Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 19:20
  • Un couple c’est savoir se sacrifier pour "plus" apprécier
  • Truc qu’elle n’avait pas envie de dire et que moi je n’avais pas envie d’entendre
  • Une robe de mariée ça te change une femme pour la vie
  • Je n’ai d’oreille que pour ses yeux
  • Tout ce que j’ai à te dire c’est de ne pas partir avant que t’aies entendu tous nos malentendus
  • Si y en a qu’un qui fait des efforts c’est pas tenable
  • On va baiser, la Nature a horreur du vide
  • T’as plus de défauts que moi de qualités
  • J’ai la crampe du faux-départ à défaut d’avoir limé trop longtemps
  • Personne ne t’as jamais dit ça ? Beh non, ou alors je ne l’ai pas entendu !
  • C’est gratuit pour les yeux
  • Tu es d’une mauvaise foi sans limite ! Pourquoi y mettre des limites ?
  • Ça t’en sais rien ! Pourquoi, tu en sais plus ???
  • Malheureusement x n’est pas qu’un rêve
  • C’est un truc que ne connaissent que les connaisseurs
  • Curieux, amateur éclairé, connaisseur, expert
  • Trop de stimuli qui parasitent notre réflexion au quotidien
  • Je suis immortel car je réinvente la réalité
  • Il n’y a pas de miracle avant qu’on en fasse le vœu
  • Pour protéger quelque chose ou obtenir quelqu’un
  • Je n’ai pas envie de mourir, mais encore moins envie de survivre
  • « les images des rêves sont comme des reflets dans l’eau, des images déformées par le mouvement ; pour les comprendre, il faut savoir reconnaître dans l’image déformée la vérité qu’elle reflète ». Aristote
  • "Nous ne sommes pas le reflet de nos illusions, nous sommes seulement le reflet de nos rêves"
  • Monde de dieux mais aussi de méchantes fées
  • Je vais finir ton début de phrase
  • La machine à croire fabrique l'irrationnel
  • C’est ça votre monde/réalité ? Je préférerais être ailleurs !
  • Le vent qui passe emporte la jeunesse
  • Le suicide des uns tue la vie des autres
  • T’as rien changé, sauf le physique
  • On a pris le stress sans stress
  • Les crapauds d’hier sont les papillons d’aujourd’hui
  • Entre interdit et envie, j’ai choisi
  • Un peu d’Art dans ma vie, et vice et versa
  • Ceux qui rêvent du paradis ne veulent pas passer par la mort pour y accéder
  • Un jour, dans la tombe je finirai mes vieux jours
  • C’est pas l’essentiel mais c’est l’important prédominant
  • Pas d’ambition pour aller plus loin que mon nez
  • Si je ne me suis pas levé ce matin c’est qu’hier soir je n’avais pas envie de me coucher
  • Ce qui compte encore plus que les lois c’est leur mise en application, les faire respecter
  • Ne te demandes pas ce que le pays peut faire pour toi, demande-toi ce que tu peux faire pour ton pays (Kennedy)
  • Le conflit est un système et comme tout système il déteste le changement
  • Dans le passé nos politiciens nous offraient le rêve d’un monde meilleur. Aujourd’hui ils promettent de nous protéger de nos cauchemars. Adam curtis
  • Au palais de l’Elysée, les hommes passent, mais les numéros de téléphone demeurent. desirsdavenir
  • Les déshérités se résigneront toujours à leur sort. Personne ne le dit ouvertement, mais c’est ce que pensent la plupart des gouvernements. Ronald Steel
  • Toute relation intense avec le pouvoir est un avatar de la sexualité. Françoise Giroud
  • Un chef, c’est fait pour cheffer. Jacques Chirac
  • Je vous promets que je serai attentif à ce qui a été dit ici, même si je n’étais pas présent. George W. Bush
  • Les hommes croient volontiers ce qu’ils désirent. Jules César
  • Tous les arts ont produit des merveilles : l’art de gouverner n’a produit que des monstres. Antoine de Saint-Just 
  • Notre Nation doit s’unifier pour se réunir. George W. Bush
  • La moitié des hommes politiques sont des bons à rien. Les autres sont prêts à tout. Coluche 
  • Il y a deux façons de saboter le droit de grève : le réglementer comme le fait la droite, l’utiliser à tort et à travers comme le fait le Parti Communiste. François Mitterand
  • Désormais, quand il y a une grève, plus personne ne s'en aperçoit. Nicolas Sarkozy, 06 juillet 2008, Siège de l'UMP
  • La différence entre le politicien et l’homme d’Etat est la suivante: le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération. James Freeman Clarke
  • Aucun roi de France n’aurait été réélu au bout de sept ans. Valéry Giscard d’Estaing
  • Ne craignez jamais de vous faire des ennemis ; si vous n’en avez pas, c’est que vous n’avez rien fait. Georges Clemenceau
  • Les promesses des hommes politiques n’engagent que ceux qui les reçoivent. Charles Pasqua
  • Le vrai politique, c’est celui qui sait garder son idéal tout en perdant ses illusions. John Fitzgerald Kennedy
  • La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures. Noam Chomsky
  • En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal. Nicolas Machiavel
  • L’individu est à la société ce que la goutte d’eau est à l’océan.
  • Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. Robert Sheckley 
  • Valéry Giscard d’Estaing a pour rôle historique d’assurer la domination des couches sociales qui l’ont placé là où il est. Il n’y peut rien et moi non plus. François Mitterand
  • L’un des traits les plus caractéristiques de notre culture est l’omniprésence de la connerie. Harry G. Frankfurt 
  • Quand un imbécile fait quelque chose dont il a honte, il déclare que c’est son devoir. George Bernard Shaw
  • L’état, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. Frédéric Bastiat
  • Je ne crois pas que la justice règne jamais parce que l’injustice n’est pas dans les lois, elle est en chacun de nous. Françoise Giroud
  • Nous n’avons le choix qu’entre des vérités irrespirables et des supercheries salutaires. Emile Michel Cioran
  • Le problème du monde, c’est que les imbéciles sont présomptueux et les gens intelligents bourrés de doutes. Bertrand Russell
  • Si l’on bâtissait la maison du bonheur, la plus grande pièce serait la salle d’attente. Jules Renard
  • Avant on lavait les cerveaux. Depuis ils se délavent. Yann Hoffbeck
  • La rue est le cordon ombilical qui relie l’individu à la société. Victor Hugo
  • Un lâche, c’est un héros avec une femme, des gosses et un crédit. Marvin Kitman 
  • La démocratie, c’est la moitié des cons plus un. Philippe Bouvard
  • La poursuite du bonheur est une idée moderne. Notre motivation à détruire notre voisin est par contre immuable
  • La guerre de 14-18 avait fait un civil tué pour dix militaires. La guerre de 39-40, un civil pour un militaire. Le Viêt Nam, cent civils pour un militaire. Pour la prochaine, les militaires seront les seuls survivants. Engagez-vous ! Coluche
  • Les guerres, ce sont des gens qui ne se connaissent pas et qui s’entretuent parce que d’autres gens qui se connaissent très bien ne parviennent pas à se mettre d’accord. Paul Valéry 
  • Je veux simplement que vous compreniez que lorsque nous parlons de guerre, nous parlons vraiment de paix. George W. Bush
  • En temps de paix, les fils ensevelissent leurs pères ; en temps de guerre, les pères ensevelissent leurs fils. Hérodote
  • La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées. Victor Hugo
  • La victoire a cent pères, mais la défaite est orpheline. John Fitzgerald Kennedy
  • Engagez-vous dans l’armée ! Venez rencontrer des gens passionnants... et tuez-les ! Jean-Loup Chiflet
  • Le pouvoir est au bout du fusil. Mao Tse-Toung
  • Deux armées qui se battent, c’est une grande armée qui se suicide. Henri Barbusse
  • La défaite est novatrice, la victoire est conservatrice. Bernard Werber
  • Moins on a d’idées, plus on se massacre pour elles. Paul Carbone
  • La science ? Un état intermédiaire entre le réel et l’irréel !
  • Il est dans la nature de l’Homme de lutter contre la Nature. Jean Rostand 
  • Le mot progrès n’aura aucun sens tant qu’il y aura des enfants malheureux. Albert Einstein
  • Ceux qui préconisent de classer les gens selon leurs gènes pour prévenir d’éventuelles déviances, anticiper sur des tendances violentes ou suicidaires et qui remettent en question la prépondérance de notre libre arbitre sont, au mieux des ignorants, parfois ce sont aussi des hommes dangereux...Jack Reeves 
  • Seuls les petits secrets ont besoin d’être protégés. Les grands sont tenus secrets par l’incrédulité du public. Marshan Mcluhan
  •  On objectera que la science est souvent l’antagoniste de l’opinion dont elle combat et rectifie les erreurs. Mais elle ne peut réussir dans cette tâche que si elle a une suffisante autorité et elle ne peut tenir cette autorité que de l’opinion elle-même. Qu’un peuple n’ait pas foi dans la science, et toutes les démonstrations scientifiques seront sans influence sur les esprits. Emile Durkheim
  • Le début de la science moderne date du moment où aux questions générales se sont substituées des questions limitées ; où au lieu de demander : "Comment l’univers a-t-il été créé ? De quoi est faite la matière ? Quelle est l’essence de la vie ?", on a commencé à se demander : "Comment tombe une pierre ? Comment l’eau coule-t-elle dans un tube ? Quel est le cours du sang dans le corps ?". Ce changement a eu un résultat surprenant. Alors que les questions générales ne recevaient que des réponses limitées, les questions limitées se trouvèrent conduire à des réponses de plus en plus générales. François Jacob
  • Internet est le produit d’une combinaison unique de stratégie militaire, de coopération scientifique et d’innovation contestataire. Manuel Castells
  • La science serait bien moins avancée si les désirs passionnés des individus de voir confirmer leurs propres croyances n’étaient pas rentrés en ligne de compte. William James
  • La science, c’est ce que le père enseigne à son fils. La technologie, c’est ce que le fils enseigne à son papa. Michel Serres
  • Le problème crucial de notre temps est engendré par la stagnation des théories politiques à une époque de progrès technologiques. Cyril Northcote Parkinson
  • Innover, ce n’est pas avoir une nouvelle idée mais arrêter d’avoir une vieille idée. Edwin Herbert Land
  • La tactique, c’est ce que vous faites quand il y a quelque chose à faire; la stratégie, c’est ce que vous faites quand il n’y a rien à faire. Savielli Tartacower 
  • il faut jouer pour devenir sérieux !
  • - Préférez-vous une dame de plus aux échecs ou dans la vie ?
  • - Ca dépend de la position. Boris Spassky
  • Je joue les joueurs, pas les cartes. Gus Hansen 
  • Le Backgammon c’est l’Homme contre le hasard ; Les Echecs c'est l’Homme contre l’Homme ; Le Go c'est l’Homme contre lui même
  • Si vous êtes à une table de poker et que vous n'arrivez pas à savoir lequel de vos adversaires va être le pigeon de la soirée, c'est qu'il y a de bonnes chances que ce soit vous. Paul Newman
  • La solitude du joueur d'Echecs à l’approche du mat est semblable à celle du condamné. Francis Szpiner
  • Les dés servent à faire du bruit derrière l’écran. Gary Gygax
  • Un bon joueur a toujours de la chance. Jose Raul Capablanca
  • On n’a jamais gagné une partie en abandonnant. Xavier Tartacove
  • Tout ce qui est à Blanc est à Blanc, tout ce qui est à Noir est à négocier. Fan Hui
  • Le Go est un jeu où le hasard favorise les plus forts.
  • On peut en savoir plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en une année de conversation. Platon
  • Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. Nietzsche
  • Je cherche des gens qui adorent gagner. Quand je n’en trouve plus, je veux des gens qui ont horreur de perdre. Henry Perot
  • Bien dire fait rire, bien faire fait taire.
  • Mieux vaut pleurer à la porte d’un geigneux que d’un vanteux.
  • Tousse pour un, rhume pour tous.
  • A la guerre comme à la guerre.
  • La guerre nourrit la guerre.
  • Le premier coup fait la moitié du combat.
  • Se venger d’une offense, c’est se mettre au niveau de son ennemi ; la lui pardonner, c’est se mettre au-dessus de lui.
  • Si ton ennemi est dans l’eau jusqu’à la ceinture, tends-lui la main ; si l’eau lui monte aux épaules, appuie sur sa tête.
  • La chance ne donne pas, elle ne fait que prêter.
  • A l’impossible, nul n’est tenu.
  • Le seul moyen de se débarrasser d’une tentation, c’est d’y céder.
  • Pour l’homme qui a un marteau, tout ressemble à un clou.
  • Là où il y a la volonté, il y a un chemin.
  • Si tu veux le chien accepte les puces.
  • Un arc toujours bandé se détend ou se brise.
  • La fortune envoie des amandes aux gens qui n’ont plus de dents.
  • Dieu aide trois sortes de personnes : les fous, les enfants et les ivrognes.
  • Il a une gueule à puer des pieds.
  • être ami de tout le monde ou de personne, c’est pareil.
  • Vie sans amis, mort sans témoins.
  • Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es.
  • La semaine du travailleur a sept jours, la semaine du paresseux a sept demains.
  • Assis sur les genoux d’une mère pauvre, tout enfant est riche.
  • Jeunesse paresseuse, vieillesse pouilleuse.
  • L’argent est un bon valet et un mauvais maître.
  • L’oisiveté est la mère de tous les vices.
  • La richesse amassée est un fumier puant ; la richesse répandue est un engrais fertile.
  • Ce qu’on achète coûte moins cher que ce qui vous est offert.
  • L’avare riche ne connaît ni parent ni ami.
  • Au jeu d’échec, les fous sont les plus près du Roi.
  • La jalousie d’une femme consiste moins à être jalouse d’une autre femme qu’à se voir délaissée.
  • Avec ton voisin, ne parle ni de ta femme ni de la sienne.
  • Le désir embellit ce qui est laid.
  • L’Ecosse c’est l’Angleterre en pire.
  •   Peinture et bataille ne sont belles qu’à distance.
  • Il est si bon, qu’un peu plus il ne vaudrait rien.
  • Cherche le bien, quant au mal laisse le venir.
  • On 5 doigts dans la main, et tous sont différents.
  • Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.
  • Les plaisanteries fondées sont les pires.
  • Qui te craint en ta présence te nuit en ton absence.
  • Il y a en chacun de nous une chose qui n’a pas de nom, et cette chose est ce que nous sommes .
  • Ce n’est pas parce que l’oiseau est en cage que cela l’empêche de chanter .
  • A grand bateau, grande tempête.
  • La peau est plus près du corps que la chemise.
  • Le pire n’est pas toujours certain.
  • Le poisson meurt par sa bouche.
  • Qui vieillit, refroidit.
  • Heureux celui qui oublie ce qu’on ne peut plus changer.
  • Différé n’est pas perdu.
  • La jeunesse croit beaucoup de choses qui sont fausses ; la vieillesse doute de beaucoup de choses qui sont vraies.
  • Le poisson commence à puer par la tête.
  • L’eau trouve toujours son chemin.
  • En Sibérie, l’hiver dure douze mois. Le reste du temps, c’est l’été.
  • La vérité est bonne mais elle blesse, le mensonge est mauvais mais il engraisse.
  • Ce n’est pas le champs qui nourrit, c’est la culture.
  • Qui a peur du loup ne va pas dans la forêt.
  • Quand on a dix pas à faire, neuf font la moitié du chemin.
  • Une méthode fixe n’est pas une méthode.
  • Qui ne peut pas dormir, trouve son lit mal fait.
  • Le boeuf mange la paille, et la souris le blé.
  • Le calme avant la tempête.
  • L’honneur et le profit ne se tiennent pas dans le même sac .
  • Le travail a des racines amères, mais des fruits sucrés.
  • A la pauvreté, toute porte est fermée.
  • Quand la pauvreté frappe à la porte, l’amour s’enfuit par la fenêtre.
  • Qui n’a pas senti le besoin ne connaît pas le bonheur.
  • Prétendre contenter ses désirs par la possession, c’est compter qu’on étouffera le feu avec de la paille.
  • Qui emprunte pour bâtir, bâtit pour vendre.
  • Rien ne manque aux funérailles des riches, que des gens qui les regrettent.
  • Cœur gâté, bouche puante.
  • La plupart des gens aiment les prières courtes et les saucisses longues.
  • Prie Dieu mais continue de nager vers le rivage.
  • L’éponge absorbe, mais il faut la presser pour qu’elle s’exprime.
  • Ami brouillé vaut deux ennemis.
  • On a réveillé l’ours qui dormait paisiblement, et le voilà qui saccage la forêt.
  • Pour un ami, sept kilomètres ne sont pas un détour.
  • Quand mille personnes prennent la route, il en faut une pour prendre la tête.
  • Tôt ou tard tu vas craquer, dans tous les sens du terme
  • Il est tard, se met à l’horizontal puis est à la verticale avec sa cale
  • Tu chauffes, je m’enflamme et brûle les étapes
  • La vie est une dure lutte ; con promis chose due
  • En souvenir du bon vieux temps
  • Je serai un petit peu content pour elle même si ça ferait chier quand même
  • J’ai pas ma langue dans ma poche mais dans sa bouche, où je l’y tourne sept fois

Partager cet article

Repost 0

commentaires