Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 16:24

 

  • Il ne faut jamais s’apitoyer sur l’instant présent, ça peut toujours être pire.
  • La vie est un livre qui ne se lit qu’une fois et dans un seul sens, le libre arbitre décidant du contenu de la page suivante.
  • La dépression n'est pas un signe de faiblesse mais un signe que l'on a essayé trop longtemps de se tenir fort.
  • " Si le Bonheur est hors de prix, trouvez le moyen d'emprunter ! S'il vous semble abordable, laissez tomber, c'est une contrefaçon ! "
  • "La clarté ne naît pas de ce qu'on imagine le clair, mais de ce qu'on prend conscience de l'obscur."
  • « Œuvrez ! Car on facilitera à chacun la voie pour laquelle il a été créé »
  • "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière." - Michel Audiard
  • À tout moment spécial de notre vie correspond un son / une chanson, si bien que les musiques forment la bande originale de toute une vie
  • L'humain est complet. Il a juste à comprendre la part de lui qu'il juge étrange pour s'aimer pleinement et tirer profit de sa diversité.
  • «Nous apprenons la sagesse de l'échec bien plus que d’un succès. Nous découvrons souvent ce que nous ferons, en découvrant ce que nous ne ferons pas." - Samuel Smiles
  • "Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit". Khalil Gibran
  • là je suis bien, mais est-ce seulement ce que je veux ?
  • qu’est-ce qu’il m’arrive, je dérive ! Pourquoi moi, je ne sais pas
  • je suis ce que je fuis
  • Le boulevard des souvenirs est une rue mortelle … où c’est opération ville morte quasiment tous les jours
  • Near Death Existence : vivant en état de mort avancée
  • La Mort est un chemin tortueux vers le Néant, sans savoir ce qu’il y a derrière
  • La cérémonie funèbre c’est mettre au centre de la vie des personnes qui n’en font plus partie
  • Enterré comme un chien, qui déterre les os
  • La Mort n’est pas la fin du monde : on est né et préparé à ça
  • Par rapport aux morts d’antan/dans (le) temps, nous sommes des survivants du contemporain
  • Plutôt que de retenir le mort, le rite funéraire est là pour couper les liens avec le mort et réarranger les rapports entre les vivants
  • On naît dans la douleur de la mère, et on meurt dans la douleur de ceux qui nous aiment
  • Convergence des réalités et contingences du réel
  • Bon vivant rime avec prévoyant
  • Plus il est inaccessible, plus le rêve est convoité
  • Avec les drogues on ne sait jamais si c’est des capacités nouvelles ou des illusions transitoires
  • Jouer, rire, grandir puis jouir, pleurer, mourir
  • D’où et vers où je viens, je vais mais aussi suis
  • Je n’en reviens toujours pas d’être arrivé là, aussi bas : dure la chute
  • J’en ai marre des incertitudes, mais j’ai encore plus peur des mauvaises certitudes
  • Tu fais les bons raisonnements mais les choix opposés
  • Un jour trop tôt, une seconde trop tard et c’est le drame
  • Quand j’ai peur je m’enfuis, je lâche tout/tous et bois tout seul : les grands classiques quoi
  • Faut toujours jouer jusqu’au bout, peu importe les conséquences
  • Les dés roulent de la même façon pour tout le monde
  • Ne jamais tenter le sort
  • La chance ça se mérite/travaille
  • Le chagrin est une soif que rien n’étanche et que parfois peu n’épanche (faire couler)
  • C’est la peur de la Mort qui mène les humains, c’est la source de tous nos malheurs
  • Domine ta peur et tu seras plus fort que la Mort
  • Accepter sa Mort c’est s’en détacher
  • on reconnait le bonheur au bruit qu'il fait en claquant la porte
  • Je me déteste, mais c’est tellement bon
  • Partout la mort rode, guettant la moindre défaillance
  • De chaque journée, nous faisons ce que nous décidons d'en faire !
  • Nous sommes tous obligés, pour rendre la réalité supportable, d'entretenir en nous quelques petites folies.
  • je ne crains personne d'autre que moi-même
  • " L'optimisme c'est une histoire de patience avec le temps ! "
  • " La vie, cette mystérieuse, qui fait parfois de soi un parfait inconnu ! "
  • « Le goût de l’absolu exige une sensibilité et une fragilité invincible ! »
  • On n’est jamais vraiment seul quand on pense, mais, selon les jours on est plus ou moins bien accompagné
  • Tout ce qui vous arrive, vous l'avez attiré et c'est soit un défi soit une chance !
  • La plupart des hommes sont endormis dans l'antichambre de la vie et ils rêvent qu'ils sont en train de vivre. Pensée soufie
  • qui connaît vraiment le fin mot de l'histoire ?
  • je fais ce que je peux ! Oui beh c’est pas assez !!!
  • " Je pense donc je suis... dans la merde ! "
  • c’est facile de changer, ce qui l’est moins c’est de ne pas redevenir comme avant
  • Le sage attend de voir, pour peut-être un jour, savoir qu'il ne savait rien.
  • il vaut beaucoup mieux suivre très mal sa propre voie que très bien celle d'un autre.
  • Apprendre, pour Socrate, c'est se ressouvenir de ce que l'on avait oublié.
  • " Le temps, trop tôt, trop tard, le temps n'est jamais à l'heure ! Le temps n'a pas le temps, le temps se précipite quelque part. Regardez le filer, il est déjà parti, vous hurlez attends-moi, mais le temps est parti, il doit rejoindre la vie ! Le temps ne comprend pas, vous pourriez le supplier, vous pourriez le maudire, mais c'est la vie qui va... ! "
  • Il n’est jamais trop tard pour commencer une nouvelle version de ce qu’on n’a pas terminé
  • L'ennui fait le fond de la vie, c'est l'ennui qui a inventé les jeux, les distractions, les romans et l'amour
  • "Le seul mauvais choix est l'absence de choix." (Amélie Nothomb)
  • Elle est pas triste la vie ? Le bonheur, si je peux !
  • L'idéal est une fleur dont les conditions matérielles d'existence constituent la racine. Proudhon
  • la vie ne vaut rien, c'est tout le reste qui coûte
  • « L’intelligence sert à tout et dessert l’essentiel ! »
  • Ne te caille pas le lait
  • «C’est dans vos moments de décision que votre destinée prend forme.» – Anthony Robbins
  • L'humour est une disposition d'esprit qui fait qu'on exprime avec gravité des choses frivoles et avec légèreté des choses sérieuses. (Alfred Capus)
  • "N'allez pas là où le chemin peut mener. Allez là où il n'y a pas de chemin et laissez une trace." (Ralph Waldo Emerson)
  • Les larmes sont le sang du cœur, Quand il n'y a plus de sang dans le cœur, On meurt de chagrin.....
  • Il faut, au moins une fois dans sa vie, avoir connu une joie mauvaise, ne serait-ce que pour savoir le goût que ça a. CAVANNA
  • "Ce qui est passé a fui ; ce que tu espères est absent ; mais le présent est à toi."
  • Après tout, il faut avoir une jeunesse. L'âge où l'on se décide à être jeune importe peu... (Duvernois)
  • "La vérité est amère mais ses fruits sont doux."
  • "Lorsque tu vins au monde, tout le monde était content et toi tu pleurais. Vis de telle sorte que lorsque tu mourras, tous pleureront et tu seras heureux."
  • "L'erreur n'annule pas la valeur de l'effort accompli."
  • Nos erreurs nous poursuivent et nous rattrapent toujours, tôt ou tard
  • Ce que je dois faire est de ne pas fuir
  • Je vous quitte comme j’ai vécu, sur un malentendu non attendu mais étendu
  • Pas d’avenir sans confiance dans le présent
  • Sans confiance tout est impossible, rien n’est possible
  • Rendre l’impossible possible, l’impensable pensable et faisable
  • chassez le naturel, il revient au galop (pas d’essai)
  • À contre-courant, contre vents et marées, à travers la tempête dans un verre d’eau
  • Pour réussir, il faut en rêver encore plus que les autres
  • Des rêves plein la tête, qu’il fuit avant qu’ils ne deviennent des cauchemars entêtants
  • Ceci dit c’est la vie
  • Mon indifférence à la vie comme à la mort est sans commune mesure
  • Qu’on me libère ou qu’on me laisse mourir
  • Violente douceur, apaisante force
  • Je ne prendrais jamais ma retraite, juste les choses plus à la légère
  • Qu’est-ce qui m’arrive, je dérive ; pourquoi moi, je ne sais pas
  • La naissance est l’origine de la solitude par la coupure du lien avec la mère
  • L’ADN n’est qu’une partition que chacun interprète à sa façon (différence de seulement 0,01%)
  • Notre vie porte en elle nos ancêtres morts depuis des générations
  • Ce qu’on ne peut supporter, on peut toujours le contourner
  • On se doit d’utiliser sa peine et sa douleur pour se battre dans la vie triste et tragique
  • Les évènements n’ont jamais le même poids selon le contexte
  • C’est quand on croit connaître les rouages de la machine qu’on voit le grain de sable
  • L’enfant qui sommeille en nous nous évite de devenir dingue
  • La seule façon de se prouver qu’on est vivant est de tutoyer la mort
  • Je veux faire tout ce qu’il y a à faire pour ne pas me demander comment ça aurait pu être
  • Ce qui nous fait avancer sont les risques qu’on se risque à prendre : soit la déception, soit l’avenir
  • Ce qu’on attend le moins est ce qu’on désire le plus
  • La vie est écrite en tout petit, pour voir toute la page qui se tourne il faut prendre du recul
  • Beaucoup ne savent pas qui ils sont ou qui ils veulent être
  • La chance frappe souvent à notre porte mais si on n’est pas attentif on ne la fait pas entrer
  • Les adultes sont des enfants ratés/perdus
  • La seule chose qui m’effraie est la peur
  • Le temps ne fait rien à l’affaire
  • Pourquoi c’est toujours après que je sais ce que j’aurais dû dire
  • Chacun voit midi à sa porte : Dans les campagnes, il était fréquent que soit installé un cadran sur la façade de la maison orientée au sud, la plupart du temps au dessus ou à proximité de la porte d'entrée. L'imprécision des cadrans solaires ordinaires étant notoire, deux voisins, chacun avec son propre cadran solaire, pouvaient ne pas voir midi au même moment.
  • C’est moi qui contrôle ma vie, pas toi
  • Mise en bière : Le mot bière dans cette expression est issu du francisque "bëra", civière (XIème siècle). L'évolution sémantique de ce mot reflète l'histoire sociale du mode d'ensevelissement des cadavres au moyen âge ; du Vème au VIIIème siècle, la coutume était en Europe occidentale et centrale d'enterrer les morts à même le sol, quelquefois sur une planche, très rarement dans un réceptacle. Originellement, bière désigne la civière sur laquelle on portait les malades, les blessés et spécialement les morts, et que l'on abandonnait fréquemment comme couche avec ces derniers.
  • Grâce à toi, voire à cause, je suis encore vivant, mais je ne sais toujours pas (pour) quoi faire de cette « chance » en plus
  • Je contrôle ma vie et l’heure de ma mort
  • Personne ne contrôle la vie et la mort, sauf à prendre une vie en donnant la mort
  • Passer sa vie à faire attention ou faire attention à bien passer sa vie
  • Laisser couler l’eau sous les ponts et en mettre dans son vin pour voir plus clair comme de l’eau de roche
  • Je n’ai de problème avec rien, c’est juste une question de contexte
  • C’est dur de se regarder sans se voiler la face
  • Le monstre en moi rend tout ce qui est bon et beau mal (-sain) pour finalement le détruire
  • Je crois que le monstre sera toujours là, mais je ne vais pas me laisser dévorer en entier
  • On ne sait jamais quand le monstre Godzilla peut se réveiller et faire trembler l’ilot de sérénité, l’envoyant ivre de folie tanguer sur les flots déchaînés et briser son élan sur les roches, se refermant comme une huître sans dire ce qui ne va pas, ou alors au mauvais moment
  • Certaines prises de conscience font prendre d’autres chemins, d’autres font foncer dessus quitte à se faire arrêter par un mur
  • La vie fonce comme une flèche vers la cible, le centre noir vers tout converge et rapporte un max, la Mort
  • Un ciel aigri qui fait grise mine
  • La vie est comme la marelle : de la terre au ciel tout est question d’adresse à cloche-pied, sauf que là c’est souvent à Colin-maillard (Le chasseur a les yeux bandés et les chassés tournent autour de lui en évitant de se faire toucher. Si le chasseur réussit à toucher un autre joueur, celui-ci s'immobilise et laisse le chasseur lui toucher le visage. Si le chasseur réussit à le reconnaître la personne au toucher, alors celle-ci prend la place du chasseur. Le nom du jeu viendrait de Jean Colin-Maillard, un guerrier hutois (ville de Huy), ayant combattu le comte de Louvain au Xe siècle et qui eut les yeux crevés au cours d'une bataille, mais continua à se battre, frappant au hasard tout autour de lui)
  • Quand je suis dans le doute je reviens en arrière au point de départ et je refais le parcours étape par étape
  • Tout ce qu’on a tenté n’a pas suffit sa peine de faire
  • Vivre peut être plus difficile que mourir
  • Philosopher c’est apprendre à vivre pleinement pour mourir tranquillement
  • Plénitude de la vie avant finitude de la Mort
  • La Mort c’est se préparer toute sa vie à ce qu’on ne vivra qu’une seule fois
  • Si je meurs tôt je serai star plus vite
  • Un jour ou l’autre mais pas si vite
  • Tu devrais arrêter de sourire, c’est malsain chez toi
  • les hommes aussi sont coquets sur le temps qui passe et défile au (ou défie le) cours de l'eau
  • " La vie ressemble à un conte ; ce qui importe, ce n'est pas sa longueur, mais sa valeur. " Sénèque
  • "On sait bien où l'on veut aller, mais on ignore quand, comment, par quel chemin on y parviendra. Inutile de s'en trop soucier d'avance; on verra bien..." (Théodore Monod)
  • Choisissez une étoile, ne la quittez pas des yeux, elle vous fera avancer loin, sans fatigue et sans peine...". [Alexandra David-Néel]
  • « Les  jours passent et se ressemblent »
  • La vie n’est que la répétition du même jour, le plus long, encore et « toujours », le mois, les années
  • ma place dans l’estime des autres, ou la fausse idée que je m'en fais
  • Le courage, c’est parfois de continuer de vivre.
  • Un vieux est un survivant.
  • Le Karma c’est la justice de demain sans la satisfaction d’aujourd’hui, et je ne crois pas en la justice (ne juge pas de peur d’être jugé comme disait l’autre).
  • Un plan est une liste de choses qui n’arrivent jamais comme prévues.
  • Les gens sont contents d’eux-mêmes plutôt que d’être en colère contre la réalité.
  • Oublier le passé, vivre intensément le présent sans penser à l’avenir.
  • Le passé reste dans le passé tout en laissant son empreinte dans l’avenir.
  • Le passé, pfff, c’est dépassé.
  • Trop bizarre pour vivre, trop rare pour mourir.
  • La douleur est toujours très proche du bonheur/plaisir.
  • Parce qu’on pense qu’il n’y a plus d’avenir, on ne pense plus au lendemain.
  • Le bon, le beau, le bien-être.
  • Le futur n’est plus ce qu’il était.
  • Quand nous sommes vivants nous luttons contre la mort, après nous luttons contre l’oubli.
  • La vie c’est aller vite, ne jamais se retourner, éviter les pièges, et tout ça tout seul.
  • Les sports extrêmes sont des initiations au défi et au risque/danger.
  • Comprendre les Différences c’est mieux se connaître, mais parfois celui qui n’a pas bougé de sous son arbre est plus sage que celui qui a tout vu.
  • Quand on veut construire l’avenir, l’idée de la mort est insupportable.
  • La vie c’est la mort en sursis.
  • La mort n’est ni une malchance, ni un hasard, ni une coïncidence, mais il n’y a pas d’échappatoire.
  • Le courage c’est parfois de continuer de vivre.
  • La vie est une malade mortelle sexuellement transmissible.
  • La vie m’a appris la vie.
  • Le cerveau reflète indirectement le monde des idées qui existent indépendamment de nous (Platon).
  • La zone frontale est intellectuelle, la médiane ou latérale est affective, la postérieure est active.
  • L’émotion guide la réflexion pour prendre une décision. La perception est la décision (on perçoit un fauteuil, on décide de s’y asseoir.
  • Pour atteindre la vérité, il faut creuser sous la surface.
  • Tout lasse, tout casse, tout passe.
  • La chance, c’est comme le tour de France : on l’attend longtemps et il passe vite.
  • On est la somme de ce qu’on voudrait être, de ce qu’on croit être et de ce qu’on est vraiment.
  • Si tu aimes le soleil, cours plus vite que les nuages pour rejoindre l’arc-en-ciel.
  • Un jour on se rend compte que la vie est bâtie sur du sable et que ce vide n’a pas de sens.
  • C’est le malaise du temps qui passe qui fait que l’on parle du temps qu’il fait.
  • On sait qu’on va mourir mais on n’y croit pas : ça n’arrive qu’aux autres.
  • Depuis que je sais que je ne suis ni le premier ni ne serai le dernier, je n’ai plus peur de la mort (Serrault).
  • L’important est de savoir où on va plutôt que de savoir d’où on vient
  • Le présent tourne à l’envers pendant que le futur file droit : il faut mettre les pendules à l’heure
  • N'attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive... et tu seras heureux. [Epictète]
  • Le spectacle du monde ressemble à celui des Jeux olympiques : les uns y tiennent boutique ; d'autres paient de leur personne ; d'autres se contentent de regarder. [Pythagore]
  • Travaille comme si tu n'avais pas besoin d'argent. Aime comme si tu n'avais jamais souffert. Danse comme si personne ne te regardait.
  • ne tue pas l'enfant intérieur!! c'est un peu mourir soi-même, c'est s'éteindre!
  • " La plupart des hommes emploient la première partie de leur vie à rendre l'autre moitié misérable. " La Bruyère
  • Ils passent la moitié de leur vie à s'enchaîner et le reste à se plaindre de leurs boulets aux pieds
  • Le pessimiste pense que le pire est là, alors qu’un optimiste dit que ça peut toujours être plus pire encore.
  • pense à cet instant même qu'elle est devenue un peu "folle"... mais en tous cas je n'en suis pas mécontente.... c'est ça qui me fait un peu peur en fait....
  • l'envie de mourir est un signe d'équilibre quand il est passager ... c'est lorsqu'on n'y pense pas que cela devient inquiétant
  • La vie n'est pas un restaurant mais un buffet. Levez-vous pour vous servir.
  • Buffet à volonté ? j’ai de la volonté à revendre, gavage !
  • Tout œuvre que nous ressentons par la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût ou le toucher est le miroir de nos propres sentiments et reflète une partie de nous même. la création de l’artiste n’est autre que la découverte et l’acceptation de lui-même...
  • Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remord pour le présent et une confiance inébranlable dans l’avenir" Jean Jaurès
  • parfois on se trouve dans le passé mieux que dans le présent. " Le temps révèle tout : c'est un bavard qui parle sans être interrogé. " Euripide
  • Après toute cette intro, j'en viens à la conclusion qui s'impose, même si elle est loin de faire l'unanimité auprès des autres colocs de mon cerveau
  • Faites que votre rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve. (A. de St Exupéry)
  • poser les bonnes questions pour avoir les bonnes réponses
  • La source de nos chagrins est d'ordinaire dans nos erreurs. Massillon (Jean-Baptiste) ; l'horreur est (in)humaine
  • Chéloïdes : scarifications ; autolyse : suicide.
  • Tout le monde est un peu fou, mais rares sont ceux assez fous pour être complètement fou.
  • On ne trouve guère un grand esprit qui n'ait un grain de folie.
    [Sénèque]
  • Il n’y a pas d’esprit dans ce corps.
  • Le vide est un vertige qui attire vers le néant.
  • J’ai toujours fait des cauchemars, mais là les fantômes n’attendent même plus que je dorme.
  • Vivre tue à petit feu, lentement mais sûrement.
  • L’optimiste est une coquille de noix qui ne se retourne pas.
  • Entre la vie et le rêve, entre ce qu’on dit et ce qu’on fait, il y a un monde/pont/nom/non.
  • Une fois qu’on a imaginé, la réalité est souvent décevante.
  • Changer c’est perdre pendant le transfert, évoluer c’est garder le meilleur.
  • Tu sais … je ne suis pas ! Tu as changé en voulant rester la même.
  • Faut en vouloir dans la vie ! Moi c’est bon, j’en veux pas !!!
  • Quand un vieux meurt, c’est une bibliothèque qui brûle
  • Là où il y a de la volonté, il y a de l’avenir
  • J’utilise mon cerveau pour le détruire
  • Même si ce n’est pas recommandé, je veux en re-commander une
  • Je bois avec excès, il est vachement plus sympa que modération
  • je passerai mon temps perché pour pas le voir passer
  • se rendre des comptes à soi-même, c’est exactement ça qui est usant
  • si la vie est un banquet, la mort en est le dessert
  • c'qui est con c'est que j'ai toujours envie de manger le dessert avant le plat de résistance... mais la vie à l'envers... c'est l'envers du décor de la mort ?
  • On se pose bcp de questions sur soi en fait
  • les réponses ne font pas forcément plaisirs, mais bon si au moins ça peut aider à s'améliorer et faire mieux avec peu d'ici peu
  • c pas les réponses qui m'emmerdent, c les mauvaises surprises!!
  • la vie ns facilite pas la vie ;-(
  • qui fait le bien reçoit du bien, qui fait le mal reçoit de l’argent
  • on désespère d’espérer, pourtant la vie m'a appris à ne pas espérer... ... mais bon... facile à dire... l'espoir ne fait pas vivre, c'est une excuse, un mensonge, un vilain secret de famille ;-)
  • tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir ? Non, tant qu’il y a de l’espoir il y a de la vie
  • Les TS ont un avantage, c'est qu'elles permettent de ne plus avoir peur de la mort, de s’en faire une allée et une porte de sortie. A partir du moment où la faucheuse fait partie de ses amis, qu'on la tutoie, alors on est sauvé pour la vie...
  • une nuit sans rêve ne vaut pas mieux qu'une vie sans magie!!!
  • Je préfère avancer dans le chaos plutôt que piétiner dans l'ordre
  • La vie est un long torrent tumultueux !
  • Serre ton bonheur, va vers ton risque, à te regarder ils s'habitueront.
  • Chaque problème a sa solution, mais toute solution pose problème !!!
  • Optimisme de la volonté, pessimisme de l’intelligence
  • Pessimiste par intelligence, optimiste par volonté
  • Chaque jour de plus est un jour de trop...
  • les cimetières sont remplient d'indispensables
  • vivre dans la peur de la mort, c'est mourir de nombreuses fois.
  • celui qui croit mourir plusieurs fois se sent au final vivre
  • c'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.
  • Le sage ne se montre pas, il brille. Il ne s'impose pas, on le remarque. Il ne se vante pas, on lui trouve du mérite. Il ne se pousse pas, il progresse. En revanche il faut quelquefois être un peu fou avec les fous.
  • " Chacun de nous porte un fou sous son manteau, mais certains le dissimulent mieux que d'autres. " Proverbe Suédois
  • j'suis folle mais pas méchante
  • est quand même heureuse d'être contente après avoir été longtemps furieuse d'être en colère...
  •  la paix des méninges
  • " On n'est jamais si malheureux qu'on croit ni si heureux qu'on avait espéré. " La Rochefoucauld
  • L'esprit est nourri par le silence de la nuit...
  • Forge la lumière à partir des ténèbres
  • Si les vivants vivent en paix, les morts reposent en Révolte.
  • Le temps que l’on passe à penser au temps passé est un temps perdu où on oublie de vivre.
  • La vie ou la mort, quoi que je choisisse c’est l’Enfer sur Terre.
  • L’espoir, à la vie, dure … tout comme l’espoir a la vie dure !
  • La vie c’est tuer pour survivre.
  • Qu’est-ce qu’il s’est passé à travers ta tête quand tu as voulu mourir ? Une balle !
  • "L'expérience est une lanterne accrochée dans le dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru »
  • "Sois toi-même ce que tu veux que le monde soit"
  • La vie est une loterie de malchance/mésaventure où j’ai eu la chance de tirer le gros lot sans acheter de billet.
  • La mort est un long sommeil sans rêve.
  • Le monde est et génial et pitoyable : beaucoup savent (mais ne veulent pas s’avouer) qu’ils ont perdu d’avance.
  • À chaque carrefour de ma vie, je ne sais jamais quelle direction prendre.
  • L’éternité c’est loin et long, on a le temps de voir venir, autant vivre à fond le cours instant présent. Malheureusement, le foie c’est pour maintenant, la foi pour l’éternité.
  • pas si fou que ça le gonze
  • "La vérité pure et simple est très rarement pure et jamais simple." (Oscar Wilde)
  • le suicide est expérience dernière de l'honneur SENGHOR
  • Le suicide est une pulsion de vie, non réalisable pour la personne, du coup elle se transforme en pulsion de mort.
  • La boue est faite de nos pleurs quand nous sommes atterrés, plus bas que terre
  • On est bien peu de cendres
  • Pas de bruit, il y a un mort qui dort
  • Mort, le corps appartient aux vivants et nourrit le vivant, la Nature
  • Fête d’enterrement : santé pour ceux qui restent, sachant que les meilleurs partent les premiers
  • La mort est un phénomène répandu qui, s’il n’est pas grave, ne grandi personne et n’efface pas les fautes/tâches
  • Ô raison funeste, funèbre
  • "tant qu'il y a de l'espoir il y a de la vie", et non "tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir"
  • Plus profond que le fond du tréfonds à double fond (tréfonds : le fonds qui est sous le sol et qu’on possède comme le sol lui-même, les profondeurs d'une chose, d'un être).
  • Chaque matin du monde, le soleil transforme des phénomènes banaux en extraordinaires si on les regarde avec un œil éduqué
  • Des gens qui n'ont jamais de moments de folie. Quelle horreur que leur vie !
  • Je veux mourir malheureux pour ne rien regretter (Balavoine)
  • Faculté de refuser le destin pour faire advenir le meilleur contre le pire qui menace toujours : voir la peur pour définir les limites à mieux dépasser demain
  • Je n’ai plus le désir d’avenir car il a trop tardé à venir
  • « Notre caractère est déterminé par l'absence de certaines expériences, plus encore que par celles que l'on fait. » Nietzsche
  • « Sans apprentissage de la douleur, le bonheur n'est pas solide. » Fréderic Beigbeder
  • Pourquoi avoir peur, au pire je meurs donc il n’y aura plus de douleur/malheur
  • On ne change pas, on ne fait rien qu’à devenir soi-même, voire Soi M’Aime
  • La souffrance n’est pas le pire car la haine/l’opprobre/le déshonneur tuent plus vite
  • Je n’ai choisi ni de vivre ni de mourir, il faut juste faire de son mieux avec
  • On a une certaine quantité d’espoir et de courage dans la vie, mais quand il n’y en a plus tout est foutu
  • Je ne suis pas forcément sûr que le bonheur d’être heureux soit l’essentiel
  • L’essentiel est invisible aux yeux, pas au cœur
  • Endurer la dureté de la vie dans sa durée
  • les meilleurs partent les premiers
  • Il ne faut pas chercher à vouloir faire aussi bien que les autres : chacun sa vie/voie, et la sienne n’est pas moins bien que celle des autres serait mieux
  • Si on peut faire avec sa vie, autant faire sans vivre
  • Tout choix engage un renoncement
  • Je fais tout ce que je peux pour être heureux, mais je ne peux pas grand-chose
  • Je suis fou, mais au moins assez lucide pour m’en rendre compte
  • Le suicide est la seule chose cohérente dans cette énigme quotidienne qu’est la vie (ou aux questionnements irrationnels de la vie quotidienne)
  • La légèreté d’un problème se mesure à la conséquence de ses actes
  • Ce sont les questions qui font progresser l’humain, les réponses ne font que le détruire
  • Quand on ne sait pas où on va parce qu’on ne sait pas où on en est, l’important est d’aller de l’avant
  • Il n’y a pas de problème insoluble, que des solutions problématiques
  • Les robots sont plus résistants et carrés que nous mais on ne fait pas les mêmes erreurs (…humaines)
  • Être libre, ce n'est pas pouvoir faire ce que l'on veut, mais c'est vouloir ce que l'on peut. [Jean-Paul Sartre]
  • Je fais ce qu’il me plaît quand ça me plaît car c’est ça qui me plaît
  • Professionnellement démissionnaire, sentimentalement suicidaire
  • Les souvenirs nourrissent la mémoire comme un bon festin
  • la vie n'est qu'un assemblage permanent de souvenir
  • T'es libre de croire que t'es con. Mais t'es con de croire que t'es libre.
  • La vie est une rose qui sent bon et est belle, mais qui peut aussi piquer au vif, jusqu’au sang.
  • Je suis comme le fruit de cette belle plante, j’ai mûri avant de pourrir sur pied et de tomber de bien haut de l’arbre à force de scier la branche sur laquelle j’étais assis
  • La jeunesse est un défaut qui ne se corrige qu’avec le temps : il faut attendre et continuer d’apprendre
  • On ne peut pas être et avoir été
  • Celui qui veut tout et toujours gagner fera plus d’erreurs que celui qui sait perdre et se retirer
  • J’ai connu mieux, mais ça pourrait être pire aussi
  • Le monde est en noir & blanc, pas en couleur !
  • Le bonheur se mérite : c’est une question de bonne conduite et de priorité, mais certaines voies sont sans issue
  • On devient vieux quand on arrête de jouer/jouir
  • Il n’y a pas de phobie idiote, ou alors toutes les phobies sont ridicules
  • Quand des vieilles dames commencent à apprendre le french cancan, ça finit toujours mal dans le bal des casse-pieds
  • une page qui se tourne vers le futur
  • "pour apercevoir la lumière de la surface rien de tel qu'une bonne plongée dans les profondeurs"
  • J'aimerais terminer sur un message d'espoir. Je n'en ai pas. En échange, est-ce que deux messages de désespoir vous iraient ? ... Sacré Woody Allen
  • "Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer." Beaumarchais
  • si je ris de toute chose ici-bas, c'est afin de n'en pas pleurer. [George Gordon, Lord Byron]
  • accomplis chaque acte de ta vie comme s'il devait être le dernier (Marc Aurèle)
  • Les lions sont lâchés et sortent leurs griffes, trop tard pour revenir en arrière.
  • Le savoir détruit une partie de la saveur
  • Si les fruits parlent, ils expriment les branches qui les ont portés et les racines qui les ont nourris
  • Derrière chaque miroir se cache un autre visage que le sien
  • Tout ce que je fais pour montrer que je suis comme tout le monde ne fait que me montrer comme en-dehors du monde réel
  • Hors du commun, hors du temps
  • Un type trop carré dans un monde où il faut savoir arrondir les angles
  • On ne pardonne qu’aux enfants et aux fous
  • À choisir entre la peste et le choléra, c’est la moins pire des mauvaises solutions
  • Si haut qu’ils poussent et grimpent, les arbres ne peuvent jamais atteindre le ciel
  • Celui qui désire mais ne fait rien a le pouvoir de rêver, celui qui agit et ne rêve pas est perdu
  • Il faut se méfier de ses rêves car parfois ils peuvent se réaliser
  • On ne peut pas parier en misant sur son destin
  • La réalité est un cauchemar dont seule la mort permet de se réveiller (Matrix)
  • Le suicide n’est douloureux que pour ceux qui restent, pas pour celui/celle qui part
  • Le suicide interdit les portes du Paradis mais autorise de quitter l’Enfer sur Terre
  • La folie créatrice peut devenir une perversion destructrice
  • La folie est un excès de réflexion bien ou mal placée
  • Le véritable artiste se cache derrière son œuvre
  • Une légende de son vivant qui s’achève deviendra un mythe qui commence à sa mort
  • Pourquoi t’as fait ça, t’aurais pu mourir ! C’était bien le but Gérard !!!
  • Le clown triste avait un cœur chagriné qui faisait grise mine mais on ne voyait que son gros nez rouge rigolo
  • On est tous foutu, c’est juste une question de temps et d’heure d’embarquement
  • Joie, sexe, échanges, partage, quand les voyageurs nomades se rencontrent
  • Tout perdre du jour au lendemain : ce qui était hier ne sera peut-être plus demain
  • La naissance des bébés s’accompagnait souvent de la mort de la mère (comme dans Pantagruel) : statuette « Vénus » préhistorique comme porte-bonheur pour protection du cycle de la vie et de la maternité
  • Pour la naissance comme pour la mort, on se bat pour aller dans un endroit (chaud/froid, lumière/ténèbres) très différent de ce qu’on pensait trouver
  • Tu t’accroches au passé alors que tu n’en as même pas
  • Le passage à l’acte peut être un signe de bonne santé mentale
  • faute de grive on mange du merle
  • Heureux les simples d'esprit
  • Compenser X par Y, plus qu’on pensait
  • Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens
  • Nous sommes des plantes enracinées dans le hasard des causes/conséquences
  • Mieux vaut tard que jamais, mais le plus tôt sera le mieux (sachant que le mieux est l’ennemi du bien)
  • Le bonheur est salutaire pour les corps, mais c'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. Proust (Marcel)
  • La mémoire peut subordonner l'esprit mais pas le remplacer, mille souvenirs ne feront jamais une pensée
  • En se résignant, le malheureux consomme son malheur. Balzac (Honoré de)
  • Je m’imagine toujours le pire car le meilleur me fait souffrir
  • On ne peut se juger qu’à la hauteur de sa (son propre niveau de) conscience
  • Qui suis-je pour me juger moi-même, sachant que les autres ne peuvent pas lef aire non plus car ne juge pas de peur d’être jugé
  • fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve
  • je veux quitter le monde des fous pour de bon, avant que je le devienne encore plus que les autres
  • à quoi ça sert d’être en vie si on n’a pas de raison de l’être
  • En mon (dr)ame et conscience
  • La différence entre hasard et opportunité est dans la gestion des possibilités du potentiel
  • Sélection des mâles les plus puissants et des femelles les plus résistantes
Repost 0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 16:21

 

 

  • Il n’y a pas de hasard, mais que des rencontres.
  • "Il n'y a pas de hasard. Il n'y a que des rendez-vous". Paul Éluard
  • «Le mot que tu retiens entre tes lèvres est ton esclave. Celui que tu prononces est ton maître».
  • «Suis le conseil de celui qui te fait pleurer, et non de celui qui te fait rire».
  • " Il n'y a d'autre enfer pour l'homme que la bêtise ou la méchanceté de ses semblables " (SADE)
  • C'est une grave faute de français de parler d'égal à égal : le Français, lui, parle bien plus souvent d'égo à égo
  • Le moindre signe de faiblesse attise l’agressivité des plus forts
  • "En avalant les méchantes paroles qu'on ne profère pas, on ne s'est jamais abîmé l'estomac." Winston Churchill
  • Je ne me fie jamais ni ne me méfie jamais complètement à l’Autre
  • c’est fou tout ce qu’on entend quand on sait se taire
  • Je m’ennuie déjà seul, mais à deux, c’est encore pire
  • La caractéristique principale d'un ami est sa capacité à vous décevoir. (Pierre Desproges)
  • la peur des idiots est le début de la sagesse
  • interdiction d’exister en-dehors de la meute, au risque de te faire dévorer par les autres loups
  • la jalousie, c'est une pseudo tentative de suicide... on s'empoisonne lentement lentement...
  • la jalousie est la forme la plus aboutie de l'égocentrisme
  • La jalousie est un désamour, la confiance que l'on devrait mettre en l'autre, on en manque cruellement en soi.
  • On dit que la vie d'une femme se résume à un vrai conte de Fée.....Fée le ménage, Fée la vaisselle, Fée à manger et Fée pas chier !!!
  • Seul un homme pourrait lancer l'idée que le bonheur d'une femme consiste à servir et plaire à un homme...
  • Le seul défaut d’un homme, c’est de ne pas être une femme
  • Depuis des milliers d'années, ce sont les femmes qui engendrent, élèvent, façonnent les hommes, et les hommes qui façonnent un monde invivable aux femmes !
  • La misogynie n'est souvent qu'un malentendu que les femmes et les hommes ont installé pour se sentir différents
  • Confronter aux dures lois du refus de la différence et du qu’en-dira-t-on
  • garder une bonne poire pour le dessert
  • "La cruauté est la force des lâches."
  • Dis-moi ce que tu penses, je te dirai qui tu hais
  • il y a des silences qui font encore plus mal que les mots
  • « Ce qui me fascine chez les imbéciles, c’est ce dantesque acharnement à vouloir prouver qu’ils le sont… »
  • L'amitié est lente à mûrir, et la vie si rapide. L'amitié est une fleur que le vent couche et trop souvent déracine.
  • «Le silence est une sagesse mais rare sont ceux qui le pratiquent »
  • "J'ai regretté des paroles mais je n'ai jamais regretté le silence."
  • Le silence est dort, alors je me tais
  • "Admire la personne qui te critique car prisonnière de sa propre jalousie, elle ne fait que t'admirer."
  • "Sache que celui qui t'a conseillé t'a aimé, et celui qui t'a flatté t'a trompé."
  • "N'ouvre la bouche que lorsque tu es sûr que ce que tu vas dire est plus beau que le silence."
  • "Loue ton ami en public et critique-le en tête à tête."
  • « La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe, et le train de votre mépris glisse sur les rails de mon indifférence ! »
  • Apprendre de lui, pas sur lui
  • La conscience de soi c’est reconnaître qu’on fait parti de la même espèce que ses congénères : nous sommes humains car humains comme les autres femmes et hommes
  • Faut qu’on, y a cas, c’est moi qui dit/fait quoi
  • Pisser contre le vent s’est s’arroser par fierté
  • Dans la communication le langage se passe de mot, les gestes et les attitudes suffisent
  • La confiance est toujours remise en cause par les malentendus inévitables
  • Notre comportement est conditionné par la façon dont on veut qu’on nous voit
  • Si tu ne te dupes pas, tu ne dupes personne
  • Confier le poulailler au renard
  • Tu as tes questions, j’ai mes réponses
  • J’ai pensé à haute voix, ça s’est entendu, je l’ai eu dans le cul
  • On ne peut avoir d’ami si on est incapable d’offrir sa confiance
  • Je suis resté comme un pantin pantois sans voix, complètement coi
  • Je ne suis pas un Mur des Lamentations, je suis trop blindé comme le Mur de Berlin
  • Grâce à tes emmerdes/embrouilles, je vois ma vie plus en rose
  • Ça n’intéresse personne ce que tu dis ! Moi si !!! Personne d’important alors
  • J’aime les gens et j’aimerai qu’ils m’aiment autant en retour
  • Dans un monde mouvant et absurde, on a besoin d’une masse de granit fixe
  • foire d'empoigne : C'est en 1773 qu'apparaît "être de la foire d'empoigne" avec un sens aujourd'hui inattendu, mais pas étonnant pour l'époque, puisqu'il voulait dire "être porté aux attouchements avec les femmes" ; il suffit en effet d'imaginer un obsédé empoignant, donc agrippant, une rondeur féminine passant à portée.
    Actuellement, dans le métro aux heures de pointe, certains adeptes du pelotage sont de la foire d'empoigne, avec cette ancienne acception, au grand déplaisir de ces dames. Et, peut-être parce qu'une belle femme attise les convoitises des mâles en rut et provoque des querelles entre les prétendants, cette même expression a pris, au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, le sens de "lutter avec d'autres pour s'emparer de quelque chose".
  • La parole de ceux qui ne savent écouter n’a pas de valeur
  • Il y a dissonance s’il n’y a pas un minimum de redondance dans la reconnaissance de l’Autre
  • Ceux qu’on aime et qui nous aiment ne sont jamais loin de nous, toujours à portée de main sur le cœur
  • J’ai essayé d’être philanthrope, ça m’a rien rapporté, j’ai laissé tomber
  • Ça demande des efforts de faire passer l’autre avant soi
  • Nous ne sommes que des pois enserrés dans des cosses
  • Y a toujours quelqu’un qui maintient la dépendance pour éviter que l’accro ne décroche et n’ait plus besoin
  • Ne pas confondre amour de soi (de son XYZ) et haine de l’autre (du XYZ d’autrui)
  • Savourer le délicieux nectar de la vengeance
  • Tu te complais dans la compromission.
  • Dans la vie, il faut faire des compromis, mais avant que ceux-ci ne deviennent trop compromettants pour le respect de sa personnalité (Sex & the City).
  • Je suis pour le dialogue, mais là il n’y a pas matière à débattre.
  • Je te regarde de haut car tu es tombée bien bas.
  • On vit un conte de fée, sans pour autant oublier les ogres et les sorcières.
  • Ce n’est pas ceux qui savent le mieux parler qui ont les choses les plus intéressantes à dire.
  • À faire comprendre et non à faire savoir.
  • Xénophobie des adultes, émerveillement des Différences de l’Autre pour les enfants.
  • Intégration des parents par le travail ou le négoce, des enfants par l’éducation.
  • Participer, c’est apprendre aux autres à avoir envie de Participer.
  • Se faire accepter sans s’imposer, tout en observant le respect que chacun attend.
  • Les mentalités et stéréotypes sont une censure plus forte que les lois.
  • La confiance se dissout dans les intérêts comme un fleuve dans la mer.
  • Les paroles s’en vont, les aigris restent.
  • Ce qui uni est plus important que ce qui sépare.
  • Un bon accord vaut mieux qu’un mauvais procès. Un Accord moyen vaut mieux qu’un bon jugement où il restera toujours une insatisfaction de tous.
  • C’est pas du racisme, c’est juste qu’il y a trop de différence culturelle.
  • On a le droit de demander, de refuser, et le devoir de dire ce qu’on pense.
  • Je ne spécule, ni ne pense, ni n’imagine : je constate les faits.
  • De complémentaires ils sont devenus concurrents car tous étaient polyvalents (ce qui est différent de généralistes dans le sens où ils savaient tous tout faire).
  • L’humanité c’est l’Individualisation du nous Collectif.
  • Blacks, blancs, beurs, on est les meilleurs (Coupe du Monde puis Europe).
  • On peut convaincre tout le monde qu’on a changé, mais pas soi-même.
  • Immigrés : la France et la chance ne nous sourient pas.
  • Vous parlez de faire une marche, mais ça sert à rien. On a des papiers depuis des générations mais on n'est pas des Français comme les autres."
  • Freedom for the Respect.
  • Une convention est une conjonction de multiples individualités divergentes.
  • Pourquoi parler si tu ne veux pas écouter ce que j’ai à dire ?
  • Être à tu et à toi avec X (Être proche de quelqu'un, familier avec cette personne)
  • Pouvoir de tout donner Vs vouloir de ne rien offrir
  • " Le mépris efface l'injure plus vite que la vengeance. " Th. Fuller
  • Toute méchanceté vient de faiblesse ; l'enfant est méchant que parce qu'il est faible ; rendez-le fort, il sera bon. [Jean-Jacques Rousseau]
  • chacun est le faible mais aussi le fort de quelqu'un d'autre selon la situation...
  • “Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Albert Einstein
  • Qui pardonne aisément invite à l'offenser.
  • La solitude n'est possible que très jeune, quand on a devant soi tous ses rêves, ou très vieux, avec derrière soi tous ses souvenirs.
    [Henri de Régnier]
  • je m'étais vraiment refermé comme une huître pleine
  • tout cynique a profondément besoin de l'espoir et de la sociabilité qui lui manque (puisqu'il se définit ainsi)
  • je n'attendais rien de spécial même si je m'attendais à tout
  • partis comme une furie
  • masturbait pas plus que ça l'esprit
  • Je l'appréciais même à sa juste valeur
  • étant bourré et un peu bourru aussi à cette heure-ci
  • l'on ne voit que ce qu'on a bien envie de voir
  • fort de café
  • je lu et relu ce mot en long en large et toujours de travers
  • Je pris mon air sérieux avec limite le regard de killer et lui indiqua le fond précis de ma pensée : d'une je suis libre de faire ce que je veux et de définir ce dont je ne veux pas, qu'elle que soit la norme ou pression sociale, et de deux que je ne comprenais pas que l'on me propose (voire impose presque dans le cas présent) ce genre de situation plus que délicate
  • Tu penses bien que j'avais plus qu'un peu les glandes, mais bon bref !
  • Contrairement à l’amour, l’amitié est quasi pure de toute aliénation du sens critique
  • Une place pour chacun : chacun a/à sa place.
  • Il y a ce qu’on pense, ce qu’on dit, ce que l’autre entend/comprend, ce qu’il en pense.
  • J’ai rien à cacher, mais pas tout à dire (comme les vérités).
  • La maman ne peut être une femme car elle est fée-mère éternelle.
  • Les absents ont tjs torts, mais l'absinthe a tjs raison !!!
  • On est tous égaux, alors acceptons nos différences
  • si on vous dit qu'on vous hait pour ce que vous êtes, répondez que cela vaut mieux que d'être aimé pour ce qu'on n'est pas
  • Un service rendu sans joie n'enrichit ni celui qui le rend ni celui qui le reçoit. Mais tous les biens et les plaisirs matériels se dissolvent dans le néant face à un service rendu dans un esprit de joie
  • " Les jeunes vont en bandes, les adultes par couples, et les vieux tout seuls. " Proverbe Suédois
  • Il a dû prendre un chausse pied pour entrer dans ma peau, se mettre à ma place
  • Je sais qui je suis. Je sais qui je fuis.
  • la fin d un chapitre mais pas d une histoire
  • A force de traiter les gens comme des chiens, on se fera promener en laisse. « j'en pense qu'on peut toujours tirer sur la laisse et la briser!!! »
  • Le mélange est le feu orange envers l’autre : j’y vais ou pas, j’accélère ou je freine en attendant le prochain tour ? Attendre le prochain tour c'est ne rien vivre ; c'est plus le stop que le céder le passage
  • Le marqueur identitaire est un garde-fou pour éviter la dissolution des identités dans un mélange devenant fusion.
  • Le mélange c’est s’approprier ce qui nous a séduit dans l’autre.
  • on peut demander des avis a qui on veut mais le choix est tjs perso, meme si les autres disent que c une erreur, c celui de la personne, choix "éclairé" et fait en tte conscience et connaissance de cause
  • un ami (petit ou grand) trahi sera toujours le pire ennemi
  • raout d’honneur : un raout est une fête, une soirée qui se déroule dans un cercle d’amis faisant partie d’un même réseau. Ces soirées se déroulaient alternativement chez les parents de l' un ou l' autres de mes ami(e)s.  Cela permet de rester de se créer des relations dans une même catégorie sociale et évite ainsi les " mauvaises fréquentations ".
  • Je méprise l’indifférence
  • Je n’ai pas menti, juste rien dit
  • L'espoir fait vivre ! "Comment toucher le Ciel quand on te laisse pas monter sur le toit ?" – Stress
  • te prends plus la tête, la nuit porte conseil ou au minimum sommeil réparateur
  • encore plus déchainée qu'avant mais je vais arrêter la Vitamine C ;-) Non,ne change rien,les gens "tièdes" sont ennuyeux! et bien je préfère être chaude sans vitamine moi
  • On a toujours tort d'avoir raison trop tôt
  • Poltron : « paresseux, oisif, coquin », qui est excessivement peureux : dér. de poltro « poulain non dompté »
  • Tout le monde lui tombe dessus
  • Sois distancée, mais pas de langage distancié entre nous (les attendus de l'école maternelle consistent à passer du langage de l'immédiateté du quotidien à un langage distancié, réflexif)
  • c'est un malheur des temps que les fous guident les aveugles
  • Un nain de jardin dans un monde de lutins malins
  • « Il ne faut pas blâmer l’autre pour ce qu’il ne dit pas. »
  • « Le meilleur moyen pour apprendre à se connaître c’est de chercher à comprendre autrui » André Gide
  • « La fréquentation des hommes induit à s'observer soi-même. » Kafka
  • " Ce que les autres te reprochent, cultive-le ! parce que c'est toi ! "Jean Cocteau
  • «Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m'enrichis.» [Antoine de Saint-Exupéry]
  • « Vouloir plaire à tout le monde, c’est le meilleur moyen de se détester »
  • « Ce que chacun recherche et aime avant tout, dans la simple conversation, c'est l'infériorité de l'autre. » Arthur Schopenhauer
  • mieux vaut prévenir que guérir, mieux vaut prévoir que décevoir
  • Dire du mal me fait du bien
  • Le pire ce sont les petits regrets qui se transforment en grandes rancunes, voire rancœurs
  • Je suis libre de ne pas être libre, d’être soumis à cette mauvaise volonté
  • À 8 ans notre père sait tout, à 10 ans presque tout, à 15 ans il nous fait chier, à 20 ans c’est un idiot qui ne connait rien à la vie, à 25 ans on se dit qu’il avait raison, à 30 ans on se dit « si seulement je l’avais écouté »
  • Le manipulateur est un dealer, il vous livre ses doses, vous rend dépendant et s'enrichit en vous méprisant. [J. Eldi]
  • Le but de la manipulation est d’obtenir des bénéfices secondaires, les primaires pouvant paraître trop flagrants et donc éveiller les soupçons, justifiés
  • Je pense que le but de la manipulation est d'obtenir des bénéfices tout court... La manipulation de mise avec le mensonge dans certains cas ne permet pas d'éveiller le soupçon. Une personne n'ayant pas l'esprit pervers, ne peut imaginer la perversité de certains. Éveiller les soupçons est une chose, prouver la manipulation peut en être une autre, surtout dans le cas de l'amour.
  • Apparence de la tolérance/transparence
  • Des peuples séparés par une même langue
  • Les yeux sont une fenêtre sur cœur
  • C’est pas ma vie qui me pèse, c’est celle des autres qui m’écrase
  • Il vaut mieux être le seul à avoir un certain travers qu’avoir les mêmes qualités que tout le monde
  • L’étranger est celui qui vient de nulle part pour t’amener ailleurs
  • Comme la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, d’abord il brille avant qu’on se rende compte qu’il est con comme ma bite
  • Les cons sont rarement lâches, mais les lâches sont toujours cons
  • Il faut prendre le taureau par les cornes car les loups se dévorent entre eux et seules les chenilles se transforment en papillon
  • La musique qu’on aime nous rapproche comme que celle qu’on déteste
  • Il faut (com)battre la culpabilité tant qu’elle est encore chaude
  • Sortir pour parler, parler pour s’en sortir
  • Celui qui est fort se bat pour sa survie, celui qui est le plus fort se bat pour la survie d’autrui
  • Je suis loin d’être égoïste, mais ce qui est à moi est à moi !
  • Parler c’est communiquer pour apprendre
  • Profitons de ce moment heureux entre le mensonge et sa découverte
  • Quel bonheur que de passer pour un con auprès d’un imbécile
  • Je ne me fais aucun souci pour lui, ce sont plutôt les autres qui m’inquiètent
  • J’ai eu tort de mentir, mais encore plus de tout avouer
  • Je peux poser une question qu’il ne faudrait pas ? C’est la seule question à poser
  • On apprécie vraiment les bons moments qu’une fois qu’ils sont passés à jamais
  • Jésus est bien revenu, au bout de trois jours seulement, en plus du royaume des morts !
  • Qu’est-ce que t’as dit ? Rien ! Qu’est-ce que t’as pas dit ? Quelque chose !!!
  • Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir
  • On ne voit que ce que l’on veut bien voir et on entend que ce que l’on a envie d’entendre
  • il faut pas baisser les bras face aux fachos qui tendent le bras !!!
  • Les femmes ne sont pas nos mères comme nous ne sommes pas leur père
  • Soyez polis envers tous, mais intimes avec peu ; et choisissez-les bien avant de leur faire confiance
  • Celui qui dit du mal des autres, Médit de toi devant les autres.
  • L’humain étant un animal social, même si aucune dépendance n’est bonne, trop d’indépendance peut aussi être « nocif »
  • Être libre aux dépens des autres
  • Les gens communs restent dans la normalité car ils sont équilibrés
  • Humains pas naturellement bons car se font des guerres de territoire comme des bêtes que nous sommes.
  • Son pire ennemi était souvent son meilleur ami
  • Si je n’avais pas raison tu ne serais pas d’accord
  • nous sommes condamnés à vivre ensemble
Repost 0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 16:28

 

  • Le plagiaire copie un seul auteur, tandis que le savant en copie un grand nombre
  • Calmer le vice, développer/protéger la vertu.
  • Quand on ne peut atteindre la perfection, il faut au moins atténuer le mal.
  • Secte des Haschischin : rien n’est vrai, tout est permis.
  • L’humain qui a maîtrisé l’atome doit apprendre à se maîtriser lui-même.
  • En Angleterre, tout ce qui n’est pas interdit est autorisé ; en Allemagne, tout ce qui est autorisé n’est pas interdit ; en France, tout est autorisé, même ce qui est interdit ; en URSS, tout ce qui n’était pas interdit était obligatoire.
  • Les drogues ne permettent pas aux problèmes de partir en fumée.
  • L’addiction aux drogues est la rencontre entre une personne, un contexte et un problème.
  • C’est plus facile de prendre des drogues comme médicament (ce qu’elles ne sont pas) que d’affronter la vie.
  • Collectivement on veut des choses, mais individuellement on les rejette.
  • «L'homme fort n'est pas celui qui se bat bien, l'homme fort est celui qui sait dominer sa rage»
  • «Si tu as de nombreuses richesses, donne de ton bien ; si tu possèdes peu, donne de ton cœur.»
  • "Ce que vous faites de bien et de mal, vous le faites à vous-même"
  • Ne désire pas le monde, Dieu t'aimera. Ne désire pas ce que les autres possèdent, ils t'aimeront. »
  • "Nulle cause n'est perdue s'il y a encore un pauvre fou prêt à se battre pour elle." Jack Sparrow
  • Ceux qui parfois ont cette impression de n'avoir rien à donner, sont peut-être, simplement, ceux qui sont faits pour s'offrir eux-mêmes aux autres
  • L'imperfection est la forme première de l'honnêteté.
  • Les bons conseils pénètrent jusqu'au cœur du sage ; ils ne font que traverser l'oreille des méchants.
  • On peut être diablotin et suivre la route des dieux
  • Le conformisme impénitent qui barre la route à tous les novateurs découvrant des vérités en désaccord avec les dogmes de l'École, est la plaie la plus hideuse de la science et le plus grand obstacle au progrès.
  • "L'homme est sage tant qu'il cherche la sagesse, mais dès qu'il croit l'avoir trouvée il perd la tête."
  • "La main qui donne est meilleure que celle qui reçoit."
  • "Chercher à se justifier quand on n'est pas coupable, c'est s'accuser."
  • prouver que j’ai raison serait vous accordez que je puisse avoir tort !
  • J’avais une âme, je l’ai vendue et à présent je fais tout ce que je peux pour la racheter en même temps que ma conscience
  • La dignité est la valeur suprême de l’être humain
  • Les peurs sont souvent plus des fantasmes que des réalités
  • Les punks arborent des crêtes pour garder la tête haute
  • Jeter une peau de vache (La vache est un animal réputé placide, mais il lui arrive parfois de "donner un coup de pied en vache", c'est-à-dire de faire soudainement une ruade latérale d'une seule patte. C'est ce geste, forcément très douloureux pour celui qui prend le coup de sabot par surprise, qui a aussi fait considérer l'animal comme sournois ou méchant) en pâture aux moutons de Panurge (Dans un troupeau de moutons, lorsque la tête du troupeau change de direction, les autres suivent 'bêtement'. Panurge est un héros de Rabelais qui, pour se venger d'une altercation avec le propriétaire d'un troupeau, a proposé de lui en acheter le chef, la plus belle bête, alors qu'ils étaient ensemble sur un bateau pour une traversée. Une fois l'animal payé, Panurge l'a jeté à l'eau. Bien entendu, les autres moutons, d'eux-mêmes, l'ont immédiatement suivi et tous se sont noyés).
  • À tout prendre ne faire cadeau de rien
  • Il n’y a pas de raison de bien se comporter dans la vie si personne ne nous regarde voire juge moralement
  • Deux vérités ne peuvent se contredire, sauf dans l’absolu quantique
  • La dignité de l’humain est d’assouvir ses passions.
  • On n’est pas contre les vieux mais contre ce qui les a fait vieillir.
  • On s’est battu en 68 contre ce qu’on est devenu aujourd’hui.
  • Si la société nous rejette, c’est pour mieux oublier que c’est elle qui nous a créés.
  • Apprendre à se connaître c'est aussi apprendre à se respecter
  • On achète la paix sociale par l’alcool ou autres drogues, mais cela entraîne des viols, la violence et la perte d’identité.
  • C’est parce qu’on a peur de se dépasser que les choses paraissent impossibles.
  • La prison tue plus que la peine de mort, mais à petit feu.
  • Tout est poison, rien n’est poison : tout est dans l’équilibre du dosage (Paracelse).
  • Recherchez la liberté et vous deviendrez esclave de vos désirs. Recherchez la discipline et vous trouverez la liberté. [Koan zen]
  • Tolérez mon intolérance.(Jules Renard)
  • La tolérance est la vertu des faibles.(Marquis de Sade)
  • une vraie faiblesse que de tolérer l'intolérable lubricité de vermines telles que lui!
  • il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis !
  • drogues et dealers : pousse au « crime » ou aux cimes
  • Le crime ne paye pas, mais l’honnêteté coûte chère.
  • La peine de mort, comme les atrocités des drogues (mal prises par n’importe qui, n’importe comment, n’importe quand), n’est dissuasive que pour les honnêtes gens.
  • on change pas un loup en agneau
  • Quand on cède à la peur du mal, on ressent déjà le mal de la peur. ...
  • pour éviter de passer une sale soirée dans le brouillard sans jamais partir vraiment ,PREND TOUT !
  • "Le meilleur moyen de résister à la tentation, c'est d'y céder" ? [ Oscar Wilde ]
  • « La route de l’excès mène au palais de la sagesse » (William Blake)
  • Le voyage est une espèce de porte par où l'on sort de la réalité comme pour pénétrer dans une réalité inexplorée qui semble un rêve.
    [Guy de Maupassant]
  • Fumer comme un pompier, boire comme un plombier, être perché comme un grutier
  • Le bien et le mal ne sont que des mots, le verbe est agir
  • Le génie excuse la cruauté, mais le monde est plein de salauds talentueux
  • Un coupable est perturbé par son crime, donc erreur quasi volontaire (inconsciente sûrement, amenant la négligence ou trop de confiance) pour une rédemption par la prison
  • La prison ne dissuade que les honnêtes gens
  • Quand tu danses avec Satan, il faut s’attendre à la fin de la chanson
  • La drogue propulse violemment contre la porte des perceptions séparant la conscience de l’inconscient (-science)
  • Pourquoi devrai-je aller en prison pour défendre vos libertés ? (Larry Flint, porno Hustler=arnaqueur, battante, prostituée)
  • La musique comme la drogue te porte puis t’emporte
  • Tu iras loin si tu ne te précipites pas dans les précipices du vice
  • Mener une vie de bâton de chaise (se référer aux chaises à porteurs, qui étaient munies de bâtons par lesquels les porteurs transportaient les hautes dignités : idée de déplacements désordonnés, d'agitation excessive)
  • Tohu-bohu (noms que les livres hébraïques donnent au chaos primitif, à l’état confus des éléments qui précéda la création du monde)
  • L’humain préfère détruire la lumière en lui plutôt que de combattre les ténèbres autour de lui
  • Amuse-toi comme si demain n’existera pas
  • L’avenir n’est qu’un concept religieux pour nous empêcher de jouir du présent
  • La drogue permet de rester jeune en restant immature
  • perché juste comme il faut, à la point trop (peu) n’en faut (non plus)
  • happy hippie family
Repost 0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 16:16

 

  • Mieux vaut ne jamais manquer du nécessaire que d’avoir en abondance du superflu.
  • Au début ce n’est pas l’envie qui manque mais l’argent, ensuite ce n’est plus l’argent qui manque mais l’envie.
  • Le fait d’économiser protège du besoin.
  • Le travail c'est la santé ; ne rien faire, c'est la conserver.
  • " Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie." - Confucius
  • La technique doit améliorer les conditions de travail de tous, pas la rentabilité économique pour certains.
  • Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément. [Albert Einstein]
  • Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches. (Desproges)
  • nos biens ne nous appartiennent pas, mais nous appartenons à nos biens
  • Amer thunes
  • Je me vends pour acheter ce qui fait me vendre
  • délie-moi du délit d'envie
  • "Vivre simplement pour que simplement d'autres puissent vivre" Gandhi.
  • Cherchons nos biens en nous-mêmes, autrement, nous ne les trouverons pas.
  • "L'indigestion du riche est la vengeance de la faim du pauvre."
  • Si tu ne sais pas combien ça peut valoir c’est que tu n’as pas les moyens
  • Tout ce que je possède je l’ai avec moi
  • Dans un métier, le salaire est un applaudissement
  • Jeune paresseux, vieux mendiant
  • Mettre des épinards dans mon beurre tellement c’est la dèche et que j’ai la dalle (mot du vocabulaire carcéral qui signifiait « la table »)
  • Mordre la main qui nourrit ; vivre d’amour et d’eau fraîche
  • Mettre à l’encan : "À l'encan" signifiait "aux enchères". Mais l'usage de cette locution a été restreint à une vente quasiment forcée, lorsqu'une personne est contrainte de mettre en vente ses biens, à un prix sous-évalué en raison d'un besoin urgent d'argent.
  • Un fifrelin (« chanterelle, girolle », également « objet sans valeur ») qui ne vaut rien
  • Nous sommes possédés par une société où avoir à remplacé l’être
  • Face à l’adversité et la pénurie, naît l’ingéniosité.
  • Le capitalisme coupe ses liens territoriaux pour migrer sans frontières, mais les humains sont territoriaux.
  • Un homme vaut plus qu’une femme ? Non, c’est juste qu’il gagne plus.
  • Argent, bon valet, mauvais maître.
  • L’argent, plus t’en as, moins t’en as besoin.
  • Eux ils sont comme des cons à perdre leur vie à la gagner, nous on est comme des cons à les regarder sans rien faire.
  • Est riche qui sait se contenter de peu
  • Le SMIC est le maximum patronal du minimum salarial.
  • Si le travail c’est tellement bien, pourquoi on nous paye pour le faire ?
  • "Ce n'est pas l'argent qui fait le bonheur... c'est sa quantité." (proverbe russe)
  • qui fait le bien reçoit du bien, qui fait le mal reçoit de l’argent
  • On trouve tout beau quand c’est cher
  • La Liberté c’est de n’être (naître) attaché à rien
  • On ne m’a volé que des choses dont je me fichais … avant de les avoir perdu
  • Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement vous vous apercevrez que l'argent ne se mange pas. [Prophétie d'un indien Cree]
  • Fauché comme les blés
  • Pourquoi le prix d’ami est toujours aux dépends du même ami, le vendeur
  • Si t’es heureux comme ça c’est encore pire, tu n’as aucune ambition
  • Mammon fils de Satan : «  Aucun homme ne peut servir deux maîtres : car toujours il haïra l'un et aimera l'autre. On ne peut servir à la fois Dieu et Mammon. (Matthieu 6:24).  » Mammon est l'ange de la richesse et le démon de l'avarice. Sainte Françoise Romaine (1384-1440) présente Mammon comme étant un des trois princes des Enfers, soumis à Lucifer uniquement. Il préside aux divers péchés que fait commettre l'amour de l'argent.
  • L’argent est une chose, et les choses changent
  • C’est de sa faute si l’argent est dangereux et brûle les doigts
  • Pognon, pouvoir, pouliches
  • L’argent complique la vie
  • Ça ne m’empêche pas de dormir ni ne me démotive le matin
  • Pour la gratuité, il faut savoir payer de sa personne, donner de soi/de son corps
  • Plus cher que gratuit c’est trop cher
  • C’est pas parce que c’est gratuit que c’est (ou que ça aurait le droit d’être) pourri
  • Tous les jours je me lève du mauvais côté de la mondialisation
  • Le nécessaire du superflu de l’empire US
  • On connaît le prix de tout, la valeur de rien
  • Je demande toujours une lettre de ses motivations à mon potentiel employeur, mais dans ma branche aucun patron ne faisait l’affaire
  • Ça c’est cadeau, c’est hors taxe, je me suis pas fait gauler, j’ai rien payé là-dessus
  • Faire bien avec rien, faire mieux avec peu, mais le faire maintenant
  • Arrête de bosser, tu vas finir par payer des impôts
  • Charité bien ordonnée commence par soi-même
  • Pour les Aztèques, l’or était l’excrément des dieux (comme pour Freud : caca=argent=pouvoir)
  • Revenus de millionnaire, train de vie de milliardaire
  • Tu avais besoin de mon argent, j’avais besoin de ta discrétion et de ton obéissance.
Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 16:13

 

  • Notre œil, notre regard sur le monde, dicte notre comportement, mais on peut être myope. L’aveugle ne voit pas, il ressent un autre reflet de la réalité, qu’il peut « voir ».
  • Faire un ravalement de façade
  • Les hippies ont la beauté extérieure de leur bonté intérieure, avec leur élégance déshabillée
  • Dire que tu es belle ne serait rien dire, il n’y a pas de mot, donc autant se taire, de toute façon tu me coupes le souffle/sifflet
  • Ta beauté révèle en moi un nouveau visage
  • Quand on s’aime on n’est jamais ni moche ni gros, que des âmes troublées qui se troublent au contact de l’autre
  • Une beauté qui confère au sublime
  • Je ne suis pas (à) la mode, elle me pourchasse
  • même les plus belles fleurs flétrissent puis pourrissent
  • "La beauté est une demi-faveur du ciel, l'intelligence est un don."
  • Mains moites, pieds poites
  • Le foin qui dépasse de la charrette
  • La beauté est dans l’œil de celui qui regarde
  • Le fric n’achète pas, enfin pas complètement, la beauté car elle reste toujours mystérieuse
Repost 0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 11:10

 

  • Mon triomphe passe par ta gloire.
  • Plus nous nous envolons, plus nous paraissent petits les gens qui ne savent pas voler.
  • Le rectal-versal de la médaille de la rançon de la gloire est que plus on grimpe haut, plus on montre aux autres son trou du cul
  • Les stars se font toujours désirer, mais là c’est abusé
  • Réussite glorieuse ou défaite piteuse, victoire éclatante ou échec cuisant
  • Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume d'Orange)
  • Si nul ne prenait jamais de risques, Michel-Ange aurait peint les planchers de la chapelle Sixtine.
    [Neil Simon]
  • Il a grandi comme un agneau parmi les loups, mais aucun d’entre eux ne le dévorera jamais.
  • La gloire est le résultat de l'adaptation d'un esprit avec la sottise nationale. [Charles Baudelaire]
  • Ad augusta per angusta (Victor Hugo, l’obsédé de la libido) : Vers de grandes choses, vers la gloire, en passant par des voies étroites
  • "A vaincre sans péril on triomphe sans gloire."
  • Canari en cage qui ne voit que son reflet dans l’eau et ne parle que de ça
  • Avec du vouloir on a du pouvoir ! Quand on peut on veut toujours plus
  • "Ce qui est combat dans le présent est victoire dans l'avenir."-Victor Hugo-
  • « Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain.
  • "N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur" Albert Einstein
  • Vous vous êtes donner la peine de naître, et c’est tout (Beaumarchais)
  • Un humain qui ne veut/vaut rien est invincible
  • Un humain seul peut beaucoup, avec le soutien d’autrui il peut tout
  • La plus grande gloire est d’être vainqueur de son cœur
  • Cet échec domine ceux qui ont cru vaincre
Repost 0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 19:13
  • Les rêves sont les véhicules de l’âme
  • Où que l’on aille, la piste s’arrête toujours à l’océan
  • Droguance sans conscience (de ses limites, du prod et des effets) n'est que ruine de l'Homme : put some chaman inside or your spirit will die ;-)
  • Les au revoir dissimulent trop souvent des adieux
  • parfois il vaut mieux se taire ou se terrer afin de mieux entendre ce que l'on pense... panser les mots
  • "Le doute est un hommage que l'on rend à la vérité."Ernest Renan
  • La chute n'est pas un échec. L'échec c'est de rester là où on est tombé
  • Le savoir est la seule matière qui s'accroit quand on la partage (Socrate)
  • Il faut une infinie patience pour attendre toujours ce qui n'arrive jamais. Pierre Dac
  • Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit
  • Définition mathématique d'une femme: C'est un ensemble de courbes qui font redresser une ligne
  • Ne pas avoir peur de ses peurs
  • Marionnettiste manipulé par le pantin qui a coupé ses fils
  • La tricherie est comme un prêt à la banque, qu’on rembourse avec les intérêts
  • Les femmes ont 9 fois sur 10 raison, mais elles commencent souvent par la dernière
  • Charmant à tout point de vue, à l’intérieur comme à l’extérieur
  • Si on croit en une vie après la mort on ne profite pas assez du moment présent
  • Ce que je suis-je ne le sais pas, ce que je sais je ne le suis plus
  • Il est plus facile de baisser les bras que d'avoir la force et le courage de ne pas le faire
  • L’âme n’aurait pas d’arc-en-ciel, si les yeux n’avaient pas de larmes
  • Il faut être deux pour mentir correctement, un qui ment et l’autre qui croit
  • La Fontaine :"Selon que vous serez puissant ou misérable
    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir"
    En inversant les termes on obtient une autre vérité : "Selon que vous serez blanc ou noir, les jugements de cour vous rendront puissant ou misérable"
  • "Hâtons-nous de résister avant d'être obligés de désobéir."
  • Dieu existe, c'est l'image que la société s'en fait qui n'est pas bonne.
  • "Le véritable progrès démocratique n'est pas d'abaisser l'élite au niveau de la foule, mais d'élever la foule vers l'élite." Le Bon (Gustave)
  • Comme pour les stupéfiants, la demande vient des riches et se sont les pauvres qui y satisfont
  • Si tu ne peux pas changer les choses, alors changes ta façon de voir les choses
  • Il y a une limite à toute chose, et il faut toujours la dépasser. [Georges Guynemer]
  • L’économie protège du besoin
  • Ce qui vaut peine d’être fait vaut la peine d’être bien fait
  • Eux n’avaient rien, nous on a nous
  • Moi sous-estimé, eux sur-estimés
  • L’un et l’autre jamais sans l’un ou l’autre
  • Comme un fou, comme un roi, comme un homme que je ne suis pas
  • Se croit plus futé que Bison
  • Je suis fâché avec mes complexes
  • Trouver un accord sur nos désaccords
  • Y a des jours j’ai envie de tout faire valdinguer, à commencer par moi
  • Tu me prends pour un braque
  • Plaisir d’amour dure quelques jours, chagrin d’amour dure toujours
  • Je veux pas aller au Paradis, juste quitter l’Enfer
  • Ce qu’on dit de vrai est faux, et inversement
  • J’ai peur de comprendre quelque chose que t’as peur d’admettre/de dire
  • Remue-ménage dans les méninges
  • Malheureux comme l’est Pierre
  • Je ne vois pas dans le présent ce que j’aimerais, mais je vois dans le futur ce que je ne voudrais pas
  • Faire sa mijaurée
  • Compte là-dessus et bois de l’eau fraîche
  • Bats-toi avec les meilleurs ou crève avec les autres
  • Dans la vie il n’y a ni vérité ni mensonge mais ennui ou amusement
  • Je suis riche de ça mais ça ne s’achète pas car ça ne se vend pas
  • Si on ne se parle pas on ne peut pas se comprendre
  • Argent devrait rendre libre mais il rend fou, celui qui en a comme celui qui n’en a pas
  • Il est plus urgent de vivre que de compter
  • Il n’y a pas d’âge pour réapprendre à vivre, on le fait toute sa vie
  • Tomber dans la came ça calme
  • Xibalba : étoile mourante chez les Mayas
  • Même l’ombre la plus noire est conquise par la lumière du jour
  • Vie : ce que nous subissons de nos lois et destin des autres qui nous est imposé
  • La mort met sur la voie de l’extase de la vie recommencée
  • Tu regretteras ces paroles encore longtemps alors que je les aurai oubliées
  • Les larmes soulagent le poids que j’ai sur le cœur
  • L’amour est quelque chose de très égoïste
  • À nul sacrifice nulle victoire
  • Regarder ni derrière ni devant, pas plus loin que le bout de son nez
  • Arrête de dériver : rentre au port ou jette l’ancre
  • Nul n’est tombé aussi bas qu’il ne puisse être relevé par l’Amour
  • Pas impossible, juste peu probable
  • Un passé peu récent mais « bien » présent, à chaque instant malgré le temps qui fout le camp et qui dure dans le futur
  • De la fiction pas très éloignée de la réalité
  • Baiser la babouche
  • J’ai mon avenir derrière moi
  • Les gens ne savent que ce qu’on leur a donné à voir/savoir
  • L’un fournit le poignard l’autre s’en sert
  • Bois depuis longtemps, souvent beaucoup et de plus en plus
  • Être mort ne rend pas la vie plus facile
  • Société : équilibre des compromis entre les revendications individuelles et les attentes du bien commun
  • Pour toi c’est pas de la tarte, pour moi c’est du gâteau
  • On peut faire le malin après mais pas avant car on ne connaît jamais le pendant
  • Je ne couche ni avec des gens que je ne connais pas assez, ni avec des gens que je connais trop
  • Je ne rentre jamais dans un endroit/une histoire si je ne sais pas comment en sortir
  • 7 ans de vache grasse puis maigre
  • Je ne pense qu’à sauver ma peau, c’est elle qui me couvre
  • Je vais te trouver ça, je m’en occupe
  • Les réflexes ont la vie dure
  • J’ai tenu le coup tant que j’ai pu
  • Je bataille pour ce travail pour la maille
  • Tu fais soit parti du problème, soit de la solution, soit du paysage
  • C’est qui ? C’est qui qui fait quoi ???
  • On a vécu ce qu’on avait à vivre mais j’en ai été déçu
  • Faire le gros dos
  • C’est pas fini, c’est que le début
  • Je suis désolé ! Pas tant que moi !!!
  • Je ferme, je suis complète, mariée et un amant
  • On devrait se battre ensemble pour le gâteau au lieu de se combattre tous chacun seul pour les miettes
  • Pire que des ennemis, des concurrents
  • Chacun pour soi et dieu pour personne
  • La fin justifie-t-elle les moyens ? Le choix des moyens est un luxe réservé à quelques privilégiés
  • On divorce car l’autre est au chômage ou bosse trop
  • Je te soutiens comme la corde soutient le pendu
  • Expérience est nom qu’on donne à nos erreurs
  • Je transporte sur moi tous mes biens
  • Gestion syndicale difficile entre colère organisée et violence Révolutionnaire
  • Un homme de principe dans un monde sans valeur
  • X vient comme le jour après le nuit (ou la nuit après le jour, c’est selon)
  • On mesure l'intelligence d'un individu à la quantité d'incertitudes qu'il est capable de supporter. [Emmanuel Kant]
  • L’Histoire est écrite par les vainqueurs, nous il ne nous reste que les souvenirs
  • On n’avait rien, on partageait tout
  • Je n’ai rien mais je donne tout car je suis riche de ce que je partage
  • J’aimerais tant ne plus t’aimer
  • Peu importe ce que tu donnes à une femme, elle le rendra meilleur! Donne-lui un spermatozoïde, elle te donnera un bébé, Donne-lui une maison, elle en fera un foyer, Donne-lui un sourire, elle te donnera son cœur. Elle multiplie et amplifie ce qu'on lui donne. Donc, si tu lui donnes de la merde... Ne t'étonne pas qu'elle te fasse chier !!!
  • Je n'aspire qu'à la paix intérieure afin de mieux observer la richesse extérieure
  • le temps de laisser l’âme affleurer à la peau et les souvenir monter à la mémoire
  • sur aucune lèvre mais dans toutes les têtes
  • je m’en lave les mains car elles sont propres et que j’ai la tête haute
  • le cœur nous fait agir par pulsion et le cerveau par raison, mais lequel des deux choisir
  • si la femme que t'aimes devient celle que tu hais, demande toi si celui qu'elle a aimé est bien celui que tu es.
  • La haine tue toujours, l´amour ne meurt jamais
  • Les hommes de l'âge de bière vivent dans les tavernes.
  • Un truisme : Vérité trop manifeste, qu’il est superflu de vouloir démontrer et qu’il ne vaut même pas la peine d’énoncer.
Repost 0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 17:43
  • "Le bonheur c'est quand ce que vous pensez, ce que vous dites, et ce que vous faites sont en harmonie." - Mahatma Gandhi
  • J'avance à reculons dans un monde qui tourne pas rond, un pas en avant deux pas en arrière, ni vu ni connu, en mode furtif
  • La seule différence entre la fiction et la réalité est que la fiction doit être crédible
  • On croit avoir oublié, on croit pouvoir oublier, mais on n’oublie jamais rien
  • Être hype en étant bien high, avant d’être trop down
  • Tu respires le bonheur avec mon bon air
  • Je suis un curieux de ton incurie
  • Les politiciens sont comme les couches, il faut les changer aussi souvent et pour les mêmes raisons
  • Trouver la voie là où le chemin n’existe pas
  • De A à 9, en passant par Z et 0
  • Vous ne pouvez pas arrêter les vagues, mais vous pouvez apprendre à surfer... Joseph Goldstein
  • "Qui nous aide à respirer commence par nous couper le souffle"
  • Tu n’es pas attentionné ! Non, je suis attentif, nuance
  • T’en veux un peu ? J’en veux bien beaucoup
  • Je suis pas différent, je suis comme les autres mais juste de manière différente
  • Si tout devient possible reste l’imprévisible
  • Modestie bien placée, célébrité consentie
  • Il n’y a pas de mauvaise foi, que des religions incroyables
  • Aimer c’est être aliéné pour être à lit-goté
  • Je suis la femme/flamme de ceux qui n’en ont pas
  • Tu te souviens, il y a si longtemps, quand tu te rappelais que tu avais encore des rêves
  • Ça demande trop de travail d’avoir des amis
  • L’objet du délit/délire
  • La fin impitoyable d’une vie pitoyable
  • La vanité qui coule dans nos veines est vaine
  • Énergie, chimique, du désespoir
  • Très loin du meilleur, pas loin du pire
  • On a beau dire on a beau faire, rien ni fait
  • Je fais de mon mieux, enfin je fais avec ce que j’ai
  • La règle ment
  • "c'est de par leur caractère que les hommes sont ce qu'ils sont, mais c'est de par leurs actions qu'ils sont heureux, ou le contraire." Aristote
  • Se percher jusqu’au plafond
  • Tant qu’on peut le faire il faut prendre du plaisir à le faire
  • Le salace ça lasse jamais (latin salax  « lubrique », de salire « saillir [un animal] » : Qui a de la salacité, un penchant prononcé pour l'érotisme, l'obscénité, les rapports sexuels).
  • T’as pas trouvé ton bonheur ? Non, y en avait plus en stock
  • C’est quand elle prend ses repères que tu les lui fais perdre, l’aimant en la déboussolant
  • Heureusement qu’il n’y en a qu’un comme toi, mais heureusement qu’il y en a un comme toi
  • Un seul être vous manque et tout est dépeuplé (Lamartine)
  • "Le plus bel amour ne va pas loin si on le regarde courir. Mais plutôt il faut le porter à bras comme un enfant chéri." Alain
  • "Il y a l'amour [...] Et puis il y a la vie, son ennemie." Jean Anouilh
  • "Si Dieu avait voulu que l'amour soit éternel [...] il se serait arrangé pour que les conditions du désir le demeurent." Jean Anouilh
  • "La haine, comme l'amour, se nourrit des plus petites choses, tout lui va." Honoré de Balzac
  • "Les gens qui aiment ne doutent de rien, ou doutent de tout." Honoré de Balzac
  • "Il y a dans l'acte de l'amour une grande ressemblance avec la torture ou avec une opération chirurgicale." Charles Baudelaire
  • "L'enfer, [...] c'est de ne plus aimer." Georges Bernanos
  • "Si on juge de l'amour par la plupart de ses effets il ressemble plus a de la haine qu'a l'amitié" La Rochefoucault
  • "L'amour, tel qu'il existe dans la société, n'est que l'échange de deux fantaisies et le contact de deux épidermes." Chanfort
  • "Il est du véritable amour comme de l'apparition des esprits tout le monde en parle, mais peu de gens en ont vu." La Rochefoucault
  • "L'amour, c'est des grand mots avant, des petits mots pendant et des gros mots après." S.Guitry
  • "L'amour consiste a être bête ensemble" Paul Valery
  • "Le meilleur moment de l'amour, c'est quand on monte l'escalier." G. Clemenceau
  • "L'amour décroit quand il cesse de croître" Chateaubriand
  • "Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction. Antoine de Saint- Exupéry
  • "Quand je n'aime plus, j'ai autant d'envie de ne plus être aimé, que j'en ai d'être aimé quand j'aime." Fontenelle
  • "Ce qu'il y a d'ennuyeux dans l'amour, c'est que c'est un crime où l'on ne peut pas se passer d'un complice." Charles Baudelaire
  • "L'amour n'est pas seulement un sentiment, il est un art aussi." Honoré de Balzac
  • "Quand on aime pas trop, on aime pas assez." Bussy-Rabutin
  • "Amour, folie aimable ; ambition, sottise sérieuse." Chamfort
  • "Un court moment passé avec une personne que l'on aime et que l'on ne voit pas souvent, on pourrait en dire: C'est un court moment dont on savoure le souvenir longtemps." Jules Renard
  • Ma rage de jouir à vivre désespère le désespoir
  • T’es comme le corbeau, t’as la gueule ouverte avant les yeux
  • Chacun son tour comme dit le vautour
  • Moult fois un chouilla ça fait bézef
  • Chaque seconde nous rapproche à grand coup de tic-tac de la dernière heure, le tout rythmé au tempo du pendule balancier de notre horloge vitale
  • Les feux de l’amour m’ont enfumé et embrouillé
  • Mine de rien, l’air de tout
  • Je ne me suis pas découragé trop vite, juste pas assez encouragé dès le départ
  • Je suis donc je hais
  • Dans la vie si tu fais pas le singe tu changes pas d'arbre
  • ‎"La mer enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent."
  • étreinte est l’anagramme d'Éternité
  • à part entière ou entièrement à part
  • « Passer sous les fourches caudines » : être contraint d'accepter des conditions humiliantes ou ruineuses. Cette expression fait allusion à l'armée romaine qui, en -321, fut cernée dans un défilé appelé les Fourches Caudines ou Furcae Caudinae par l'armée samnite dont le chef obligea les soldats romains à passer, courbés et les mains liées dans le dos, sous un joug formé de fourches et lances dressées par le vainqueur.
  • « Chercher midi à quatorze heures »
  • Hébéphrène : « imbécile heureux » dans le sens courant. L'hébéphrénie est une forme clinique de la schizophrénie où prédomine la dissociation, survenant principalement chez les adolescents au moment de la puberté.
  • Perfide Albion : perfide dans le sens de « sans foi, incroyante ». L'origine du mot viendrait de alba qui signifie blanc (en latin, on trouve l'adjectif albus : blanc) et renverrait à la blancheur des falaises crayeuses de Douvres. Albion est le nom latin de la Grande-Bretagne, que Pline l'Ancien mentionne dans ses écrits : Albion et Albiones[6]. Dans le Dictionnaire des expressions et locutions[8], Alain Rey et Sophie Chantreau y ajoutent une autre explication : Albion aurait été donné à l'Angleterre, « fille des mers », par allusion à Albion, nom d'un géant, fils du dieu Neptune. Albion, une ancêtre de Britannia ? Selon une légende celtique, Albion tiendrait son nom d'Albine, aînée des Danaïdes qui, condamnées à errer en mer pour le meurtre de leurs maris, auraient débarqué sur la côte anglaise[9]. En gaélique, Alba est le nom de l'Écosse.
  • Hallali : De l'ancien français, formé à partir d'une forme du verbe haler « exciter par des cris » et des mots a li « à lui ». Le verbe haler est issu du germanique *hara qui signifie « ici, de ce côté », la préposition a du latin ad « dans la direction de, vers » et le pronom li du latin illi « celui-ci ». Cri de victoire dans la chasse à courre, pour annoncer que la bête est aux abois.
  • dès potron-minet : La locution d’origine (1640) était dès le poitron-jacquet (« dès l’aube »). Elle était composée de l’ancien français poitron, du latin vulgaire posterio (« arrière-train », « cul »), accompagné de jacquet, nom de l'écureuil. Elle signifiait donc littéralement « dès que l’on voit poindre le derrière de l'écureuil ». On trouve ensuite dès potron-jacquet (ou dès potron-jaquet), puis dès potron-minet, par substitution de jacquet par minet (« chat »).
  • Ça n’arrête pas de ne pas finir mais si ça continue va falloir que ça cesse
  • « Payer en monnaie de singe  » : Payer en grimaces ou en fausse monnaie, au lieu de payer réellement. Au XIIIe siècle, Saint-Louis décida qu'il faudrait payer une taxe pour emprunter le pont qui, à Paris, reliait l'île de la Cité à la rue Saint-Jacques. Il y avait toutefois une exception à cette règle : les forains, bateleurs ou jongleurs qui possédaient un singe pouvaient, en guise de paiement, faire faire son numéro à leur animal.
  • Etre dans les clous - Marcher en dehors des clous : les passages pour piéton sur les routes étaient matérialisés par des rangés de clous enfoncés dans le sol, on appelait ça les passages cloutés
  • Marier la carpe et le lapin : se dit de choses incompatibles
  • Se battre contre des moulins à vent : Se battre contre des ennemis ou des difficultés imaginaires. Écrit au XVIe siècle par Cervantès, Don Quichotte relate l’histoire d’un gentilhomme naïf qui aimait tant les romans de chevalerie qu’il partit conquérir le monde à la manière des chevaliers errants, accompagné de son fidèle écuyer Sancho Panza et la tête pleine de rêves. Mais son seul combat véritable, il le livrera contre des moulins à vent qu’il prend pour des géants agitant leurs bras.
  • Jouer l’Arlésienne : ne pas se montrer. Dans Les Lettres de mon moulin, Alphonse Daudet raconta une histoire d’amour impossible entre un jeune homme et une jeune fille d’Arles. Il l’adapta plus tard au théâtre sous le nom de L’Arlésienne, Georges Bizet en composa la musique. Et dans cette pièce, jamais n’apparaissait le personnage de l’Arlésienne : on parlait d’elle sans jamais la voir.
  • Voler haut, mais sans s’enflammer comme Icare, sans se brûler les ailes. Pour fuir la Crète, son père dédale fabrique des ailes semblables à celles des oiseaux, confectionnées avec de la cire et des plumes. Il met en garde son fils, lui interdisant de s'approcher trop près de la mer, à cause de l'humidité, et du soleil, à cause de la chaleur. Mais Icare, grisé par le vol, oublie l'interdit et prenant trop d'altitude, il fait fondre progressivement la cire. Ses ailes finissent par le trahir et il meurt précipité dans la mer qui porte désormais son nom : la mer Icarienne.
  • Avaler une poire d'angoisse : Lors des tortures, pour ne plus entendre les cris, un bon moyen consistait à enfoncer dans la bouche des torturés un instrument qui, selon Larousse, "s'ouvrait au moyen d'un ressort, se développait en forme de poire, et étouffait complètement les cris". Par plaisanterie, certains faisaient aussi le rapprochement avec les poires du village d'Angoisse, en Dordogne, qui étaient, paraît-il, très âpres et dures à mâcher.
  • N'avoir que la bite et le couteau : moyens sommaires auxquels l'armée Française est habituée et qui fait sa force.
  • tu m'as pris pour un lapin de 6 semaines ? Se faire prendre pour un con, cuni signifiant lapin en latin (ne pas confondre avec cunni-lingus, la langue sur le con féminin)
  • je suis pas un perdreau de l’année : ce n'est pas un débutant, il n’est plus tout jeune
  • Être sur la béquille / Dormir sur la béquille : en érection
  • Coucher à l'hôtel du cul tourné : après une dispute, on se fait la gueule et on se tourne chacun de notre côté.
  • Avoir du grain à moudre
  • Être dans un état proche de l'Ohio, j’ai le moral à zéro (Gainsbourg) : fatigué/défoncé ou déprimé
  • Être brut de décoffrage : emplois techniques où les objets initialement produits nécessitent des finitions
  • Un silence assourdissant (Albert Camus)
  • Vers l’infini et au-delà
  • Être au taquet : le taquet sert à bloquer quelque chose, c’est une butée
  • Copains comme cochons [Le cochon d'ici est une déformation du mot soçon (lui-même parfois modifié en chochon) qui voulait dire 'camarade, associé"], cul et chemise (Au XVIIe siècle, on disait 'ce sont deux culs dans une chemise' ou 'ce n'est qu'un cul et une chemise'. Cette locution exprime simplement l'extrême proximité ou l'inséparabilité de personnes aussi liées que peuvent l'être le corps et son vêtement, la chemise de nuit).
  • En avoir gros sur la patate
  • Tu vas pas me la faire à l'envers
  • Péter dans la soie vaut mieux que péter plus haut que son cul
  • Partir une main derrière, une main devant : complètement dénudé/ruiné
  • Aller dans le mur en klaxonnant
  • Porter le chapeau : En 1669, "mettre un chapeau sur la tête (de quelqu'un)" voulait dire "médire de lui, le calomnier, nuire à sa réputation". À l'époque de l'apparition de l'expression, les gens du peuple portaient la casquette. Celui qui portait un chapeau avait une fonction sociale élevée, donc des responsabilités. La récupération par l'argot de cette association a probablement contribué à faire le lien entre celui qui était responsable (mais d'une faute, cette fois) et celui qui portait le chapeau.
  • Petits plaisirs et grands bonheurs
  • Ça n’en finit pas de ne pas finir
  • Il n’y a pas d’Amour sans histoires
  • L’un dédaignait ce que l’autre convoitait le plus
  • vouer aux gémonies : Accabler quelqu'un, lui faire de violents reproches ou l'humilier publiquement.
  • Les gémonies étaient un endroit très 'sympathique' à Rome, puisqu'on y exposait pendant quelques jours le corps des condamnés qui avaient été tués par strangulation dans leur prison après les avoir un peu amusés par quelques petits supplices. Ils étaient ensuite, sur le bon vouloir d'un magistrat peut-être incommodé par les odeurs, jetés dans le Tibre.
    Il s'agissait en fait d'un escalier reliant le Capitole au forum, qui tire son nom du latin "scalae gemoniae", qui signifiait "l'escalier des gémissements". Preuve, peut-être, que les 'strangulés' n'étaient pas tous aussi morts que ça avant d'être exposés. Cette charmante coutume aurait commencé en 385 avant J.C. sous le dictateur Camille.
  • «  Ce n'est pas parce que l'homme a soif d'amour qu'il doit se jeter sur la première gourde ! » Pierre Desproges (et la première gourde n'est pas à la portée de toutes les lèvres)
  • Une excellente idée lamentablement exécutée
  • Au 18-19ème siècle, on appelait les "mirebalais" les hommes qui s’occupaient des dames dans les "parties galantes" lorsque les autres messieurs étaient hors combats. Si le terme est presque oublié, ce comportement existe toujours dans la sexualité de groupe, ou certains sont capables plus que d’autres à retarder leur éjaculation.
  • Entre Ce que je pense, Ce que je veux dire, Ce que je crois dire, Ce que je dis, Ce que vous avez envi d'entendre, Ce que vous croyez entendre et Ce que vous entendez, Il y a Sept possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer.
  • Souris petite souris
  • Reste poli déjà que t’es pas joli
  • il n’y a qu’un pas que l’on peut allégrement franchir
  • « Quand vous vous trompez, vous n'avez qu'à dire que vous êtes visionnaire, trop en avance sur votre temps »
  • Ne pousse pas pépé dans les orties et ne jette pas le bébé avec l'eau du bain
  • Elle a du caractère, pour ne pas dire qu’elle est caractérielle
  • Une singulière « singularité »
  • La dernière chance au dernier moment
  • Les deux font la paire, qui perd la victoire en chantant
  • Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours. – Gandhi
  • "Les utopies sont des réalités préconçues" (Lamartine)
  • "La réalité, c'est ce qui refuse de disparaître quand on cesse d'y croire." (Philip K. Dick)
  • La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie
  • Il n’y a pas de mal à ses faire du bien (et beaucoup de bien à se faire du mâle, pour les femmes comme pour les hommes)
  • chassez le naturel, il revient au galop (pas d’essai)
  • je n’ai aucune réponse, d’ailleurs je n’en cherche pas
Repost 0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 14:18
  • Fais gaffe à la loco à laquelle tu accroches tes wagons
  • Amour rime rarement avec toujours, et encore moins avec retour
  • C’est avec le silence d’après qu’on écoute le son qui vient d’être joué
  • Ce n’est pas tant le son qui compte que le silence qui suit
  • Chaque note est un son qui meurt
  • La musique joue du cor(ps) comme d’un instrument
  • Les enfants regrettent souvent le bon vieux temps de la génération de leurs parents
  • Ce n’est pas la stratégie qui m’inquiète, c’est le stratège
  • Il n’est pas le plus malheureux, juste le plus méchant
  • Mon cœur est un grand champ de ruines
  • C’est pas grave, je suis pas blessé, juste mort
  • Bravo mon petit, t’es un grand
  • Quoi qu’il arrive, arrête de te suicider
  • Tu comprends c’est quoi ce que je veux dire ? Oui ! Vraiment ??? Non, pas le moins du monde !!!
  • Ni mensonge ni vérité, juste une question d’opinion
  • Les asiles ont des murs pour se protéger de l’extérieur, là où sont tous les fous et déviants en liberté
  • Le crime passionnel n’est jamais loin du crime d’orgueil
  • L’accusé victime de sa passion/pulsion restera en prison – même dehors – dans sa tête
  • Être sûr c’est déjà être malhonnête : cultivons le doute car si la vérité existe, les certitudes non
  • L’humain n’est pas le roi des animaux meilleur en tout, mais capable de tout
  • Fixer ses propres limites et jouer avec les possibilités offertes
  • S’en sortir vivant ce n’est déjà pas si mal
  • L’échec nous rappelle où on en est
  • Y a des livres de souvenir qu’il vaut mieux de ne pas ouvrir
  • Bon j’y vais ! Ouais, fais donc ça !
  • Parle de tout mais surtout de rien
  • Foutu pour foutu
  • La prochaine fois y aura pas de prochaine fois qui tienne
  • Hum, c’est déjà bon rien que d’en parler
  • Faut en finir ! Parle pas de suicide !! Non, je pensais plutôt à ton meurtre !!!
  • Qu’on sache sur quel pied danser pour mieux avancer, pas à cloche-pied
  • Allongé j’ai des vertiges, je suis tout retourné
  • Là où la fleur fane notre amour s’enflamme
  • Quand il pleut de l’argent il faut savoir d’où vient le nuage
  • C’est bien tant que personne d’autre ne l’a
  • On croit qu’ils sont proches mais l’espace s’agrandit
  • Depuis que t’as changé plus rien n’est pareil
  • L’autre jour je voulais t’aimer pour toujours, aujourd’hui je te quitte pour toujours
  • Hier soir il fallait me retenir, ce matin il faut me laisser partir
  • Le malheur excite les passions
  • Quand t’as la tête sous l’eau il bouche le tuba
  • Les gentils sont les pires : ils écoutent pour se faire apprécier et mieux manipuler
  • On existe en fonction des commentaires qu’on suscite
  • Les défaites et les larmes ensemencent les victoires et joies à venir
  • Les gens qui savent toujours tout m’emmerdent, mais comme je n’écoute que moi je ne risque rien
  • Pour que ça existe il suffit d’y croire
  • Qui ne craint pas la mort ne craint pas le triste sort de la vie
  • C’est par les transgressions qu’on avance
  • Je ne veux pas me différencier des autres, juste ne ressembler qu’à moi-même
  • Je veux être comme les autres ! Non, heureusement tu ne le seras jamais
  • Tourmenter le corps pour faire céder l’âme, et vice versa
  • Je travaille à peine, mais je peine au travail
  • Avant la mer il y a toujours un fleuve qui absorbe toutes les rivières, elles-mêmes issues de nombreux cours d’eau et sources, alimentés par une multitude infinie de nuages venue de la mer et bloquée par les montagnes
  • Faut savoir perde un peu pour gagner beaucoup
  • Officiellement interdit, officieusement toléré
  • L’enfer du décor, la face cachée obscure du masque social
  • Ce que tu donnes, au final tu le donnes à toi-même ; ce que tu ne donnes pas tu le perds toi-même
  • La scarification représente une vraie raison de souffrir face à la souffrance invisible/indicible
  • Y a des fantasmes qu’on prend plaisir à entretenir et ne jamais accomplir
  • Je suis toujours là, mais pas à n’importe quel prix, celui de la folie
  • Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès
  • Pendard : Personne friponne (qui mériterait d'être pendue)
  • Vibrionner : fam. S'agiter sans cesse
  • Situation désespérée et surtout désespérante
  • L’amour c’est passer du coup de foudre aux frissons, à la désillusion, au drame intime puis finalement à l’oubli
  • Feuilleter le grand livre des sentiments pour y intercaler une page avant la fin
  • Je trouverai la sortie tout seul, te dérange pas
  • Le bonheur diminue quand l’intelligence s’accroit
  • Je suis lâchement revenu en arrière
  • La raison d’état justifie tous les crimes
  • Rapidité entre ce que tu veux puis obtient, avec des moyens limités
  • On retombe sur ce qu’on disait avant ! Oui, on en revient toujours aux mêmes choses, on tourne en cercle vicieux/pernicieux (Dont l'évolution très grave, voire fatale, est due à sa nature même et non aux circonstances ou au terrain)
  • L’un des sens de ma vie est l’indécence
  • Je n’adore pas, j’abhorre (Avoir pour une personne ou une chose une antipathie telle qu'on ne saurait la voir ou y penser sans éprouver un frémissement et un mouvement tendant à s'en éloigner ou à l'éloigner
  • Reculer pour mieux sauter plutôt qu’un pas en avant deux pas en arrière
  • On sous-estime toujours le facteur humain
  • La désobéissance est une trahison car il y a toujours des comptes à rendre
  • Pas collaboration mais obéissance à un ordre, nuance
  • Pour l’instant je n’ai pas d’avis, je me pose des questions pour m’en forger un
  • C’est quand on ne sait rien qu’on peut s’offrir le luxe de tout espérer
  • Tu crois en l’Amour ? Oui, enfin je crois
  • Je sais que je ne suis pas le seul à avoir une vie de merde, mais moi je m’en rends compte
  • Splendeur et décadence
  • Le Peuple veut souvent son bien mais ne le voit pas souvent à longue vue (Rousseau)
  • L’as-tu aimé ? Je n’ai pas eu le temps de le savoir
  • Ma bouche va plus vite que ce que je pense dire/faire avec elle
  • Je n’ai pas dormi de peur de me réveiller et voir que tout ceci n’était qu’un rêve
  • Comment pourrait-on aimer un caillou dans son soulier
  • 1909 : autorisation des femmes à mettre un pantalon, seulement si elles font du cheval ou du vélo
  • Il n’y a de pédagogie que dans la répétition
  • C’est pas un hasard si comme par hasard …
  • La sécurité est une chose, la sérénité une autre
  • Se faire embobiner, ficeler sur la toile d’une veuve noire
  • Tout deuil est un boulet au bout d’une chaîne
  • Foi et hasard : à quoi bon se faire du souci puisque la vie fait toujours ses propres choix
  • Témoin de la fin, espérons témoin d’un re-début aussi, un jour qui sait
  • Les perles sont des cailloux que la souffrance a polis
  • Ça arrive, puis ça repart comme c’était venu
  • Si le diable n’existait pas, dieu mourrait éternellement d’ennui
  • Je ne la comprends pas mais je sais que la Nature m’appelle
  • Je t’aime sans limite et sans faim
  • Je joue à « sois heureux » avec que des mauvaises cartes en deux mains gauches
  • La vie est un jeu de cartes dont le cœur n’est jamais l’atout maître
  • Le seul mais meilleur ennemi du trou c’est le tas
  • Ta bouche dit non, tes yeux/lèvres disent oui
  • Tout n’est pas rose au Paradis
  • Quitter ce monde comme j’y suis venu : sale et hurlant quand j’ai été arraché à la femme que j’aime
  • Je lui ai menti car c’était le mieux pour ce que j’avais envie de faire
  • C’est gentil de le dire, la plupart des gens osent à peine le chuchoter
  • Le mariage peut être une échappatoire à sa famille
  • La vie est du vide qui remplit du temps qui fuit
  • Cingler vers le large
  • La vie serait moins dure sans notion d’espoir
  • Pas mauvais perdant, juste que j’adore gagner et déteste échouer
  • Je fais bien semblant d’être maître, mais ça marche que parce qu’ils font bien semblant d’être disciples
  • Le samedi est le dimanche du vendredi
  • Je sais ce que je tais pour te laisser chercher
  • Dans mes rêves endormis, dans mes pensées éveillées
  • Même les paranos ont des ennemis
  • Tes désirs font désordre mais sont des ordres
  • Je suis là pour que tu ne sois pas las d’être ici
  • Ce n’est pas mal, mais c’est interdit
  • La demeure de mon esprit s’écroule
  • Face à la violence destructrice de la Nature nous doutons de l’intérêt d’exister
  • L’amour pose des questions dont la raison refuse de connaître les réponses
  • Mission simple à défaut d’être facile
  • J’insinue, tu conclus
  • Face à l’appel des sens, la décence est interdite
  • De sous-entendus en malentendus on ne s’entendra jamais, ce sera toujours la mésentente cordiale
  • Près du bonheur, trop près de l’absurde
  • L’avarice est le seul vice qui ne coûte rien
  • Qui ne tente rien ne rate rien
  • Maintenant je sais que j’ai un cœur, car il est brisé
  • Beaucoup de mauvaises choses arrivent pour de bonnes raisons
  • Quand tu es tombé du ciel mon cœur s’est envolé vers les cieux
  • Le problème c’est la vie, pas les drogues
  • Un critique n’a pas besoin d’être une poule pour juger de la qualité d’une omelette
  • L’imparfait du présent
  • Nématodes : sexe/reproduction à l’intérieur du corps de la mère (spermatozoïdes, ovules, œufs, adultes hermaphrodites)
  • Thrinaxodon : Cynodonte, c'est-à-dire un reptile mammalien, de la taille d'un chat.
    Il descendrait du Diictodon. C'est une des formes transitionnelles entre les "reptiles" et les mammifères. Il vivait au début de l'époque triasique, de -248 à -245 Ma. Ses restes ont été retrouvés en Afrique du Sud et en Antarctique, ces 2 continents étaient soudés entre-eux, ainsi que dans la Pangée de cette ère géologique.
  • Megazostrodon : Il vécut à la fin du Trias et au début du Jurassique, il y a environ 200 millions d'années. Il présente des caractéristiques typiques des reptiles mammaliens et des caractéristiques de mammifères. Les scientifiques estiment que le Megazostrodon est une forme transitionnelle entre les cynodontes et les mammifères.
  • Purgatorius : genre regroupant quatre espèces fossiles considérées comme les plus anciens représentants des primates (proto-primates). Des fossiles de Purgatorius furent découverts dans le Montana, dans des dépôts datés de 65 millions d'années, soit de la fin du Crétacé.
  • La vérité montre autant l’ombre que l’ignorance et le mystère
  • Ce que les gens veulent entendre, ensuite croire, enfin la vérité car elle effraye tout le monde
  • Obéis aux ordres, plus tard c’est toi qui les donneras
  • On reconnaît le bonheur au bruit qu’il fait en claquant la porte quand il s’en va
  • Ça va s’en dire mais ça va mieux en le disant
  • On peut recroiser son destin sur la route prise pour l’éviter
  • La vie devrait être dingue sinon elle n’est qu’une succession de l’un dit, je dis et ça me dit
  • Contrairement à l’amour, le Respect ne s’achète pas
  • Un roi ne peut être marié qu’à une princesse mais peut aimer toutes les femmes
  • L’audace des grands timides
  • Bon à rien, mauvais à tout
Repost 0
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 19:32

Voici quelques citations issues du très bon livre "Les murs se marrent" de Régis Hauser. Ce professionnel de la communication, consultant en marketing et écrivain français s'était amusé à collectionner les graffiti sur les pierres philosophales les plus inavouables, souvent dans les toilettes (masculins comme féminins).

 

Si vous avez des photos de "slogans" du même genre, nous sommes preneurs ! Envoyez-nous ça sur photograffeurs@hotmail.fr ou directement sur notre page Facebook http://www.facebook.com/pages/Photograffeurs-de-Pierres-Philosophales/182919405765 (visitez au passage aussi la page du Collectif des 12 Singes, où nous publions des expressions pour notre prochain livre autoédité "Des Démons des Mots font Démo sur Dix Maux")


 

  • Ce matin je suis allé chez le docteur, j’avais envie de tirer la langue à quelqu’un
  • Quand on mouille le pastis on le trouble, pour les filles c’est l’inverse
  • Give pisse a chance
  • Putain : fille publique qui racole, fait des promesses, monnaie ses avantages, se fait payer d’avance et vous baise ! Député : idem (d’ailleurs dans le mot député il y a pute)
  • Faites l’amour pas la guerre ! Je fais les deux, ça fait 20 ans que je suis marié !!!
  • Où sont les nymphomanes ?, les muettes ??, les veuves riches ???
  • Au quatre coins de l’hexagone … mais il en a six (hexa)
  • Un Noir n’est pas un homme de couleur car le noir n’en est pas une, il est son absence alors que le blanc est son cumul
  • La chasteté est un vœu d’artifice
  • C’est de ma faute si je culpabilise autant
  • Devenez homosexuel et élargissez le cercle de vos amis
  • L’armée, c’est des douilles, des nouilles et des chtouilles
  • L’homme est le brouillon bouillant de la femme
  • De jolies choses peuvent être mal enveloppées
  • Dans la Légion les hommes sont des hommes, les chèvres en savent quelque chose
  • Faire l’amour avec la sieste, crapuleuse
  • Ergoter, c’est une façon d’accommoder les mais {ergoter : Contredire quelqu'un avec une obstination lassante sur des minuties en lui opposant des arguments excessivement subtils et captieux (Qui tend à tromper, qui séduit par de belles, de fausses apparences). L'ergot de seigle (Claviceps purpurea Tul.) est un champignon. Il fut autrefois responsable d'une maladie, l'ergotisme, appelée au Moyen Âge mal des Ardents ou feu de saint-Antoine, liée à la présence d'ergot dans le seigle utilisé pour fabriquer le pain. Cette maladie, qui dure jusqu'au XVIIe siècle, se présente sous forme d'hallucinations passagères, similaires à ce que provoque le LSD, et à une vasoconstriction artériolaire, suivie de la perte de sensibilité des extrémités des différents membres, comme les bouts des doigts.}
  • Coïto ergo sum : je coïte donc je suis
  • Se marier, c’est consommer le même épiderme jusqu’à la nausée
  • Pacifistes, prenez les armes contre les mouvements d’auto-défense
  • Mon mari me fait cocue ! Le mien me fait aux deux
  • Miction impossible (Du latin mictio dérivé de mingere (« uriner »).
  • Les gogues m’appellent, j’ai un ordre de miction (gogues : 1805 « quart, gobelet pour boire »; 1831 « pot de chambre »; 1861 « lieux d'aisances ». Du dialectal godeneau « vase à boire » ou de goguenot au sens de « vase de nuit »)
  • Les démagogues aux gogues
  • La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible (Woody Allen)
  • Brigade des stupres (Débauche honteuse, avilissante, voire viol : stuprum « action de déshonorer, violence, attentat à la pudeur; relations coupables »)
  • En mélangeant un garçon rouge d’excitation avec une fille bleue de peur, vous obtenez du violé
  • Si ma tante en avait on l'appellerait mon oncle, et si mon oncle en était on l'appellerait ma tante. (Pierre Dac)
  • Berceau, Boutons, Bordel, Boulot, Borniol (Henri de Borniol, également connue sous le nom de Maison Borniol, est une entreprise de pompes funèbres française. Cette entreprise a organisé plusieurs funérailles de personnages célèbres. Son nom est à l'origine de plusieurs expressions argotiques comme « va te faire voir chez Borniol » pour « va au diable » ou « l'antichambre de Borniol » pour parler d'une mort proche).
  • Abus de grâce = crise de foi
  • Les coups et les douleurs, ça se dispute pas
  • Les hommes politiques sont comme les nuages dans le ciel : pesants et gris, ils cachent le soleil, lancent des éclairs, font beaucoup de bruits, tonnent dans le vide, vous pissent dessus puis disparaissent à l’horizon
  • Les hommes sont prêts à tout mais bons à rien
  • Le vice versa dans la vertu (et vice-versa)
  • Je m’en moque de l’ironie
  • C’est excitant : sous leurs vêtements, toutes les femmes sont nues
  • Le mariage révèle masochiste qui sommeille en nous
  • "amnistie" ne doit pas rimer avec "amnésie"
  • "Congénital" est un pléonasme gynécologique
  • La folie, quand on y pense, c’est dingue
  • Avant la mise en bière, je veux finir ma vie entre le cul des filles et le cul des bouteilles (la bière est ici une civière utilisée pour enterrer les morts)
  • Je vaux mieux que les regards d’envie qu’on me lance
  • Je donne mon âme à un homme pas âne, j’ouvre mon cœur puis mon corps, c’est la suite logique
  • Il ne faut plus tolérer les individus intolérants
  • Sortez vos femmes aussi souvent que vos poubelles
  • Je rends toujours ce que je prends : hier soir j’ai pris une cuite, ce matin je la rends
  • Pour faire passer une idée, une bombe de peinture est plus efficace qu’une bombe au Napalm
  • L’amitié n’a que des sentiers là où l’Amour a des allées et Venu(e)s
  • Une partouze c’est l’amour total, l’Amour avec un grand tas (partouze : 1907 «partie de cartes»; 1919 «partie galante à deux»; 1924 «partie de luxure à plusieurs»)
  • Les délices des amours sont masculins au singulier et féminin au pluriel, ce sont donc des bisexuels transsexuels
  • Aimez-vous les uns sur les autres
  • Je préfère l’apéro à l’opéra
  • La gauche est très adroite mais peut virer mal, à droite
  • En France, quand on dit « Au boulot », tout le monde comprend « Au goulot »
  • Un nouveau-né est un futur-décédé, un mort vivant quelques temps
  • la sobriété est un état du au manque d'alcool
  • "Avec la drogue t'as l'accoutumance, alors qu'avec le vin t'as juste l'habitude..."
  • Un verre ça va, 3 verres ... ça va mieux.
  • "Celui qui se justifie, s'accuse"
  • A la naissance le nain est normal, c'est en grandissant qu'il rapetisse
  • Un homme parfait est celui qui gagne pus d'argent que sa femme n'en dépense. Et la femme parfaite et celle qui arrive à trouver ce genre d'homme
  • Croire qu’un politicien est honnête parce qu’il est de Gauche c’est penser qu’un cheval peut donner du lait car il est de trait
  • La mode a été inventée pour que les imbéciles s’aperçoivent du temps qui passe
  • La vie est peut-être un long fleuve tranquille, mais qu’est-ce que ça charrie comme merdes
  • Érection, piège à cons
  • La démocratie se mesure avec un thermomètre qui s’appelle "élection", mais pour prendre sa température il faut le mettre dans le fion
  • Ma peur se fera haine en vos cités trop grandes
  • Nul n’est insensé d’ignorer la loi
  • Aux saints avec leur auréole je préfère les seins et leur aréole
  • Elle m’a proposé le mariage en me mettant le couteau sous la gorge, j’ai opiné(-el) du chef et j’ai perdu la tête
  • Les politiciens sont souvent cuisinés, jamais crus, parfois cuits
  • Écologiste = pastèque : vert dehors, rouge dedans
  • Calvitie : la vie passe si vite que son souffle vous arrache les cheveux
  • Les filles c’est comme la confiture : c’est bon mais ça colle
  • Faites le mur, pas la guerre
  • Il faut laisser l’État dans les WC où on l’a trouvé
  • Ne pas perdre sa vie à la gagner
  • Tirs nourris sur un peuple affamé
  • Je suis au bout du rouleau (de PQ), je suis dans la merde
  • Pas bel homme cherche pas belle fille pour faire pas belles choses
  • Je pardonne à ceux qui m’ont offensé … mais je garde la liste
  • La dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours
  • Il n’y a aucun problème que l’absence de solution ne finisse par résoudre
  • La France aux Français, la Bourgogne aux escargots
  • La femme donne la vie, l’homme la supprime
  • Si les cons pouvaient voler, le ciel serait noir de monde ou kaki
  • Mon méat coule pas (orifice externe de l'urètre, par lequel l'urine est éjectée lors de la miction)
  • Promotion canapé : j’ai vu plein de zobs, mais pas un seul job
  • Nous faire croire qu’un chasseur est fait pour défendre la Nature c’est comme si on nous disait qu’un maître-nageur est fait pour défendre la virginité
  • Knout toujours (fouet qui était utilisé dans la Russie impériale pour flageller les criminels et délinquants politiques)
  • Les convictions des politiques sont sculptées dans de la barbe-à-papa
  • La drogue, l’alcool et le sexe, c’est l’oubli ! Et l’overdose en est le rappel
  • La principale différence entre les hommes et les femmes ne serait-elle pas la différence qu’il y a entre "humanisme" et "féminisme" ?
  • Les filles ? Bof, c’est des créatures très surfaites : une fois qu’on a enlevé ce qui les recouvre, il faut encore écarter des tas de poils pour arriver au meilleur ! Pareil que les artichauts !!!
  • L’humain est le seul animal qui fabrique des cercueils
  • La Brigade Mondaine, au lieu de contrôler tous les hôtels de passe de Paris devrait s’atteler à l’Hôtel Matignon, c’est là qu’on commet les pires turpitudes (Laideur morale, ignominie qui résulte d'un comportement indigne, honteux)
  • Je ne serais pas névrosé si le docteur ne m’avait pas expliqué ce que ça veut dire
  • La théologie c’est simple comme Dieu et Dieu font trois
  • Quand un emmerdeur quitte la pièce, c’est comme si un ami venait d’y entrer
  • Demander à un garçon d’être fidèle c’est comme demander à un crabe de marcher droit
  • Je te hais, tu me hais, nous nous haimons
  • Je t'aime, tu m'aimes, on sème aux quatre vents
  • Les filles c’est comme les allumettes : quand on les frotte elles perdent la tête
  • La vertu ne tue pas, mais qu’est-ce qu’elle est mortelle !
  • Dans le doute il faut toujours préférer la solution la plus folle
  • Murs propres = Peuples muets
  • Je peux résister à tout, sauf aux tentations (Oscar Wilde)
  • L’Amour c’est comme la grippe : ça s’attrape dans la rue et ça se finit au lit
  • La connerie c’est la décontraction de l’intelligence (Gainsbourg) ! L’intelligence c’est la contraction de la connerie
  • Une fillette rêve de poupées quand un garçon rêve de soldats, ensuite la femme rêve de soldats et l’homme de poupées
  • Les filles sont comme les maths : on n’arrive pas à les comprendre et elles nous font chier avec leurs règles
  • La femme idéale n’existe pas, mais quel pied de la chercher
  • Une Révolution est une évolution qui ne manque pas d’ "r"
  • Les hommes c’est comme le chocolat : c’est bon mais ça fait grossir
Repost 0