Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

T'es qui là ???

Logo du Collectif des 12 Singes


Ce blog sert de brouillon Collectif pour faire avancer le schmilblick grâce à vos commentaires !

Nous publierons ici régulièrement le résultat des pages que nous avons écrites.
Aidez-nous, en nous critiquant, à nous améliorer, et COMMANDEZ NOS LIVRES A PRIX PAS CHERS !


Nous sommes un Collectif d'auteurs-écriveurs qui cherche à véhiculer des informations sérieuses et surprenantes mais sur un ton décalé : vaste programme, mais nous tentons de tailler des shorts comme Coluche avec la gouaille de Desproges

Abonnez-vous à notre Newsletter pour avoir les derniers articles.

 

Collectif des 12 Singes (Al LU-SINON)


Follow Al_LuSinon on Twitter

 

 

Follow this blog
Paperblog

http://www.wikio.fr

Rechercher

6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 14:53
  • La meilleure façon de réaliser l’impossible est de croire que c’est possible
  • 2/3 réalité rêvée la nuit, 1/3 cauchemar éveillé le jour
  • Faire ses scatomes/fécalomes en public
  • Les larmes n’ont jamais rien accompli {Alice au pays des merveilles}
  • Visionnaire jusqu’aux antipodes
  • Le système a plus de pépins qu’une pastèque
  • Jeune homme brillant qui n’en veut puis débarque X, pas très jeune ni très brillant mais sournois et avide
  • En avant la musique
  • Tu prêches un converti
  • Se creuser les méninges, activer ses mémoires
  • Vos menaces tombent à plat
  • Ne te fais plus de souci pour X, ce n’est plus entre nos mains
  • On fera … Il est tard, pas de temps pour élucubrations/spéculations religieuses
  • End of line : fin de transmission
  • Je ne cherche pas, je trouve
  • C’est le fameux X dont tout le monde parle
  • Stop !, sais-tu que tu vas trop loin ?!
  • Trop cynique pour analyser finement les âmes
  • Forme-le, utilise-le, détruis-le
  • Tout ce qui est visible doit se dépasser et s’étendre dans le royaume de l’invisible {Tron}
  • Je pense que … Ne le fais plus, je suis le seul à penser ici !
  • Comment … pourquoi m’as-tu réactivé ?
  • Tu respires l’intelligence et la bonne éducation
  • Polygamie : des hommes célibataires mais avec éducation se marient en-dehors du village voire avec d’autres ethnies (ou alors la femme quitte le mari, autres femmes restent ou monogamie finale)
  • Savoir laisser une place à l’inconnu quand il se présente
  • Je peux te demander si … ? Tu viens de le faire mais je ne vais pas y répondre
  • Où on va ? Quand tu verras l’endroit tu sauras que c’est là !
  • Ce sera douloureux ? Seulement si tu résistes !
  • Tu fus un ami fidèle, mon cœur se fend en faisant ses adieux
  • J’ai toujours abhorré la proximité de ta présence physique
  • Toute lumière engendre sa part d’obscurité
  • Chercher la sécurité dans la foule, mais cette foule peut créer de l’insécurité pour certains (quand ils sont à la marge)
  • J’aimerai mieux être le diable que l’ange de ces gens-là
  • Pas seulement utile, c’est aussi l’essentiel
  • N’ais confiance qu’en toi, tes cinq sens et ta voix intérieure
  • Si c’est des réponses que tu cherches tu t’es trompé, je n’ai que des secrets
  • Tu préfères aller loin, coucher dans le foin ou souffrir moins ?
  • Subjectivement ferme ou objectivement flexible ? Métaphysiquement sans ride ! {La recrue}
  • CIA : échecs connus, réussites ignorées {La recrue}
  • La cible est le lapin, suivi par l’œil puis l’équipe derrière tourne pour changer de regard {La recrue}
  • Improviser, s’adapter, modifier, triompher {La recrue}
  • L’humain est mauvais ; en cela il est plus terrible que la bête
  • La viande animale donne à notre esprit la force de son corps
  • Instruire les femmes c’est éduquer la famille puis toute la communauté
  • Nous ne savions pas, mais nous aurions dû savoir
  • Bombe atomique : 50 méga tonnes : destruction sur 100 km, vitres explosées sur 500 km ; 100 méga tonnes : panache de la bombe monte à 16 km d’altitude (occupe l’atmosphère et sort dans l’espace)
  • X son bras droit et Y son bras gauche
  • Ou l’un ou l’autre … voire, et même mieux, les deux en même temps
  • C’est la plus paresseuse des plus heureuses
  • Au lion d’or = au lit on dort
  • Depuis que … il est clean, et c’est pire
  • Certains s’en tirent à bon compte quand d’autres en font les frais
  • Parle pas beaucoup mais n’en pense pas moins
  • C’est toujours les meilleurs qui partent en premier, je serai donc un pourri pour rester
  • Je suis heureux sauf quand je m’ennuie
  • Plus l’alcool me grise, plus la colère monte
  • T’es saoul, tu me saoules
  • Solitaire dans ma colère
  • La complicité atténue la responsabilité
  • J’ai pas cette générosité qui consiste à pardonner
  • Ceux qui donnent des leçons de morale sont souvent des salauds
  • Tellement belle, et malheureusement si neutre envers moi
  • J’ai plus de fric que ces frimeurs de distributeur de billets
  • Ce n’est plus une priorité, jusqu’à nouvel ordre
  • Une once de marchandage, une pincée de fourberie, un soupçon d’intimidation : recette miracle pour forger sa réputation sans sang, qu’il faut des années à bâtir mais quelques secondes à détruire
  • Traine-semaine en savate
  • Tu es une étoile qui scintille et rayonne chaque jour un peu plus dans mon firmament
  • On veut changer de chef, "chef"
  • Vu de face tu ressembles à un chien vu de dos
  • Quelle garantie ? Aucune, pourquoi t’as le choix ??? Non !!!
  • Courageux jusqu’au sacrifice du matin (pendaison)
  • Besoin absolu d’une quête d’absolu
  • Pour réussir, il faut une bonne dose d’optimisme et un peu de naïveté
  • Les tueurs en série le savent bien : un jour fabuler/fantasmer ne provoque plus rien, faut passer aux actes
  • C’est qui ce truc-là ?
  • Derrière les nuages se cache le soleil
  • Tu me dois une enfance
  • On bûche à s’en fendre le cul en deux
  • équanimité : sentiment d'indifférence à l'égard de toute sensation ou évocation, agréable ou désagréable, dû à l'apaisement de l'esprit
  • vous ne perdez rien pour m’attendre
  • quand on ne cherche rien de particulier on trouve tout intéressant
  • l’ironie est la manière la plus sournoise de cacher/tricher sur ses sentiments/émotions
  • pas une allumeuse, une incendiaire
  • on nous a servi du X jusqu’à plus soif
  • prêt à tout pour aller jusqu’au bout
  • empire réputé invincible, tué par lui-même
  • on abat ceux qui veulent fuir le paradis des ouvriers (UR-SS)
  • c’est par la culture qu’on exprime ses bons/mauvais sentiments
  • tantôt drôle, quelque fois absurde, souvent tragique
  • tu dis moins qu’une demi-vérité
  • n’insultez jamais une femme qui tombe, qui sait sous quel fardeau la pauvre âme succombe {Victor Hugo, Les chants du crépuscule}
  • en ces temps passablement troublés, un bijou est un présent plein d’avenir
  • j’ai tout oublié quand tu m’as oublié ; Sans toi je ne suis plus tout à fait moi ;  {Marc Lavoine & Christina Marocco - J'ai tout oublié}
  • l’horloge tourne ses minutes infanticides
  • tu fais quoi et pourquoi ?
  • rire diminue la douleur
  • pleine lune 0,25 lux, lampadaire 10 lux
  • du bon temps aujourd’hui, état d’hébétement demain
  • y a pas de mal à ça, après tout, les temps changent
  • de temps à autres on est tous obligés d’aller au-delà du devoir : c’est le sacrifice
  • tu filerais la migraine à un cachet d’aspirine
  • "L'amour c'est comme l'alcool, plus on est impuissant et soûl et plus on se croit fort et malin." {Céline, Voyage au bout de la nuit}
  • Méditer c’est occuper la partie frontale sur une tâche pour que le reste du cerveau soit tranquille
  • Bon homme d’affaire = bon intermédiaire, compétent pour réunir des individus
  • Quand on vient au monde on prend une claque, quand on rentre dans le monde des claques, au sommet du monde on ne connait même plus la sensation d’une claque, mais on les file
  • Assis avec des gars pour faire le sale boulot pendant que tu tiens un discours hautement suspect pour démonter tes adversaires et brouiller les pistes
  • Je ne veux pas ajouter mon nom à cette liste
  • Je suis sûr que toi aussi tu as un doute
  • Ma seule chance de devenir quelqu’un est de devenir quelqu’un d’autre
  • Tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute
  • Le sexe sert à être aimé ou croire qu’on l’est
  • Soit plus malin qu’eux mais ne les sous-estime jamais
  • on a son libre arbitre afin que l'équilibre ne soit pas rompu ; passer de tout à rien c'est donc qu'on a pas su gérer
  • Les prétentions de la veille me donnent la mesure des exigences du lendemain {Henri d'Artois, prétendant à la couronne de France après la chute de Napoléon III}
  • Le courage croît lorsqu'on ose, et la peur lorsqu'on hésite. (Syrus)
  • Il ne s'agit pas d'attendre que la tempête passe mais d'apprendre à danser sous la pluie
  • T’es comme le colonel Livarot : fort en gueule mais tendre à l’intérieur
  • enchainement taf-teuf-touffes va être rude, avec les tiffes de travers
  • "Bonheur : faire ce que l'on veut et vouloir ce que l'on fait." Françoise Giroud
  • je n'ai pas d'avenir, je n'ai qu'un destin
  • Dans toutes les larmes, s’attarde un espoir
  • les alsaciens sont des belges qui n'ont pas trouvé la Suisse
  • le mérite des allemands est de bien remplir le temps, le talent des français est de le faire oublier
  • préfère 20 jours d'amour d'une histoire folle à 20 ans d'amour d'une histoire molle
  • Écouter est une politesse qu'un homme d'esprit fait souvent à un sot mais que celui-ci ne rend jamais
  • Pars avant que je ne te supplie de rester
  • la logique féminine c'est : un mari pour le chic, un amant pour le choc, un vieux pour le chèque.
  • "Traitez les gens comme s'ils étaient ce qu'ils devraient être et vous les aiderez à devenir ce qu'ils sont capables d'être." Goethe
  • « Non » est un très joli mot, à condition de le dire le premier
  • "Vous pouvez écraser les fleurs, mais vous n’arrêterez pas le printemps." Alexandre Dubcek
  • j'ai plus toute ma tête mais j'ai encore tout mon cœur
  • la seule main qui peut vraiment te tirer d'un mauvais pas est celle qui est au bout de ton bras
  • "Les femmes ne trouvent leur portrait ressemblant que lorsqu'il ressemble à ce qu'elles voudraient être. " [Jean-Gabriel Domergue]
  • on est jamais assez riche assez maigre et jamais les fesses assez proches du bord de la table (une gyneco dans un film)
  • ce ne sont pas les belles femmes qui sont le plus à craindre, elles ont l'embarras du choix, ce sont les autres qui sont à craindre, elles, elles n'ont rien à perdre (beauté fatale, film)
  • j'ai choisi d'être belle plutôt qu'intelligente car il y a plus d'idiots que d'aveugles
  • chanson de Namor qui dit: "Mais que fais la Police ? Parfois elle tue les innocents, mais que fais la justice ? Elle protège leurs abus...."
  • Kant je Nietzsche ta mère, je peux te dire qu'Hegel un Marx !
  • Ce qui tombe sous le sens rebondit ailleurs (Prévert)
  • "La langue du sage est dans son cœur ; le cœur du sot est dans sa bouche" (l'Ecclésiastique).
  • Notre Avenir Nous Appartient : NANA
  • Si vous ne courrez pas après ce que vous voulez, vous ne l’aurez jamais. Si vous ne demandez pas, la réponse sera toujours non. Si vous ne faites pas un pas en avant, vous restez toujours au même endroit – Nora Roberts
  • Le terrain préféré du diable est la politique
  • Les gens qui te pensent intolérant sont juste des gens egocentriques qui n'acceptent pas que tu n'ailles pas dans leur sens
  • La vérité ne fait pas de mal ; c'est la destruction de l'illusion qui est douloureuse
  • le monde de la toile est petit mais si vaste
  • "les causes perdues sont précisément celles qui auraient pu sauver le monde"
  • Il y a très loin de la velléité à la volonté, de la volonté à la résolution, de la résolution au choix des moyens, du choix des moyens à l’application. — (Jean-François Paul de Gondi de Retz)
  • L'alcool c'est la réponse, mais je ne me souviens plus de la question
  • La patience est l'art d'espérer. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues (1715-1747)
  • Lâcher des énormités avec beaucoup de retenue
  • Quand je joue avec X je ne sais jamais si ce n’est pas X qui se joue de moi (Montaigne)
  • "à quoi ça sert que je sauve votre monde puisque vous le détruisez?"
  • Un humain sans culture ressemble à un zèbre sans rayure
  • L'art, c'est la plus sublime mission de l'humain, puisque c'est l'exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre. (Auguste RODIN)
  • C'est en négligeant les choses les plus simples qu'on commet les plus grandes erreurs
  • "De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins."
  • "La liberté c'est la vie, et la vie n'a pas de prix" - Le Rat Luciano
  • «Tous les hommes ont mêmes droits... Mais du commun lot, il en est qui ont plus de pouvoirs que d'autres. Là est l'inégalité.» Aimé Césaire
  • Je noie mon ennui dans la mélomanie qui évite la mélancolie
  • Rire sous cape
  • une passion n'a d'intérêt que si elle est partagée
  • les gens que j'aime me portent tellement haut ... que ceux qui ont choisi de vivre tout en bas sont trop loin pour que je les voie
  • je ne demande pas l’aumône, mais je l’accepte volontiers
  • pour ceux qui en doutaient encore …
  • « Les grandes nations ont toujours agi en gangsters, les petites en prostituées. » Stanley Kubrick
  • Être moi-même c’est rigolo, mais c'est pas de tout repos
  • 3h de sommeil par nuit... j'ai la tête d'un lémurien et la cadence d'un koala
  • Sous tes pieds y a l’enfer
  • La justice suit la loi non la morale.
  • Une fille que tu pensais envisageable, tu te rends compte qu’elle ne t’envisage pas, te dévisage plutôt même
  • Tu es la plus belle rencontre de cette année, mais on est qu’en mars
  • J’adore ton humour, so british … mais là on est en France
  • Il est temps de regarder derrière pour aller de l'avant
  • Smaïn : « ce qui compte aujourd’hui, c’est l’apparence : quand tu ne parais pas tu disparais »
  • cada loco con su tema‏ : every crazy guy has his obsession
  • vu que c'est gratuit (ça, ça paye toujours)
  • L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ou plutôt à ceux qui ne se couchent pas
  • “L’amitié, je ne sais pas ce que c’est. Je ne connais que l’estime.” Jean Gabin
  • Le travail me rendait malade mais j’adorais mon travail
  • Les fous ouvrent les voies qu'empruntent ensuite les sages
  • "Chaque fois que nous serons plus humains, nous rendrons la société meilleure."
  • "La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil" René Char
  • «Nous ne voyons jamais les choses telles qu’elles sont, nous les voyons telles que nous sommes.» [Anaïs Nin]
  • J’aime qu'on aime ce que j’aime
  • "L'espérance, c'est du rêve vivant." SMM
  • "The most powerful weapon on earth is the human soul on fire." French military commander Ferdinand Ford
  • "Laissons vivre l'agonie en nous comme un espoir" SMM
  • "La vie est trop courte pour l'indifférence, trop belle pour l'inhumanité." ©SMM
  • C’est les textes qui me font rire, suivant l’image la signification change
  • La confiance est une des premières formes de la bêtise humaine
  • Le meilleur consultant dans ce domaine c’est l’€
  • Le cynisme finit par être le comble de la franchise dans une société d'hypocrites !!!
  • La société devient mutique face à un état devenu cynique
  • Banksy : je ne suis jamais sûr du mérite de ceux que l’on met sur un piédestal ou de ceux dont on les fait tomber
  • Mercy d’eux-mêmes, merci deux m’aiment,
  • « Pourquoi, à l’instar des objets, n’existe-t-il pas un bureau des amours perdues et trouvées ? » de Pierre Dac
  • Nous ne sommes pas responsables de la manière dont nous sommes compris, mais de celle dont nous sommes aimés. Bernanos (Georges)
  • La peur ne peut se passer de l’espoir et l’espoir de la peur. Spinoza
  • L’espoir est une mémoire qui désire. Honoré de Balzac
  • l’expérience n'éclaire que le chemin parcouru...mais aucune lumière n’éclaire le chemin à venir
  • Nous avons plusieurs chemins dans notre vie...un seul nous mène a nous même.
  • "tête d’ampoule, tu n'es pas une lumière"
  • Si t’es pas dispo dispose-toi quand même !
  • C’est l’utilité qui créée le besoin
  • « La vérité apprise d’autrui est sans valeur. Seule compte, seule est efficace la vérité que nous découvrons nous-mêmes. » Alexandra David-Néel
  • "Rien n'est jamais fermé, sinon tes propres yeux"
  • « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. » Edmond Rostand
  • Comme je déteste être en retard, je suis toujours (trop) en avance
  • Nous sommes très heureux que notre bulle se soit transformée en cocon pour enfin devenir un nid où notre amour est sublimé par cette merveille qui anime nos nuits et nous procure tant de bonheur
  • « La morale est l'épine dorsale des imbéciles. » Francis Picabia
  • "La différence, c'est que moi j'existe sans ma bande; c'est même plutôt ma bande qui a du mal à exister sans moi!!"
  • La seule limite à nos réalisations de demain, ce sont nos doutes d'aujourd'hui. F.D.Roosevelt.
  • Merci d'être venu d'aussi loin pour nous voir d'aussi près.
  • Je ne peux pas rentrer chez moi mais je ne dois pas rester là
  • "il y a certainement à être fou....un plaisir que seul les fous connaissent..."
  • « N’imitez rien ni personne. Un lion qui copie un lion devient un singe. » Victor Hugo
  • Si tu penses que l'aventure est dangereuse, alors essaye la routine, elle est mortelle !
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 19:42

 

  • « On ne peut goûter à la saveur des jours que si l’on se dérobe à l’obligation d’avoir un destin. » Emil Michel Cioran
  • pas besoin d’être trop intelligent pour pas être trop con
  • Si un jour on te reproche que ton travail n'est pas un travail de professionnel, dis-toi bien que des amateurs ont construit l'arche de Noé et des professionnels le Titanic.
  • Pensée féministe du jour : la femelle n'est pas un moindre mâle.
  • Sybarite : Du latin Sy̆barita, du grec Συβαρίτης, Sybarites désignant les habitants de « Sybaris », ville de la Grande Grèce dont les habitants sont réputés être le peuple le plus corrompu et le plus amolli de l'Antiquité. Qui est mou, efféminé, corrompu, qui vit dans les plaisirs et la luxure comme les Sybarites.
  • Patience et plongeur de temps
  • "Les arbres jettent l'or de leurs feuilles par les fenêtres de l'automne". Sylvain Tesson
  • « La plus grande faiblesse de la pensée contemporaine me paraît résider dans la surestimation extravagante du connu par rapport à ce qui reste à connaître. » André Breton
  • Là c'est du pur pour les dur(e)s, on reste entre nous, pas mélangés à the Others car on n'a pas le goût des autres mais le dégoût
  • Seuls ceux qui se risqueront à aller trop loin sauront où il est possible d'aller
  • Pourquoi suis-je devenue ta femme ? Pourquoi est-ce que j’ai dit oui ???
  • L’âge avant la beauté … vas-y !
  • Sic Gorgiamus Allos Subjectos Nunc : Nous aimons nous repaître de ceux qui aimeraient nous soumettre {maxime de la famille Addams}
  • Pas de vaines paroles en l’air/déveine
  • Mon unique raison de vivre et de (sou)rire
  • Une mère aimante, un fils reconnaissant
  • Je ne suis que ta mère après tout, tu me dois uniquement ton existence sur cette planète, alors va, cours, vole, joue, danse, chante et drague si tel est to bon plaisir
  • Pour le meilleur et le « j’expire »
  • Ça vous plaît ?, c’est moi qui l’aie fait ! Cette femme ment, c’est de Vico le roi de la pomme de terre !!!
  • Depuis quand n’avons-nous plus… ? Depuis dieu sait quand !
  • Je suis monstrueusement désolé
  • Au pied, pour mettre au panier ta main forte et douce à la fois
  • Je suis tout tourneboulé, décontenancé
  • L’imprudent qui prend en main sa propre défense a un fou pour client
  • S’il n’est pas revenu dans une heure je lui déplace le cœur
  • Notre monde touche à sa fin mais la vie doit continuer
  • Je fus guidé par des questions inutiles
  • Questions oiseuses
  • La peur appelle la seule réponse appropriée
  • J’oublie d’avoir peur
  • Subjugueur revient à confisquer, subtiliser
  • Tu supputes, tu asticotes
  • Je le conçois et le concède
  • Le monde est à nous, il sera ce que nous en ferons {Numéro 9}
  • Je me suis fais engueulé comme du poisson pourri, comme jamais mes meilleurs potes ne m’ont jamais engueulé
  • Collier, gorgerin, floral : lotus plus mandragore
  • j’ai du mal à comprendre ce que je vois
  • voler : le pire et le plus branché des crimes
  • la bête à deux dos s’est fait encorner
  • nous ne savions pas tous les deux à quoi nous en tenir
  • finasser : User, dans une tractation, de finesses, de roueries, en vue de se procurer un avantage ou d'esquiver un désavantage
  • comme si chaque nouveau jour ne se levait que pour nous deux
  • faire fi de tout bois : Dédaigner, mépriser.
  • À deux doigts de … mais à chaque fois la main se referme/resserre sur du vide
  • Les idées apparaissent par associations Libres
  • Pour me plaire… ou plaire à l’idée qu’il se fait de moi ?
  • T’es blanc comme une merde de laitier
  • J’ai besoin de c pour travailler d’arrache-nez
  • Quand je suis sobre je suis tellement triste
  • Entre les divorcés et les célibataires, tout le monde vit seul
  • J’ai rencontré ma femme à 25 ans, marié à 30, divorcé à 40 : parcours classique quoi
  • Ton attitude ne donne pas envie de donner suite à nos habitudes
  • T’as bu combien de bouteilles ? Pas assez ! Ça fait du bien ?? Non, ça tourne et c’est flou !!
  • À force de me faire la cour, il est rentré dans le jardin (Catherine Lara)
  • J’ai résisté, comme la chèvre de M. Seguin : monsieur Seguin avait eu six chèvres, toutes mangées par le loup car elles étaient allées dans la montagne. Blanquette, la septième petite chèvre, est bien traitée par son maître, mais commence à s'ennuyer. Un jour, elle dit à son maître qu'elle voudrait partir dans la montagne, mais monsieur Seguin le prend mal. Afin qu'elle ne s'enfuie pas, il l'enferme dans une étable, mais oublie de fermer la fenêtre, par laquelle Blanquette s'évade. Elle découvre alors les joies de la montagne et de la liberté… Mais le soir tombe ; Blanquette décide alors de rester dans la montagne, et se bat vaillamment contre le loup toute la nuit ; au lever du jour, Blanquette, épuisée par un combat inégal, finit par se laisser dévorer
  • Si tu veux être heureux épouse ton voisin
  • Ça me dégoûte mais ça m’excite aussi un peu
  • Mauvais caractère mais bon fond et cœur
  • Déjà rarissime mais aussi unique en son genre
  • La commémoration est le meilleur moyen d’oublier
  • Quand elle te repousse, tu ne forces pas et donc elle n’a pas l’impression de céder à la tentation
  • À quoi ça sert de décrocher la lune puisque nous avons déjà les étoiles ?
  • L’enfant doit apprendre que le prof est un humain, le prof doit montrer à l’enfant qu’il ne l’est pas
  • Le monde est ce qu'il est, c'est-à-dire peu de choses {Albert Camus}
  • On ne peut pas miser en pariant sur le destin
  • Il n’y a qu’une seule sorte de joueurs : les perdants
  • Faut vraiment être con pour doubler la mise en pensant se refaire
  • Je ne cherche pas la femme parfaite, juste mon idéal de bonheur
  • Évaluation de l’évolution
  • Pas pour nous mais pour nos enfants, voire les enfants de nos enfants
  • Il me bat froid depuis ce matin alors que je suis chaude
  • Mon cœur se tirebouchonne sur mes chevilles comme un vieux slip moite
  • Ronger son frein
  • « Comme il faut travailler pour être naturel ! » {Louis Jouvet}
  • Quand on sait pas comment la semer, faut la planter {Hot Shot}
  • Croire qu’on était l’homme en or mais on finit plaqué {Hot Shot}
  • C’est dans tes cordes ? J’ai pleins de cordes à mon arc ! {Hot Shot}
  • L’enfer c’est quand tout raisonnement est impossible {Hot Shot}
  • Chagrin et crédulité n’ont qu’un temps, et là les larmes ont séché {Hot Shot}
  • La musique joue de notre corps comme d’un instrument
  • Force est de constater que …
  • Se réduire comme peau de chagrin
  • Pêle-mêle : locution latine, cadres pour photos
  • Tu vois le mal partout ! Et toi nulle part !!! {Kaamelott}
  • Je le fais à mon rythme ! Beh fais-le plutôt au mien alors {Kaamelott}
  • Vaut mieux devenir fou que d’être conscient de son environnement
  • Je suis prêt à me battre comme un homme pour les droits des femmes
  • Hémophilie : saignements masculins transmis par la mère
  • De la racine à l’aboutissement il n’y a qu’une unité profonde
  • On ne peut même pas résister au sommeil de Morphée, le petit frère de la Mort
  • Les mauvaises herbes peuvent avoir de belles fleurs
  • Rigor mortis : rigueur cadavérique
  • Il a toujours raison, sinon c’est la vérité qui se trompe
  • Jamais euphorique dans le succès ni abattu dans l’adversité
  • Cet étalon est un sacré zèbre, monté comme un poney
  • Ne me fais pas perdre mon temps et je tâcherai de ne pas perdre patience
  • Je crois que le mot que tu cherches est Merci
  • C’est à tes risques et profits
  • Moyen-âge : condamnation religieuse à la prison perpétuelle est moins grave la mort via la justice laïque
  • Perpétuel assoiffé jamais rassasié
  • Les héros ne naissent pas, on les fabrique
  • Enthousiaste mais prudent, déconcerté mais ravi
  • C’est dans ton intérêt ! Qu’est-ce que tu y connais à mon intérêt ?
  • Le destin n’est pas une voie qui s’ouvre à nous, mais une voie/-x que l’on choisit
  • Perdre une partie en voulant trop la gagner
  • Express & experience yourself, what else ?
  • Ami quand je suis faible, ennemi quand je suis fort
  • Angoisse de l’inconnu est toujours plus forte que la souffrance du connu
  • Apprendre – comprendre – penser
  • Le beau jour de sa vie est quand on la quitte
  • Pourquoi vivons-nous puisque rien ne dure
  • Au lit, incapable de jouer les premiers violons car plutôt flûtiste
  • La chance a une femme, la fortune, mais je ne suis pas un bon amant {Frédéric de Prusse}
  • Misogyne devenu misanthrope
  • Espérer le meilleur tout en s’attendant au pire
  • Sexualité évanouie puis épanouie
  • Je ne vois que la psychanalyse pour concurrencer les religions dans l’amour de la souffrance qui dure {L'élégance du hérisson, Muriel Barbery}
  • Honnête et sans dette
  • L’Histoire donnera raison à ceux qui ont osé la défier
  • La croyance n’a que faire des démentis de la réalité, des faits terriblement têtus
  • Le réel peut être masqué mais non ignoré
  • Faire les frais de ses effets
  • La mort du X est la naissance du X-isme
  • Plus le jalon de X augmente, mais son joyau est supérieur
  • À l’abri des certitudes qui protègent du monde hostile
  • Contre-société qui fait qu’on appartient à une sorte d’élite aristocratique
  • Capable de s’enfermer dans ses erreurs et parfois d’avoir brillamment raison
  • Tu viens à la rescousse qu’après les secousses
  • « Le mariage est un duo ou un duel. » {Émile Augier}
  • Il faut dépenser le mépris avec une grande économie, à cause du grand nombre de nécessiteux {Chateaubriand}
  • "Les hommes jaloux agacent les femmes, mais les hommes qui ne sont pas jaloux les exaspèrent" {Alfred Capus}
  • Le plus gros poisson de la rivière le devient car ne s’est jamais fait attrapé (et peut mieux grandir que dans un bocal)
  • Gros poissons dans petite mare mais ici et maintenant tu te noies dans l’océan alors barboter dans l’étang
  • Arrive un moment où toute personne raisonnable doit ravaler sa fierté et reconnaître ses erreurs
  • Plus l’effort est difficile plus forte est la récompense
  • Route plus facile mais plus longue vers la mort
  • Parler religion est grossier, on ne sait jamais qui on va offenser
  • Le destin a l’art de retourner sur ses pas pour nous prendre par surprise
  • Il n’existe que deux femmes : la mienne et toutes les autres
  • Comme tu l’aimes ta culpabilité chérie
  • Lentement je reviens à quelque chose qui ressemble vaguement à ce que j’étais avant
  • Le monde change mais pas ses humains
  • Bien que ton invitation m’ait comblé, je me vois au regret de devoir la décliner
  • De la belle ouvrage, finement exécutée
  • J’invite la Mort à me délivrer de la douleur de vivre
  • Le temps est illusion et timing de faire encore plus X
  • Toute Résistance est inutile et te mettrait en danger
  • Je te défie de me défier, de t’y fier comme un fier
  • Vaste, immense, incommensurable et bien plus encore
  • Tu peux mettre ton ego de ton côté quelques minutes ?
  • C’est impossible ! Non, juste très improbable !!!
  • Seul geste que j’ai envie de faire est grossier, obscène puis désespéré
  • Comme la feuille de thé de Ceylan ne connaît pas son destin dans la théière anglaise ni l’histoire de la Compagnie des Indes
  • Éminences grises les plus imminentes et pertinentes
  • En partie par curiosité, en partie par aventure, mais essentiellement et surtout principalement pour la gloire
  • Le président n’a aucun pouvoir car son rôle est de détourner les regards du pouvoir
  • Bravo pour la bravoure
  • Quelque chose d’énorme et de sinistre supervise le monde ! Non, ça c’est une paranoïa !!!
  • Je préfère être heureux plutôt que de vivre dans le vrai
  • Nano : or isolant alors que très bon conducteur dans le macro-monde
  • Le Mal saura survivre à son auteur tandis que le bien sera enterré avec lui
  • Je n’ai plus de réponse votre honneur
  • Un politique est un animal qui veut être gardien de zoo
  • Qu’on côtoie sans voir
  • L’ambition est un état critique
  • Plutôt cavaler sur les chevaux de l’apocalypse que de se faire piétiner par eux
  • Tu mets la main dessus et je te coupe les couilles
  • Ma déchéance reste entre moi et ma conscience/désespérance
  • Chanteur de rock, après le repas roteur de choc
  • Tirage au (mauvais) sort
  • Je mets les bouts et je file dans ce trou
  • Pas étouffer mais étoffer le dossier
  • Au-delà de l’inimaginable, bien plus que ce que tu peux imaginer
  • Quelle que soit votre matière, vous pouvez briller
  • Pourquoi être rouillé quand vous pouvez briller ?
  • Quand je choisis une cause perdue, je vais jusqu’au bout de la (dé)perdition
  • Si tu veux perdre un ami, raconte-lui tes soucis
  • Piquée puis niquée au vif/veuf
  • Cot-cot, le cri de l’oiseau tombé dans le guano
  • Corps corruptible
  • Prends du bon temps, nage dans le lubrifiant
  • Trouillonium : bleu et goût de poule mouillée
  • Maintenant je sais que j’ai un cœur car tu l’as brisé
  • Philocaptio : rechercher les aventures galantes
  • L’argent reflux inexorablement vers celui qui le possédait
  • La négociation est l’arme des faibles
  • L’amour est une adaptation émotionnelle à/d’ une nécessité physique
  • Une relation réussie est une simple commodité pour deux individus mieux dotés/disposés que d’autres pour gérer leurs imperfections mutuelles
  • La beauté du destin est son étrange façon d’arriver à ses fins
  • Je suis comme un taxi, je peux me libérer très vite
  • Je refuse toute injonction corporelle
  • Suivre quelqu’un aux 400 diables
  • Il n’y a pas de « mon chéri » qui tienne
  • C’est pas moi qui quitte le navire, c’est lui qui m’abandonne
  • On vit en harmonie et bonne intelligence
  • Qui gère X contrôle tout ce qui dépend de X
  • Croire, contre toute raison, que demain sera moins pire qu’aujourd’hui
  • Il est bien loin le temps des cerises
  • Bien vu l’aveugle, je vois que t’as l’œil
  • Elle se cabre (plutôt que cambre) sur mes propos scabreux
  • Soit tu montes dans le train soit tu restes sur le quai
  • Va au diable ! D’où crois-tu que je vienne ???
  • Ça se voit pas mais il ne l’est pas
  • Fais-moi un sourire s’il-te-plaît ! … non, fais la gueule, c’est mieux
  • T’as autres choses comme idée géniale ou t’es à bloc ?
  • Quand je dis « c’est bon », c’est bon ! … c’est bon ???
  • Sans moi tu n’as aucune chance … même si avec moi non plus
  • Je le regrette mais ne le rejette pas
  • Donne-moi ton prénom que je puisse le hurler au cœur de la nuit quand je serai seul
  • Le remord est comme la morsure d’un chien à un rocher : une bêtise {Nietzsche}
  • Tout le monde croit me connaître, et moi aussi, mais c’est faux
  • Celui qui n’ose pas ne peut pas se plaindre de sa malchance
  • Syndrome de Superman : le costume change l’homme, on ne le reconnaît plus
  • Comme après le cinéma ou la baise : longs débats sur la qualité
  • Tu peux être héros mort ou lâche vivant
  • Le prince des 1001 nuits et moi te rendons visite dans ta couche
  • Ses yeux, fixes, s’enfoncent doucement dans le néant
  • Relever le gant blanc, le jeter à terre
  • Le désespoir c’est quand on n’a plus le/de choix
  • Demain c’est pour les bonnes poires/pommes
  • Je ne veux pas dormir, ne pas perdre une seconde avec toi
  • D’ici combien de temps ? Là maintenant !
  • Le jour où je le saurai/serai tu seras le premier appelé/informé
  • Ça traîne en langueur, je veux de la longueur
  • Bye bye blue bird
  • Alliance basée sur intérêts et Respect mutuels
  • La mauvaise conscience rend muet
  • Ne pas être blanc-bleu : ne pas avoir une réputation intacte (il n’est pas "clair", car avant les peintres mettaient une pointe de bleu dans le blanc pour qu'il soit plus éclatant)
  • Je veux la voir et je l’aurai
  • Tu n’es que chair dévitalisée, vidée de mon désir
  • La Vérité engendre la Liberté {Brazil}
  • L’information est la clé de la prospérité {Brazil}
  • La suspicion engendre la confidence {Brazil}
  • C’est grave ? Non, c’est foutu !
  • Tu es précieux dans les coups durs
  • Un peu plus … enfin, surtout un peu beaucoup moins
  • Elle était presque jolie
  • La bonne et le relou
  • Je suis rentré en mode furtif actionné
  • Elle attend ! Beh elle attendra !!!
  • On l’attendait pas mais vous l’avez fait quand même
  • Ma complication a eu des "petites" complications
  • Trouver le lien de cause à effet et le trancher dans le vif du sujet
  • Je suis mort complet ! Ça te tente la nécrophilie ???
  • Réflexion vaut gain
  • Ne plus tirer avant de viser
  • Parfois faut savoir courir avant de savoir marcher
  • Gratitude ne signifie pas loyauté
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 12:25
Couverture du livre « La philosophie south-parkoise, ça troue le cul ! »

Couverture du livre « La philosophie south-parkoise, ça troue le cul ! »

 

Cinq après sa sortie, notre livre de 42 dissertations type bac philo (thèse-antithèse-synthèse) sur la série South Park fait encore et toujours parler de lui.

 

Après l’interview sur Radio Nova, c’est Radio Campus Paris qui a interviewé notre rédac’ "chef" Al LU-SINON sur ce brûlot qui donne, au gré de ses 550 pages, matière à réfléchir.

Pour s’en rendre compte, vous pouvez déjà lire notre fiche de lecture. Classés par thèmes, tous les contenus de ce livre sont consultables dans Loi-morale & Responsabilité individuelle-collective ; Capitalisme ; Communautarisme ; Sexe-Amour ; Différence ; Drogues ; Religion ; Censure.

 

Pour éviter de vous casser les yeux, faire plaisir à vos proches et nous soutenir, vous pouvez COMMANDER ce livre pour la modique somme de 22 € (hors frais de port).

 

*** Al a également évoqué dans cette interview nos « Notations de Carnets de Conversations », qui serviront un jour à publier le livre « Des Démons des Mots font Démo sur Dix Maux » ***

 

23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 19:58
Affiche du film "Brèves de comptoir"

Affiche du film "Brèves de comptoir"

 

À l’occasion de la sortie du film Brèves de comptoir, voici une nouvelle série de jeux de mots et autres expressions qui prêtent à rire/réfléchir/rougir/etc., ainsi qu'une version de la pièce de théâtre filmée (désolés, on n'a pas celle du Théâtre du Rond-Point diffusée en mars 2010 sur F3 mais cherchez toujours).

 

  • T’es maudit, un vrai sinistré de la vie
  • On pourrait se voir, prend ton temps c’est pas pressé … disons ce soir ?!
  • C’est tellement drôle que j’en ai des vertiges
  • Ou je suis un génie ou il est le plus con depuis Louis XVI
  • Faut nager ou couler
  • Faire feu (flèche) de tout bois : faire un feu/une flèche à partir d'un morceau de bois quelconque. La métaphore est donc aisément compréhensible : vous êtes prêt à utiliser n'importe quel moyen pour arriver à votre but
  • Tu vas où ? Même direction que toi, mais plus loin {Château ambulant}
  • L’avantage avec la vieillesse c’est qu’on ne s’étonne plus de rien {Château ambulant}
  • Un cœur est lourd à porter {Château ambulant}
  • L’inconstance des sentiments est la seule chose durable en ce monde {Château ambulant}
  • T’es mon meilleur ami donc je te dis ce que tu veux entendre
  • Tu es comme l’appendice : à une époque tu devais avoir une utilité mais c’était il y a si longtemps que personne ne se souvient laquelle
  • Les ennuis prennent moins de place quand on arrête de les ressasser
  • Ce ne sont pas les choses qui changent mais notre façon de les appréhender
  • Sans la confiance rien n’avance
  • Existence sans rime, sans raison ni sens
  • John Doe (version féminine : Jane Doe) : expression pouvant désigner une personne non-identifiée ou un homme de la rue. L'équivalent francophone pourrait être « Monsieur X », « Monsieur Dupont », « Monsieur Durand » ou encore « Monsieur Tout-le-monde », « un citoyen Lambda ». L'expression est employée dans les administrations anglo-saxonnes pour désigner une personne non-identifiée : un blessé inconscient ou un mort n'ayant pas de papiers sur lui est inscrit « John Doe » (respectivement « Jane Doe » pour une femme) par l'hôpital. L'utilisation de John Doe a été retracée dès 1768[2] en droit coutumier anglais, où « John Doe » désigne un plaignant inconnu, alors qu'un accusé anonyme est appelé Richard Roe.
  • « quidam » qui signifie initialement « simple mortel » par opposition aux Dieux et aux hommes de pouvoirs. De là est venu l'effet Quidamus, lorsqu'un simple mortel bouleversait consciemment ou non (ne serait-ce que par sa simple présence au mauvais/bon endroit, au mauvais/bon moment) les plans des Dieux ou des puissants, en bien ou en mal.
  • Gloire par besoin de se rassurer
  • Celui qui a vu sa colère sait ce qu’est l’enfer
  • J’ai besoin que les autres aient besoin de moi
  • Garde plutôt pour toi ce que tu dis tout fort
  • Ce soir tu ne me touches pas, même pas en rêve
  • Si tu es trop disponible pour l’autre tu deviens invisible
  • Je suis hétéro mais je le regrette
  • Saute aux pattes : saute dessus
  • Ils se sont quittés/retrouvés plus souvent que Rachel et Ross
  • D’abord on vérifie si on a des choses en commun, ensuite on échange sur des aspects personnels, finalement on essaye de savoir si célibataire (ou en tout cas libre/disposé)
  • Grand Amour ou ultime recours/secours ?
  • Épouser X ou juste envie de se marier pour être comme tout le monde
  • Cœur enfermé dans une cage dont tu as brisé la serrure pour me Libérer et s’envoler tous les deux
  • Principe de parcimonie [épargne minutieuse, parfois mesquine, qui s'exerce sur des petites choses] : la chose la plus simple et directement sous les yeux est la bonne solution
  • T’es jolie comme un cœur
  • Je ne sais pas quoi dire, comment faire ! Tu viens de choisir !!!
  • Attendre que la mort survienne, que la morsure vienne
  • Le mensonge est une longue communication entre humains
  • La lune est l’autre face du soleil
  • Pas de sermon, je ne me sens pas coupable
  • Quand on demande un avis/conseil, c’est juste pour se rassurer sur une décision déjà prise (confortée ou contre-positionnée)
  • Le mariage est une longue et dure bataille pour laquelle les hommes ne sont pas armés
  • Revient en rampant à travers le désert de la honte pour boire la goutte de l’indulgence à l’oasis de l’espoir
  • Pour le diagnostic, rappelle-toi ce que tu as entendu sans écouter
  • Les moches sont tellement reconnaissant(e)s qu’on leur porte un intérêt quelconque qu’ils/elles font deux fois plus d’efforts
  • Le jour où X mourra, le paradis aura le goût d’enfer
  • La dernière ombre avant l’obscurité des ténèbres
  • Le smiley c’est quand j’ai pas le moral, le sticker flingue c’est quand j’ai vraiment pas le moral
  • Quand je souris ça me fait mal, c’est douloureux
  • Je ne me fie qu’à la raison et me méfie des affects
  • T’es barjot … bon, on se voit après le boulot ?
  • Relation humaine/amoureuse : un grand bond dans le vide, faut sauter le pas
  • Ma puce, parasite suceur de sang
  • On passe sa vie à s’inquiéter de ce que les autres pensent de nous mais souvent c’est nous le plus dur envers nous-mêmes
  • Comme une île : on visite mais on n’y reste pas
  • Se couper du monde et s’emmurer vivant
  • 5 cocktails : je suis prêt à sortir le poisson hors de l’eau
  • J’ai tellement envie de croire (et peur d’entendre le vrai dans) ce que tu dis que je vais dire que je te crois
  • Une bonne rupture est celle qui fait autant mal qu’elle est inoubliable
  • L’Amour est une fusion dans un grand tourbillon quantique de trou noir
  • Idée = mal de tête avec des images
  • Se payer sur la bête (à deux dos)
  • Attend, je me remémore la soirée... et là c'est le drame... "heu... nous deux on a ... ? nan hein?!" Parce que merde, si c'est le cas j'aurai aimé "être là" et m'en souvenir
  • La violence, quand elle est équilibrée, est parfaitement inefficace/inutile
  • Ça te branche de faire l’étoile de mer ? : sur le dos en vrac, bras et jambes écartés immobiles, incapable de bouger ne serait qu'un cil
  • Les temps changent, les humains non
  • Vendetta contre l’état
  • Me demander ça c’est comme chercher à savoir si Edison connaissait le téléphone rose
  • Les leucocytes (globules blancs) de l’utérus chassent en groupe les spermatozoïdes trop lents
  • Reconnaissance de soi narcissique (miroir) chez les primates, éléphants, dauphins, chez le bébé de deux ans (âge aussi de l’empathie, se mettre à la place de l’autre)
  • Les pétales tombent quand la fleur s’est éclose
  • La popularité est une prostituée, elle couche avec le premier venu (Devedjian)
  • Si la victoire est annoncée alors la défaite est probable
  • Soins psy : se faire aider à s’échapper de soi-même
  • Être humain, ça s’empêche (Albert Camus)
  • Propos liminaires (relatif au commencement de quelque chose)/laminaires (régime d'écoulement d'un fluide dont les différentes couches glissent les unes sur les autres sans se mélanger)
  • on est tous le bon ET le mauvais coup de quelqu'un
  • plus jeune on est plus dans la performance et pas forcément dans la recherche du plaisir, enfin un peu quand même mais ce n’est pas la priorité. Avec l'âge on sait un peu plus ce qu'on vaut et donc ce qu'on veut … surtout on pense plus au plaisir de l'autre avec l'âge, et si l'autre fait de même c'est là, à deux, qu'on est un bon coup(le). Quand on est en phase, c’est un échange de très bons procédés, on se rend service, c'est donnant-donnant
  • ne me parle pas de la vie quand je parle de ma vie
  • cochon celui qui s’en délie, chien celui qui tope sans tenir [Kaamelott]
  • elle me plait pour les même raisons que je lui déplais
  • tourner autour du feu de l’Amour comme un papillon ébloui
  • Son passé est un mystère et son destin une énigme
  • Sainte Reine et Olibrius : hypothétique gouverneur des Gaules, réputé avoir martyrisé sainte Reine en l'an 252. Tourné en ridicule dans les représentations de mystères du moyen-âge, ce serait de lui que vient l'utilisation d'Olibrius dans le langage (il existait aussi : un préfet d'Antioche persécuteur de Sainte Marguerite († 275) ; un empereur d'Occident, Olybrius (Olibrio en italien) porté au pouvoir, à sa plus grande surprise, en 472, par le patrice Ricimer et ne régna que 3 mois). Le nom d'Olibrius est devenu un substantif, dans le langage courant, pour désigner un bravache, un fanfaron cruel, un assassin « occiseur d'innocents » (Molière).
  • Claude-François Malet : général d’Empire, auteur du coup d'État de 1812 contre Napoléon, durant la retraite de Russie.
  • Goton : Fille de ferme, de cuisine; en partic., servante mal tenue ou aux manières négligées. P. ext., pop. Fille ou femme de mauvaise vie. Synon. gourgandine, prostituée : issu par aphérèse de Margot (dér. avec suff. -ot* du rad. du prénom Marguerite), utilisé dès le mil. du XVIe s. comme prénom d'une femme aux mœurs légères
  • Nous avons le pouvoir de reconstruire le monde (Thomas Paine, citation favorite de Reagan) ; « le passage du temps fait plus de convertis que la raison. » (The Common Sense, janvier 1776)
  • Quand on fait une erreur, on encaisse les coups, c’est une leçon, et on avance (Reagan)
  • Quelles que soient les circonstances de l’époque, nous pouvons choisir notre destin (Reagan)
  • Faire ses preuves/classes pour obtenir ses lettres de noblesses
  • Les gens sont toujours plus complexes que l’image qu’on a d’eux
  • Plus intelligent et avisé que le pensaient les gens de droite, moins formidable que le pensaient les gens de Gauche
  • N’en jetez plus, la coupe est pleine
  • On peut tout imaginer mais pas le pire … même si on y pense quand même
  • La certitude engendre la vérité, mais si la vérité existe, les certitudes non
  • Mon intelligence au service de mes vices
  • Je n’ai rien trouvé, mais j’aurai pu me tromper (et avoir raison)
  • Blanc, noir, le contraire de tout
  • Faire chou blanc : Cette expression pourrait venir du Berry où un coup se prononçait "choup" en dialecte berrichon. Au jeu de quilles, très en vogue au XVIe siècle, un c[h]oup blanc était un coup nul, sans résultat. Un autre 'coup blanc', pourrait venir de la fumée blanche produite autrefois par des coups de feu tirés, même sans aucun résultat.
  • Tenir la dragée haute : Faire sentir son pouvoir à quelqu'un, faire longtemps attendre quelqu'un et ne lui procurer qu'une petite quantité de ce qu'il attend. Cette expression date du XVIIIe siècle. Deux écoles s'affrontent quant à son origine. La première fait simplement le rapprochement avec un ancien jeu d'enfants où ils devaient attraper une friandise suspendue à un fil. Celui qui tenait le fil et tirait dessus selon son bon vouloir pour empêcher les marmots d'attraper trop facilement le bonbon avait sur eux une certaine forme de pouvoir. La deuxième vient aussi d'une friandise, mais destinée aux chevaux, cette fois. La 'dragie' (déformée ensuite en dragée) était une botte de fourrage vert, mélange de froment et de sarrasin, gourmandise dont raffolaient ces équidés mais dont ils ne devaient pas abuser. Pour dresser le cheval et lui apprendre à maîtriser sa gloutonnerie, ces dragies étaient placées haut dans son râtelier, hors de sa portée. Et on ne lui en distribuait ensuite qu'avec parcimonie
  • Scrupule : petit caillou dans la sandale d’un légionnaire qui ralentit toute une armée
  • Je t’avais mal jugé, finalement t’es quelqu’un de bien
  • C’était à prévoir, mais j’avais pas vu que ça me ferait si mal
  • Le monstre et la garce
  • Mourir c’est prendre de la hauteur
  • L’avenir comporte toujours des risques
  • Improbable, possible, réussi
  • Pas besoin d’être grand clerc pour le comprendre : Le mot clerc est issu au XIe siècle du latin clericus qui signifiait « membre du clergé », puis également « lettré ». Il ne faut pas oublier qu'en ces temps lointains, les membres du clergé étaient presque les seuls à savoir lire et écrire, ce qui, aux yeux du peuple, en faisait des savants. C'est un grand clerc s'utilisait « en se moquant d'un homme qui fait le savant », probablement avec une connotation anticléricale. La mauvaise opinion des clercs est d'ailleurs confirmée dans le Dictionnaire des proverbes français en 1749 où, à la même locution, c'est la définition « un sot, un niais, un homme qui s'en fait accroire » qui est associée.
  • Quand on est amoureux, la testostérone diminue chez les hommes alors qu’elle augmente chez les femmes
  • Je commençais à marcher droit quand tout autour de moi s’est mis à vaciller
  • Je ne me suis pas écroulé, c’est le monde autour de moi qui s’est écroulé
  • Le Peuple est comme l’eau : il peut porter votre navire ou le couler (empereur Tang)
  • Je l’ai pas en tête mais noté en pense-bête
  • Met l’accent plus sur les détails que sur la taille
  • Se mettre la rate au court bouillon : à mettre en parallèle avec les mauvais traitements qu'on peut infliger à son propre corps lorsqu'on se fait du souci, comme dans les expressions de même sens "se faire du mauvais sang" ou bien on "se faire de la bile".
  • D’aimables zakouski comparé à : Hors-d'œuvre russes et polonais, d'une grande variété, généralement servis dans une autre pièce que celle où a lieu le repas.
  • Ce sont les bleus à l’âme qui font le plus mal
  • Aussi belle qu’un magnolia en mai
  • Algarade : Attaque militaire brusque destinée à semer l'effroi, altercation vive et soudaine avec quelqu'un.
  • Tu vaux même moins que quand tu valais moins que rien
  • Coucher de poule, lever de corbeau, éloignent l’heure du tombeau
  • Le vin vieux et les jeunes femmes sont les meilleures distractions de la vie
  • J t’ai aimé comme jamais jusqu’alors, ni même depuis
  • Il t’a bien entraîné mais ne t’as pas tout enseigné
  • Je te cherche partout depuis des heures ! Quelle coïncidence, moi je cherche à t’éviter partout aussi depuis des heures !!!
  • Je ne pensais pas à la Mort, la Mort ne pensait pas à moi, un jour j’ai cru rencontrer l’Amour, c’était la Mort
  • La Mort dans l’Homme, l’Amour dans l’âme
  • Coup de tonnerre sans éclair, dans un ciel sans orage ni nuage
  • S’associer ou lutter l’un contre l’autre, mais si association vous perdez tous les deux
  • Abandonner le navire car les mousses ont contesté le capitaine (mutinerie)
  • Plus ou moins, mais plutôt moins que plus
  • Si l’enfer existe, tu rêveras d’y aller en permission
  • Deuxième naissance est quand on gagne sa place dans la société
  • Rien de tel que le feu pour nettoyer
  • Et moi qui espérais encore être dispensé de mourir en martyr
  • Ils s’abattront comme une pluie sans fin
  • Je ne prends pas parti, je veille juste sur l’équilibre des partis-pris
  • Mission réglée en cinq sets, je veux rentrer à la maison pour dîner
  • Quand c’est sa fête faut être ponctuel : on ne renaît pas tous les jours
  • Double s fermé : signe d’Amour
  • Une sirène qui charme pour perdre le marin d’eau douce, qui aurait mieux fait d’aller voir l’une de ses femmes dans l’un de ses ports
  • Tu vois le mal partout ! Oui beh toi tu le vois nulle part !!!
  • Si la femme est la copie de l’homme, nous n’en sommes que sa caricature
  • Y a pas plus de x que de beurre en branche
  • Bande de crétins dirigés par des abrutis
  • L’Amour se nourrit de coïncidences et dangers
  • On ne distingue plus la machine de l’humain, ni l’humain de l’animal
  • Depuis le temps que ces cons nous prennent pour des cons, on est un peu con nous aussi (Coluche)
  • Arrête de te torturer, je suis là pour ça
  • Les progrès de l'humanité se mesurent aux concessions que la folie des sages fait à la sagesse des fous {Jean Jaurès}
  • il ne paye pas de mine, mais mine de rien …
  • tu m’as dit au revoir si souvent auparavant
  • c’est la plus gaie des chansons tristes
  • chargé jusqu’à ras-la-gueule
  • je vous laisse 5 minutes, le temps que je me prépare en 10 minutes
  • L'excès d'acrimonie {aigreur qui est ou qui paraît méchante, blessante} renforce celui qui en est victime.
  • Si la modération dans le ton et la justesse des critiques ou des louanges permettent de convaincre, l'invective agace et sert tout juste à défouler celui qui la profère
  • effets délétères de la fin annoncée du pouvoir, lorsque les courtisans disparaissent et les ambitieux se détournent
  • ce silence n'est pas un bon signe
  • sans fard {« procédé par lequel on essaie de dissimuler ou d'embellir la vérité »} : Agir, parler sans fard. Sans dissimulation
  • Il y a toujours trois phases dans la psychologie d’un couple. La première, de discussion. La deuxième, d'engueulades. Mais, lorsqu'on ne parle même plus, c'est que la crise est grave
  • vrillé les nerfs et usé les patiences
  • avant que le gros vent ne tourne à l'orage ou à la tempête
  • de nombreux commentaires et... assez peu de débats : avis tranchés, critiques sans appel, sentence définitive
  • Je ne m'en cache pas, mais je ne le dis pas. Je préfère qu’on me connaisse avant de me poser une étiquette. Sinon, on ne m'écoute pas, car on croit savoir ce que j'ai à dire sur ces questions. Or je cherche à être crédible et jugée sur mes compétences
  • l'humain est plus grand que ses erreurs
  • la pornographie c’est l’érotisme des autres
  • « satis superque » (sont assez et même plus qu’assez)
  • Je tiens ce que les autres promettent
  • Regarde-moi, touche-moi, effleure-moi, possède-moi, contrôle-moi, exalte-moi, ressens-moi, protège-moi, déteste-moi, quitte-moi, aime-moi, retiens-moi ! Je suis Giulietta : mieux que des mots, essaye-moi
  • Sans cœur nous ne serions que des machines
  • allécher le chaland avec cette tirade
  • X ne sont forts que de notre faiblesse
  • assure et rassure X
  • Paul-Émile Victor : "Vivre, c'est se réveiller la nuit dans l'impatience du jour à venir, c'est s'émerveiller de ce que le miracle quotidien se reproduise pour nous une fois encore, c'est avoir des insomnies de joie."
  • " Je suis les liens que je tisse avec d'autres. " A. JACQUARD
  • Tu m’as dit « je t’aime » je t’ai dit « attends », j'allais dire « prends-moi », tu m'as dit « va-t-en ! » {Jules et Jim, François Truffaut, 1962}
  • T'es plus à jour, tu rames... Tu veux te mettre à jour, tu galères

 

8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 19:15
  • Tout le monde cherche à faire parti d’un groupe, surtout de celui qu’on nous refuse
  • 5 raisons pour lesquelles les hommes sont des salauds et les femmes laissent faire : à compléter
  • Ce que j’attendais le moins est ce que je désirais le plus
  • Prends pas cet air choqué, ça t’enlaidit
  • On essaye de cacher ce qu’on ne peut pas oublier
  • Le dernier jour de sa vie on voit un croissant de lune en plein jour, et là je vois un ciel couvert comme d’hab
  • Tu es si belle, et si malchanceuse de le savoir
  • Notre avenir est indissociable de leur devenir
  • Le premier jour du reste de ta vie
  • "capitaliste" c’est ce que disent les loosers aux winners
  • Elle met en avant son derrière
  • (Il y a de) la passion [va] au-delà des choses
  • Camé maqué à la c
  • Complexe du perplexe : Qui ne sait quel parti prendre ou quel jugement former. Synon. embarrassé, incertain, indécis, irrésolu {empr. au lat. perplexus «enchevêtré, embrouillé, compliqué» (comp. de per «tout à fait» et de plexus part. passé de plectere «tresser, enlacer»)}
  • T’es saoul (dessous), t’es pas sûr (dessus)
  • je suis altéré {rendre autre, changer ; se modifier en mal, se gâter} à force de me désaltérer {issu par filiation sém. assez obsc. du sens « troubler, exciter, affecter » de altérer1 à rapprocher du fr. altératif « qui donne soif (en parlant de médicament) »}
  • on touche le fond quand ses amis n’ont plus besoin de nous
  • « le temps passé à espérer est du temps perdu à jamais » {Scrubs}
  • « C'est pas facile d'assumer nos faiblesses et notre hypocrisie mais une fois qu'on s'assume tel qu'on est on peut avancer les choses et progresser, moi je m'imaginais que grandir ça se faisait automatiquement en vieillissant mais en fait c’est un choix et je pense que je suis sur la bonne voie (On pense étant ado que cela viendra automatiquement, mais arrivé a un certain âge on se rend compte qu'il est temps de murir) »
  • "J'aime à croire que ce que l'on devient est à la mesure des choix que l'on fait tout le long de sa vie : le choix d'affronter un supérieur, le choix de voir surtout ce qui nous rapproche de quelqu'un plutôt que ce qui nous en éloigne, ou le choix d'accepter qu'on vous donne un coup de main, pour une fois. Le truc, c'est de croire en soi et ses décisions, tout en espérant que ça vous conduira sur une terre ferme et solide."
  • "C'est une chose étrange que de se voir sous un nouveau jour, en espérant que ce jour arrive à temps pour vous faire changer, et que l'on soit compris et respecté. Parfois, cette nouvelle lumière vous ouvre les yeux sur des choses qu'au fond de votre cœur vous saviez depuis longtemps."
  • "Comme on dit, tout vient à point à qui sait attendre, mais quand la vie vous offre une chance, il suffit de savoir la saisir quand elle passe. Si vous faîtes les choses au bon moment et que tout se passe bien, protégez-bien votre bonheur, parce que parfois, un jour trop tôt, une seconde trop tard, et c'est la catastrophe."
  • « L'essentiel dès qu'on s'identifie a un patient c'est de rappeler que ce n'est pas vraiment nous, au contraire c'est souvent celui qu'on n’a pas le courage d'être. »
  • « Chaque couple a son lot de problème. Quand l'un des deux reste campé sur ses positions un tiers vous vole la vedette. Cela dit y a rien de pire que d'avoir à prendre la plus grande décision de sa vie et ne pas y arriver ! »
  • « On dit qu'on réalise notre capacité à aimer le jour où on a un enfant et ça vous remplit de joie ! Ça peut même vous donner les réponses que vous ne pensiez jamais trouver ! »
  • "Rien de ce qui vaut le coup dans ce monde ne s'obtient sans mérite!" {Scrubs}
  • vous souhaite que le meilleur de votre passé, soit le pire de votre futur
  • "S'occuper n'est pas perdre son temps ; travailler, c'est l'employer utilement." Citation de La Rochefoucauld-Doudeauville ; Livre des pensées, 134 - 1861.
  • "La perte du temps est la plus irréparable, et c'est celle qui inquiète le moins." Citation d'Axel Oxenstiern ; Réflexions et maximes - 1645.
  • "Le temps est comme l'argent ; n'en perdez pas, vous en aurez assez." Citation du Duc de Lévis ; Maximes et préceptes, XXII - 1808.
  • "Ceux qui cherchent le bonheur en ce monde n'y trouvent que le regret d'avoir perdu leur temps." Citation de Laure Conan ; L'obscure souffrance - 1919.
  • "Le Paradis rêvé rend hideuse la vie, et l'Idéal fait prendre en dégoût le Réel. Tant pis ! ainsi l'âme en est plus asservie, laissant perdre le temps sans gagner l'Éternel." Citation d'Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime - 2 juin 1877.
  • "Que de temps perdu à gagner du temps !" Citation de Paul Morand ; Venises, Souvenirs inédits - 1971.
  • "La science est toujours utile, on ne perd pas le temps employé à l'acquérir." Citation chinoise ; Proverbes et sentences chinoises - 1822.
  • "Le temps perdu à bâiller ne se retrouve jamais." Citation de Jean Dutourd ; L'âme sensible, essai - 1959.
  • "J'aime énormément à perdre mon temps, mais avec moi-même." Citation de Jean Rostand ; Carnet d'un biologiste - 1959.
  • "Tel un sablier, la vie s'écoule et le temps perdu est du temps inachevé." Citation de Maxalexis ; La vie s'écoule - 2010.
  • "On perd du temps au choix, on tente, on veut tout faire : N'en n'ayons qu'un, mais qu'il soit bon." Citation de Jean de La Fontaine ; Le chat et le renard - 1678.
  • "Pour l'homme qui sait voir, il n'y a pas de temps perdu." Citation d'Alfred de Vigny ; Journal d'un poète - 1832.
  • "Combien le temps perdu nous laisse d'amers et irrémédiables regrets !" Citation d'Elisabeth Bagréef-Spéranski ; Livre d'une femme - 1857.
  • "Mieux vaut perdre ses illusions de bonne heure, on a ainsi plus de temps pour les retrouver." Citation de Marcelle Auclair ; L'amour - 1963.
  • "Perdre son temps avec soi-même est aussi une manière de s'aimer." Citation de Robert Escarpit ; Lettre ouverte au diable - 1972.
  • "La vie est courte et c'est péché de perdre son temps. Je suis actif, dit-on." Citation d'Albert Camus ; L'envers et l'endroit - 1937.
  • "Il y a des temps où l'on pleure les plaisirs perdus." Citation de Saint-Évremond ; Pensées, sentiments et maximes - 1740.
  • "Le temps perdu a ses rancunes, que plus tard il nous montre." Citation d'Anne Barratin ; Pensées in Œuvres posthumes.
  • "Le temps perdu ne se rattrape jamais ; alors, continuons de ne rien faire." Citation de Jules Renard ; Journal du 18 janvier 1898.
  • "Le temps n'est jamais perdu s'il est donné aux autres." Citation populaire ; La sagesse populaire - 1855.
  • "Le monde parle, l'onde roule, le vent souffle et l'âge s'écoule." Citation populaire ; La sagesse populaire - 1833.
  • "La vie est une lampe ; jouis-en tandis qu'elle brûle : si tu dors, c'est autant de perdu." Citation populaire ; La sagesse populaire - 1833.
  • "Il n'y a point de temps perdu, les uns ont le bon, les autres le mauvais." Citation populaire ; La sagesse populaire - 1833.
  • "Passant, le temps se passera, et le temps passé jamais ne reviendra." Citation populaire ; La sagesse populaire - 1833.
  • "Le temps perdu, en quelque âge que ce soit, ne revient jamais." Citation de Charles Gobinet ; L'instruction chrétienne des jeunes filles - 1682.
  • "La plus coûteuse des dépenses, c'est la perte de temps." Citation de Théophraste ; Les caractères - IVe s. av. J.-C.
  • "Tu ne peux pas retenir ce jour, mais tu peux ne pas le perdre." Citation latine ; en latin (Tenere non potes, potes non perdere diem)
  • "C'est perdre son argent que de perdre son temps." Citation d'Arthur Rimbaud ; Lettre, le 5 novembre 1887.
  • "J'ai perdu tout le temps que j'ai passé sans t'aimer." Citation de Le Tasse ; Aminta, I, 1 - 1573.
  • "C'est temps perdu de prêcher un ivrogne." Citation du Duc de Nivernais ; Fromage mou - 1796.
  • "Le temps n'a pas d'ailes pour les cœurs affligés." Citation de Pigault-Lebrun ; Jérôme, V - 1804.
  • "Jouissons de l'heure rapide ; le temps fuit." Citation d'Alphonse de Lamartine ; Les préludes, XLVI - 1823.
  • "Le temps aux plus belles choses se plaît à faire un affront, Et saura faner vos roses, comme il a ridé mon front." Citation de Pierre Corneille ; Stances à la marquise - 1658.
  • "Le bonheur à deux ? Ça dure le temps de compter jusqu'à trois !" Citation de Sacha Guitry ; Mémoires d'un tricheur - 1935.
  • "On s'attache par le temps ; on finit par s'adorer." Citation de Jules Michelet ; La femme - 1859.
  • "Il n'y a pas d'amour perdu." Citation de Marcel Achard ; Corsaire - 1938.
  • "Dans l'hiver de nos ans où l'amour ne règne plus : Les beaux jours que l'on perd sont pour jamais perdus." Citation de Philippe Quinault ; Armide, V, 2 - 1686.
  • "J'écris pour tuer le temps qui me tue." Citation d'Ahmed Rassim ; Journal d'un pauvre fonctionnaire.
  • Hier n’est plus. Demain pas encore. Nous n’avons que ce jour. Mettons nous à l’œuvre. Mère Thérèsa
  • Le temps mûrit toutes choses ; par temps, toutes choses viennent en évidence ; le temps est père de vérité. François Rabelais
  • La seule chose que l’on puisse décider est quoi faire du temps qui nous est imparti. J.R.R Tolkien
  • Tout est bien qui vient en son temps. Sophocle
  • Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient. Charles Caleb Colton
  • Le temps perdu se rattrape toujours. Mais peut-on rattraper celui qu’on n’a pas perdu ? Alexandre Vialatte
  • Rien n’a plus de valeur qu’aujourd’hui. J. Wolfgang Von Goethe
  • Les heures de bonheur, on les a pour la vie. Mais les heures perdues ne se rattrapent jamais. D. Van Cauwelaert
  • Donner le temps au temps a toujours été le meilleur remède pour tout depuis que le monde est monde. J. Saramago
  • Celui qui se refuse à appliquer des remèdes nouveaux doit s’attendre à souffrir de nouveaux maux, car le temps est le plus grand innovateur. F. Bacon
  • Sur les ailes du temps, la tristesse s’envole. Jean de la Fontaine
  • Désormais, je sais faire durer une seconde de bonheur. Il faut la vivre comme si c’était la dernière : le temps n’attend pas. Nicolas Hulot
  • Avoir du temps, c’est posséder le bien le plus précieux pour celui qui aspire à de grandes choses. Plutarque
  • La vérité de demain se nourrit de l’erreur d’hier. A. de Saint-Exupéry
  • L’homme se souvient du passé ; la femme pressent l’avenir ; le couple voit le présent. Maxime Du Camp
  • Les sacrifices que l’on fait, les arrangements avec l’existence ne tendent qu’à ce but : se donner du temps. Madeleine Chapsal
  • Le temps n’endort pas les grandes douleurs, mais il les assoupit. George Sand
  • Il n’est jamais trop tard pour devenir ce que nous aurions pu être. George Eliot
  • On a toujours assez de temps quand on en fait un bon usage. J. Wolfgang Von Goethe
  • On ne peut oublier le temps qu’en s’en servant. Charles Baudelaire
  • L’exactitude est la politesse des montres. Jean Dutourd
  • « mais pourquoi courent-ils si vite? –Pour gagner du temps ! Comme le temps, c’est de l’argent…plus ils courent vite, plus ils en gagnent ! » Raymond Devos
  • Quand on se penche sur son passé, on risque fort de tomber dans l’oubli. Coluche
  • L’amour est la seule passion qui ne souffre ni passé ni avenir. Honoré de Balzac
  • Chaque fois que tu veux connaître le fond d’une chose, confie-la au temps. Sénèque
  • On voit le passé meilleur qu’il n’a été ; on trouve le présent pire qu’il n’est ; on espère l’avenir plus heureux qu’il ne sera. Louise d’Epinay
  • La vie, c’est très drôle si on prend le temps de regarder. Jacques Tati
  • Les absurdités d’hier sont les vérités d’aujourd’hui et les banalités de demain. A. Morandotti
  • Le temps perdu, c’est le temps pendant lequel on est à la merci des autres. Boris Vian
  • Tout ce qui peut être fait un autre jour, le peut être aujourd’hui. Michel de Montaigne
  • Le présent n’est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l’action. Simone de Beauvoir
  • Quand quelque chose change, ça nous rappelle qu’on est toujours le même
  • les femmes ont autant de façons d'aimer que d'amants, de sorte que chacun peut croire qu'il est le premier {Alfred Capus, Les Pensées}
  • « Une femme amoureuse est une esclave qui fait porter les chaînes à son maître. » {Etienne Rey, Extrait de la préface de De l'Amour de Stendhal}
  • « La grande tactique des femmes est de faire croire qu'elles aiment quand elles n'aiment pas, et lorsqu'elles aiment, de le dissimuler.  » de Jean Cocteau
  • « La femme qui vous aime parle d'avenir. Celle qui ne vous aime pas parle de présents.  » de Maurice Dekobra
  • « Qu'est-ce qu'une femme amoureuse ? Un sexe ? Fi donc ! C'est un assemblage confus de rancœurs, de revanches à prendre, de faiblesse, de narcissisme et de rêveries utopiques dont il faut savoir profiter au moment dévolu. Et avec brio, s'il vous plaît !  » de Huguette Maure, extrait d’Avec une femme comme toi...
  • « Chaque époque rêve de celle qui va lui succéder » Jules Michelet
  • se fâche et se lâche
  • nous sommes confus, nous n'en dirons pas plus sur ce lapsus
  • façon de parler et de penser à la manipulation des maux pour leur faire dire plus que ce qu'il y a d'écrit/décrit
  • Tu as maigri ! Seulement des épaules !!!
  • un "filou", habitué à jouer les bandes
  • Le consommateur y gagne aujourd'hui, mais les salariés y perdront demain
  • diplomatie de coups – et même une diplomatie d’à-coups
  • à côté d’X c’est de la petite bière
  • Musarder : Passer son temps à rêvasser: en partic. flâner en s'attardant à des riens. Synon. s'attarder, badauder (fam.), baguenauder (fam.), flâner, lanterner, traînailler, traînasser, traîner. [P. ext. Perdre son temps au lieu de travailler; travailler sans énergie. Synon. glander (pop.), glandouiller (rem. s.v. glander, pop.), lambiner] {musard : bateleur, musicien, le plus souvent provençal, qui récitait des vers en s'accompagnant d'un instrument de musique ; 1150 subst. masc. musart «niais, sot; dépourvu de sens, fou», de muser : 1160-74 «perdre son temps», id. «flâner» ; id. muser à «s'appliquer, réfléchir, penser mûrement à» ; cynégétique «entrer en rut (en parlant du cerf)» ; Dér. de l'a. fr. *mus, v. museau}
  • Qui refuse muse, qui muse refuse (MUSSET, Quenouille Barb., 1840) : Qui refuse une offre perd une belle occasion qu'il ne retrouvera jamais plus
  • Si jeunesse savait (elle ne commettrait pas un certains nombre d’erreurs), si vieillesse pouvait (elle cesserait de se plaindre de ce qu’elle ne peut plus faire plus faire à présent et corrigerait ses erreurs de jeunesse) [Henri Estienne (1528-1598) : imprimeur, philologue, helléniste et humaniste français]
  • Ne fais pas de moi ton seul espoir de mener une vie normale
  • La nuit est sombre avant de voir poindre l’aube
  • Au-lieu de considérer autrui comme un enrichissement pour soi, prend autrui comme ennemi
  • Pas un saint mais pas assassin non plus
  • L’important pour toi n’est pas de bien faire mais d’avoir raison
  • Amour papillon : tu le sers trop fort tu l’écrases, pas assez il s’envole, tu joue avec il te coupe (couteau papillon)
  • Avaler son bulletin de naissance
  • Elle met du piment dans ma vie : ça pique des fois mais au moins y a du goût (voire dégoûts)
  • L’intimité me fait tellement peur que chaque relation amoureuse est une course à l’auto-sabotage qui chaque fois se termine dans un gouffre d’attentes déçues, d’angoisses et de désespoirs
  • À trop désirer quelque chose on finit par la perdre
  • Danse comme si personne ne te regardait
  • J’en ai rêvé, X l’a fait
  • Quand on arrête de le combattre, le temps se range de notre côté
  • Après le feu d’artifice de la nuit de noce, on s’éteint petit à petit feu
  • T’es un mogwaï qui se transforme en gremlin quand tu bois après minuit
  • Quand on a un problème avec quelqu’un on en parle avec tout le monde, sauf l’intéressé
  • Est-ce que je voudrais que ce soit différent ? Oui, mais on a une relation qui fonctionne et je fais avec
  • Au premier rendez-vous on agit comme quelqu’un qu’on n’est pas car on attend que l’autre nous aime assez pour se montrer tel qu’on est
  • Rien de ce qui vaut (à peine) le coup/coût ne s’obtient sans mérite
  • Révolutionnaire : petit bourgeois qui cherche à fuir les réalités du monde
  • La violence est par nature réactionnaire, qui que ce soit qui l’emploie
  • Phrase lapidaire
  • Quand tu te fais élogieux tu deviens inquiétant
  • Faire la paix est plus dure que faire la guerre
  • Porter aux nues : 'nues', mot vieilli, désignait autrefois les nuages. Métaphoriquement, lorsqu'on place quelqu'un sur un piédestal, on l'élève par rapport au reste des personnes parce qu'on lui considère des qualités supérieures. En le portant aux nues, on agit de même ; on marque ainsi un enthousiasme ou une admiration certaine. 'Nue' indique ici le summum. Mais à trop vanter les mérites de quelqu'un ou de quelque chose, on peut aussi finir par le surestimer. Et c'est ce qui explique la version moins positive du sens de la locution.
  • Nouveaux problèmes surgissent chaque jour à chaque humain
  • J’ai déjà renoncé à trop d’idéaux pour encore faire des compromis quand c’est nécessaire
  • Entre voisins on doit s’aider ! C’est qu’il y en a pleins des voisins dans l’immeuble !!! {4 garçons pleins d’avenir}
  • Où t’étais ?, encore bourré ??? Oh, va pas nous faire chier la grognasse !!! {4 garçons pleins d’avenir}
  • Vu ma gueule, à moins que je me mette un masque de Brad Pitt {4 garçons pleins d’avenir}
  • Moi ce soir faut que je fasse péter une petite fourrure si nos sens nous emmènent au-delà des limites du convenable, irons-nous jusqu’à la luxure ? {4 garçons pleins d’avenir}
  • Laisse tomber, c’est ambiance poète ce soir {4 garçons pleins d’avenir}
  • T’es comme un chewing-gum qui traîne sur les trottoirs : une seconde à choper, un mois pour s’en débarrasser tellement ça colle aux semelles {4 garçons pleins d’avenir}
  • T’es gentil, tu me laisses te haïr en paix {4 garçons pleins d’avenir}
  • Comme loto : si tu joues pas, t’es sûr de ne pas gagner {4 garçons pleins d’avenir}
  • I can be the butter in your pasta and maybe the lover in your bed {4 garçons pleins d’avenir}
  • Se gausser : Tourner (quelqu'un) en ridicule, railler ; Gausse, subst. fém., vx et rare. Mensonge, blague : Orig. incertaine, peut-être empr. à l'esp. gozarse « se réjouir » {déjà au sens de « jouir de (quelque chose) » ; gozarse est dér. de gozo « joie », du lat. gaudium « id. »}
  • Paltoquet : Individu grossier, rustre. Homme prétentieux et insolent. 1704 : Homme qui a l'air et les manières grossières, païsanes, qui marche, qui est vêtu et qui agit grossièrement et en païsan. Ce mot vient de Paletot, jaquette de païsan). Dér. de paltoke, palletoc, anc. forme de paletot*, avec suff. -et caractérisant substitué à dans pall(e)toqué «revêtu d'un paletot» (1546, RABELAIS, Tiers Livre, chap.26, éd. M. A. Screech, 188; 1611, COTGR.), le paletot étant considéré comme un vêtement d'hommes de basse condition
  • nostalgie quand tu nous tiens ... ça fait du bien
  • L'amour est un oiseau rebelle Que nul ne peut apprivoiser, Et c'est bien en vain qu'on l'appelle, S'il lui convient de refuser ! Rien n'y fait, menace ou prière, L'un parle bien, l'autre se tait; Et c'est l'autre que je préfère, Il n'a rien dit, mais il me plaît. L'amour est enfant de Bohême, Il n'a jamais, jamais connu de loi, Si tu ne m'aimes pas, je t'aime, Mais si je t'aime, prends garde à toi ! L'oiseau que tu croyais surprendre Battit de l'aile et s'envola ; L'amour est loin, tu peux l'attendre, Tu ne l'attends plus, il est là. Tout autour de toi, vite, vite, Il vient, s'en va, puis il revient ; Tu crois le tenir, il t'évite, Tu crois l'éviter, il te tient ! {Bizet, Carmen}
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 16:14
  • Le coup du chantage affectif : je ne peux pas te supporter mais je t’aime !
  • Profite car ça va pas être la fête tous les jours
  • Quand ça marche que dans un sens ça ne peut pas marcher longtemps
  • Holà ma belle, n’emballe pas la jument (Kaamelott)
  • Faire attention de là où on met les pieds de ne pas aller trop loin
  • C’est parce que tu ne le connais pas que tu l’aimes tant
  • Je veux bien donner de ma personne pour faire les saloperies ordinaires car faut bien faire des gosses
  • L’égoïsme c’est quand les autres ne passent pas à moi mais qu’à eux
  • Non non tout mais pas ça, tais-toi tais-toi, non ne raconte pas ça ! Elle fera un malheur Elle tuera mon bonheur Elle m'arrachera le cœur Elle criera sur les toits tout ce qu'elle sait de moi {Tout mais pas ça, L'Affaire Louis Trio}
  • Tu crois que tu vas casser mon rêve, mais j’en ai pas qu’un seul là où toi tu n’en as même pas un !
  • Ça m’ouvre d’autres possibilités mais ça m’en contraint d’autres (contraintes ouvrant elles aussi d’autres possibilités)
  • Conclure à coups dans le mur
  • La bonne stratégie c’est la meilleure
  • La question n’est pas comment Big Blue gagne mais comment Kasparov peut perdre contre la machine
  • Jean-foutre (=foutriquet) : Personne incapable, indigne ou moralement condamnable.
  • Paltoquet : Individu grossier, rustre. Homme prétentieux et insolent. {Homme qui a l'air et les manières grossières, paysannes, qui marche, qui est vêtu et qui agit grossièrement et en paysan. Ce mot vient de Paletot, jaquette de paysan).
  • Quand on a faim, on a aussi soif
  • Le hasard/destin ne fait pas ce qu’il veut
  • La graine affreuse de la méfiance est semée
  • Te voir heureux est un émerveillement
  • Offre-toi à ce qui se présente à toi
  • Se jeter comme la misère sur le pauvre monde
  • Sans vergogne {sans crainte, sans scrupule, sans pudeur, sans honte}, aller vite en besogne {ensemble de tâches (plus ou moins pénibles) que l'on s'impose ou qui sont imposées à soi ; Être rapide à mener quelqu’un à une relation amoureuse, faire une cour trop empressée}
  • Se lancer dans les joyeusetés
  • Voué aux gémonies, cloué au pilori, jeté de la roche tarpéienne
  • Pas là je faisais sans, là je fais avec
  • S’il ne te connaissait pas un peu mieux il ne serait pas dans cet état
  • J’ai mieux fait de ne rien dire sinon ce serait encourager
  • Elle a dit ça sous le coup de la colère ! Tu ferais mieux de te taire sinon ça va partir sous le coup de la mienne !!!
  • Tu réagis pas assez ! Ça équilibre, toi tu réagis trop !!!
  • Tu es l’élément hasardeux de mon plan
  • Autant je peux faire œuvre de bonne volonté, autant les miracles c’est pas mon rayon
  • Et comment pourquoi ?, et parce que
  • Se faire bourrer le mou : Vous connaissez probablement l'expression argotique "bourrer le crâne" qui a exactement le même sens. Il se trouve que notre expression, qui semble dater de la première guerre mondiale, n'en est qu'une copie, le 'mou' étant un mot d'argot désignant le cerveau (entre autres), chose molle s'il en est. On trouve aussi la forme "gonfler le mou", tant il est vrai que celui qui cherche à nous bourrer le mou nous pompe l'air. Et de cette expression, Céline en 1936 a tiré "c'est du mou" pour dire "c'est un mensonge".
  • La tempête souffle sur notre flamme, qui risque de s’éteindre ! Pas de mon côté !! Disons du mien alors !!!
  • Tenir le crachoir à pastille Valda
  • Quand il y a de la mauvaise foi, seul le mépris est mérité
  • Tu manques pas d’air/de souffle
  • Pégus, pécores, bouseux, vilains
  • C’est pas moi qui explique mal, c’est eux qui sont cons (Perceval)
  • Un succès … mieux, une divine surprise
  • C’est fort sympathique mais si ça devait durer …
  • Jouer du crincrin : sortir les violons pour tirer des larmes
  • Désolé de montrer les dents mais t’avais besoin d’une mise au point
  • Te fais pas embobiner, il veut te rembobiner
  • Depuis des plombes (heures sonnées)
  • Dire non à un truc pareil c’est refuser de faire appel à son intelligence
  • Je suis très colère contre moi-même
  • L’Amour c’est du dressage de bêtes sauvages
  • Suicide en dernier recours de partie, sortie de secours
  • Les saisons me survolent sans me soupçonner
  • C’est maléfique comme c’est magnifique
  • sacripant : Mauvais sujet, homme capable de mauvais coups. Synon. bandit, chenapan, vaurien {nom d'un roi de Circassie chez Boiardo, Berni et l'Arioste (cf. rodomont)}
  • sans être toujours inquiet, j’aimerai bien être fixé
  • la vertu est dans le juste milieu ! Le juste milieu est souvent un peu trop fade à mon goût !!!
  • l’ironie est signe de bonne santé
  • grand fou doux dingue, mais je t’ai sous-estimé
  • la manière est nouvelle, pas la matière
  • le Mal est le seul dieu qui rembourse le prix du sang et de la souffrance
  • les meilleurs partent les premiers, nombreux mauvais restent longtemps
  • secret de la Liberté : bosser pour personne, ne faire bosser personne
  • le sourire est la meilleure réponse au courroux {à propos d'une pers. occupant un rang social élevé, d'une divinité et p. ext. d'un animal considéré comme noble : irritation véhémente et noble}
  • je voulais vérifier ce que je savais déjà
  • tout cramer et reprendre à zéro
  • trouver à condition de tomber le nez dessus
  • on fait quoi ? On fait pas !
  • si on se voyait tous les jours, serait-ce autant une succession de petites fêtes ? (Kaamelott)
  • à solliciter trop souvent la patience des gens, on finit par agacer
  • bonne ambiance régalade/rigolade
  • les voyages, rien de tel pour se faire des amis
  • bon, c’est pas le tout, mais demain il fait jour
  • beurré comme les tartines
  • là depuis longtemps ? Suffisamment de temps !
  • Ogma : dieu irlandais de l'éloquence, il terrasse ses ennemis par la parole
  • On fait quoi ? On picole et on augmente les doses !
  • Ce qu’il a fait c’es ce qu’il a dit
  • Quand est-ce que t’as arrêté ? J’ai jamais commencé !
  • Il est comment ? Bah, pour être à deux à une fête ça ira
  • Travail : soit décider des trucs, soit se faire engueuler
  • Je parais viril comme ça, mais j’ai ma sensibilité
  • L’imposant le dispute au majestueux
  • Pourquoi t’y arrives pas ? Je sais pas ! C’est déjà arrivé avant ?? Je sais plus !!
  • On devient pas chef par mérite mais par magie du coup du sort, concours de circonstances hasardeuses, ensuite on fait en sorte de le mériter
  • Les grands chefs n’ont qu’un point commun : ils ne se battent que pour la dignité des faibles (Kaamelott)
  • Tu te souviens de l’époque où on croyait aux mêmes choses ? Oui, c’était juste l’été dernier, mais que de temps et de distance ont passé
  • Je sais pas quoi dire ! Y a rien à dire mais à agir !!!
  • Bonne baffe : tête qui part de côté et cheveux de travers
  • Ce sont les opportunités qui guident nos vies, même si on ne les prend pas
  • Tous les suicidés sont des Christ qui se sont sacrifiés : ils souffraient (d’eux-mêmes et du mal des autres) et ont fait couler leur sang pour rendre les autres coupables et provoquer leur prise de conscience
  • Tout à l’envers : je couche avec ma femme et m’engueule avec mes maîtresses
  • Je ne suis cruel que par bonté
  • Syndrome du chirurgien est la froideur de cœur : il connaît tout de l’anatomie mais rien de l’âme
  • L’Enfer est la frontière de l’esprit humain, abîme lumineux où l’humain est confronté à lui-même
  • Il pourrait t’en cuire ! Toi, vas te faire cuire un œuf
  • Une Jézabel aux cheveux blonds {princesse phénicienne, fille du roi de Tyr Ithobaal Ier, qui a épousé le roi Achab. La Bible lui reproche de détourner Achab du vrai Dieu et d'adorer son dieu Baal. Dans le Nouveau Testament, on retrouve une Jézabel mentionnée dans le livre de l'Apocalypse de Jean, dernier livre de la Bible. Dans le passage des « lettres aux églises qui sont en Asie », précisément celle de Thyatire (Apocalypse 2:18-29). Il s'agit donc d'une prophétesse soi-disant qui agissait de manière comparable à celle qui est décrit dans l'Ancien Testament. Il est écrit dans ce passage qu'elle enseigne et égare les serviteurs de Christ pour qu'ils se livrent à l'immoralité sexuelle et qu'ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Les pratiques dénoncées dans ce passage ressemblent à celles des nicolaïtes mentionnées dans les passages précédents}
  • Inca : or est sueur du soleil, argent est larmes de la lune
  • J’ai l’intelligence de reconnaître que j’en ai pas
  • Je sais que je devrais pas mais je vais en prendre quand même
  • Une épidémie/hécatombe est une force qui tente de rétablir un équilibre perturbé
  • Tes plateaux de balance ne sont pas équilibre, ils penchent d’un côté
  • Pas farouche mais pas commode non plus
  • La vie nous est donnée comme une bienvenue au monde, elle ne nous appartient qu’à moitié
  • Le temps est venu que j’apprenne à m’accepter moi-même
  • Chaque seconde 4 humains naissent et 2 meurent
  • Quand on tombe de cheval faut tout de suite se remettre en selle
  • Ce que la langue a brisé, mille chirurgiens ne peuvent le remettre en place
  • Il n'y a de fromage gratuit que dans un piège à rats
  • « On refuse souvent de croire ce que l'on voit pour voir ce que l'on croit. »
  • « Nous regardons tous bien en l'air, les yeux bien ouverts, pour voir voler nos rêves, après tout. »
  • « L'illusion pour ne pas mourir de la réalité »
  • « Peut-être donnons-nous tout le meilleur de nous même à ceux qui de leur côté ne nous accordent que rarement une de leur pensée »
  • « On naît pas malheureux, c'est ce putain de monde qui nous rend comme ça » « Aucun Homme ne définit ce que nous sommes. »
  • « Le charme est hasard et le fantasme ne se commande pas. »
  • « Un dénouement heureux est une histoire pas encore finie. »
  • « Si tu crois qu'en me fixant tu vas me comprendre, tu te mets le doigt dans l’œil ! »
  • « Je me lève pour faire semblant de vivre comme un vivant »
  • « Ayez la sérénité d'accepter ce que vous ne pouvez changer, le courage de changer ce que vous pouvez, et surtout, la sagesse d'en connaître la différence. »
  • « Until the truth becomes a lie, Until you change, until you deny. Until you believe » 30 Seconds to mars
  • « Si la vie n'est qu'un rêve alors rien a commencé, et si rien a commencé, alors, on peut tout refaire, tout refaire .. ! » Kyo
  • « Quand la loyauté ne peut s'exprimer elle se transforme en une lame acérée. Alors méfie-toi car un jour tu risques de transpercer la personne qui est la plus chère à tes yeux. » (Pandora hearts)
  • « Tu n'as pas besoin de me faire confiance. Contente-toi de m'utiliser puisque moi, je ne fais que me servir de toi. » (Pandora hearts)
  • « N'est-ce pas merveilleux ? Tout le monde s'utilise. Je veux dire, nous sommes tous engagés dans des relations mutuellement bénéfiques » ( Pandora Hearts )
  • « On a des yeux, il faut bien que notre regard atterrisse quelque part »
  • « En fait, on est pas perverse, on est juste plus ouverte, en pensée et en parole »
  • ‎« Mais c'est des conneries d'apparences, des conneries de certitudes. Cette connerie d'intolérance qui nous traine vers cette putain de solitude. » Altam
  • "Ceux qui se sont limités à ce qui leur paraissait possible...n'ont jamais progressé d'un seul pas" [Michel Bakounine].
  • "C'est important l'intelligence. L'intelligence, c'est le seul outil qui permet à l'humain de mesurer l'étendue de son malheur. L'intelligence c'est comme les parachutes, quand on n'en a pas, on s'écrase." [Pierre Desproges].
  • "Le désespoir est une forme supérieure de la critique." [Léo Ferré].
  • "Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir" [Charles Baudelaire].
  • "Voyageur, quand tu passeras près de moi, ne m’adresse pas, je t’en supplie, le moindre mot de consolation : tu affaiblirais mon courage. Laisse-moi réchauffer ma ténacité à la flamme du martyre volontaire. Va-t’en... que je ne t’inspire aucune piété." [Isidore Ducasse, Comte de Lautréamont]
  • On épouse une femme qui ressemble à sa mère et puis on se rappelle qu’on déteste sa mère
  • Dire la Vérité, telle est ma philosophie de vie, mais des fois vaut mieux renoncer à sa philosophie
  • T’es comme les mauvais écrivains : tu sais pas conclure
  • Tu m’en diras tant
  • Quand on est amoureux, les rêves sont plus doux et le réveil est moins douloureux
  • Une merveilleuse absurdité
  • On est ce qu’on laisse derrière soi
  • J’avais rendez-vous avec la Mort mais elle m’a posé un lapin
  • Espace infini entre tes deux oreilles
  • Godiche : qui est d'une maladresse excessive, d'une timidité ridicule. Synon. benêt, empoté (fam.), maladroit, nigaud {de Godon, attesté comme dimin. de Claude, sot, imbécile. C'est un claude De Claude, prénom très fréquent en France, au XVIe s. (MIGL., p. 222); moins prob. p. allus. à la faiblesse d'esprit de l'empereur Claude (Tiberius Claudius Caesar, 10 av. J.-C.-54 apr. J.-C.) ; le mot a pu être secondairement rapproché des dér. dial. du rad. onomat. god- signifiant « niais » (cf. godelureau)}
  • laïus : Discours, exposé; en partic. long développement verbeux et creux. {Laïusseur, subst. masc., fam. Celui qui fait un laïus; personne qui parle d'abondance, bavard. Du nom de Laïus (époux de Jocaste et père d'Œdipe), les élèves de Polytechnique ayant eu, en 1804, pour premier sujet littéraire un Discours de Laïus}
  • l’Amour fou est un acte de désespoir
  • tomber est passivité, sauter est volonté
  • laisse-moi être la seule voix à laquelle tu obéisses dans ta tête
  • au diable Vauvert : Au départ, ce mot banal ne désigne qu'un 'vert vallon' ou 'val vert'. Dès le XVe siècle, "faire le diable de Vauvert" signifiait "s'agiter comme un beau diable", mais sans qu'aucune notion de distance ne s'y rattache. Ce nom était aussi celui d'une abbaye de Chartreux située au sud de Paris, à peu près là où se trouve actuellement le carrefour Denfert-Rochereau. Cette abbaye aurait été le théatre de manifestation plus ou moins dialoliques, peut-être orchestrées par les moines eux-mêmes pour que le roi Louis IX leur fasse donation du domaine. Il existait également un château de Vauvert à Gentilly qui aurait servi de repaire à des bandits redoutés. Il y avait aussi un Vauvert près de Nîmes, où les protestants ont détruit un sanctuaire dédié à la Vierge. Il est donc possible qu'un de ces 'Vauvert' considérés comme éloignés de Paris à l'époque, et dans lesquels des évènements 'peu catholiques' se produisaient, a donné naissance à cette expression en le mêlant à "au diable" qui, dès le XVe siècle, voulait déjà dire "très loin".
  • chant du cygne : (expression d’origine grecque) désigne la dernière œuvre remarquable d’un poète ou d’un artiste. D’après la légende, un cygne muet, sentant venir sa mort, chanta pour la première fois une mélodie de la manière la plus merveilleuse qu’il soit.
  • Vie trop courte et mort bien trop longue
  • Nous ? : comme toi qui n’es jamais là plus moi qui gère toutes les emmerdes ???
  • La mort est comme le sexe au travail ou au lycée : on serait horrifié de savoir combien d’occasion ont été loupées
  • La seule chose plus inimaginable que ma mort fut ma naissance
  • L’argent est si dur à gagner qu’on le dépense au prix des efforts
  • Lippe boudeuse : Lèvre (inférieure) épaisse et proéminente ; Mouvement accusé de la lèvre qui traduit généralement l'insatisfaction, le mécontentement. Synon. moue
  • Lèvres dont je rêve, errance labiale
  • Le goût ou coût, voire coup, de la vie
  • Le sage sait qu’il ignore
  • Dans la vie comme dans la mort, qui sait ce qui nous attend ?
  • Décomposition des chaires : carbone, azote, phosphore, comme pour les engrais
  • Complicité je sais pas, lâcheté c’est sûr
  • Bacchus est plus noyé que Neptune
  • Le mariage est une conspiration secrète entre deux personnes pour ne pas tout dire
  • L’eau ne peut pas rendre un clown méchant
  • Je suis léopard car je ne peux changer mes tâches, chat car solitaire et mystérieux
  • Chacun choisi à quelle distance de la Mort il veut vivre
  • Ce sont les imperfections qui font les gens beaux, comme trois tâches de rousseur sur une peau d’albâtre
  • Danse/parade amoureuse puis combat guerrier
  • Traverser le marais ou le contourner
  • Histoire de se faire peur et de les affronter ensemble plutôt que seul
  • Sainte Rita : tout comme saint Jude, est l'avocate des « causes désespérées ». Dans le diocèse de Paris, le sanctuaire officiel de sainte Rita dépend de la paroisse de la Trinité. Il est situé au 65 bd de Clichy 75009 Paris.
  • Comment retenir l’amour quand il n’y a rien à retenir ?
  • Mérites-tu de t’aimer encore (un peu) plus ?
  • Quand tu es en colère, la mauvaise journée n’est pas tant pour toi que pour les autres à te supporter
  • Je veux bien lui pardonner, mais qu’il s’excuse d’abord, en premier
  • Certaines personnes deviennent ce qu’elles devaient être
  • Le divorce est plus cher que dur
  • Entre toi et moi ce sera jamais censé être
  • Quand je prononce le mot argent je me sens sale de la bouche
  • Tire d’abord, pose les questions après
  • C’est dur de se souvenir des gens silencieux/passifs
  • Je fais du télétravail pour Pole Emploi
  • Personne ne vit dans le présent, car nous sommes tous obsédés par ce qui va se passer ou s’est passé
  • Je fais un break, j’arrête d’être moi-même
  • La mort et la vie sont comme des chaises musicales : quand le son s’arrête, on est toujours à une place de perdre
  • Les gagnants prennent leurs propres décisions
  • Prendre une décision pour qu’elle nous prenne
  • Je suis dans l’attente, c’est pas le moment de désirer
  • Des gens qui me gueulent dessus en me reprochant mes erreurs alors qu’ils tirent profit de mon boulot
  • Festin interrompu par le destin
  • Vieille baderne : Dans la marine, au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la 'baderne' désignait une tresse épaisse fabriquée à l'aide de vieux cordages, tresse qui était appliquée autour des mâts, des vergues, du cabestan..., pour les protéger de l'humidité et du frottement avec d'autres objets. On s'en servait aussi comme paillassons sur le pont des navires transportant des animaux pour protéger le bois. C'est à partir du milieu du XIXe siècle, que le mot, venu de l'argot des marins, a désigné péjorativement un individu bon à rien ou hors d'état de faire quoi que ce soit ("hors d'usage", comme les cordages servant à tresser une baderne). Chez les militaires, d'abord utilisé chez les matelots pour désigner un vieux marin plus capable de grand-chose, il s'est généralisé dans toutes les armes, à l'intention de vieux militaires bornés
  • Les règles sont le premier pas vers la tyrannie de l’âme
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 17:06
  • Aux plus importantes croisées des chemins de notre vie, il n'y a pas de signalisation. Ernest Miller Hemingway
  • Chercher son bonheur, c'est chercher une île déserte et minuscule dans une petite barque inconfortable munie d'une seule rame. Le malheur, c'est perdre la rame. La sagesse, c'est comprendre que l'île n'existe pas... Romain Werlen
  • On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en n'a plus qu'une. Confucius
  • Nous ne condamnons chez l'autre que ce que nous n'avons pas encore accepté en nous-mêmes 
  • Une petite flamme de folie, si on savait comme la vie s'en éclaire ! Henry de Montherlant
  • La vie est comme un oignon. Tu enlèves une pelure à la fois et souvent ça te fait pleurer.
  • Avoir des remords c'est regretter d'avoir fait quelque chose à quelqu'un. Avoir des regrets c'est se faire du mal à soi, pour ne pas avoir fait cette même chose. 
  • Il ne faut pas regretter ce que l'on ne peut réparer. Samuel Johnson
  • Le progrès est impossible sans changement, et ceux qui ne peuvent jamais changer d'avis ne peuvent ni changer le monde ni se changer eux-mêmes. George Bernard Shaw
  • Nous sommes obligés, pour rendre la vie supportable, d'avoir quelques folies en nous. Marcel Proust
  • Les enfants ont toujours besoin de notre affection, surtout lorsqu'ils ne la méritent pas.
  • La vieillesse, c'est l'hiver pour les ignorants et le temps de la moisson pour les sages.
  • Se venger, c'est se mettre au niveau de l'ennemi; pardonner, c'est le dépasser. Francis Bacon
  • Regardez la vie a travers le pare-brise, pas dans le rétroviseur. Byrd Baggett
  • On doit prendre les petites décisions avec sa tête et les grandes avec son cœur. H. Jackson Brown
  • Puisqu’on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles.
  • Nous ne savons renoncer à rien. Nous ne savons qu'échanger une chose contre une autre.
  • Découvrir consiste à voir comme tout le monde et à réfléchir comme personne. A.S. Györgyi. 
  • Ce n'est pas le fait d'avoir trop peu qui rend pauvre, mais le fait de trop désirer
  • N'ouvre la bouche que lorsque tu es sur que ce que tu vas dire est plus beau que le silence...
  • Si tu ne peux changer la réalité, change la vision que tu en as ...
  • Un jour, l'Amour vint trouver l'Amitié et lui dit : « Pourquoi existes-tu ? » l'Amitié répondit gentiment : « C'est pour sécher les larmes que tu fais couler... »
  • Nous aurions souvent honte de nos plus belles actions si le monde voyait tous les motifs qui les produisent
  • Ne pleure pas l'absence du soleil, tes larmes t'empêcheraient de voir la beauté des étoiles. 
  • On ne vieillit pas parce qu'on a vécu un certain nombre d'années : on vieillit parce qu'on a renié son idéal. D. Mac Arthur
  • Ne jamais se retourner sur un passé qui n'a pas d'avenir.
  • Enjoy everything … don't need anything : la recette du bonheur ! 
  • Sache ce qui te fait vibrer et les forces de l'univers conspireront pour que tu réalises tes rêves. P. Coelho
  • La peur de l'échec fait plus mal que l'échec lui-même. P. Coelho
  • Ne pas pleurer ce qui n’est plus, mais nous réjouir de ce qui a été. Marguerite Yourcenar
  • La liberté c’est la longueur de la chaîne entre le rêve et la réalité. 
  • L’intolérance consiste à être tellement convaincu d’une vérité qu’on veut l’imposer à tous.
  • Souvenez-vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance. 
  • Jugez vos succès d’après ce que vous avez dû sacrifier pour les obtenir. 
  • Lorsque vous perdez, ne perdez pas la leçon. 
  • Celui qui refuse de pardonner coupe les ponts sur lesquels il doit lui-même passer.
  • Le problème avec la solitude, c'est que nous sommes persuadés d'être les seuls à en souffrir. Jeanne Marie Laskas
  • Le cœur n'a pas de rides; il n'a que des cicatrices. Colette
  • Celui qui compte ses pas ne va jamais bien loin. Nicolas de Colières
  • Notre plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber mais de nous relever après chaque chute...  Confucius
  • Est grand non pas celui qui gagne toujours, mais celui qui n'abdique jamais. J. L. Descalzo
  • Le bonheur, on ne le trouve pas, on le fait.  Le bonheur ne dépend pas de ce qui nous manque, mais de la façon dont nous nous servons de ce que nous possédons. (A. Desjardins)
  • Si tu oublies de rire de tout, la vie te fera pleurer d'un rien
  • Aimer, c'est donner rendez-vous au bonheur dans le palais du hasard. Abel Bonnard
  • L'amour n'est pas consolidation, il est lumière. Simone Weil
  • Aimer, c'est laisser l'autre être ce qu'il est. Arthur Janov
  • L'amour, c'est l'espace et le temps rendus sensibles au cœur. Marcel Proust
  • L'amour, c'est quand la différence ne sépare plus. Jacques de Bourbon Busset
  • L'âge apporte plus surement la prudence que la sagesse. 
  • L'homme prudent connait ses limites et ne les atteint pas. L'homme sage repousse ses limites, sans les dépasser.
  • L'amitié est une religion sans Dieu ni jugement dernier. Sans diable non plus. Une religion qui n'est pas étrangère à l'amour. Mais un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible. Tahar Ben Jelloun
  • L'amitié ne rend pas le malheur plus léger, mais en se faisant présence et dévouement, elle permet d'en partager le poids, et ouvre les portes de l'apaisement. Tahar Ben Jelloun
  • "Toujours présente, jamais pesante", telle devrait être la devise de toute amitié. Tahar Ben Jelloun
  • Le temps est le meilleur bâtisseur de l'amitié. Il est aussi son témoin et sa conscience. Les chemins se séparent, puis se croisent. Tahar Ben Jelloun
  • L'amitié qui se lit sur les visages et dans les gestes devient comme une prairie dessinée par un rève dans une longue nuit de solitude. Tahar Ben Jelloun
  • Delibérer est le fait de plusieurs, agir est le fait d'un seul. Charles de Gaulle
  • Les histoires n'arrivent qu'a ceux qui sont capables de les raconter. De même, les expériences ne se présentent qu'à ceux qui peuvent les vivre. Paul Auster
  • Le rire c'est comme les essuie-glaces, il permet d'avancer même s'il n'arrête pas la pluie ...
  • En amour, il faut aux hommes des formes et des couleurs; ils veulent des images.
  • Les femmes ne veulent que des sensations. Elles aiment mieux que nous : elles sont aveugles. Anatole France 
  • La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi ! Albert Einstein
  • La parole est d'argent et le silence endort
  • Dieu, j'y crois tellement qu'il va finir par exister. Robert Hossein
  • Le mariage est comme un mirage dans le désert : Palais, cocotiers, chameaux... Mais soudain tout disparaît et il ne reste que le chameau. 
  • Je suis capable du meilleur comme du pire, mais pour le pire, c'est moi le meilleur. Coluche
  • Les curés se consolent de n'être pas mariés quand ils entendent les femmes se confesser. Armand Salacroix
  • beaucoup d'énergie et d'émotions à lâcher en une fois... ça soulage mais ça épuise
  • «Un amant exceptionnel ne peut faire qu’un mauvais mari.» [ Michel Audiard ] - Dialogue du film français La chasse à l’homme
  • «L’avarice est le pire défaut qui existe, si on compte ses sous, on compte aussi ses sentiments.» [ Michel Audiard ]
  • admettre un problème c’est déjà le résoudre à moitié, l'important est de ne pas nier l'évidence (Scrubs)
  • horloge biologique conduit déjà sur la route aride de la vieille fille revêche (d'un abord difficile, rude) (Scrubs)
  • faire des montagnes avec des taupinières (Scrubs)
  • les enfants des hippies sont encore plus coincés que leurs grands-parents : à avoir été élevés hors cadre, sans limite, ça les a tellement déstructuré qu'ils ont dû recréer un monde ultra normalisé
  • le pays est parfait, le problème c’est les habitants
  • Si tu n’es pas idéaliste à vingt ans, c’est que tu n’as pas de cœur. Si tu l’es toujours à trente, c’est que tu n’as pas de tête. [Randolph Bourne]
  • A vingt ans, la volonté est reine ; à  trente, c'est l'esprit ; à  quarante, le jugement. - Benjamin Franklin
  •  Quand on a vingt ans, on pense avoir résolu l'énigme du monde ; à  trente ans, on commence à  réfléchir sur elle et à  quarante, on découvre qu'elle est insoluble. - August Strindberg
  • plus jeune t'as de la colère en toi qui te pousse à faire tout et n'importe quoi... tu fonces et tu réfléchis après... en vieillissant tu réfléchis à la bonne façon d'agir... mais tu fais rien !
  • j’ai rien à vendre, je montre seulement que j’existe
  • "Il n'y a pas de problème qu'une absence de solution ne puisse, à terme, contribuer à résoudre" Henri Queuille
  • "La politique, ce n'est pas de répondre aux questions c'est de faire taire ceux qui les posent" Henri Queuille
  • « Ma souffrance est ma vengeance contre moi-même. » Albert Cohen, Le Livre de ma mère
  • je suis esclave de mes rêves, mais libre de mes actes (Paulo Coelho)
  • c'était le bon vieux temps de quand on n’était pas vieux
  • besoin de savoir d'où on vient (et donc qui on est) pour savoir où on va (et donc qui on veut devenir)
  • les gens "normaux" sont chiants par bien des aspects ; je n'aime pas les choses plates, droites, attendues ; sinon c’est sûr que ça rajoute de la routine au train-train ; la vis quotidienne se charge assez bien de nous donner son lot de routine ; donc autant avoir un peu de folie en soi et à côté de soi : le sel et le poivre sur le banal plat de pâtes çà change tout de suite le goût!
  • tomber dans les horions : Coup généralement violent ; Marque laissée sur la peau par un coup {de l'a. fr. orillon « coup sur l'oreille » (v. oreillon)}
  • le bonheur c’est soit savoir oublier soit savoir pardonner
  • "Avoir confiance en soi c’est savoir qu’on mérite le bonheur" ; La confiance en soi est la sensation intérieure de pouvoir réaliser nos désirs {Nathaniel Branden, psychologue}
  • "mauvais objet" parce que tu représentes l'ordre dans leur désordre
  • C'est un pavé dans la mare et ça fait bouger les canards
  • La Camarde est une figure allégorique de la mort représentée généralement sous les traits d'un squelette. Son nom est issu de l'adjectif camard qui signifie : qui a le nez plat. La Camarde était donc la représentation squelettique de la mort puisque le crâne ne possède pas de nez.
  • entre de plain-pied
  • Pour n'avoir rien de révolutionnaire dans la forme et rien d'iconoclaste sur le fond, "Downton Abbey" n'en a pas moins le charme simple et doux des histoires où l'on se retrouve en terrain de connaissance. Avec la claire opposition d'antan entre "ceux d'en haut" et "ceux d'en bas" et les ressorts psychologiques ou mélodramatiques de toujours: blocages traumatiques, naïveté bafouée, tendances perverses, haines recuites, conflits d'intérêts, amours contrariées, injustices révoltantes, idéaux personnifiés, etc.
  • beaux gestes et sales coups du quotidien
  • cercle dont il ne connaît pas les codes et refuse le cérémonial. Un choc social et culturel
  • Notre liberté fonde notre légitimité, et par conséquent n'admet pas la légitimation divine... qui la conteste !
  • En favorisant l'ABA (analyse appliquée du comportement) pour contrer la psychanalyse de l'autisme, on passe du tsar à Lénine
  • Belle histoire et belle réflexion, qui met en exergue la richesse de la différence et ce qu'elle peut apporter, tandis qu'en ce monde préférence est toujours donnée à des clones, quand ce n'est pas harcèlement et destruction de tous ceux qui pensent différemment
  • Cavanna : « La crédulité s'engraisse sur le désarroi comme la mouche verte sur la charogne »
  • Quand la discrétion passe pour du désintérêt
  • De ci, de là, cahin-caha, va chemine, va trottine
  • passage à vide plein d'interrogations
  • ça fait un peu raz-de-marée sur tout ce qu'il y a à changer mais bon, une fois submergé faudra que je trouve la force pour remonter à la surface, sans juste surnager pour autant
  • quand le monde fait du bruit, on lui tend l’oreille
  • Son passé est un mystère et son destin une énigme
  • Les yeux brouillés
  • tomber en pâmoison
  • X serait à Y ce que le deuxième degré est à l'humour : une couche pour masquer, et la couche de trop
  • anesthésiés par un train train de vie qui a tout du tortillard
  • le jour où elle découvrira le paysage elle va voyager, comme un chien toujours attaché, s’il pète la laisse on ne le voit plus
  • Ce n'est pas x qui retourne sa veste, c'est le vent qui tourne (Edgard Faure)
  • Tu bois/noies tes soucis
  • Le dernier souffle délivre de la souffrance
  • Je le suis toujours, depuis le premier jour
  • c'est comme les vagues sans l'écume
  • tu sais bien mettre les gens à l'aise pour mieux les mettre à nu
  • Le destin est ce que la vie fait de nos désirs (Gustave Parking)
  • Qui suis-je pour me juger moi-même (Gustave Parking)
  • Peu de paroles, mais elles font mouche ; beaucoup d'actes, et ils font mal
  • époux fort marri
  • le présent pour l’avenir
  • à la fois d'hier, beaucoup d'aujourd'hui et tout à fait de demain
  • la moitié des os humains sont dans les mains et les pieds
  • la perfection n’apprend rien, à contrario des défauts qui permettent l’étude de leur constitution
  • femme aimée : être comblée de fond en comble
  • l’Amour n’est que l’accumulation/la combinaison dérisoire du besoin et de l’envie de sexe, de désespoir et de peur de la solitude
  • Liberté est l’autre mot pour « n’avoir rien à perdre »
  • Coquecigrue (s'écrit également coxigrue) peut désigner une billevesée, une sornette, une chose inventée ; une créature imaginaire chimérique et burlesque mentionnée pour la première fois par Rabelais dans Gargantua. La coquecigrue serait née de l'union d'un coq, d'une grue et de la ciguë, dont elle est d'ailleurs friande. Les coquecigrues se déplacent par bandes d'oiseaux migrateurs, mais dès qu'un humain les aperçoit, l'oiseau qui se trouve en tête pousse un cri perçant pour alerter les autres. Les coquecigrues s'envolent alors vers le ciel et deviennent invisibles.
  • Une sinécure est, à l'origine (au Moyen Âge), un bénéfice ecclésiastique (beneficium sine cura) accordé à un clerc pour lui permettre d'effectuer un travail de recherche sans avoir à assurer de services religieux ou, comme on dit, sans avoir charge d'âmes. Ultérieurement, l'expression désigna un emploi, une charge, souvent attribuée par accointances, qui n'implique aucun travail effectif. À certaines époques, notamment au XVIIe siècle en France, le pouvoir royal attribuait des sinécures à ses protégés ; c'était aussi une manière de s'attirer leur sympathie, voire de museler toute velléité de contestation du pouvoir, en réduisant les seigneurs à une bande de profiteurs et de pique-assiettes officiels, qui, de ce fait, n'étaient plus en mesure de mordre la main qui les nourrissait. L'on emploie couramment ce mot dans l'expression française " Ce n'est pas une sinécure ", ce qui signifie une lourde charge de travail souvent peu agréable, ne se réalisant pas sans effort. (« cinécure » : être très bien payé pour se faire des films et se prendre pour une vedette même si on l'est moins que la mère Denis)
  • Le choix de Sophie philo est Cornel lien
  • Ça se reproduira plus … et moi non plus
  • Fin d’un monde, ouverture d’un nouvel univers à explorer
  • C’est juste waouh
  • Pour dire que c’est plus beau que magnifique, on dit rien et on admire
  • Le cerveau est plus complexe que l’univers
  • J’ai jamais celle qui me plaît
  • Si vous ne savez pas ne pas vous chamailler ne soyez pas amis
  • Tous les hommes ne sont pas des obsédés sexuels et toutes les femmes ne sont pas romantiques
  • On doit avoir la même idée du futur
  • Comment va ta tête ? Mieux, même si elle n’est toujours pas normale !
  • T’as besoin de te comporter comme un connard pour exister ?/ !
  • Tu pourrais coucher avec la Terre entière et toujours te sentir seul/rejeté
  • Pourquoi moi ? Parce que tous les autres m’ennuient !
  • Les filles sont belles comme le vent
  • Pessimiste heureux : si j’ai raison je ne suis pas déçu du négatif, si je me trompe je suis ravi du positif
  • Ça va ça vient et quand ça vient ça va (Smaïn en parlant d’argent)
  • Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. Blaise Pascal
  • Désolé pour hier soir, Tryo : hier t'étais pas bourré, ouais, t'étais pire ! J'ai la mémoire qui flanche et les yeux rouges Et en plus, surprise ! dans ton lit ça bouge ! Sur ce coup-là, man t'as été un homme t'as ramené le croisé de Jackie Sardou et D'un pokémon ! Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers La tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard ! Promis demain j'arrête de boire, hier c'était la dernière ! T'as l'œil qui part en vrille, y a des coins dans vos sourires ! Fallait manier mieux la nuit man Arrête l'alcool tu deviens grave ! Mais je sais pas, rappelez moi, J'me souviens pas les gars ! t'as failli t'aplatir comme un blaireau ! Tu voulais pas redescendre Quitte à vivre en hauteur c'est mieux que de se pendre ! Me voila donc fin prêt pour de nouvelles résolutions Un esprit de sainteté dans un super corps de champion ! C'est fou qu'on puisse à ce point être mal le lendemain ! Plus jamais j'vous jure, plus jamais comme hier ! Et désole pour ce soir si je finis à l'envers Après celle-là j'arrête de boire Laissez-moi juste la dernière !
  • Je noie mon chagrin dans la solitude et l’errance
  • Bras dessus bras dessous
  • Le boulot permet d’éviter de penser au reste
  • Résister c’est d’abord ne pas se résigner
  • 3,8 milliards d’années : vie ; 2,5 milliards d’années : levure (40% même ADN que l’humain), 700 millions d’années : champignons
  • 10 000 humains formaient les débuts d’homo sapiens
  • Tout est clair ? Euh, j’irai pas jusque là !
  • Soit on est le premier soit on n’est rien du tout
  • Je ne te demande pas grand-chose ! Si tu ne demandais rien ce serait encore mieux !!!
  • Je ne te demande jamais rien ! Eh bien continue comme ça !!!
  • Si Jésus était vivant, il se retournerait dans sa tombe
  • Saoul comme un cochon pochetron {«rempli comme une poche», cf. sac à vin}
  • C’est pas encore aujourd’hui que je suis à l’article de la mort {Cette expression qui date du XVIe siècle vient du latin "in articulo mortis" où 'articulo' vient de 'articulus' qui, dans cette locution, désigne une division du temps, donc un 'moment'. "in articulo mortis" peut ainsi se traduire par "au moment de la mort". Il est intéressant de savoir que "in extremis" voulait dire littéralement "dans les derniers moments" ce qui peut aussi se dire "à l'article de la mort"}.
  • Mettre son orgueil dans sa poche, à côté de sa langue trop bien pendue
  • Je ne suis pas perdu, juste momentanément égaré
  • Tu balances ça entre la poire et le fromage {au XVIIe siècle, le fromage se mangeait après les fruits, dont les poires et les pommes étaient des exemples types. A l'origine, l'expression signifiait donc "vers la fin du repas", à un moment où l'on commence à être repu et détendu, instant plus convivial et propice aux discussions. Puis elle s'est généralisée pour indiquer "à un moment libre entre deux évènements", la poire et le fromage n'étant plus que des marques temporelles}
  • Comment tu vas ? Ça va ! Non, vraiment !! Ça va pas !!!
  • Pas facile de voir clair dans ton opacité/intransigeance
  • Tu m’aimes ou pas ? Je ne sais pas ! C’est pas compliqué comme question !! Mais c’est pas simple comme réponse !!!
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 19:59
  • petit bourgeois qui se la pètent "prolo style, mais pas trop"
  • quand humour rime avec finesse et intelligence c'est là où c'est le plus choquant
  • L'égoïsme n'a pour limite que la bêtise...
  • le terme de « star » est mal choisi car une étoile soit explose en mode prétention soit implose en mode incompréhension
  • "Les gens se trompent quand ils se concentrent trop sur leurs faiblesses. Ils passent leur temps à essayer d'améliorer ces faiblesses et de leur faire atteindre un niveau moyen, alors qu'ils pourraient atteindre un niveau extraordinaire en se concentrant sur leurs forces." Charles F. Hanel
  • un nouveau récurage à fond de cette Suburre s'impose de toute urgence (quartier sale et bruyant, où l’on trouvait la plus grande concentration d'insulae de Rome)
  • Les jeux sont l'impôt du pauvre.
  • Quand on a des étoiles dans les yeux, il faut être vigilant à ne pas voir flou.
  • Peu de gens le savent et beaucoup l'ignorent
  • relégué à la position de cinquième roue du carrosse, voire de gêneur
  • atmosphère délétère d’un système qui ne proclame la démocratie que pour mieux renforcer les logiques oligarchiques
  • Il est exactement comme un point euclidien (physique quantique) : il a une position mais une grandeur nulle
  • look de Boris Boillon, les méthodes de Sarko et les convictions de Boutin, pour faire dans l’analogie camembertiste…
  • Impavide (qui ne ressent ou n’exprime pas la peur), un pas dans le vide
  • abîmé par ceux qui en ont pris le contrôle, sans contrôle, hors contrôle
  • petit monde qui ne donne plus à réfléchir mais à rugir... Un petit monde qui n'offre plus à penser mais à hérisser... Un petit monde qui ne s'adresse même plus au temps de cerveau disponible, mais à sa partie la moins civilisée, la plus animale, la plus reptilienne... 
  • La justice c'est tout le monde qui donne son avis et le juge qui en dernier ressort donne le verdict
  • Quand tu es du même avis que moi, j'ai l'impression de m'être trompé
  • On a beau passer au-dessus des déceptions que nous procurent nos proches, et souvent pardonner, on reçoit toujours un dernier coup. Puis un autre.
  • c'est les personnes au cœur noble qu'on déçoit le plus
  • dieu et le clito sont les deux choses les plus dures à atteindre … mais quand tu as réussi c’est le paradis
  • je ne sais pas si la religion y est pour quelque chose mais la débilité doublée de méchanceté oui c’est sûr
  • je ne les haïe pas, ce serait trop leur donner, je veux les battre
  • ça démystifie l'imposture de la posture X
  • faire feu...de tout bois dormant et me faire la Belle
  • si j'allais voir un psy il irait voir un psy
  • J'aurais voulu être un artiste...Pour pouvoir dire pourquoi j'existe
  • le rire dans ce siècle se réduit le plus souvent à n'être que l'expression de la résignation
  • liberté qui, réduite à celle de l'esprit, n'est toutefois que l'illusion de la liberté
  • "individualisme bourgeois" c’est l'idéologie de la domination de l'Homme sur l'individu
  • (im)posture
  • si vous avez des couilles aussi grandes que votre gueule je suis disposé à vous faire part de mon poing...de vue
  • L'oisiveté est, dit-on, la mère de tous les vices, mais l'excès de travail est le père de toutes les soumissions (Albert Jacquard)
  • "Mon objectif, ce n'est pas de construire la société de demain, c'est de montrer qu'elle ne doit pas ressembler à celle d'aujourd'hui." Albert Jacquard
  • on passe de l'underground subversif au mainstream édulcoré et ça finit en institutionnalisé mou du genou
  • être ce que l'on est demande une remise en question de tous ce que l'on a été par procuration
  • particularité très française de détruire sinon réprimer ce qu’elle ne cadre pas, et de n’aimer que ce qu’elle peut s’approprier voire, comme ici, récupérer
  • avertissement de sa propre nullité en tant qu’individu libre, en tant que membre actif d’une société qui semble mieux connaître que quiconque ce qui est bon pour lui, quitte à opprimer certaines des pulsions à se détacher de la meute
  • Pas plus de pensée qu’un truc irréfléchi
  • La pulsion, c’est la nécessité. L’acte, c’est la politique
  • Un vice ne s’illumine que lorsqu’il franchit un interdit
  • Quand la révolte devient un fond de commerce, on peut compter sur X pour faire son beurre... Vendu comme les autres, mais drapé de vertu
  • les raisons d’être contre sont toujours moins évidentes que celles d’être simplement opposé à l’objet de son combat
  • Prouvez-moi que j’ai raison. Ou mieux prouvez moi que j’ai tort.
  • faire de "l’art" sa profession c’est comme faire de "l’amour" sa profession
  • Dans des temps de tromperie généralisée, le seul fait de dire la vérité est un acte Révolutionnaire. (G. Orwell)
  • Y aurait-il une relation entre l'incapacité à écrire correctement et l'incapacité à réfléchir ?
  • les plus belles fleurs naissent dans la merde car c'est le meilleur engrais
  • le bon sens n'est que la somme de tous les préjugés (Einstein)
  • on a tous nos opinions, mais la mauvaise foi est souvent contre-productive
  • il n’est pas de thérapeutique efficace et dépourvue d’effets secondaires, et s’il n’y a pas d’effets secondaires, remettez en cause l’efficacité.
  • c’est prétentieux quand ça n’a pas les moyens de l’être
  • à l’inverse et à l’averse
  • attraper par la manche pour supplier d’en finir avec le sabir des experts et d’en revenir aux mots, aux douleurs, aux espérances du quotidien des mortels.
  • Tu me fais penser à ce noble qui, pendant la révolution, corna l’ouvrage qu’il lisait et le ferma avec soin avant de monter sur l’échafaud…
  • la manipulation désigne l’action d’un individu (l’action pouvant être un simple discours) pour modifier des choses, des états de choses ou les sentiments d’autres individus sans que ceux-ci soient spécialement d’accord ou conscients de cette démarche (Constantin Salavastru dans le 1er numéro des Cahiers de Psychologie Politique)
  • la propagande s’appuie sur trois mécanismes fondamentaux : la réduction (le volume du message diminue, puis se stabilise, jusqu’à devenir un slogan) ; l’accentuation (qui découle logiquement du mécanisme précédent – puisque le volume du message diminue, il valorise, accentue une partie seulement du message) ; l’assimilation (le message doit se rapprocher de ce que l’on vit, faire écho à nos préoccupations, pour être approprié).
  • nous ressentons de l’empathie et risquons donc d’accepter le message sans trop discuter… La forme l’emporte sur le fond, l’émotion l’emporte sur la raison.
  • Vous êtes obligés d’être touchés par l’histoire tragique d’une personne présentée comme une victime et de vous insurger contre celui que l’on vous présente comme le bourreau
  • Carambouille : Escroquerie consistant à revendre au plus vite une marchandise qu'on n'a pas payée
  • Tu mets bien les choses à plat (tout comme les pieds dedans)
  • La langue de bois ne soigne jamais aucune plaie, elle l'aggrave.
  • Je n’ai plus l’âge de vouloir changer le monde (pour ce que j‘en ai vu, il s‘obstine à ne pas changer).
  • « Il faut que la volonté imagine trop pour réaliser assez » Gaston Bachelard
  • Aucun artiste ne fait carrière sans véritable histoire… Les imposteurs de ce genre se mentent à eux mêmes. Trop d'imposteurs pas assez de dur labeur
  • comme un cul de jatte qui prend son pied
  • à force, le dérapage devient un mode de conduite
  • vous devriez dénoncer d'abord et avant tout les causes de ce que vous condamnez
  • on ouvre les vannes de l'ironie pour ne pas être plus en colère
  • la justice est imparfaite car elle est humaine, l’injustice est parfaite car elle est humaine
  • tu réfléchis avec retard après avoir d'abord pensé à rire
  • Pensée à ce bijoutier qu'a fait le con en tuant dans le dos un môme qu'a fait le con. L'un est mort, l'autre a des remords
  • L’argent a perdu sa vocation qui est d’assurer notre sécurité et notre bien-être, en monétisant le troc.
  • On est passé de l’argent du besoin au besoin d’argent. Il sert à combler notre manque à être.
  • Tous les “pauvres” veulent être riches, mais c’est aux riches que l’argent manque le plus, parce qu’être comblé abrase en eux tout désir.
  • Le Veau d’or contemporain est la satisfaction de l’objet dont à l’évidence on peut se passer.
  • Ce n’est pas une impuissance à résoudre le problème, c’est une impossibilité : il n’y a pas de solution
  • pas de garantie de pouvoir faire comme ça mais pas d'idées tout de suite pour faire autrement
  • pfiou, j'ai toujours pris la défense de la prostitution, comme des drogues, en tant que vices humains liés à nos Libertés ! mais là le juge vient de me scotcher : « la prostitution n’est pas une sacro-sainte liberté sexuelle où les filles font se qu’elles veulent avec qui elles veulent et si elles peuvent y gagner de l’argent tant mieux pour elles, temps qu’elles ne sont pas forcées et qu’elles ont envie, pourquoi pas ! Entre la liberté sexuelle assumée et vendre son corps à des mecs méprisants qui veulent tirer leur crampe il y a une sacrée différence : mise à part une morale judéo-chrétienne désuète, le sexe tarifé libère les bas instincts humains/mâles que l’on ne peut assouvir avec sa partenaire habituelle, la pauvre prostituée devenant alors un défouloir sexuel, un réceptacle subissant les frustrations et fantasmes »
  • le nombre idéal pour une manif, ça reste 2 : au delà on est une bande de cons (Desproges)
  • "Je veux être fou, pour dire je suis" F. DOSTOEIVSKI
  • Dis moi qui tu fréquentes, je te dirais ce que tu risques ! (COLUCHE)
  • Pour identifier ceux qui nous gouvernent, cherchez ceux que l'on n'a pas le droit de critiquer (Voltaire)
  • fanatique d'une terre qui tourne et continue à faire tomber les corps d'esprit mourant
  • Une fois par semaine, c'est une relation. Une fois par mois, c'est une liaison.
  • miscellanées : genre littéraire composé de textes divers, « mélangés » avec une unité plus ou moins manifeste
  • Un spermatozoïde contient 37.5 Mb (mégabits) d'informations relatives à l'ADN. Une éjaculation représente un transfert de données de 15,875 Gb, équivalent à la capacité totale de 62 ordinateurs MacBook Pro .
  • Les drosophiles mâles rejetés par une femelle boivent beaucoup plus d'alcool que ceux ayant été accueillis favorablement par la gent féminine.
  • Une femelle furet meurt si elle n'a aucun rapport sexuel pendant un an.
  • L'Association américaine de psychiatrie rangeait l'homosexualité dans la liste des maladies mentales jusqu'en 1973. L'homosexualité a été retirée du manuel diagnostique et statistique des maladies mentales en 1985 et a été déclassifiée lors du congrès de 1992 pour tous les états signataires de la Charte de l'OMS.
  • L’œuvre de fiction la plus vendue du XVe siècle était L'histoire de deux amants, roman érotique écrit par l'homme qui est devenu plus tard le pape Pie II.
  • Un homme produit assez de sperme en deux semaines pour féconder toutes les femmes fertiles de la planète.
  • Le terme « gymnophoria » désigne l'impression d'être déshabillé mentalement par quelqu'un.
  • Pour certains, il vaut mieux alors sauter dans l’eau pour éviter la pluie
  • le suicide c'est un peu une sélection naturelle des plus fragiles
  • de quel droit peut-on obliger quelqu'un à vivre contre sa volonté ?
  • depuis 30 ans, les gens de gauche se sont beaucoup embourgeoisés, les gens de droite décontractés
  • Ma vie est un échec : je suis X. Mon moi de 17 ans me hait et il a bien raison
  • J'ai deux vies : la mienne et celle que les autres m'inventent
  • Je n’arrive pas à savoir si nous subissons beaucoup ou si nous ne supportons rien ?
  • L'attachement est fabricateur d'illusions, et quiconque veut le réel doit être détaché. (Simone Weil)
  • « l’argent nous détourne de l’essentiel » et que l’abandonner lui a apporté « une qualité de vie, une richesse intérieure et la liberté » (Heidemarie Schwermer, « Living without the money »)
  • « Ce qui noie quelqu'un, ce n'est pas le plongeon, mais le fait de rester sous l'eau. » Paulo Coelho
  • qui sait se réjouir d'une acceptation et ne pas se froisser d'un refus
  • faut être Bac+combien pour arriver à une telle conclusion grosse comme le nez sur le visage de Monsieur Patate ?
  • diafoirus : personne incompétente dans son domaine
  • Je sais que je ne plais pas à tout le monde, mais quand je vois à qui je ne plais pas, je me demande si ça me dérange vraiment.
  • une politique plus que gauche mais qui ne se sent pas maladroite
  • le succès c’est d’aller d’échec en échec sans jamais perdre espoir (Churchill)
  • artiste c'est pas un métier ... sauf quand t'as réussi
  • Les filles, quand on sait ce qui est entré dans votre bouche... comment voulez-vous que l'on puisse écouter ce qui en sort ???
  • l’État doit être neutre à l’égard des conceptions du bien
  • La cenosillicaphobie est la peur du verre vide
  • Je ferai de nous deux mon plus beau souvenir
  • L'agora se croit maître, elle n'est qu'instrument....
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 12:34

Spéciale dédicace à Nico le Marocco qui adore ces petites phrases, dont certaines fusent en soirées arrosées

 

  • Que celui qui n’a jamais cirrhosé me jette la première bière
  • St Glinglin : La Saint-Glinglin est un jour fictif du calendrier liturgique catholique, utilisé pour renvoyer à plus tard voire à jamais l'accomplissement d'un événement. L'origine de l'expression vient de la déformation de seing (le signe) et glin, le son des cloches : cela voudrait donc dire, à l'origine, quand les cloches sonneront. Pour d’autres, ce « seing glin » (signal d'un bruit) serait plutôt celui des trompettes de l'Apocalypse que le son des cloches qui était un événement quotidien. « Avoir lieu à la saint-glinglin » est synonyme de « remettre aux calendes grecques », « à la semaine des quatre jeudis », « à Pâques ou à la Trinité » ou « quand les poules auront des dents ».
  • Voir c’est croire
  • Tout va bien, je suis là ! Youpi, il ne manquait plus que toi/ça !!!
  • La noirceur porte plus d’un masque, aucun n’est plus dangereux que la vertu
  • Ce qui est réel pour un chien ne l’est pas pour la puce qui le démange
  • Taillée dans une biscotte, voire pain de mie grillé
  • C’est pas le gratin, plutôt la crème brûlée
  • C’est dans l’adversité qu’on se crée, la douleur est formatrice
  • Too big to dig
  • Je tremble … ah non, c’est toi qui bouge
  • Où tu vas ? J’en sais rien, en enfer je suppose
  • 10-13, officier à terre
  • Toucher la vérité du bout du doigt
  • Baiser du lépreux, qui met l’autre dans l’embarras
  • Quel(le) que soit le courage/la force, il y a certains risques qu’il est préférable de ne pas prendre/d’affronter
  • C’est peut-être pas mes oignons mais tu as été dur en X ! T’as raison … c’est pas tes oignons !!!
  • Marche à pied est succession de pertes d’équilibre rattrapées
  • Si tu es quelqu’un de X … et je sais que tu es quelqu’un de X
  • Proverbes arabes :
  • Qui veut faire quelque chose trouve un moyen. Qui ne veut rien faire trouve une excuse.
  • Votre ami avale vos fautes, votre ennemi vous les ressert
  • Le mot que tu retiens entre tes lèvres est ton esclave. Celui que tu prononces est ton maître.
  • L'ami de tout le monde est l'ami de personne.
  • Le Diable n'apparaît qu'à celui qui le craint.
  • Loue ton ami en public et critique-le en tête à tête.
  • Mesure la profondeur de l'eau avant de t'y plonger.
  • Une petite maison en ruine vaut mieux qu'un palais en commun.
  • Un grand parleur n'aime pas à en trouver un autre.
  • Ouvre tes yeux avant le mariage car après, tu ne peux que les fermer.
  • Proverbes africains :
    La langue qui fourche fait plus de mal que le pied qui trébuche.
  • Tous les blancs ont une montre, mais ils n'ont jamais le temps.
  • Pour qu'un enfant grandisse, il faut tout un village.
  • Un veillard qui meurt, c'est comme une bibliothèque qui brûle.
  • Il n'appartient pas au cochon de dire que la cour du mouton est sale.
  • Proverbes chinois :
    A ceux que l'on estime, on ne doit pas épargner les critiques.
  • A femme hargneuse, mari brutal.
  • Après une faute, ne pas se corriger, c'est la vraie faute.
  • Devant l'amour et devant la mort, il ne sert à rien d'être fort.
  • Le sage se demande à lui-même la cause de ses fautes, l'insensé la demande aux autres.
  • Mieux vaut mécontenter par cent refus, que de manquer une seule promesse.
  • On peut être intelligent toute sa vie et stupide un instant.
  • Qui attend le superflu pour donner aux autres ne leur donnera jamais rien.
  • Qui élargit son cœur rétrécit sa bouche.
  • L'amour dure autant que durent les reproches. (Proverbe Arabe)
  • Proverbes turcs:
    Le bonheur est un cristal qui se brise au moment de son plus grand éclat.
  • Le plus heureux de tous est celui qui meurt au berceau.
  • L'oeuf d'aujourd'hui vaut mieux que la poule de demain.
  • Ne vous fiez pas à la blancheur du turban, peut-être le savon fut pris à crédit.
  • On peut se défaire d'un ami par une seule parole, mais pour en acquérir mille paroles ne suffisent pas.
  • Qui demande l'aumône rougit une fois ; qui la refuse rougit deux fois.
  • Sois maître de qui ne t'aime pas et esclave de qui te chérit.
  • Tu dis ton secret à ton ami, mais ton ami a un ami aussi.
  • Proverbes perses:
    D'autres ont planté ce que je mange, je plante ce que d'autres mangeront.
  • Ne dis pas ce que tu donneras, donne.
  • Le doute est la clé de toute connaissance.
  • Qui n'a pas d'enfants n'a pas de lumière dans les yeux.
  • N'ouvrez pas la porte que vous serez incapable de refermer.
  • Le compliment exagéré est pire qu'une injure.
  • Proverbe indien :
    Bonne épouse et santé sont les meilleures richesses d'un homme.
  • Celui qui a un ami véritable n'a pas besoin d'un miroir.
  • Pour cultiver l'amitié entre deux êtres, il faut parfois la patience de l'un des deux.
  • Une femme sans mari est un champ sans pluie.
  • Un homme sans une (ou plusieurs) femme n'est qu'un demi-homme.
  • Proverbes russes :
    Le savon est gris, mais il lave blanc.
  • Dans les larmes d'une femme le sage ne voit que de l'eau.
  • Si tu marches vite, tu attrapes le malheur ; si tu vas lentement, c'est le malheur qui t'attrape.
  • proverbes latins :
    On désire surtout ce que l'on ne doit pas avoir.
  • L'argent n'a pas d'odeur.
  • S'associer avec un puissant n'est jamais sûr.
  • Celui qui ne sait pas se taire, il ne sait pas non plus parler.
  • Le bon juge condamne le crime sans haïr le criminel.
  • Nous avons les défauts d'autrui dans l'oeil et les nôtres dans le dos.
  • Un bienfait est sans charme si le bienfaiteur l'a retenu longtemps dans sa main.
  • Il est plus facile de détourner le méchant de son amour pour le mal,
    Que de distraire de son chagrin l'homme triste.
  • Proverbe français (moins connus) :
    La haine, c'est la colère des faibles.
  • Nul ne naît appris et instruit.
  • Bon endureur est toujours vainqueur.
  • Il n'est nuls petits ennemis.
  • En guerre comme en amour, pour en finir il faut se voir de près.
  • Le monde est rond : qui ne sait nager va au fond.
  • Proverbes grecs:
    A pratiquer plusieurs métier, on ne réussit dans aucun.
  • C'est sur le fond et non sur l'apparence qu'il faut juger.
  • Il est plus malheureux de commettre une injustice que de la souffrir.
  • La prospérité trouve toujours des amis.
  • Les amis véritables se reconnaissent à l'épreuve du malheur.
  • On apprend chaque jour quelque chose de nouveau.
  • On ne sait aujourd'hui de quoi demain sera fait.
  • Si la barbe suffisait à la sagesse, un bouc vaudrait Platon.
  • On se lasse de tout, sauf de l'argent.
  • Proverbes arabes :
    Suis le conseil de celui qui te fait pleurer, et non de celui qui te fait rire.
  • Dans la nuit noire, sur la pierre noire, une fourmi noire : Dieu la voit.
  • Ce qui est passé a fui ; ce que tu espères est absent ; mais le présent est à toi.
  • L'indigestion du riche est la vengeance de la faim du pauvre
  • Lorsque tu vins au monde, tout le monde était content et toi tu pleurais.-Vis de telle sorte que lorsque tu mourras, tous pleureront et tu seras heureux
  • Parle si tes mots sont plus forts que le silence, sinon garde le silence.
  • Si Dieu ne pardonnait pas, Son paradis resterait vide.
  • L'hypocrite est celui qui ne fait pas ce qu'il conseille.
  • Ne regarde pas la petitesse de tes péchés mais la grandeur de Celui à qui tu as désobéi.
  • Ce n'est pas le temps qui passe, mais nous qui le traversons
  • La main qui donne est meilleure que celle qui reçoit.
  • Le bas-monde est un pont, traverse-le et ne compte pas y résider.
  • A chaque épreuve sa récompense
  • Proverbe arabes :
    L'homme le plus rusé n'a jamais vu sa nuque
  • Un chien reconnaissant vaut mieux qu'un homme ingrat
  • Sois sans désirs, tu seras riche ; sois sans crainte, tu seras fort.
  • Il n'y a qu'un vilain homme qui puisse prêter la main à l'oppresseur contre l'opprimé
  • Que ta bouche soit la prison de ta langue.
  • Les actes des hommes se jugent à leur fin.
  • Les proverbes illuminent le discours.
  • Fréquente les sages : sot, ils te redresseront ; sage, ils te perfectionneront
  • Il y a cinq degrés pour arriver à être sage : se taire, écouter, se rappeler, agir, étudier.
  • L'aumône prolonge la vie.
  • Instruire le vieillard, c'est écrire sur l'eau ; instruire l'enfant, c'est écrire sur la pierre
  • On ne se repent guère du silence, et l'on se repent mainte fois d'avoir parlé.
  • La patience est la clé du bien-être.
  • La pratique est nécessaire au savant, comme la corde à celui qui puise de l'eau.
  • Celui qui reste chaste et meurt d'amour meurt martyr.
  • La misère ne tue pas, mais ses insultes ne s'effacent point.
  • Vos femmes sont votre champ de labour.
  • Les cinq doigts de la main ne sont pas égaux.
  • Ce que l'injustice a bâti, Allah l'effacera.
  • Sous la tente de l'Arabe, la foi donnée est toujours respectée
  • Ne fais jamais rien dans la colère : hisserais-tu les voiles dans la tempête
  • j'ai regretté des paroles mais je n'ai jamais regretté le silence. Sénèque
  • Absentem lædit, qui cum ebrio litigat : Celui qui se querelle avec un ivrogne frappe un absent
  • Alium silere quod voles primus sile : Ne dis pas toi-même ce que tu ne veux pas entendre d’un autre
  • On peut aussi bien prier une sardine, ce n’est qu’une question de foi.
  • Timeo hominem unius libri : Je crains l’homme d’un seul livre
  • Bis dat, qui cito dat : Donner rapidement, c’est donner deux fois
  • Qui scribit, bis legit : Celui qui écrit lit deux fois
  • Pax melior est quam iustissimum bellum : La paix est meilleure que la plus juste des guerres
  • Même la pensée d’une fourmi peut toucher le ciel.
  • Celui qui mange vite, c’est celui qui meurt vite.
  • Il y a deux sortes de diplômés : ceux qui ont appris à apprendre et ceux qui ont appris à penser.
  • L’espace d’une vie est le même qu’on le passe en chantant ou en pleurant.
  • Aspiciendo senescis : En me regardant tu vieillis
  • Afflictis lentae. [Les heures] passent lentement pour celui qui souffre.
  • Medicus curat, natura sanat : Le médecin soigne, la nature guérit
  • Ignoti nulla cupido : On ne désire pas ce qu’on ne connaît pas
  • Animus ex ipsa desperatione sumatur : Tirons notre courage de notre désespoir même
  • Crebro si jacias, aliud alias jeceris : Lance souvent un trait, il n’atteindra pas le même but
  • Demain fuit, qui le poursuit Demain décourage aujourd'hui: Demain, Demain des Fabulous Trobadors
  • oh qu'ils sont si loins les demains
  • La magie du premier amour, c’est d’ignorer qu’il puisse finir un jour .
  • Ne regrettez pas de vous être levé tôt, mais de vous être marié jeune.
  • Dans les larmes d’une femme, le sage ne voit que de l’eau.
  • les idiots et les enfants sont honnêtes.
  • Les bons sont un exemple pour les mauvais, et les mauvais sont un exemple pour les bons.
  • Quand l’œil regarde l’arbre, l’esprit ne voit plus la forêt.
  • Il y a dans la jalousie plus d’amour propre que d’amour.
  • La rose n’a d’épines que pour qui veut la cueillir.
  • Qui se laisse donner, n’est pas bon à prendre.
  • Le miroir est l’âme de la femme comme le sabre est l’âme du guerrier.
  • Le sac des désirs n’a pas de fond.
  • Un mot d’affection peut réchauffer 3 mois d’hiver.
  • C’est épouvantable et merveilleux à la fois : la Liberté dans un verre
  • Plus tu attends plus ce sera dur pour lui de s’adapter et pour toi de le laisser partir
  • On n’existe pas, y a que toi et moi
  • Nom d’une pipe, c’est la débande
  • J’ai la rétine qui se débine/décolle
  • La nuit dernière c’était géniale … enfin ce que je m’en rappelle
  • Si la femme est au-dessus elle ne peut pas tomber enceinte, c’est la gravité
  • Tu es la meilleure chose qui me soit arrivée ! Désolée pour toi alors !!!
  • Je ne couche pas le premier soir ! Juste une pipe alors ???
  • Tu crois que parce que tu ne cries pas tu n’es pas méchant
  • Tu es bien gentil mais pourquoi changer nos vies ?
  • Espèce d’horreur de la Nature
  • Tu es plus jolie que je le suis
  • La vie s’en fout de ta vision, de tes plans
  • Sourires des enfants soulignent notre incapacité à s’extasier comme adultes
  • La chaise existe même quand on ne s’assied pas dessus
  • Pas de chimie, juste ce qui passe dans le sol, pas tout le temps, juste le soir et week-end
  • Pas d’alcool au volant, ni en baisant
  • Si tu critiques beaucoup, l’autre est déçu de lui-même, changera et t’en remerciera
  • La courbe des charmes homme/femme s’inverse avec l’âge
  • En matière de seins, les apparences souvent trompeuses
  • Boulot à mi-temps près de chez moi, une préretraite quoi !
  • Tu devrais t’asseoir ! Oula, ça commence mal !!!
  • Autant salope que bonne pâtissière
  • Je suis possédé et anéanti par la raison
  • Le suicide est la seule vérité pour ne plus se mentir à soi-même
  • La vie comme l’amour est un effort quotidien
  • Ton hidalgo qui joue dans d’autres écuries
  • Une fois posé sur sa branche, en cage, on se sent volage
  • Le plaisir que tu prends en écoutant ta bite tu le payes quand ton cerveau rumine
  • La nostalgie est l’amnésie des mauvais souvenirs
  • Sans faire le prétentieux ni le faux-modeste, mais quand même
  • Je me dévalorise pour qu’on me valorise
  • T’as lancé une perche mais y a pas d’hameçon au bout de la ligne
  • Non pas que je n’ai pas été aimé, plutôt été pas bien aimé/mal aimé
  • I wanna know what love is, want you to show me
  • I was born to loiving you, you were made to loving me
  • D’amoureux transi à éconduit
  • Hauts les cœurs
  • Deux personnes ne peuvent pas changer de caractère pour assurer une vie de couple
  • Tout ce qu’on vivra après sera moins bien que ce qu’on a déjà vécu jusqu’ici
  • On s’est quitté avant de se détester
  • Désolé, faut pas m’en vouloir, je suis payé pour ça
  • La Liberté n’a pas de prix, c’est pour ça que je suis bien pauvre
  • Tu pollues mon espace vital
  • 1er mai sexuel : brin de muguet avec deux clochettes
  • Tu peux mettre le tort sur n’importe qui/quoi, si tu ne prends pas tes propres responsabilités
  • Ne pas reconnaître sa propre valeur c’est faciliter la réussite des médiocres
  • Pas une surprise, mais un choc quand même
  • Suffisamment rare pour le signaler
  • Tant que t’es jeune tes erreurs ne sont pas comptées
  • N’ayons pas peur de rêver trop fort
  • La retraite est une mort lente subventionnée
  • Je ne peux vivre sans elles, Sans l'idée d'une idylle, Dans les yeux d'une belle Le zèle des îles interprétées par La Tordue
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 19:20
  • Un couple c’est savoir se sacrifier pour "plus" apprécier
  • Truc qu’elle n’avait pas envie de dire et que moi je n’avais pas envie d’entendre
  • Une robe de mariée ça te change une femme pour la vie
  • Je n’ai d’oreille que pour ses yeux
  • Tout ce que j’ai à te dire c’est de ne pas partir avant que t’aies entendu tous nos malentendus
  • Si y en a qu’un qui fait des efforts c’est pas tenable
  • On va baiser, la Nature a horreur du vide
  • T’as plus de défauts que moi de qualités
  • J’ai la crampe du faux-départ à défaut d’avoir limé trop longtemps
  • Personne ne t’as jamais dit ça ? Beh non, ou alors je ne l’ai pas entendu !
  • C’est gratuit pour les yeux
  • Tu es d’une mauvaise foi sans limite ! Pourquoi y mettre des limites ?
  • Ça t’en sais rien ! Pourquoi, tu en sais plus ???
  • Malheureusement x n’est pas qu’un rêve
  • C’est un truc que ne connaissent que les connaisseurs
  • Curieux, amateur éclairé, connaisseur, expert
  • Trop de stimuli qui parasitent notre réflexion au quotidien
  • Je suis immortel car je réinvente la réalité
  • Il n’y a pas de miracle avant qu’on en fasse le vœu
  • Pour protéger quelque chose ou obtenir quelqu’un
  • Je n’ai pas envie de mourir, mais encore moins envie de survivre
  • « les images des rêves sont comme des reflets dans l’eau, des images déformées par le mouvement ; pour les comprendre, il faut savoir reconnaître dans l’image déformée la vérité qu’elle reflète ». Aristote
  • "Nous ne sommes pas le reflet de nos illusions, nous sommes seulement le reflet de nos rêves"
  • Monde de dieux mais aussi de méchantes fées
  • Je vais finir ton début de phrase
  • La machine à croire fabrique l'irrationnel
  • C’est ça votre monde/réalité ? Je préférerais être ailleurs !
  • Le vent qui passe emporte la jeunesse
  • Le suicide des uns tue la vie des autres
  • T’as rien changé, sauf le physique
  • On a pris le stress sans stress
  • Les crapauds d’hier sont les papillons d’aujourd’hui
  • Entre interdit et envie, j’ai choisi
  • Un peu d’Art dans ma vie, et vice et versa
  • Ceux qui rêvent du paradis ne veulent pas passer par la mort pour y accéder
  • Un jour, dans la tombe je finirai mes vieux jours
  • C’est pas l’essentiel mais c’est l’important prédominant
  • Pas d’ambition pour aller plus loin que mon nez
  • Si je ne me suis pas levé ce matin c’est qu’hier soir je n’avais pas envie de me coucher
  • Ce qui compte encore plus que les lois c’est leur mise en application, les faire respecter
  • Ne te demandes pas ce que le pays peut faire pour toi, demande-toi ce que tu peux faire pour ton pays (Kennedy)
  • Le conflit est un système et comme tout système il déteste le changement
  • Dans le passé nos politiciens nous offraient le rêve d’un monde meilleur. Aujourd’hui ils promettent de nous protéger de nos cauchemars. Adam curtis
  • Au palais de l’Elysée, les hommes passent, mais les numéros de téléphone demeurent. desirsdavenir
  • Les déshérités se résigneront toujours à leur sort. Personne ne le dit ouvertement, mais c’est ce que pensent la plupart des gouvernements. Ronald Steel
  • Toute relation intense avec le pouvoir est un avatar de la sexualité. Françoise Giroud
  • Un chef, c’est fait pour cheffer. Jacques Chirac
  • Je vous promets que je serai attentif à ce qui a été dit ici, même si je n’étais pas présent. George W. Bush
  • Les hommes croient volontiers ce qu’ils désirent. Jules César
  • Tous les arts ont produit des merveilles : l’art de gouverner n’a produit que des monstres. Antoine de Saint-Just 
  • Notre Nation doit s’unifier pour se réunir. George W. Bush
  • La moitié des hommes politiques sont des bons à rien. Les autres sont prêts à tout. Coluche 
  • Il y a deux façons de saboter le droit de grève : le réglementer comme le fait la droite, l’utiliser à tort et à travers comme le fait le Parti Communiste. François Mitterand
  • Désormais, quand il y a une grève, plus personne ne s'en aperçoit. Nicolas Sarkozy, 06 juillet 2008, Siège de l'UMP
  • La différence entre le politicien et l’homme d’Etat est la suivante: le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération. James Freeman Clarke
  • Aucun roi de France n’aurait été réélu au bout de sept ans. Valéry Giscard d’Estaing
  • Ne craignez jamais de vous faire des ennemis ; si vous n’en avez pas, c’est que vous n’avez rien fait. Georges Clemenceau
  • Les promesses des hommes politiques n’engagent que ceux qui les reçoivent. Charles Pasqua
  • Le vrai politique, c’est celui qui sait garder son idéal tout en perdant ses illusions. John Fitzgerald Kennedy
  • La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures. Noam Chomsky
  • En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal. Nicolas Machiavel
  • L’individu est à la société ce que la goutte d’eau est à l’océan.
  • Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. Robert Sheckley 
  • Valéry Giscard d’Estaing a pour rôle historique d’assurer la domination des couches sociales qui l’ont placé là où il est. Il n’y peut rien et moi non plus. François Mitterand
  • L’un des traits les plus caractéristiques de notre culture est l’omniprésence de la connerie. Harry G. Frankfurt 
  • Quand un imbécile fait quelque chose dont il a honte, il déclare que c’est son devoir. George Bernard Shaw
  • L’état, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. Frédéric Bastiat
  • Je ne crois pas que la justice règne jamais parce que l’injustice n’est pas dans les lois, elle est en chacun de nous. Françoise Giroud
  • Nous n’avons le choix qu’entre des vérités irrespirables et des supercheries salutaires. Emile Michel Cioran
  • Le problème du monde, c’est que les imbéciles sont présomptueux et les gens intelligents bourrés de doutes. Bertrand Russell
  • Si l’on bâtissait la maison du bonheur, la plus grande pièce serait la salle d’attente. Jules Renard
  • Avant on lavait les cerveaux. Depuis ils se délavent. Yann Hoffbeck
  • La rue est le cordon ombilical qui relie l’individu à la société. Victor Hugo
  • Un lâche, c’est un héros avec une femme, des gosses et un crédit. Marvin Kitman 
  • La démocratie, c’est la moitié des cons plus un. Philippe Bouvard
  • La poursuite du bonheur est une idée moderne. Notre motivation à détruire notre voisin est par contre immuable
  • La guerre de 14-18 avait fait un civil tué pour dix militaires. La guerre de 39-40, un civil pour un militaire. Le Viêt Nam, cent civils pour un militaire. Pour la prochaine, les militaires seront les seuls survivants. Engagez-vous ! Coluche
  • Les guerres, ce sont des gens qui ne se connaissent pas et qui s’entretuent parce que d’autres gens qui se connaissent très bien ne parviennent pas à se mettre d’accord. Paul Valéry 
  • Je veux simplement que vous compreniez que lorsque nous parlons de guerre, nous parlons vraiment de paix. George W. Bush
  • En temps de paix, les fils ensevelissent leurs pères ; en temps de guerre, les pères ensevelissent leurs fils. Hérodote
  • La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées. Victor Hugo
  • La victoire a cent pères, mais la défaite est orpheline. John Fitzgerald Kennedy
  • Engagez-vous dans l’armée ! Venez rencontrer des gens passionnants... et tuez-les ! Jean-Loup Chiflet
  • Le pouvoir est au bout du fusil. Mao Tse-Toung
  • Deux armées qui se battent, c’est une grande armée qui se suicide. Henri Barbusse
  • La défaite est novatrice, la victoire est conservatrice. Bernard Werber
  • Moins on a d’idées, plus on se massacre pour elles. Paul Carbone
  • La science ? Un état intermédiaire entre le réel et l’irréel !
  • Il est dans la nature de l’Homme de lutter contre la Nature. Jean Rostand 
  • Le mot progrès n’aura aucun sens tant qu’il y aura des enfants malheureux. Albert Einstein
  • Ceux qui préconisent de classer les gens selon leurs gènes pour prévenir d’éventuelles déviances, anticiper sur des tendances violentes ou suicidaires et qui remettent en question la prépondérance de notre libre arbitre sont, au mieux des ignorants, parfois ce sont aussi des hommes dangereux...Jack Reeves 
  • Seuls les petits secrets ont besoin d’être protégés. Les grands sont tenus secrets par l’incrédulité du public. Marshan Mcluhan
  •  On objectera que la science est souvent l’antagoniste de l’opinion dont elle combat et rectifie les erreurs. Mais elle ne peut réussir dans cette tâche que si elle a une suffisante autorité et elle ne peut tenir cette autorité que de l’opinion elle-même. Qu’un peuple n’ait pas foi dans la science, et toutes les démonstrations scientifiques seront sans influence sur les esprits. Emile Durkheim
  • Le début de la science moderne date du moment où aux questions générales se sont substituées des questions limitées ; où au lieu de demander : "Comment l’univers a-t-il été créé ? De quoi est faite la matière ? Quelle est l’essence de la vie ?", on a commencé à se demander : "Comment tombe une pierre ? Comment l’eau coule-t-elle dans un tube ? Quel est le cours du sang dans le corps ?". Ce changement a eu un résultat surprenant. Alors que les questions générales ne recevaient que des réponses limitées, les questions limitées se trouvèrent conduire à des réponses de plus en plus générales. François Jacob
  • Internet est le produit d’une combinaison unique de stratégie militaire, de coopération scientifique et d’innovation contestataire. Manuel Castells
  • La science serait bien moins avancée si les désirs passionnés des individus de voir confirmer leurs propres croyances n’étaient pas rentrés en ligne de compte. William James
  • La science, c’est ce que le père enseigne à son fils. La technologie, c’est ce que le fils enseigne à son papa. Michel Serres
  • Le problème crucial de notre temps est engendré par la stagnation des théories politiques à une époque de progrès technologiques. Cyril Northcote Parkinson
  • Innover, ce n’est pas avoir une nouvelle idée mais arrêter d’avoir une vieille idée. Edwin Herbert Land
  • La tactique, c’est ce que vous faites quand il y a quelque chose à faire; la stratégie, c’est ce que vous faites quand il n’y a rien à faire. Savielli Tartacower 
  • il faut jouer pour devenir sérieux !
  • - Préférez-vous une dame de plus aux échecs ou dans la vie ?
  • - Ca dépend de la position. Boris Spassky
  • Je joue les joueurs, pas les cartes. Gus Hansen 
  • Le Backgammon c’est l’Homme contre le hasard ; Les Echecs c'est l’Homme contre l’Homme ; Le Go c'est l’Homme contre lui même
  • Si vous êtes à une table de poker et que vous n'arrivez pas à savoir lequel de vos adversaires va être le pigeon de la soirée, c'est qu'il y a de bonnes chances que ce soit vous. Paul Newman
  • La solitude du joueur d'Echecs à l’approche du mat est semblable à celle du condamné. Francis Szpiner
  • Les dés servent à faire du bruit derrière l’écran. Gary Gygax
  • Un bon joueur a toujours de la chance. Jose Raul Capablanca
  • On n’a jamais gagné une partie en abandonnant. Xavier Tartacove
  • Tout ce qui est à Blanc est à Blanc, tout ce qui est à Noir est à négocier. Fan Hui
  • Le Go est un jeu où le hasard favorise les plus forts.
  • On peut en savoir plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en une année de conversation. Platon
  • Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer. Nietzsche
  • Je cherche des gens qui adorent gagner. Quand je n’en trouve plus, je veux des gens qui ont horreur de perdre. Henry Perot
  • Bien dire fait rire, bien faire fait taire.
  • Mieux vaut pleurer à la porte d’un geigneux que d’un vanteux.
  • Tousse pour un, rhume pour tous.
  • A la guerre comme à la guerre.
  • La guerre nourrit la guerre.
  • Le premier coup fait la moitié du combat.
  • Se venger d’une offense, c’est se mettre au niveau de son ennemi ; la lui pardonner, c’est se mettre au-dessus de lui.
  • Si ton ennemi est dans l’eau jusqu’à la ceinture, tends-lui la main ; si l’eau lui monte aux épaules, appuie sur sa tête.
  • La chance ne donne pas, elle ne fait que prêter.
  • A l’impossible, nul n’est tenu.
  • Le seul moyen de se débarrasser d’une tentation, c’est d’y céder.
  • Pour l’homme qui a un marteau, tout ressemble à un clou.
  • Là où il y a la volonté, il y a un chemin.
  • Si tu veux le chien accepte les puces.
  • Un arc toujours bandé se détend ou se brise.
  • La fortune envoie des amandes aux gens qui n’ont plus de dents.
  • Dieu aide trois sortes de personnes : les fous, les enfants et les ivrognes.
  • Il a une gueule à puer des pieds.
  • être ami de tout le monde ou de personne, c’est pareil.
  • Vie sans amis, mort sans témoins.
  • Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es.
  • La semaine du travailleur a sept jours, la semaine du paresseux a sept demains.
  • Assis sur les genoux d’une mère pauvre, tout enfant est riche.
  • Jeunesse paresseuse, vieillesse pouilleuse.
  • L’argent est un bon valet et un mauvais maître.
  • L’oisiveté est la mère de tous les vices.
  • La richesse amassée est un fumier puant ; la richesse répandue est un engrais fertile.
  • Ce qu’on achète coûte moins cher que ce qui vous est offert.
  • L’avare riche ne connaît ni parent ni ami.
  • Au jeu d’échec, les fous sont les plus près du Roi.
  • La jalousie d’une femme consiste moins à être jalouse d’une autre femme qu’à se voir délaissée.
  • Avec ton voisin, ne parle ni de ta femme ni de la sienne.
  • Le désir embellit ce qui est laid.
  • L’Ecosse c’est l’Angleterre en pire.
  •   Peinture et bataille ne sont belles qu’à distance.
  • Il est si bon, qu’un peu plus il ne vaudrait rien.
  • Cherche le bien, quant au mal laisse le venir.
  • On 5 doigts dans la main, et tous sont différents.
  • Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.
  • Les plaisanteries fondées sont les pires.
  • Qui te craint en ta présence te nuit en ton absence.
  • Il y a en chacun de nous une chose qui n’a pas de nom, et cette chose est ce que nous sommes .
  • Ce n’est pas parce que l’oiseau est en cage que cela l’empêche de chanter .
  • A grand bateau, grande tempête.
  • La peau est plus près du corps que la chemise.
  • Le pire n’est pas toujours certain.
  • Le poisson meurt par sa bouche.
  • Qui vieillit, refroidit.
  • Heureux celui qui oublie ce qu’on ne peut plus changer.
  • Différé n’est pas perdu.
  • La jeunesse croit beaucoup de choses qui sont fausses ; la vieillesse doute de beaucoup de choses qui sont vraies.
  • Le poisson commence à puer par la tête.
  • L’eau trouve toujours son chemin.
  • En Sibérie, l’hiver dure douze mois. Le reste du temps, c’est l’été.
  • La vérité est bonne mais elle blesse, le mensonge est mauvais mais il engraisse.
  • Ce n’est pas le champs qui nourrit, c’est la culture.
  • Qui a peur du loup ne va pas dans la forêt.
  • Quand on a dix pas à faire, neuf font la moitié du chemin.
  • Une méthode fixe n’est pas une méthode.
  • Qui ne peut pas dormir, trouve son lit mal fait.
  • Le boeuf mange la paille, et la souris le blé.
  • Le calme avant la tempête.
  • L’honneur et le profit ne se tiennent pas dans le même sac .
  • Le travail a des racines amères, mais des fruits sucrés.
  • A la pauvreté, toute porte est fermée.
  • Quand la pauvreté frappe à la porte, l’amour s’enfuit par la fenêtre.
  • Qui n’a pas senti le besoin ne connaît pas le bonheur.
  • Prétendre contenter ses désirs par la possession, c’est compter qu’on étouffera le feu avec de la paille.
  • Qui emprunte pour bâtir, bâtit pour vendre.
  • Rien ne manque aux funérailles des riches, que des gens qui les regrettent.
  • Cœur gâté, bouche puante.
  • La plupart des gens aiment les prières courtes et les saucisses longues.
  • Prie Dieu mais continue de nager vers le rivage.
  • L’éponge absorbe, mais il faut la presser pour qu’elle s’exprime.
  • Ami brouillé vaut deux ennemis.
  • On a réveillé l’ours qui dormait paisiblement, et le voilà qui saccage la forêt.
  • Pour un ami, sept kilomètres ne sont pas un détour.
  • Quand mille personnes prennent la route, il en faut une pour prendre la tête.
  • Tôt ou tard tu vas craquer, dans tous les sens du terme
  • Il est tard, se met à l’horizontal puis est à la verticale avec sa cale
  • Tu chauffes, je m’enflamme et brûle les étapes
  • La vie est une dure lutte ; con promis chose due
  • En souvenir du bon vieux temps
  • Je serai un petit peu content pour elle même si ça ferait chier quand même
  • J’ai pas ma langue dans ma poche mais dans sa bouche, où je l’y tourne sept fois