calculé. [Tom Wolfe]
  • Le coccyx latin (autant l’os que l’oiseau) a donné le cocu car le coucou pond ses œufs dans le nid d’un autre oiseau
  • La nuit me fait venir et le jour partir
  • C’est la différence entre beaucoup et trop
  • Bête de somme qui refuse son joug
  • Le boomerang est le frisbee du solitaire
  • Il n’y a pas que les criminels qui ont droit à une seconde chance, les marié(e)s aussi
  • Ça me choque mais ne m’étonne pas tant que ça
  • Conflit d’intérêt : quand l’intérêt perso prend le pas sur l’intérêt général
  • Les premiers couteaux laissent leurs armes au vestiaire
  • J’aime tellement la vie que j’arrive pas à mourir
  • Lui fera flop, mais sa suite sera au top
  • Espace dangereusement peuplé d’incertitudes
  • Loi d’Elzéar : c’est après qu’on se soit coupé les ongles qu’on s’aperçoit qu’on en avait besoin
  • Le communisme est la plus grande espérance et la plus trahie de l’Histoire
  • Les curés et les homos sont les derniers à tenir au mariage
  • Syncope à cause des seins : corset avec buste qui appuie sur les poumons (barre d’acier sur le plexus solaire)
  • Pour se suicider faut déjà se sentir quelqu’un, sinon c’est une simple éradication
  • Comme dans ET, je vais te ressusciter avec mon doigt
  • La belle et le jobard
  • Les puces (se font) dépucèlent/(-er)
  • Meilleure nuit de ma vie
  • Il faut en revenir à hier pour comprendre aujourd’hui
  • On signe tout de suite pour demain
  • Crois en ce que tu as créé
  • Visible partout, présent nulle part
  • Qu’est-ce qu’il t’arrive, c’est pleine lune ou bien ? Peu importe, profite du moment, pas besoin d’explication
  • J’aime les situations risquées, mais pas ici
  • Tu me dois un fantasme, l’heure de l’addition a sonné ! C’est cher payé pour une petite galipette dans les bois, par -5°C et pas discret
  • Parité donnant-donnant, gagnant-gagnant
  • Palpitant à 100 à l’heure, neurones en ébullition, progestérone au bord des lèvres
  • Tu vas (dé)faillir car t’as jamais su me résister
  • Tu me rends fou, et le pire c’est que ça me plaît
  • Yeux vides, aucune lueur d’intelligence et donc d’espoir de le/la sauver
  • À trop côtoyer les x, ont commence/fini par leur ressembler et même à (dé)raisonner comme eux
  • Politique : on ne pense pas ce qu’on dit et on ne dit jamais ce qu’on pense
  • Pieds plats dans équipe de bras cassés
  • Couchée il n’était pas encore là, levée il était déjà parti
  • Je sais qu’il n’est pas rentré, dis-moi si tu l’as vu sortir
  • Question d’honneur et de dignité
  • récepteur des phéromones mammaliennes : c'est l'organe voméronasal, ou organe de Jacobson. Et il ne se trouve pas dans les régions dédiées à l'olfaction. Chez de nombreux Mammifères (félins, équidés, chiens... par exemple), une paire de ces organes est installée derrière les incisives, ce qui explique un comportement particulier, le flehmen, quand l'animal retrousse les babines ou cache ses orifices nasaux avec sa langue tout en ouvrant la bouche et en aspirant pour sentir la réceptivité ; quand un mâle commence à faire ça il est viré du groupe par le dominant.
  • Lions mâles nomades : charognards "chassent", puis un surveille quand les autres mangent. Attendre 3 ans avant d’être assez fort pour chasser un vieux mâle et que les femelles chassent pour le nouveau roi du clan et des animaux
  • Une semaine à copuler toutes les 20 mn à l’écart des autres, 1/5 chance que ça marche
  • Rapport sexuel douloureux car pénis du lion érigé d’épines
  • Colère devient rage pour la Liberté
  • Je fais ce que je veux avec ma bite, sauf que c’est elle qui décide
  • J’ai jeté la photo mais gardé le cadre
  • Aucun bâillon ne peut étouffer les mensonges qui sortent de ta bouche
  • Orgueil du puma
  • Sorti de l’obscurité on est aveuglé par la lumière
  • Le dîner, heure bénite entre la fin du boulot et le début de la soirée
  • On se voit juste pour le meilleur, jamais pour le pire
  • Dans une histoire d’amour, y a pas de prescription pour se déculpabiliser
  • Tueurs partagent leur peine carcérale, victimes partagent leur peine sentimentale
  • Bête et lâche, ça fait beaucoup pour un salaud
  • C’est pas que j’ai pas le temps, juste pas l’envie
  • Quand on sait qui on est on n’a plus rien à prouver
  • Au début je t’aimais pas beaucoup, mais plus le temps passe et moins je peux te saquer
  • Tu vas payer, prendre cher ! Ah, c’est moi qui régale !!!
  • Si ça ne me dérange pas je n’y vois pas d’inconvénient
  • Tu sais pas dire non toi ! Non !
  • Je suis une tribu, la mienne
  • Faut savoir raison garder ! Toi tu vas déjà ta gueule fermer !!!
  • Tu devrais être content qu’elle t’ait quitté, je pouvais pas la blairer
  • On s’habitue à l’autre puis on se voit plus, de toute façon on meurt seul
  • Adieu monde cruel, bonjour ironie du sort
  • Ce qu’on possède est un bout de soi
  • Une demande de x peut-être, une exigence de y sûrement
  • Les souvenirs s’estompent, sa réputation s’améliore
  • Ne m’enfermez pas, ne me contraignez pas, ne m’utilisez pas
  • J’aime bien quand tu prends mes choses en main
  • Liberté c’est apprendre et savoir dire non
  • Chevauchée/cavalcade pour évacuer la frustration des nombreux étalons écartés par les femelles et mâles dominants
  • Ce qu’on désire vraiment on peut l’obtenir pleinement
  • [Tu m’excites] ! J’ai pas compris, mais ça devait sûrement être romantique !!!
  • On a tous besoin d’un brin de folie dans nos vies
  • Excusez ma curiosité indépendante de ma volonté
  • On a chacun ses problèmes avec soi-même
  • Je l’aime tellement, j’en suis … elle me détruit, me consume par ce feu intérieur
  • Un bon complot ne peut se prouver
  • Un de ces moments où l’espoir est absent
  • Ceci mettra mes sentiments dans ta bouche
  • Je t’aime aussi ! T’aurais pu/dû le dire plus tôt !!!
  • Tu et tout de toi me manque
  • On se serait cru dans un film de Shakespeare
  • Il n’y avait pas rien mais une feuille blanche vierge
  • Coup d’état permanent contre lequel il faut accumuler coup de force et de sympathie
  • Toute politique est un choix
  • On ne sait jamais, sur une question de chance elle peut toujours tomber amoureuse
  • Accepter la rupture, la méthode passe ensuite
  • J’ai toujours aimé des gens qui m’appréciaient
  • Mobilité, migration, colonisation : on lorgne chez l’autre par manque de visibilité chez soi ou pense meilleur ailleurs
  • C’est ma meilleure amie car je n’avais pas mieux sous la main
  • On ne peut pas me faire changer d’avis, tout comme mes parents ne pouvaient pas me faire manger de légume
  • Tu voulais un meilleur oiseau pour moi, mais il m’a chié dessus de tout son envol/altitude
  • Médecins te disent que tu vas crever puis vont jouer au golf
  • Lors d'une guerre, une stratégie d'attrition est une stratégie dans laquelle l'objectif est d'user les forces combattantes et les réserves ennemies, plutôt que la progression en terrain ennemi ou la destruction/occupation d'objectifs ennemis.
  • T’aurai pu me le dire au lieu de me faire passer pour une hystérique alors que je n’ai besoin de personne pour ça
  • Désolée, j’ai gueulé comme une conne ! C’est rien, t’inquéquette donc pas, j’ai la bite rude
  • C’est le 2è mariage mais c’est pas les soldes
  • Viens avec quelqu’un, enfin quelqu’une ce serait mieux
  • Ma vie est séparée en compartiments étanches, comme un zoo avec espèces différentes sinon elles se bouffent
  • Pourquoi t’es là ?, c’est pas le week-end ! J’ai aussi envie qu’on se voit les jours où on n’est pas censé se voir !!!
  • Je cherche à fuir plutôt qu’à faire
  • Autant que cela te concernait, cela ne te concerne plus
  • On ne dit jamais la vérité quand les gens meurent ! Ce n’est pas le moment !! Si, ils n’en souffriront plus
  • T’aurais mieux fait de la flinguer plutôt que de l’épouser, là tu serais déjà libre, sorti de prison
  • C’est toujours du sérieux, reste juste à savoir combien de temps
  • Je ne provoque pas, je dis ce que je pense
  • C’est pas ma petite copine, on s’est pas rencontré à un goûter, on baise ensemble
  • C’est pas ce que j’ai dit ! Non, mais ce que tu pensais !!!
  • Tu as bu ? Oui, mais des petite bouteilles
  • Ça en fiche un coup de se rendre compte qu’on est fou
  • Faire semblant de ne pas être fou est un signe de folie
  • Y a quelque chose dans ma tête qui est plus fort que le fond de moi
  • C’est pas pour de rire, je vais mourir de chagrin
  • T’es con ou t’es con ?
  • Il dort comme s’il était mort
  • On se marie pas parce qu’on a versé des ares
  • Aimer n’est pas un sacrifice mais un choix
  • J’avais peur de sacrifier ma petite liberté, j’ai tout foiré
  • J’ai réglé mon problème ! Lequel ???
  • Un peu de détachement bouddhique et des drogues
  • Qu’est-ce que t’as fait à tes cheveux ? Moi je trouve ça très bien ! Que ça te plaise c’est déjà ça, et c’est même le principal !!!
  • Il n’y a personne pour voir qu’il n’y a plus de trace à effacer
  • Ni attentive ni attentionnée
  • Trop coincé pour être raide
  • Au bout du chemin y a toujours la Mort : on le sait mais on met la tête dans le sable
  • Rien n’est immortel : ne ratez rien !
  • "Le désir de l'homme trouve son sens dans le désir de l'autre". Jacques Lacan
  • C’est déjà ça, même si ça fait pas tout
  • Comment veux-tu que je te donne ma vertu si tu connais même pas mes vices, et vice et versa d’ailleurs
Repost 0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 16:37
  • La Nature donne l’espoir de découvrir ce que nous ne connaissons pas
  • T’aimer n’est pas facile, mais ta copine elle l’est
  • la musique est du bruit qui pense (Victor Hugo)
  • ce qui était perçu comme folie et provocation se mue en génie et avant-gardisme
  • il ne faut pas reprocher à la réalité de fracasser nos rêves
  • la vraie foi se passe de la loi
  • classé plus bas que l’échec
  • " Qu'est ce qu'il y a de pire : l'ignorance ou l'indifférence ? Je n'en sais rien et ça m'est égal ".
  • Il n'y a pas d'œuvre dangereuse, il n'y a que des publics sans défense. Joffre Dumazedier
  • celui qui n'est plus ton ami ne l'a jamais été
  • ça va finir en West Side Story, d’un côté les Sharks de l’autre les Jets et guerre des gangs
  • quand ce n’est pas facile à dire, autant le dire de suite alors crache ta Valda
  • n’essaye même pas de me dire ce que je pense ou pas faire
  • et si je ne voulais pas me souvenir
  • tu reviendras, je l’ai compris quand t’as dit que tu partirais
  • sais-tu ce qui a changé dernièrement cet homme ? Rien !
  • j’ai fait ça sérieusement, mais pour rire
  • je ne te dis pas au revoir mais adieu et bonne chance sur ta route sinueuse/si noueuse
  • ce fut un honneur ! ce fut une horreur pour moi !!!
  • si je savais ce que tu faisais/pensais ! Si je le savais pareillement moi-même
  • chaque fois elle me glisse entre les doigts
  • j’aurai dû lui briser le cou pour qu’il avoue
  • tu te souviens ? Oui, je ne peux pas penser à autre chose
  • qu’est-ce que tu veux ? Même chose que toi mais pas sous la même forme ni au même moment
  • c’est pas impossible, juste inévitable
  • Oh non ! Eh si !!!
  • tu charges, je tire
  • j’ai passé l’âge de jouer les dieux du stade
  • tu te l’as joue en vers contre tous
  • vas te trouver un autre étalon/une autre pouliche ! Eh oh, un peu de modestie hein !!!
  • attention les yeux, tu vas en prendre plein les mirettes
  • j’ai pas fait tout ce chemin pour rien ! Eh bin si, le retour c’est comme l’allée, dans l’autre sens !!!
  • si tu dis que ça marchera, je te crois ! Ça marchera car on n’a pas le choix.
  • Je ne peux pas t’accompagner plus loin ! Ça ne fait rien, tu es déjà allé trop loin à mon goût !!!
  • Tu m’avais déjà fait revenir une fois, pour presque rien, cette fois je ne reviens pas
  • J’ai retrouvé les mots pour dire ce que je ressentais, te dire ce que je voulais vraiment te dire : taisons-nous et embrassons-nous, utilisons notre langue à bon escient
  • C’est ma vie qui m’a appris le but de toute vie, à savoir de finir
  • Pourquoi se relever, se battre pour la Liberté ou même l’Amour peut-être, mais tu vas perdre, à quoi bon continuer de combattre ? Parce que j’en ai fait le choix !
  • Dire que j’ai rêvé ce moment depuis si longtemps, et maintenant il se transforme en cauchemar
  • Tout changement est dangereux, mais tout immobilisme est encore pire
  • Pour qui tu me prends ?, un humain ???
  • On le reverra ? J’espère bien, un jour … ou l’autre prochain !
  • Tu as toujours su ? Non, mais j’avais la foi !
  • T’es un bras-cassé du suicide
  • Je n’en attendais pas moins, même si j’en attendais quand même plus
  • Manipulation comme si c’était égal à une relation
  • Une orgie entre filles
  • En savoir beaucoup/trop est rarement une bonne chose
  • Quitter un monde trop terre-à-terre pour trouver un monde meilleur
  • Je te garantis rien mais je peux te brancher
  • Le x avril je serai libre … et aussi le y, z … tout le temps et par tous temps en fait
  • Il y a guère de chance qu’il le pense
  • Ce n’était pas que à cause de toi, même si beaucoup quand même
  • Je n’ai ni les capacités d’un grand-père ni la volonté d’un père
  • J’avais tort de vouloir avoir raison
  • Colère se transforme en rage
  • Je suis surpris de ta non-surprise
  • J’ai été assez idiot pour croire que les autres n’étaient pas si intelligents que ça
  • L’immobilisme mène à l’instabilité
  • Étincelle devient symbole d’une Cause qui la dépasse et met le feu à la plaine
  • À la hauteur de l’heure historique
  • C’est pas les idées qui manquent mais la conviction de devoir les réaliser
  • On ne peut pas l’accuser, ni l’innocenter non plus
  • Tu as mis de la musique dans ma vie, sans pour autant la régler comme une carte perforée d’orgue de Barbarie
  • Je vois la vie comme un éternel levé de soleil : chaque aube apporte un nouveau jour
  • Je ne suis pas dingue, juste malheureux … nuance !
  • L’intelligence est une plaie car on sait tout à l’avance : y a plus de suspense
  • Le paradis a un prix, bien plus cher que l’enfer
  • Je ne regarde pas la télé mais elle me regarde
  • L’état vole légalement l’argent du Peuple
  • De tomber amoureux je suis tombé en morceau
  • On y puise sans l’épuiser
  • Sache ce que tu veux et sers-toi
  • Je ne sais plus quoi faire, je suis tout le temps dans le noir le plus obscur
  • Je suis un Titanic qui attend son iceberg (ou l’inverse)
  • En théorie une femme en vaut une autre
  • Principe de base en amour : se faire désirer, mais à force là ça laisse/lasse à désirer
  • Un amour aveugle est l’éternité dans l’instant
  • Une épine dans le pied et un trou dans le cœur
  • Amour est un désir qu’on a dans le cœur et qu’on est le seul à (re)connaître
  • Quand j'y reviens, j'en repars aussitôt
  • C’est mieux d’être trop sensible que pas assez, alors que sinon c’est toujours mieux pas assez que trop car on peut toujours en rajouter mais jamais en enlever
  • Pucelle du matin chagrin, pucelle du soir espoir
  • Normalement je ne suis pas fou, sauf là … de toi
  • Vivre = agir comme si c’était la chose la plus importante qu’on n’ait jamais faite
  • J’ai eu les yeux/œufs plus gros que le bas-ventre
  • À vous deux vous êtes l’homme idéal
  • Tu as mieux faire que d’avoir mal
  • Plutôt que de dire il faudrait que j’arrête x à vie, je le fais
  • Par tranche de 24h
  • Ce qui m’émeut est ce qui me meut
  • Regard torve (« qui regarde de travers, menaçant ») et vide
  • Du tir lait au tir larmes
  • Recherche du frisson dans l’insécurité
  • Chef permet de faire vivre le village et préserver les intérêts des habitants
  • Le mensonge vaut un aveu
  • Est-ce que ça me déçoit ? : oui ; est-ce que ça m’étonne ? : non !
  • Même les x ? Surtout les x, ce sont les pires !
  • Il faut miser pour pouvoir participer
  • J’en crois ni mes yeux ni mes oreilles
  • Je veux et peux tourner le dos à ma destinée
  • Si on ne leur dit rien ils n’en sauront rien
  • Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même, mais vous en subirez tous les conséquences
  • Pas perdu, juste momentanément égaré
  • Impudence (manque de pudeur, effronterie) dans l’imprudence
  • Je ne suis pas lui, je me "contente" d’être moi … ce qui est déjà pas mal et énorme même tellement ce n’est pas facile
  • Chaud à l’extérieur, froid à l’intérieur
  • Avec un pif pareil tu devrais chercher des truffes
  • On espace comment ? On espace carrément !
  • Instinct me guide vers mon destin
  • Trop d’amour peut tuer l’érection
  • L’usure du temps et des cœurs/corps tue l’amour
  • Seule la peur insuffle à l’humain un peu de décence
  • Muse qui inspire et aspire le créateur
  • Dieu est un boulet qui nous fait boiter
  • Je lui parlais encore mais elle ne m’écoutait déjà plus
  • Tu as le pardon quand je n’ai que les regrets
  • Folle expérience qu’est l’existence
  • On est tous niqués alors autant tous niquer
  • Pour être de bonne foi, je ne suis pas croyant
  • Si on officialise, t’auras ton côté du lit nuptial et moi le mien
  • Un accueil sans écueil
  • Minorité à l’extérieur, majorité à l’intérieur
  • Les convictions des politiques sont fonction des évènements
  • Besoin d’un choc salutaire pour lancer les grands travaux, du sol au plafond en passant par les murs
  • Si on coupe la tête, le corps bouge encore puis s’écroule
  • Le plus important est de ne pas agir vite, mais d’être prêt
  • Quand on pisse dans son froc on n’a pas chaud très longtemps
  • Quand on épouse un singe, faut pas s’étonner qu’il mange des bananes
  • Dilemme de la courgette : petite courge ou grande cagette
  • Je suis pas sûr de te suivre
  • Marre de ce cauchemar
  • Dans un meurtre, vaut mieux être coupable que victime
  • Ni 1er ni 2nd rôle, juste figurant dans le film de ma vie
  • Faut pas contrôler ses émotions, les mettre sous cloche
  • Le petit poucet mit à l’index par les grands majeur
  • Grande gueule sensible
  • Grand con malade
  • Aider les autres c’est s’aider soi-même
  • Sans franchir la petite ligne invisible qui sépare de l’addiction/l’affliction
  • Alcool : addiction la plus difficile à traiter (18 mois, 50% de rechute)
  • Ancien consommateur reste à vie un dépendant
  • La rechute peut être salvatrice si on n’est pas mûr pour l’abstinence
  • Dépendance : maladie progressive, incurable puis mortelle
  • Le produit est plus fort que lui : s’il commence un paquet de bonbon ou d’alcool il ne s’arrête que quand finit (le produit ou lui)
  • Une assuétude dans la solitude [dépendance, accoutumance à une drogue]
  • L’orgueil à pour corollaire l’arrogance
  • D’aller mieux je vois aller bien … bien mieux même
  • Avant elle m’aimait beaucoup, maintenant elle m’aime bien
  • Ça ne peut empêcher, juste empirer
  • Quel ennui le paradis
  • Ne vas pas au paradis, t’y connais personne
  • Il faut pas confondre paillettes et poudre d’or
  • La fête c’est la recherche de soi en trouvant les autres
  • Communautarisme casse la folie magique du mélange
  • Tu regretteras encore longtemps ces paroles alors que je les aurai oubliées
  • Plus tu déments plus tu te mens
  • J’ai mis plus de courage à mourir qu’à me battre
  • Entre chien et loup [date du XIIIe siècle, désigne la période de fin de journée où la clarté est telle qu'on a du mal à distinguer un chien d'un loup] : enfants rentrés de l’école alors que parents encore au boulot
  • Le lâche meurt à plusieurs reprises avant de rendre l’âme à gauche, le juste râle et expire dans un unique dernier souffle de vie
  • Ocytocine permet d’utiliser la sociabilité d’autrui pour réduire son stress
  • L’homme est le complément et surtout le compliment de la femme
  • Sexe plus sentiment c’est l’idéal, mais sinon vaut mieux du sexe sans sentiment que des sentiments sans sexe, même si le deuxième dure plus longtemps que le premier
  • Pulsion sexuelle pour plusieurs/différents partenaires : besoin de faire l’amour pour concentrer l’énergie de reproduction, parallèlement à l’attachement dans un couple uni le temps de l’éducation des enfants
  • Amour romantique est une obligation mais il survit même quand il semble éteint, faut juste savoir attiser les braises pour raviver la flamme/femme
  • Pas abréger la vie mais abroger la mort
  • Tout chemin a une fin : même si on n’en peut plus, on aura toujours de la ressource jusqu’au but final
  • Personne ne l’a voulu, tous en sont victimes
  • Attrait du danger est au fond de toute passion
  • Je ne donnerai pas de leçon de x car je suis incompétent
  • Je vais là où on me laisse aller
  • Moins on l’attend, plus vite ça arrive
  • Il y a autant de type d’effet que d’individus, tout dépend du contexte et de l’état d’esprit
  • Calme de l’espoir avant tempête de la défaite
  • Ma seule faiblesse est que je suis faible, mais au moins j’en suis conscient
  • "Le sage ne dit pas ce qu'il sait et le sot ne sait pas ce qu'il dit"
  • Avec les enfants, on récolte ce qu’on a sem(enc)é
  • Je suis moins froid qu’avant mais pas encore chaud bouillant, on va dire tiédasse
  • Coopérative : membre et propriétaire à la fois
  • C'est son caractère qui fait à chacun sa destinée
  • Tic-tac bada-boum, tagada tsouin-tsouin
  • "Étrange époque où il est plus facile de désintégrer l'atome que de vaincre un préjugé" Albert Einstein
  • "les femmes sont faites pour être aimées, pas pour être comprises" Oscar Wilde
  • Être dans le vent c’est avoir un destin de feuille morte (Jean Guitton)
  • Aime-toi après tout autre (Shakespeare)
  • "C'est pas dans les bons jours qu'on se distingue, mais plutôt dans les mauvais."
  • Qu’est-ce que la vie sinon une suite d’illusions et de déceptions
  • Tu es la mèche et je suis la bombe
  • Parfois il est sage de boire pour n'être pas noyé
  • Cow-boy : si Abraham Lincoln a rendu les humains libres, Samuel Colt les a rendus égaux
  • Le graffiti n’est pas du vandalisme, mais un délit magnifique
  • pour quelqu'un qui n'avait rien à dire, t'es bien bavard
  • "La réalité c'est l'illusion créée par l'absence de drogues." [Richard Desjardins]
  • "Y'a que les souvenirs qui tiennent debout."
  • "Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon vous n'en sortirez pas vivant." Bernard Fontenelle
  • j'aime l'instinct et à partir en permanence dans l'auto-analyse, on intellectualise beaucoup et on en perd le coté brut : on essaye de mettre des mots sur des sensations qui pourraient s'en passer
  • le suicide est la seule chose que je pourrais enfin réussir dans ma vie
  • maffre : poisse
  • le coût de la vie est hors de prix
  • Les uns picolent et les autres dégustent
  • Celui qui dit qu’une chose n’est pas réalisable ne doit pas interrompre celui qui la réalise
  • Comme quoi ! Comme quoi quoi ???
  • on dirait que tu as des soucis avec tes problèmes
  • Moi, moi, moi je veux : le roi dit nous voulons
  • On peut tout faire par petits pas mesurés, mais il faut parfois avoir le courage de faire un grand saut : un abîme ne se franchit pas en deux petits bonds. (David Loyd George)
  • Un homme n’est pas un homme s’il n’accepte pas sa part de féminité
  • Rien ne se passe comme prévu, c’est la seule chose que nous enseigne le futur en devant du passé
  • J’osais pas demander, mais maintenant que tu proposes j’accepte avec grand plaisir
  • Transformer l’Apollon en Ogre, comme beaucoup d’alcooliques qui compensent solitude par nourriture
  • L’élégance c’est ressembler à ce qu’on est
  • La réalité est la folie de tous ; le rêve est la raison d'un seul
  • Tous les matins du monde sont sans retour
  • L’ambition est moins une question d’argent et de gloire qu’un énorme besoin d’amour
  • « "Étudiez", disait Mandela, à sa libération, aux jeunes qui réclamaient des armes. Pas pour réussir, au sens capitaliste du terme, mais pour apprendre à penser par soi-même. L’ignorance est la plus dangereuse des bastilles. L’acte le plus révolutionnaire est de donner à chacun les moyens de s’inventer son 14 juillet, de devenir responsable et maître de son existence. »
  • Les mots sont des munitions pour se défendre (Montaigne)
  • Contester c’est constater (Victor Hugo)
  • Le but c’est le chemin
  • Avoir le courage de modifier ce qu’on peut changer, avoir la force d’admettre ce qu’on ne peut rien changer et avoir la sagesse de distinguer les deux
  • On ne peut pas vivre comme un homme et travailler comme une bête (Marx)
  • Amoureux de l’amour que je suscite
Repost 0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 16:11
  • "Si vous fermez la porte à toutes les erreurs, la vérité restera dehors." Rabindranath TAGORE
  • Différence entre pute et banquier : les deux vous pompent mais avec le banquier ça fait mal aux couilles et au cul
  • Je suis plus passionné qu’intéressé
  • "L'Homme est une prison où l'âme reste libre" Victor Hugo
  • des lois dont nous ne maitrisons pas les codes
  • J'ai jamais eu l'impression de t'avoir manqué, et je crois qu'à force t'as arrêté de me manquer aussi !
  • Je savais que le sexe servait à la reproduction mais pas que c’était agréable et apportait tant de plaisir
  • Et on fait quoi tous les 3 ? Vous je sais pas mais je vous laisse tous les 2
  • Le hasard a merdé sur ce coup-là
  • Critique du hasard, pas de ma réaction
  • Au hasard je préfère le fair-play {conduite honnête dans un jeu, puis dans toutes circonstances. Utilisé couramment dans le monde du sport, ce terme recouvre à la fois le respect de l'adversaire, des règles, des décisions de l'arbitre, du public et de l'esprit du jeu, mais aussi la loyauté, la maîtrise de soi et la dignité dans la victoire comme dans la défaite. Le terme fair play est une expression anglaise composée de fair (« clair, franc, honnête, sans tricherie ») et de play (« jeu »)}.
  • Dans le cornichon je mange que le nichon, le cor je te le laisse
  • C’était pas ma question ! C’était quand même ma réponse
  • Libère-moi et après tu fais ce que tu veux
  • Je suis pas énervé mais ça va quoi, merde
  • Tu étais un peu sec, tu m’as froissé
  • L’argent ne se compte pas, pas comme les amis
  • Elle a des ressources/talents caché(e)s, peu de gens le savent, t’imagines même pas tellement c’est énorme
  • Le temps passe vite en bonne compagnie … je parle de la musique là
  • C’est marrant, toi ça te fait rire, moi ça me fait pas rigoler
  • T’inquiète, j’attendrai qu’on soit rentré pour que tu te fasses engueuler
  • À une carte près j’avais une paire de 3
  • En sexe comme dans la vie, des fois t’es devant, des fois t’es derrière
  • Ce que je n’ai pas en taille je le compense en étant odieux
  • Maintenant que j’ai x, y va tomber comme un domino
  • Presque pleine même si à moitié vide
  • Reine des princesses qui court sur ton corps
  • Pas assez de ture dans ma culture
  • Je suis un homme qui n’aime pas les hommes qui n’aiment pas les hommes qui aiment les hommes (anti-homophobe quoi)
  • À l’intelligence, car la santé on l’a
  • Le boudin, y a que ça de bien
  • Sans vin, c’est moins bien
  • Sans préchauffage y a claquage
  • Elle parle beaucoup et moi je dis rien
  • Monique au pique-nique, pas de panique, y a pas de hic, 2 qui la tiennent 3 qui la niquent mais je préfère la tenir et m’abstenir, je laisse ma place aux copains qui passent
  • l'utopie comme une belle éjaculation de millions de solutions
  • pourvu que le faux-pas ne devienne pas une rechute
  • j’ai bien compris que t’avais compris, mais t’as compris quoi exactement ?
  • toucher le fond de l’abjection
  • je préfère le vin d'ici que l'eau de là
  • ce que je vois d’elle flatte son allure, mais ce que je ne vois pas d’elle alimente mon obsession
  • je craignais de savoir d’où venait cet argent louche, mais tant qu’il continuait de couler à flot je préférais ne pas savoir
  • aujourd’hui, demain et à jamais
  • artiste : artilleur-artificier d’artificiel
  • créacteur : créateur pour l'angoisse de qui créé (cf. film de Dupontel) et acteur pour la participation active et avant tout orientée vers le don de soi et de l' "œuvre" au public et l'engagement dans la vie intellectuelle/émotionnelle de la société ! créacteur >> enjeux humains/enjeux de territoire >> plus largement, enjeux de société >> recréer la société en reliant les choses aux êtres ou les êtres entre eux et en eux
  • Je me désigne moi-même en tant que juge, jury et bourreau
  • Cœur d’enfant dans corps d’homme
  • lâcher un poisson rouge dans un bocal de piranhas
  • dur est un mot faible dans ce cas
  • commence pas l’intro si tu sais pas faire la suite
  • les femmes veulent changer l’homme mais non, les hommes veulent garder les femmes pareilles mais elles changent
  • t’as les surpiqûres du pont Levis qui pètent
  • les coïncidences se produisent d’autant plus qu’on y prête attention
  • ce n’est pas le manche qui n’est pas accroché, c’est toi qui n’es pas accordé
  • gratter la vie, sucer le moment
  • tu subodores mes sentiments en l’instant
  • la vie est une vaste plaisanterie : un voyage trop solitaire et mélancolique pour être pris au sérieux
  • Ris et tout le monde rira avec toi, pleure et tu seras le seul à pleurer
  • « J'ai tellement besoin de temps pour ne rien faire, qu'il ne m'en reste plus assez pour travailler » [Pierre Reverdy]
  • Pistes d’aujourd’hui sont les sentiers d’hier et routes de demain
  • L’eau et la terre délimite les pays et les communautés
  • L’eau qui stagne finit par croupir
  • accroche-cœur : petite mèche de cheveux en forme de boucle, collée sur la tempe
  • jamais surpris jamais déçu
  • l’union fait plus souvent la farce que la force
  • les vacances, on devrait en faire une profession
  • une baleine produit 11 m3 d’huile et Hubble fonctionne grâce à elle
  • "On n'est pas artiste sans qu'un grand malheur s'en soit mêlé ". Jean Genet ; on peut s'emmêler dans les malheurs sans devenir artiste. Jean Genet a pour moi raison, mais condition nécessaire et pas forcément suffisante
  • Tu seras aimé lorsque tu pourras montrer ta faiblesse sans que l’autre s’en serve pour montrer sa force. Adorno
  • aussi confit qu’une cerise dans une bouteille d’eau-de-vie
  • "La vérité de demain se nourrit de l'erreur d'hier..." Antoine de Saint-Exupéry
  • on veut tous la mort du travail mais c'est lui qui nous tue
  • L'égo, un Je de construction
  • "Les femmes préfèrent être belles, plutôt qu'intelligentes parce que, chez les hommes, il y a plus d'idiots que d'aveugles."
  • Le refus d'assumer n'est pas toujours du côté où on l'attend (contrairement à l'hypocrisie)
  • l’apogée est déjà le début d’une chute.
  • une inquiétude bien plus forte que la déception
  • L'alcool comme seul médicament trouvé pour éteindre quelque chose qui brûle en soi, un liquide inflammable qui, au bout du compte, continue de le consumer
  • "Le péché est la seule note de couleur vive qui subsiste dans le monde moderne (terne)" Oscar Wilde
  • moqueries des uns vite balayées par les encouragements des autres
  • tiraillé entre mes intérêts et mes convictions
  • si tu veux la prendre faut s’attendre à quelques tourments au tournant
  • ma frite envoie toujours la sauce blanche dans la salade de son kebave
  • c’est excessivement énervant
  • chaude du cul mais pas sexperte
  • on peut être bon parce que c’est le cas ou parce qu’on a un esprit critique limité
  • il est tout saoul tout fou
  • il n’y a pas d’imposition dans les positions
  • quand tu te fous à poil d’entrée de jeu c’est que t’as rien d’autre à montrer
  • vous chantiez, et bien gogo-dansez à présent
  • j’entends les beaux parleurs alors qu’il n’y a pas de hauts parleurs
  • les paroles nous portent, suffit d’écouter plutôt que de se contenter d’entendre
  • soirée coke au vin
  • souvent les lentilles desservent le contact
  • dolce folia in la vida
  • ce qu’on ne sait pas par soi-même on ne le sait pas
  • bois un coup avant de lui mettre un coup
  • bon cul, bon coup, bon plan
  • tant que t’es dans le même état d’esprit y a pas de souci
  • beaucoup de gens savent, mais encore plus oublient
  • y a pas plus triste que ça mais c’est la vie
  • contrairement aux femmes, quand j’ai mal à la tête j’aime qu’on me suce : l’orgasme fait passer la douleur
  • qu’est-ce que je peux lui apporter à part mes 22 cm ? Euh non, 17, j’ai vérifié, mais ce que tu lui apportes c’est juste toi
  • le sexe avec elle c’est d’abord Disneyland, puis Space Mountain et finalement Waterworld
  • comme nous tous je suis fou, mais moi j’hallucine pas sur la réalité
  • de l’affection avant l’affliction
  • plus t’es amoureux moins tu kiffes
  • la vérité c’est quand tu jouis et après tu te demandes ce qu’elle fout là
  • elle me fait profondément frétiller
  • elle est hyper ouverte sur tous les autres que moi
  • nomadisme sexuel
  • couple = monopole du propre corps de l’autre
  • il n’y a pas de plaisir sans désir, sauf avec la drogue
  • on ne peut pas assortir des balles de ping-pong avec des boules de pétanque ; on ne peut pas jouer à la pétanque avec une raquette de ping-pong
  • poker : il tire sa dame du jeu
  • il n’a pas eu beaucoup de trèfle dans sa vie : faut dire qu’il a du cœur mais surtout du pique et se tient rarement à carreau
  • comme au poker et dans la vie : je ne suis pas
  • tout dans la gueule, rien entre les mains
  • tu peux pas gagner plus que tu ne mises/devises
  • qu’est-ce qui se passe ?, ça ne passe pas, je ne suis pas dans la place
  • elle a pris un coup de chaud en plein hiver
  • qué calor dans mon corps senior
  • pas de pion, ni roi ni reine, que des fous qui avancent en diagonale jusqu’au Math’
  • c’est quand tu es au plus profond de la mélancolie que tu (te) touches le plus [à] toi-même
  • après le gros rouge et le pétard, c’est le champagne et la c
  • le héros désabusé est rentré dans le moule, il est tombé amoureux ce con
  • ricochet d’énergie sur la mare de la vie : grosses vibes puis encéphalogramme calme plat
  • chat : c’est toujours intéressant d’avoir une boule de poil à caresser à défaut d’un humain
  • aérer le smog du smoke
  • tout ce qui est liquide, comme les enfants malléables, si tu ne mets pas de barrage ça se répand tout partout
  • si je puis me permettre pour ne pas me faire mettre
  • trop de sorcières pas assez de fées, trop de surréalisme et pas assez de magie
  • cet état-là, tu vois c’était ça
  • je croyais que tu m’aimais assez pour accepter que je t’aide
  • belle à regarder, dangereuse à fréquenter
  • les contraintes que l’on se fixe sont plus faciles à supporter, même si elles sont imposées par des influences extérieures
  • moins t’as d’espace plus tu entasses
  • la jaquette se finit en queue de pie
  • je suis pas loin de l’avoir, si je positionne bien mes doigts
  • y a pas de vague dans leur couple mais beaucoup de roulis puis des déferlantes
  • je veux bien un verre vide, pour mieux le remplir
  • ça part en couille, je relève le des filles
  • ça s’enflamme et ça déclame
  • je lui ai tout donné alors qu’elle n’avait rien
  • tel mépris qui croyait prendre
  • si t’es un homo refoulé, soit défoulé et ça ira mieux
  • y en a qui changent de paradis, d’autres de paradigmes
  • un nostalgique du futur est quelqu’un plein d’espoir
  • j’en ai embrassé des princes, mais que qui crapotent
  • ils se sont connus à 300€ par mois
  • c’est comme les cerises, je ne partage pas
  • intrusif chez les autres, exclusif chez lui
  • j’ai perdu la tête quand elle m’a fait une sucette, j’ai perdu la raison chaque fois que j’ai vu son fion
  • je la suis partout, pire qu’un toutou à sa mémère
  • tout ça après, tout ça à près
  • un soir de fondue tu me raconteras tout ça
  • je suis bourré mais faut pas déconner avec moué
  • des fois, vaut mieux le vomi
  • si t’as pas connu l’Anfer, t’as encore rien vu/entendu
  • mets-nous du silence
  • je ne sais plus où donner de la tête du nœud, je suis au bout du bout
  • non, un tant soit peu, rien du tout, ça dépend
  • L'atrazine est l'un des herbicides les plus largement diffusé aux États-Unis, avec 76 millions de livres répandues chaque année[13]. C'est probablement l’herbicide le plus répandu dans le monde. Il a été démontré dans certaines expériences par le biologiste Tyrone Hayes de l’Université de Berkeley que l'atrazine était une substance tératogène, et que, même à des concentrations très faibles de l’ordre de 0,1 partie par milliard, elle pouvait féminiser les grenouilles mâles en induisant la production d’œufs par leurs gonades, ce qui transformait effectivement les mâles en hermaphrodites[14]. Hayes a également constaté que l'atrazine pouvait faire baisser le taux de testostérone des grenouilles mâles à des niveaux inférieurs à celui des femelles[12].
  • Distance ano-génitale deux fois plus grande chez l’homme que chez la femme
  • la question n’est plus « quelle Terre allons-nous laisser à nos enfants ? », mais « quels enfants allons-nous laisser à cette Terre »
  • l’avantage de l’autodérision est que tu casses toi-même ton image, ça fait moins mal au final que si les autres le font
  • elle se dérobe quand je la dé-robe
  • si tout le monde est couché, c’est toi qui prends
  • c’est forcément malgré toi que t’es un tricheur
  • fait durer le suspense dans la montée en puissance
  • avec elle, c’est soit moi soit elle
  • emballé c’est pesé, couché c’est gagné
  • c’est dur … et c’est bon comme ça
  • je te suis autant que je peux
  • c’est vrai ou c’est pas vrai ? C’est pas faux !
  • même pas étonné, ahuri
  • éteindre la femme qui nous habite
  • femme-homme : après un moment faut pas que recevoir, faut aussi se donner
  • faut en faire assez sans en faire trop
  • le bonheur va vers les gens qui savent rire/jouir
  • autant plein d’amour que de colère
  • pour ne pas te faire le déshonneur de dénigrer/railler tes dires, on n’écoutait pas
  • quand on est à l’aise avec l’autre, pas besoin de faire style on est normal, on peut rester naturel, soi-même
  • j’ai pas bouffé de Schtroumpf en gélatine, j’ai sucé des Bleus
  • elle est non seulement hautaine mais en plus teigne
  • c’est dommage que ce prince charmant soit avec la sorcière Carabosse
  • j’en avais une vague idée, j’en ai confirmation
  • oublie ce que je viens de dire ! J’ai pas entendu !! Oublie ce que t’as pas entendu !!!
  • ne demande pas, je ne répondrai pas car je ne sais pas, j’ai oublié
  • on aimerait bien mais l’alcool n’excuse pas tout
  • la carte n’est pas le territoire
  • profiter des bonnes résolutions d’autrui
  • je suis le premier à dire que la drogue n’est pas un médicament, mais je ne suis pas le dernier à le faire
  • la transition doit être de courte durée pour ne pas écœurer
  • jeu du chat et de la souris … plus le chien
  • libre mais pas forcément disponible
  • bouge seulement et je t’en roule une
  • assume ce que tu ressens dans ton cœur
  • j’annonce la couleur du string avant le strike
  • je me demande si je ne suis pas homo, ou au minimum bi
  • tout le monde prend, personne ne donne
  • du pochon pour les ex-pochetrons
  • je ne veux pas une femme, juste une meuf
  • soit tu l’abordes puis tu la bordes, soit tu te sabordes
  • t’en vendras moins, t’en prendras plus
  • voici un tir à faire pâlir d’envie la Nasa
  • faut que je me lave la bite et change de slip
  • raveuse rêveuse ravageuse
  • tu n’as pas vu le jour, vois au moins la nuit
  • même si je suis fou, je m’en fous
  • cueillir la pomme du péché, bien mûre, juste tombée de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, ni trop verte ni flétrie, encore moins toute pourrite
  • je ne fais rien et je me repose de mon inactivité intense
  • le jour où tu ôteras ma bite de ta tête, quand je la sortirais de mon slip ça ira encore mieux
  • je n’ai rien dit ni fait, j’y ai même pas pensé
  • depuis le temps que je la pratique, je la connais un peu
  • je ne la reconnais pas, je ne la connais plus
  • ah ça, pour ça il envoie le bois
  • le pâté est pas top
  • je suis tombé amoureux, mais mal tombé
  • des millions de grains de sable minuscules ne sont jamais que l’érosion d’un bloc de pierre massif et dur
  • sourires entendus entre nous mais sourds aux autres
  • n’ayez pas peur du bonheur
  • les paradoxes ont la vie dure
  • ride the fire
  • disette de nourriture affective : moi j’étais un crève la dalle mais elle n’avait pas faim de mon buffet en acier
  • j’ai même pas le temps de me trouver une femme pour me reprocher mon emploi du temps trop chargé
  • vas t’en vite si tu veux bien
  • je suis vivant, je ne le sais que trop bien
  • qui a bu fumeras, qui a fumé boira, c’est le mouvement perpétuel des drogués
  • je finis toujours mon verre avant de le renverser
  • ça fait un peu mal au cœur, mais encore plus au cul
  • j’avais une meilleure main mais je n’avais pas confiance en elle
  • c’est à toi de parler, mais t’es tout seul, tout le monde s’est couché
  • bon allé, je paye sans conviction, juste pour voir
  • c’est mon ass qui me sauve
  • la bise, avec la langue, puis la turlutte
  • il est aussi profond que sa dépression
  • la personnalité est comme un diamant, multi-facette et quand une moitié est à la lumière, l’autre est dans l’ombre ! Un diamant que l’on taille puis poli pour perdre un peu en carat mais gagner beaucoup en éclat
  • attirances et dépendances de la vie
  • il faut une théorie pour voir le monde (Cyrulnik)
  • peut importe l’exemple, l’argument est là
  • le clip est meilleur que la musique
  • c’est quoi ce que tu notes ? Si seulement je m’en rappelais !
  • les drogués sont des pyromanes du cerveau cramé, des têtes brûlées
  • intégrité dans l’intégralité
  • in extenso, ex nihilo
  • c’est ce que je voulais dire ! Oui, mais tu ne l’as pas dit !!!
  • petit moineau deviendra grand corbeau
  • la légèreté ne fait pas la licence
  • tu prendras bien un coup sain
  • la conception est bonne, c’est la finition qui est mauvaise
  • sans dire de mal, mais quand même pas bizef, nib, peau d’zob, makach walou, de bien
  • pour moi c’est navrant, pour toi c’est dégradant
  • On le vante beaucoup pour peu de chose
Repost 0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 20:01
  • On circonscrit la menace, on l’isole et enfin on la neutralise
  • C’est pas que je crois pas, c’est juste que je sais que non
  • L’enfer c’est quand y a plus de bière, le paradis c’est quand y a open-bar gratuit
  • Faut pas s’en faire, y a toujours de la bière en enfer
  • La perversion humaine est plus forte que les préceptes religieux
  • Entre passion et raison, mon cœur balance
  • Il faut un nouveau plan, pas une modification/réévaluation de l’ancien
  • La rémission fait partie de notre mission
  • C’est la clé de la réussite pour forcer les serrures du succès
  • On peut pas faire ça ! C’est déjà fait, autant faire avec maintenant
  • C’est pas du joli-joli mais on l’a bien fait
  • L’enfer est pour ceux qui n’ont pas le courage de vivre selon leurs convictions
  • Lui attribuer ça serait lui faire trop d’honneur
  • Parce que t’as pas l’esprit d’équipe, t’as jamais eu d’ami, juste des relations professionnelles/personnelles
  • Cette tragédie nous rappellera sans cesse que nous sommes sur terre pour faire le bien
  • Aujourd’hui commence la seconde partie de notre vie
  • T’as les couilles qui pendouillent, un nœud à la queue, les fesses qui s’affaissent
  • Tu dois maîtriser tes réflexes conditionnés par ton passé
  • L’Amour y gagne à tous els coups (de bite/rein)
  • Je suis un phare dans la nuit, je reste allumé pour t’éclairer dans l’obscurité
  • Il serait temps que tu apprennes à tirer la chasse d’eau tout seul comme un grand
  • Les rêves de la nuit se réalisent au jour le jour
  • Il y a différentes perceptions de la réalité, imaginée, rêvée, vécue
  • Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? On picole et on augmente les doses
  • Les saltimbanques sont les amis de tout le monde
  • T’écouter est une torture pire que la torture
  • Faire de mon problème un atout
  • Tu te sens mal d’avoir le Mal/mâle ? Et toi, tu te sens bien d’avoir le bien ???
  • Tu n’as jamais aimé x comme moi ! Tu ne m’as jamais aimé comme x !!!
  • Petit moment entre femmes ! J’ai seulement six ans !!! Oui, mais ça ne durera pas
  • Base 20 (langues celtiques et basque) : système vicésimal (ou vigésimal)
  • Chaque jour est un défi, s’engager pour la vie est un combat
  • Une suite de petites volontés fait un gros résultat. Charles Baudelaire
  • L’Amour est un cadeau qui n’a pas de garanti, ni satisfait ni remboursé
  • Quand une relation commence mal, elle s’arrange rarement avec le temps
  • Tu ne sais dire que non ! Non, c’est pas vrai !!!
  • Je ne sais pas, je n’ai jamais fait ça avec x ! Moi non plus mais j’adore ça !! Moi aussi !!!
  • La vie est un cirque que l’on monte, où l’on fait son tour de piste (avec un peu de chance, aux étoiles), puis que l’on démonte pour d’autres lieux de représentation
  • Le retard du retour
  • D’abord ça en veut pas, et puis après c’est « encore, rajoute-en encore »
  • Le pain ne se garde/gagne pas sur le dos d’autrui
  • Il a eu mon aversion plutôt que ma version
  • Arrête ta parano, tu souffres pas, c’est juste ton ego qui a pris un coup
  • J’endosse une part de responsabilité, même si tout est entièrement de ta faute et porte ta marque de fabrique
  • Nos enfants auraient peut-être une chance si t’étais pas aussi irresponsable et moi autant enragé
  • Entre dictature de la tristesse et tyrannie du rire, faîtes vos jeux, rien ne va plus
  • Quand on n’a rien d’autre à donner, accepter quelqu’un près de soi est une faveur, une marque de l’estime qu’on lui porte
  • Si je fais ça on dirait que c’est calculé, ce qui est le cas mais il ne faut pas que ça se voit
  • Top pine en bourre
  • À la longue je me suis senti mené à la longe
  • Leurs chansons d’ivrognes gâchent la St Patrick, je suis vert qu’ils aient pris tant de verres
  • Un discours de niveau Century 22
  • On l’adulait mais il est aussi minable que nous
  • Je bizoute ma biloute, et elle ma biroute
  • Don’t cheat avec le shit
  • Je sais reconnaître une belle femme, et encore plus une femme bonne
  • Tu as une grande cave pour ces petits vins
  • Une journée de bonheur, une vie de galère
  • Les scientifiques sont le sous-cadrariat
  • Stricto-sangsue
  • Je ne peux vivre tout seul, mais pas non plus toute ma vie chez mes parents
  • Souvent la Vérité sort juste avant la mort
  • Bêtises concentrées deviennent des vérités
  • Pas de la science-fiction, de la fiction vraie
  • Tu vas maudire le jour où ta mère t’a mis au monde
  • Je suis d’accord avec toi, faut juste remplacer formidable par effroyable
  • Ce n’est pas eux qui m’ont demandé, c’est moi qui ai proposé
  • J’ai rêvé ce moment depuis si longtemps ! Continue de rêver alors
  • Je ne comprends pas pourquoi elle m’en veut d’avoir toujours raison, moi je ne lui reproche jamais d’avoir tout le temps tort
  • Une mort juste et appropriée pour une vie inutile et nuisible
  • Qui a le droit de me juger ?, moi … et encore
  • Le traitement est pire que la maladie
  • Possible je ne sais pas, pas impossible ça c’est sûr
  • Infliger la mort pour se sentir vivant
  • Si je ne te pardonne pas c’est qu’on ne se mérite pas
  • M’engueule pas, je picole comme ça t’es sûre de dormir tranquille
  • L’attente est les préliminaires du plaisir dans la montée du désir
  • 3 ans ensemble, 6 moi séparés, 2 ans de nouveau ensemble, une histoire à deux balles quoi ! Moi j’appelle ça une histoire d’Amour !! Au moins c’est une histoire, d’ego ou de dépit va savoir
  • Les douceurs du cœur
  • J’ai une bonne et mauvaise nouvelle : la bonne je ne m’en rappelle plus et ça c’est la mauvaise nouvelle
  • Y a que toi qui croit devoir faire semblant en pensant que personne ne sait/n’a vu/s’est aperçu de x
  • Autant en emporte les sentiments, au fil du vent sur les ailes du désir qui flétri
  • péronnelle : du nom de Péronnelle, personnage d’une chanson populaire française du XVe siècle : jeune femme sotte et bavarde
  • la colère a cédé la place au désespoir
  • l’alcool préserve tout … sauf du ridicule
  • le temps de me promener prendre l’air, de comater une heure sur la cuvette, de vomir, de remarquer qu’ils étaient déjà partis, soirée finie j’ai pas compris
  • pour réussir il faut être opportuniste
  • j’ai ramé mais rien ramené
  • je pensais donner un second souffle mais plutôt essoufflement
  • mont Kailash (Himalaya : cristal en hindî. Les Tibétains le nomment Ghang Rimpoche ou Khang Ripoche, ce qui signifie le précieux joyau des neiges et les jaïns Ashtapada. Il est aussi appelé Tise ou Meru) : axe du monde et source de quatre des plus grands fleuves d'Asie, le Gange, le Brahmapoutre, l'Indus et le Sutlej vers Nord, Ouest, Sud, Est. Le sommet du Kailâsa est considéré comme la demeure de Shiva et de sa shakti Pârvatî – littéralement fille de la montagne –, ce qui explique son caractère sacré pour les hindous qui le voient aussi comme un lingam (pierre dressée, souvent d'apparence phallique, représentation classique de Shiva) accompagné du yoni [(sanskrit « lieu »), dans l'hindouisme, désigne les organes génitaux féminins (matrice ou vulve). Ceux-ci sont rarement représentés seuls. On les représente le plus fréquemment sous la forme d'un triangle dont la pointe est en bas (triangle pubien)] symbolisé par le lac Manasarovar.
  • Funérailles par décarnisation : nourrir les oiseaux pour une vie prochaine plus légère
  • Je suis à moitié cuit, une cuisse dans l’auge
  • Toute histoire comporte deux versions et la nôtre n’est pas encore écrite
  • Persuasion d’un côté, raison de l’autre
  • L’Histoire est écrite par des personnes d’exception qui suivent/bousculent leur destin quel que soit le prix (conséquences et résultats)
  • Il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent jamais
  • Sur le nombre de batailles, souvent les petites armées ont gagné
  • Ce n’est pas une tocade [de « toc » (dans le sens de « un peu dérangé sur le plan mental, fou ») avec le suffixe -ade. : engouement, manie, singularité] pour une toquarde (dépourvue de capacités physiques ou intellectuelles, de charme, de savoir-faire)
  • Être jeune c’est se frotter aux aînés pour essayer de les dépasser
  • Qui aurait dit qu’un monstre comme toi aurait une douceur comme toi à lui un jour
  • Tu te fais obstacle à toi-même
  • Mon « ils vécurent ensemble heureux pour toujours » à moi, ce mien ne doit pas être rien et faisons vite il vient
  • Quand on est/naît bien dans ses racines, il n’y a pas de problème avec l’Autre et les autres
  • Dans un univers éloigné l’Art et la Vie ne feront qu’un, sans être dos à dos
  • C’est très malin mais ni bien ni bénin
  • T’as plus de sang-froid qu’un serpent
  • Il n’y a rien de pire quand on est dans un trou que de continuer à creuser
  • on est toujours responsable de ses gosses, mais la société l'est aussi
  • la seule chose qui récupère l’humanité est la coopération
  • comment ça on ? Comment ça « comment ça on ? » ???
  • n'alimente pas la haine dans un monde en manque de paix
  • toutes ces choses qui nous font peur quand elles ne nous font plus rire
  • l’or corrompt la sagesse et n’a jamais fait le bonheur
  • tu n’es pas un monstre, c’est ton acte qui l’est
  • La connerie c'est un peu comme la mort : le mort ne se rend pas compte qu'il est mort, et tout le monde est triste pour lui... Le con c'est pareil !
  • Je veux savoir pourquoi tu veux savoir
  • C’est comme si on chopait un alcoolique et qu’on lui faisait un shoot à l’héroïne
  • D’origine très diverse, mais on se complète, on s’enrichit de nos différences même
  • Les deux scénarios sont possibles mais aucun n’est probable
  • à l'ouest rien de nous vaut le détour
  • je t’aime pour ce que tu es … et pourrais être
  • la table était dressée mais où étaient les gens biens sensés s’y attabler ?
  • l’Amour c’est être à tout moment honnête avec soi-même et avec l’autre, sans chercher à changer soi-même ou l’autre de manière fondamentale
  • Les conneries c'est comme les impôts, on finit toujours par les payer. [Michel Audiard]
  • Mieux vaut se faire trahir par un ami que de lui refuser sa confiance
  • Y a ce dont on se souvient et ce que les autres nous rappellent
  • C’est pas une histoire de compréhension, juste histoire de cul, tu peux pas comprendre
  • Met tes mains dans la terre avant de récolter : seul le jardinier connaît les raisons du bonheur car il faut planter les graines avant d’obtenir de belles fleurs
  • Le chemin est comme à l’allée, mais au retour
  • ‎Les rumeurs, comme les infos, ne servent que lorsque l’on en a besoin
  • Plutôt ton corps sera beau, moins ton âme aura envie de le quitter
  • On ne se nourrit bien qu’après une bonne mise à mort
  • Le roi, fainéant, des animaux de la savane n’est jamais que le fils d’une reine
  • C’est pas parce que t’as jamais vu un lion chasser (ce sont les femelles qui le font) qu’il est végétarien (une fois la proie morte il mange en premier)
  • Société idéale : les mères règnent sans se prendre pour des mâles
  • Manureva : en tahitien, oiseau du voyage : point culminant de l'île Rurutu en Polynésie française
  • De l’exigence à l’abus, il n’y a qu’un pas
  • Tout commence en religion et tout finit en politique
  • C’est pas les idées à la con qui manquent, c’est la conviction à les réaliser
  • C’est pas grand-chose mais c’est déjà quelque chose
  • Les expériences artistiques les plus ridicules sont celles qui vieillissent le mieux
  • L’insouciance est la condition d’un bon trip
  • Je ne fais que passer pour voir dans quel état je suis
  • Pied au plancher, j’ai dérapé, je me suis planté
  • Je te suis, mais de très loin
  • Joue avec le monde comme le chat avec une souris
  • Quand on nie tout, à force on finit par vous croire
  • Elle est un canon, lui un boulet
  • Elle a une très forte paire-sonnalité
  • Célibataire, je suis très Libre
  • Les survivants avaient à peine la force d’enterrer les morts
  • Je suis comme Sharon et les roulants, stone
  • Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent
  • On est plus près du cœur quand la poitrine est plate (Châteaubriant)
  • Comme le chien, j’ai le sourire dans ma queue (Victor Hugo)
  • Il faut donner du temps au temps (Cervantès)
  • Tu es un exemple pour les « sois belle et tais-toi »
  • Tu peux mettre la langue, elle sent plus rien là
  • Elle est omnichiante
  • À ma décharge … publique
  • C’est ni bien ni mal, c’est comme ça c’est tout
  • C’est comme un film d’horreur sans fin
  • Je peux changer ta vie, pas effacer ton passé
  • Les humains ne changeant jamais, ils ne font rien d’autre que devenir eux-mêmes
  • Un code/mot de passe ne doit avoir aucun rapport avec sa vie
  • En "2000 ans" de civilisation (chrétienne en tout cas), 13 années de guerre pour un an de paix
  • On se bat pour une si grande cause qu’on l’a tous oubliée
  • Mon intérêt est que tu prennes tous les risques et qu’on partage les profits et la gloire
  • La vie est un jeu dangereux
  • Les boîtes de nuit imposent une dictature à l’entrée pour offrir la démocratie à l’intérieur
  • Continuité dans la rupture
  • La sodomie c’est se casser le cul à rentrer pour se faire chier dessus
  • Tellement la belle des champs que tu laboures/l’a bourres
  • Ceux qui en parlent le mieux sont ceux qui n’y ont pas accès
  • Quand t’es dans la vague de la tendance, faut surfer sur le meilleur au risque d’être submergé
  • Trouver l’émotion que tu n’as pas mise dedans
  • Crame ta vie aux courses … de supermarché
  • si vous pouviez Respecter x nous ne vous détesterions qu'un peu moins fort
  • les cadres te forment puis t’enferment
  • un peu plus ce serait trop
  • un mensonge digne de vérité
  • sorry, j’ai encore pas réfléchi avant de parler mais après, quand c’était trop tard pour se raviser
  • c’est soit la baby-sitter soit le congélateur
  • il reste de x … ah beh non, suis-je bête, question idiote, t’as sûrement déjà tout vidé
  • y a plus rien, j’ai tout jeté mes bouteilles de vin, en vain, à la mer par les toilettes
  • quand ils disent « à consommer avec modération » ce n’est pas qu’à cause du poison, mais aussi pour plus d’appréciation
  • j’apprécie l’instant présent car après je ne m’en rappelle plus
  • pas tous, ça veut quand même dire quelques-uns
  • sans excès tout est bon, même le sexe
  • faut encore plus se méfier des "civilisés" propres sur eux
  • c’est bon, elle a de l’imagination
  • je viens te sucer ta substantifique moelle en te collant au cul l’usb de mon disque dur externe
  • prix à rallonge, affiche publicitaire n’est pas assez grande et faudra payer avec une brouette
  • comment ça y a un code ?, et 666 en plus ?!
  • d’où tu sais ça toi ? Qui qui te l’a dit ???
  • ah beh non, t’étais pas là, c’était pas toi ! Bah ouais, je sais
  • fais-le pas : just don’t do it
  • la rythmique c’est le nerf de la guerre, le fil conducteur
  • il nous l’a dit mais nous a dit de ne pas le dire
  • arrête les drogues avant qu’elles ne t’arrêtent
  • elle voudrait bien (plus) mais y a plus rien
  • le temps que je me dise qu’il faudrait peut-être en laisser aux autres il y en avait déjà plus
  • ce n’est pas instructif à expliquer, c’est juste beau à contempler
  • c’est joli à entendre
  • il est super bien : tu le poses dans un coin, il ne bouge plus ! Bonne description !!!
  • eux vont aux puces, nous aux putes, voir les dames à Hamster dames (elles qui gardent tout dans leurs abats-joues)
  • pas en kilomètres, en heures, car ça tourne et monte
  • eux sont chez eux, toi t’es pas chez toi
  • dur le matin et le soir, comme le lundi
  • écouter avec les yeux, regarder avec les oreilles
  • c’est parce que normalement j’aime bien que là je trouve ça moyen moins
  • si là tu n’es pas mal à l’aise c’est que tu es m’en-foutiste
  • le principal ennemi est le frère/la sœur ou le voisin
  • à trop vouloir séduire, certains oublient la vigilance
  • je suis comme un poisson rouge qui a sauté de son bocal/aquarium et s’est retrouvé dans les égouts
  • il y a la bonne façon, la mauvaise façon, et ma façon
  • toutes les femmes sont assez bien pour moi
  • le réveillon chez x était la pire soirée de ma vie car personne n’avait l’heure
  • t’as pété ?, ça sent la weed/l’herbe fraîchement coupée
  • on ne va pas en reparler mais je voulais juste dire/rajouter que
  • la critique est aisée, mais l'art est difficile
  • gouverner c’est prévoir
  • tomber en pâmoison (évanouissement, syncope)
  • un petit bémol dans un concert de louanges
  • un éloge panégyrique : discours d'apparat prononcé devant le peuple lors des grandes fêtes religieuses, exaltant la gloire nationale et vantant les avantages de telle ou telle entreprise ou voie politique
  • parvenu "m'as-tu-vu"
  • proverbe italien "se non è vero è bene trovato" : si ce n'est pas vrai, c'est bien trouvé
Repost 0
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 17:06
  • Le monde est moche mais la terre reste belle
  • La naissance n’est que le début de la Mort
  • La conclusion est l'endroit à partir duquel vous en avez eu assez de penser. "Arthur Block"
  • ne pas avoir de projet c'est programmer sa propre défaite
  • "Les humains ne veulent pas ce qu'ils font, mais ce en vue de quoi ils font ce qu'ils font." Platon
  • Je ne suis pas fainéant, c’est juste que mon état d’esprit me prémunit de travailler trop dur
  • La parole dort car le silence est d'argent
  • Le devoir d’une éternelle fidélité est de créer de l’infidélité (Rousseau)
  • Seuls les chiens sont fidèles
  • J’attends la mort comme une délivrance de cette vie rance
  • Faire du train-train quotidien quelque chose d’inattendu
  • La mémoire se transmet, l’espoir se donne
  • C’est malheureux de s’égarer, mais il y a pire que de perdre son chemin, c’est perdre sa raison d’avancer
  • On ne sait pas qui j’existe
  • Ne me laissez pas m’éteindre, je m’incendie, je me consume à petit feu
  • Je regarde loin à l’horizon puis je regarde le chemin pour ne pas me prendre les pieds dans le tapis de la vie
  • L’humain est très habile pour casser ses rêves en cauchemar, comme un gamin capricieux qui démoli son jouet préféré
  • Je suis une montagne qui surplombe et regarde de haut les vallons des plaines
  • Seul l’horizon lointain, inatteignable, t’attend
  • Je vois que t’as l’œil ! Beh, c’est juste qu’on voit que ça
  • À peine levé je me dis vivement qu’on se couche
  • Épuisé, on l’a ramassé à la petite cuillère tellement il était à la ramasse
  • Je suis une porte sans poignée ni serrure
  • Souffrant d’insomnie, j’échangerai matelas de plume contre sommeil de plomb (Pierre Dac)
  • Grève de la fin
  • Y a que quand tu parles que t’es beau
  • Les humains amassent les erreurs/horreurs de leurs vies et créent un monstre : le destin (John Hobbes)
  • Dans le terreau de mes peurs, au plus profond de mes cauchemars, se cache la matrice des monstres enfouis en chacun de nous, un Léviathan d’ombres, un golem de violence
  • Hier c’était l’Histoire, demain sera un mystère, aujourd’hui est un instant de vie, un présent à savourer
  • La Nature est la plus grande avorteuse
  • La mort est la règle, la vie un accident
  • Tu es le soleil de ma vie, l’ange de mes nuits que tu éclaires avec ta lune pleine
  • Les bobos sont passés du noir Révolutionnaire le poing levé au rouge évolution avec le petit doigt en l’air
  • Je vis mes nuits au jour le jour
  • Le big-bang est comme un mix entre un big-band jazzy en impro organisée et un gang-bang organisé qui part en impro
  • Comme beaucoup sans doute, je cherche un équilibre et je me fais l'effet d'être un campeur qui dort sur un terrain qui penche, d'où un certain malaise
  • J’étais aveugle et grâce à toi la lumière fut
  • Je suis un (nain) pro … visateur
  • La musique adoucit les mœurs et les humeurs autant qu’elle nourrit son Homme et son âme
  • Je suis bourrée, j’ai bien envie de découcher me faire débourrer {assouplir un cheval, le rendre propre aux usages auxquels on le destine ; faire s'ouvrir les bourgeons} avant d’aller me coucher
  • On compte les mois autant que les émois
  • Ça exacerbe mes désirs, même si ça exaspère mes passions qui espèrent
  • Bientôt je serai trop fatigué pour me lever du canapé pour aller me coucher puis me réveiller le lendemain
  • Cosmos intergalactique : matrice des matrices
  • You can’t fear my live, you can’t feel/fall my life
  • À 100% je suis pas sûr
  • Je suis rattrapé par mes fuites
  • Même dans l’accouplement on était découplé (des couples hé)
  • Fais semblant même si c’est un faux-semblant
  • Il gagne à être connu, et c’est comme ça qu’il gagnera sa conne nue
  • Les larmes ont laissé une trace collante sur la joie
  • Il est jamais trop tard pour mâle faire
  • Y a eu confusion lors de la fusion du con
  • La langue si prête s’y prête
  • La galanterie est l’hypocrisie du mâle
  • Dire que les femmes sont supérieures juste pour dire qu’elles ne sont pas nos égales/ego {Sacha Guitry}
  • Les oh et les bah
  • Nous ne sommes pas une époque mais un mouvement
  • Ça pue l’ego, remontée des mauvais goûts
  • Ne rien dire est pire que mentir
  • C’est quoi ce jour/nuit qui se lève/couche en pleine nuit/jour
  • Une floraison de florilège
  • Je vais vous laisser souffler ! Mouais, c’est surtout que t’as envie de t’essouffler ailleurs
  • Arrête de boire, j’ai déjà assez repêché de bars qui faisaient de la natation dans le caniveau
  • Y a que la culture qui se doit d’être pauvre
  • Compagnon de route de personne, à peine de mon ombre
  • Tu n’as d’égal à ta bêtise que ton incompétence
  • Les hommes s’emmerdent sans les femmes mais les femmes emmerdent les hommes
  • C’est un cadeau autant qu’un fardeau
  • Chéper haut/ô/au(x) possible(s)
  • Sur ce, je sursois à la conversation
  • Que ne suis-je ce que j’ai (jamais) été
  • Y a pas eu des chaudes fourrées
  • J’ai la tête dans le cul, ça aide pas à avoir les idées éclaires
  • Aux gens trop enthousiastes je dis « calme ta joie » tu me fatigues et y a pas de quoi éructer comme ça
  • L’étroit de cœur
  • Le plus difficile est de savoir vanter son incompétence
  • Fatiguée tu auras les yeux au milieu de la figure
  • Excuse-moi, c’est la joie, je m’emporte ! Ouais beh vas-y mollo sur la joie, rabat-la
  • La place d’une jolie femme est aux bras d’un aveugle qu’elle guide dans ses pas
  • T’es le plus adorable looser que la Terre ait porté
  • Ne jamais se dévoiler devant quelqu’un qui n’a pas besoin de savoir
  • On m’apporte que les problèmes, jamais les solutions
  • Tu as les yeux tristes
  • Je te demande un conseil, c’est un ordre
  • Jai perdu mon enfance, ma jeunesse, ma vie d’adulte, mais j’ai réussi ma mort
  • Cette émotion n’est pas mort-née, elle partie après une minute de vie, juste le temps de lui donner un nom
  • Ça ne serait pas perdre ton temps mais mon temps, et j’en ai pas tant
  • Le monde est bien plus intéressant quand tu es là, bien présente et que tu m’y guides
  • Après avoir offert un câlin, elle donne son corps et paye de sa personne en vendant ses charmes
  • T’arrête pas j’arrive … enfin si j’y arrive
  • C’est triste, lamentable, mais ça va beaucoup mieux
  • On va tous pourrir, certains même en étant encore en vie
  • J’ai dû être reine dans une vie antérieure pour être Cendrillon dans ce cauchemar
  • Je vais ramer mais je vais la ramener
  • Je te connais par cœur : en long, en large, en travers, en profondeur
  • Pauvre sot, tu n’es digne que de mon indifférence
  • Méfie-toi de la ruse de la femelle veuve noire en rut majeur, malgré ses bruissements, va droit au but – entre les perches – sans tomber dans les fils de la toile qu’elle t’aura tendu/tissé pour te piéger
  • Cette new wave déferlante est une lame de fond qui écorche le corail telle une scélérate qui décape
  • Redonne un sens à ta vie en y mettant de l’Amour et de la poésie
  • Ce qui est une bonne chose car dans la vie il n’y a pas que de bonnes choses
  • Le rire est un déploiement subi, incontrôlé et souvent coloré de nos cordes vocales euphorisées
  • La vulgarité est au comique ce que le slip sale est au gentleman
  • J’étais (é)talonneur et à l’époque c’était du sport, j’hésitais pas à monter au filet
  • T’es dans la lune et t’as vu une martienne
  • L’essentiel n’est pas que ça finisse bien, mais que ça commence puis dure bien
  • L’imbécile regarde le doigt quand celui-ci pointe la lune
  • La peur nourrit/pourrit le cœur
  • Si tu sens qu’il y a une ouverture, rentre dans la brèche et tu t’y prends comme tu veux, pas comme un manche, enfin …
  • Et plus si affinité et emphase/en phase
  • Ça te fait vibrer la corde sensible du string
  • L’absolu est une porte grande ouverte sur le néant
  • Tellement il me toise j’en reste pantoise
  • Je dépense tous mes pourboires pour boire ailleurs et arrêter de penser
  • Je me sens las ! Tu veux qu’on s’enlace ? Merci mais non merci, tu sens l’ass
  • Face à tout ce qui porte culotte je décalotte
  • C’est un jour comme aucun autre jour
  • Contrairement au dauphin (qui en a besoin pour penser à respirer), si l’humain ne rêve plus il meurt
  • Ta vie sera passionnante si tu es passionné
  • Je suis la lune, de miel comme de fiel [liquide amer, verdâtre, contenu dans la vésicule biliaire]
  • Oui je sais, je suis bien d’accord, mais voilà c’est comme ça, y a pas à épiloguer
  • C’est pour ton bien ! Ouais bin, t’occupe pas de mon bien-être, il m’appartient en propre
  • Je suis mon seul partenaire, au moins je suis sûr d’être le seul responsable de mes bêtises
  • Bonjour et merci … désolé je sais pas faire long mais j’espère que ce discours vous a plu
  • Je ne bois que pour oublier la lie de ma vie alalie {impossibilité de parler} qui va à vau-l’eau {au fil de l’eau, sans maîtrise}
  • En accord avec mon corps je dis encore
  • Volontiers réfractaire ou volontiers volontaire ?
  • Avoir tant perdu et vouloir perdre encore
  • Écrire nous apprend à rester vivants
  • Montrer que tout va bien pour ne pas faire entrer la peur dans le foyer, la femme faisant semblant de nous croire
  • On veut bien mourir mais pas obéir à n’importe qui/quoi
  • Se montrer qu’on a du courage, enfin, je me comprends, surfer sur le courage des autres
  • Pas de morts parmi nous, que des héros martyrs
  • Le nid des baisers
  • Le gagnant sera celui qui ne veut pas perdre
  • Obéir à sa nature puisque rien ne dure
  • À la der des ders on se bat d’autant plus que c’est la dernière des guerres
  • Quand la Mort rôde, on ne rit plus du curé
  • En finir vite en se sacrifiant plutôt que de souffrir encore longtemps
  • Anéantir soulage la haine
  • Liberté du sacrifice {pas sûrs de cette partie}, Égalité dans la souffrance, Fraternité dans l’épreuve
  • Choix entre défaite évitée et victoire inutile
  • Tout ira plus mal avant d’aller plus mieux
  • Ça ne sert à rien de la fermer après, fallait ne pas l’ouvrir avant
  • Tu es came isolé pour te protéger de toi-même
  • Parmi nous certains semblent ne pas être ce qu’ils prétendent/s’imaginent être
  • La seule chose à faire est de ne rien faire, se précipiter à attendre
  • Chaque cellule est un être indépendant qui se bat pour sa survie et sa reproduction
  • La tactique du tactile
  • L’attente est la mort de la motivation
  • Il ne faut pas se droguer plus vite que la musique
  • Tous les trucs de ma vie je ne les fais jamais mais je le fais bien
  • En périphérie principale
  • Haine car désir primitif des hommes et jalousies maladives des femmes
  • Écoute le texte qui comme les Rice Krispies te parle à l’oreille
  • Fais-moi connaître ce que je n’imagine même pas ! Ah oui, en voilà une super idée qu’elle est bonne
  • Ils ne disent pas que des conneries, mais faut trier dans le tas des conneries qu’ils disent
  • Tu as l’air d’un ange dans les nuages
  • Tu me fais parler de moi pour ne pas (s)avoir [à] parler de toi
  • Les femmes ont du mal à se laisser aller ! Non, elles ont juste peur d’elles-mêmes, rien à voir avec l’autre
  • Pour montrer à quel point il est inoffensif, il arbore un sourire charmant … mais trompeur
  • Les femmes veulent toujours payer leur part, sinon c’est comme si elles étaient redevables  et devaient passer à la casserole pour rembourser le repas
  • En confiance, je l’invite à prendre un dernier rire
  • On se fait signe prochainement, plus tard, ce soir, demain ou après-demain … ou un de ces quatre matins
  • Lui fais-je/dis-je avec pragmatisme
  • Je lui concocte une infu pour qu’elle épouse le silence de la nuit
  • Personnalités à la carte : chapeau l’artiste
  • Se baigner dans son reflet, pas comme Narcisse qui s’y est noyé
  • Se multiplier à l’infini, tel un mutant moléculaire
  • On n’est pas obligé de revêtir les habits d’un autre (voire même d’un moine) pour obtenir ce qu’on veut
  • C’est dingue qu’il croie que dans sa course folle à la gloire il puisse imaginer un instant que je représente un obstacle
  • La vie m’a appris la vie autant que la Mort m’apprendra la mort
  • En vase clos, en voisinage collé-serré, tout le monde sait tout ce que tu n’as pas envie qu’ils sachent
  • Confondre les lumières d’une étoile et d’un réverbère
  • Je te fais une proposition indécente comme dans le film, sauf que je ne suis pas millionnaire pour un sou, ni même Robert Redford
  • Souvent on fait le clown auguste {celui au nez rouge = Arlequin : il est totalement impertinent, se lance dans toutes les bouffonneries. Il déstabilise le clown blanc dont il fait sans cesse échouer les entreprises, même s'il est plein de bonne volonté} pour ne pas montrer le triste sir du clown blanc en nous {vêtu d'un costume chatoyant et sérieux, est, en apparence, digne et autoritaire. Il porte le masque lunaire du Pierrot. Une mouche, référence certaine aux marquises, est posée sur le menton ou la joue. Le clown blanc est beau, élégant. Aérien, pétillant, malicieux, parfois autoritaire, il fait valoir l'auguste, le met en valeur}
  • Ta version pirate n’est pas à jour
  • Le ciel se couvre, fermant le dehors au reste du monde
  • Il ne faut faire confiance à personne, de même qu’on ne peut se fier à son propre jugement, qui n’a aucune valeur dans ce monde
  • Solitude et besoin de communication sont plus forts : il faut que je parle à un autre être humain
  • J’ai des cousines partout et pour tous
  • Fermer les paupières sur ses pensées
  • Je te croyais plus jeune que moi, du coup c’est moi qui aurais des choses à apprendre de toi
  • Mon erreur de jugement m’a ébranlé, je suis resté pensif toute la soirée
  • Je comprends que c’est dur et qu’il faut survivre, mais faut rester humain donc arrête de toujours chercher à profiter des gens
  • Faux-farceur qui joue sur ce que les gens veulent voir malgré la lourdeur apparente de son comportement
  • Jeu subtil avec les gens où ils sous-estiment mon côté x, se sentent flattés en même temps qu’ils ont le sentiment désagréable que je me moque d’eux
  • Je suis un humain libre mais très influençable
  • La peur provoque un éclair de dents, de blancs dans l’obscurité
  • Il part en zigzaguant comme un fou en plein délire cherchant à s’évader de lui-même
  • Seul signe extérieur de mes sentiments intérieurs
  • Quand j’embrasse les flammes de x, qui est-ce que le feu purifie à ma mort, moi ou l’autre ?
  • Nous construisons le chemin autant que le chemin nous construit
  • seule une personne Libre est responsable, et la responsabilité mène à la Liberté
  • regarder le monde devenir rose, puis rouge, et enfin noir
  • il ne me ferme pas les cicatrices mais ouvre de nouvelles blessures en moi
  • se marier avec une femme belle … mais à l’intérieur
  • quand t’es au chômage tu n’as aucun week-end, tu n’as que des week-ends et c’est horrible à force de ne rien foutre de la semaine
  • souvent réveillé par rien, un bruit, une pensée
  • on est jaloux de ce dont on n’a pas l’habitude
  • peut-on devenir indépendant du Net/de fb ? Non, car on devient de plus en plus dépendant
  • quand on n’a pas le choix (ou qu’un seul), y a qu’une solution
  • l’appétit vient en enfournant
  • du 95D, claro que je vais pas laisser passer ça
  • normalement, je devrais garder une distance de sécurité, gérer un périmètre sans danger
  • cette femme est un volcan en sommeil que je vais réveiller par mes secousses sismiques
  • elle n’est pas qui elle croit être, pire elle se ment à elle-même
  • nous visons tous dans nos illusions plutôt que d’essayer de trouver notre place dans ce monde
  • on risque de ne pas crever en fin de compte
  • affinités électives
  • ma meilleure amie est une sœur qu’on a choisie
  • j’étais assez au sommet pour être assommé
  • mes travers me permettent de traverser
  • je me suis noyé avec elle dans un corps à corps dans le cours d’eau
  • quand le tabou se soulage, la sexualité se débride
  • que x, c’est une chose... que y, c’en est une autre qui ne devrait pas être
Repost 0