Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 14:15

Palmade-Jai-jamais-été-aussi-vieux

 

 

Les citations suivantes sont librement notées voire adaptées à partir des textes originaux de ces deux pestacles (qui ne sont malheureusement pas leur meilleur respectif, mais sont bien quand même). Certaines expressions sont de nous, inspirées par le jeu d'acteur, la situation ou un flash créatif !

 

 

  • Ton suicide est ton affaire, pas la mienne
  • Si je m’occupe des malheurs d’autrui, je me souci plus des miens
  • Je veux bien te sauver, mais qui me dit qu’on couchera après
  • Notre vie redémarre sur un pur hasard
  • Au football, le ballon est une femme, un alibi pour couvrir la pudeur de ces mâles qui n’osent pas s’avouer qu’ils s’aiment, c’est pour ça qu’ils rejettent le ballon au fond des cages de l’autre
  • Quelqu’un qui avoue qu’il est sûr de ne pas savoir a quelque chose de rassurant car c’est une marque d’honnêteté et si il se trompe on ne lui en veut pas
  • Je ne travaille bien que dans le plaisir
  • L’indécision n’a rien à voir avec l’inaction
  • Je sais pas, on essaye, yallah et on verra
  • Je m’en fous pas, j’en pense rien
  • Le meilleur parti c’est celui qui reste pour être pris
  • Aie confiance : je sais pas où on va mais au moins on y va ensemble
  • Je sais pas combien de temps je vais pouvoir tenir à vivre
  • Je voudrais tant être là, dans ton cul … euh dans tes bras
  • À la guerre comme à la guerre, il n’y a guère d’état qui gère
  • Survivre ici ne laisse pas de place à la morale
  • J’ai plus la force ni de ma branler ni de sourire en pensant à toi
  • Je l’espère, je (la) laisse faire
  • Tout seul, ou en tout cas sans toi
  • Ce qui me gène c’est que tu me gènes
  • Ça devient ridicule, autant que ça s’arrête avant que ça ne devienne pathétique
  • Chacun fait honte à l’autre
  • Ça veut dire quoi ce silence ? parle, exprime-toi !!!
  • C’est quoi cette tenue, tu perds pas de temps toi
  • Tu me reverras plus, et en ce qui me concerne youpi
  • Je te fais pas la bise, le cœur n’y est plus
  • Et tu sors comme ça de chez toi en te disant que c’est ce qui te va le mieux ?
  • Allongée comme une chatte ronronnante sur son coussin
  • J’ai arrêté X mais continué Y, avec du recul j’aurais mieux fait de faire l’inverse
  • La mort n’arrive qu’une seule fois dans sa vie, autant bien la faire pour la réussir
  • Il nous a quitté, c’est la vie, ça arrive des fois
  • Il parle de la Mort avec une réelle joie de vivre
  • C’est moi qui suis mort et c’est les autres qui râlent
  • Moi le W t’a ravi, le X t’a comblé, le Y t’envoutera
  • Amour … si ce mot a encore un sens (pas commun)
  • Jouer au sexe interdit aux moins de 30 ans, faire tout sans complexe, de la baise à la place des sentiments
  • Un inutile avec un ego futile, se croit important alors qu’il en brasse du vent
  • elle ne me mentait et me complimentait que pour me protéger
  • toi thon ou moi œuf, il ne manque plus que la mayonnaise prenne
  • depuis que je suis né je suffoque, j’agonise
  • c’est ça ou il faudra me passer sur le corps ! Je vais plutôt prendre l’autre option
  • Mister Bonheur devenu docteur douleur
  • Tu m’as tellement gonflé, je vais pas me dégonfler
  • Tu recases plus fort que le ressac
  • On rigole avec des secrets qui n’en sont plus

 


 

  • C’est pas un moteur deux chevaux, c’est un haras d’étalons que j’ai sous la capote
  • Vas t’épiler, ça dépasse de la frange, le foin dépasse de la carriole
  • De nuit les ennuis s’enfuient
  • J’ai harponné du lourd, ça va mouliner sec et tendre fort la canne (faut juste qu’elle ne casse pas avant d’avoir péché ce thon)
  • Ah, si elle avait eu la gueule de son cul
  • J’ai mis le doit dans la prise mais c’est elle qui a pris la décharge
  • Les femmes sont comme les machines à sous : on joue avec mais à force faut que le gros lot tombe du trou sinon on va voir ailleurs
  • Si t’as des problèmes de trompe, il va jouer de la flûte ailleurs
  • Stérile comme un con pressé alors que lui a réussi son examen de spermographie les doigts dans le nez
  • Je préfère quitter ce monde dans la douleur que de continuer à y vivre dans la souffrance
  • Mon père t’a donné ma main, j’ai pas eu le temps de t’offrir le reste que tu l’avais déjà pris
  • Je montre le chemin de la moquette en laine vierge
  • Tu le niques, tous les jours un peu, sur la carotte en lui offrant l’oignon
  • Ce qui intéresse l’homme dans la femme est la date limite de consommation, car quand elle est avariée faut la varier
  • À quoi ça sert de se suicider si ça fait chier personne
  • Tu es beau quand tu parles de nous
  • Repartons sur une nouvelle ba(i)se, réveillons le volcan de nos passions ét(r)eintes
  • Y a eu une fuite, je vais te donner un tuyau pour la localiser
  • Sans eux et à deux on est heureux
  • Sinon manipulé, du moins fortement orienté
  • En amour on ne sait jamais quand finit une histoire et quand l’autre commencera
  • Tu me fais peur quand tu m’appelles par mon prénom
  • Je n’ai plus confiance en mon corps et mon cerveau car je ne les maîtrise plus

Partager cet article

Repost 0

commentaires